Ou déjeuner dans le quartier latin, Saint-Germain, Odéon ? Les adresses de restaurants.

restos.jpg
 
         Le quartier Saint-germain/odéon regorge de restos en tout genre à des prix souvent corrects. Petite visite des coins sympas et des endroits à éviter.
 
Place de la Sorbonne : Il n’y en a 3 pour être précis. Les trois disposent d’une terrasse et sont construits sur le même principe : une salle prolongée d’une véranda. Niveau prix, ils sont à peu près les mêmes partout.
 
Le café de la Sorbonne : C’est le plus proche du boulevard Saint-Michel, c’est aussi le plus “vieillot”. Il a gardé son esprit “troquet du coin”, mais c’est aussi celui qui a le plus de cachet. Agréable pour prendre son petit déj le matin. Un croissant accompagné d’un crème, un gros cliché franchouillard bien agréable. Les prix sont vraiment bons marchés, les serveurs sont sympas. Le café fait aussi vente de tabacs.

Les patios : c’est le deuxième. Le plat du jour est bon et pas très cher. On retrouve ici une clientèle d’habitués faite d’étudiants et de professeurs de fac. Service rapide, salle récemment rénovée et confortable.

L’écritoire : C’est le troisième, le plus proche de la Sorbonne. On pourrait lui calquer la critique du “patio”. Tout aussi correct et disposant d’un accès Wifi gratuit.
 
Baker’s Dozen : grosse déception pour cette boulangerie. Les prix sont élevés comparés à Pomme de Pain ou la Brioche dorée et même par rapport à d’autres boulangeries. Et puis le pain des sandwiches a l’air décongelé. Vraiment bof. Pas de salle pour s’asseoir.

Le Luxembourg : Situé au coin de la Place Edmond Rostand et du boulevard Saint-Michel, c’est un café qu’on ne peut pas rater. Les beaux jours, il ouvre ses verrières et prendre un café le matin est vraiment agréable. Le café dispose du Wifi permettant de travailler en buvant un café ; une bonne adresse pour les étudiants. Côté resto, plat du jour et salades correctes. Les salades sont mêmes très bonnes, bien assaisonnées. Seul regret, les quantités !!! Vraiment dommage, le rapport quantité/qualité n’est pas au rendez-vous. Terrasse agréable.

Le cercle Luxembourg : Situé au coin de la Place Edmond Rostand et de la rue Gay-Lussac. Décevant. Le service est correct, mais niveau nourriture c’est vraiment moyen. Quand on prend une salade, on a l’impression d’être un lapin qui broute de l’herbe tellement il y a de feuilles vertes. Les plats chauds sont quelconques. Par contre, c’est un endroit parfait pour prendre un petit déjeuner car le matin le café est exposé plein soleil.
 
rostand.jpg
 
Le Rostand : Situé au coin de la Place Edmond Rostand et de la rue Médicis. Le café est un peu plus à l’écart que ses voisins ce qui lui confère un sacré avantage. Ici, on sent tout de suite que le lieu est beaucoup plus classe. La déco intérieure est soignée, l’accueil correct, les plats bons et la terrasse bien agréable. D’ailleurs certains reconnaîtrons peut être ce lieu parce que c’est là qu’est tourné l’émission de France 3 “Un livre, un jour”. Le café sert aussi de lieu de tournage pour le cinéma. Récemment il apparaît dans le film “Paris, je t’aime” pour le court métrage avec Gena Rowlands et Gérard Depardieu en garçon de café.
Ajout : J’y ai déjeuner il y a quelques jours. Quelle déception ! La salade italienne avec tomates mozzarella était vraiment ratée, il faut le faire quand même ! La mozzarella n’avait aucun goût (même celle achetée au supermarché est meilleure), la salade avec très peu d’assaisonnement, et les tomates épluchées ! Le coup des tomates sans la peau, on ne me l’avait jamais fait : elles perdent ainsi tout leur croquant et leurs vitamines au passage.
 
Lina’s Sandwiches : Situé rue Médicis, le long du luxembourg. Le seul attrait de ce café ne peut être que sa terrasse ensoleillée face au Luco. Pour le reste, c’est vraiment nul. Les sandwichs sont dégueu, pain mou comme du plastique, garniture sans goût, et surtout, prix chers !!! Sous prétexte de branchitude, on vous fait payer un max. Pourtant le concept avait de quoi être attirant : vous choisissez votre pain et votre garniture parmi tout un éventail de choix. On s’en sort pour plus de 8€ avec une boisson (même pas de dessert à ce prix là). Je n’ai pas encore essayé le célèbre Cojean, mais j’ai l’impression que Lina’s en est une vulgaire copie.
 
Dalloyau : Place Edmond Rostand. Ce traiteur est une véritable institution. Au rez-de-chaussée, la vente à emporter de plats salés et de pâtisseries (des gâteaux à tomber à la renverse, l’opéra est un délice). A l’étage, un salon de thé qui proposent macarons, éclairs … Pas mal la vue sur la place avec les marronniers qui donnent un petit coté “vert” à l’ensemble. En été, on peut aussi s’installer en terrasse. Une bonne adresse même si c’est un peu cher. Certains diront que je suis difficile, mais je trouve les macarons Ladurée un brin moins bon que chez Ladurée. Tout est affaire de goût …
 
Itadaki : 64 rue monsieur le prince, situé au niveau des marches.
Un resto japonais pas cher pour manger rapidement. Le concept ? une carte avec des dizaines de menus portant des noms tels que menu A, menu B … On a pour le prix le droit à une soupe aux champignons, une salade de choux et des brochettes de viandes accompagnées de riz blanc. Tout cela pour moins de 6€. Le service est très rapide, pour ne pas dire expéditif. Ici, on mange à la chaîne, les services se suivent et se ressemblent. Pendant longtemps j’ai adoré cette adresse jusqu’au jour ou quelque chose ne m’a pas plus. Nous venions régulièrement. Un jour par malheur, il nous manquait 5 centimes d’euros pour payer l’addition. Nous leur promettons de régler la prochaine fois que nous viendrons. Etant de bons clients tout cela aurait du passer comme une lettre à la poste. Et bien pas du tout, il a fallu marchander pendant vingt minutes pour finalement qu’ils lâchent l’affaire. Vraiment pas commerçant … Depuis je n’y suis plus jamais revenu et je leur dois toujours 5 centimes d’euros …
 
La brasserie Balzar : 49 rue des écoles.
Ici les prix ne sont pas les mêmes, on est dans la catégorie au-dessus. Cette brasserie style année 30 est l’une des seules à encore servir une cuisine bourgeoise. Les banquettes en cuir, le service aimable, les plats qui arrivent dans des services en argent. Une clientèle hétéroclite. Vraiment un petit coin de paradis.
Pomme de Pain : boulevard Saint-Michel. Pratique pour manger sur le pouce. Mais ce qui est très rare pour une chaîne c’est que les sandwiches sont délicieux. Ils sont faits sur commande. Du coup le pain est craquant, les tomates bien juteuses, la salade fraîche … on est bien loin des sandwiches industriels de la Brioche Dorée ou de la Croissanterie avec leur pain blanc venant à peine d’être décongelé. Presque aussi bon que dans une boulangerie. Mais surtout, Pomme de Pain a une formule à un prix défiant toute concurrence. Pour les étudiants 6€ et quelques avec un sandwich, une boisson et un dessert.

 

La croissanterie : boulevard Saint-Michel. Bienvenue dans le temple de la bouffe industrielle. Le thé trouve le moyen d’être imbuvable, le café est à vomir. Les beignets au chocolat sont très gras. Heureusement on ne sait comment, les macarons sont plutôt bons, les viennoiseries potables, et le jus d’orange frais une merveille.
 
Viagio et Mezzo di Pasta : il fallait oser, ils l’ont fait. Ici, on ne vend que des pâtes sur place ou à emporter. Ces magasins reprennent un concept à la new-yorkaise : on vous sert vos pâtes dans des emballages en carton style chop-suey. Le choix de pâtes et de garnitures est important, les formules un brin chers mais les pâtes sont bonnes. Viagio a surtout l’énorme avantage contrairement à son voisin Mezzo di Pasta d’avoir une salle pour manger assis. En été manger au Luco n’est pas un problème mais en hiver on est bien content de pouvoir être assis ! Après s’engage un grand débat, qui déchaîne les foules du matin au soir. Personne n’arrive à trancher, vous avez le clan Mezzo di Pasta et le clan Viagio, chacun disant que l’autre est dégeu … A vous de juger. Personnellement, les deux se valent … (je vais m’attirer des ennuis en disant ca). Viagio, 22 rue Cujas Mezzo di Pasta, 3 rue Vaugirard
Ajout : le débat semble être clos, tout simplement parce que Viagio a fermé ses portes. Probablement pas assez rentable, il ne reste plus qu’à se rabattre sur Mezzo di Pasta !
 
Le Neo Café : carrefour de l’Odéon. Un petit café sans prétention qui n’est pas très cher et bien placé. De nombreuses salades copieuses et excellentes, un plat du jour, une formule à 15.80€ le midi. Les serveurs sont vraiment gentils et n’hésitent pas à discuter avec vous. Un bon point à Paris !

Le relais Odéon : carrefour de l’Odéon. A l’intérieur la déco est retro et Le bar avec sa mosaïque donne un charme au lieu. On mange correctement ici, le service est efficace et là aussi les serveurs sont sympas et n’hésitent pas à discuter. Les salades sont bonnes et généreuses. Les prix raisonnables. Par contre pour le Happy Hours les quantités d’alcools sont vraiment ridicules. Un endroit bien sympa en été avec sa terrasse à l’angle.

Ajout :Les travaux sont finis, et le relais Odéon a réouvert avec une toute nouvelle équipe. Et là, c’est la catastrophe ! Les prix sont devenus du grand n’importe quoi. Le 1er plat chaud correct est à 15€ (cheeseburger pas super bon), sauf si vous prenez des pates à 12€. Le tartare est, pardonné moi l’expression « dégueulasse », on dirait de la pâté pour chien. Les frites sont surgelés et insipides. Finies les salades généreuses et aux prix abordables, maintenant il n’y a plus qu’une salade thai et une salade nicoise, un point c’est tout. Enfin, niveau boissons, plus de happy hours (les cocktails sont à 11€), et le coca à 6,40€ (quasiment le même prix qu’au Deux magots !). Enfin niveau service, personnel insolent, visiblement vous les dérangez. Déco sympa de l’extérieur, mais à l’intérieur sans grande originalité, avec des sièges pas très confortables. Bref, une adresse à bien vite oublier. Dommage …

Le Starbucks Coffee : et oui, on n’y pense pas forcément mais on peut aussi manger chez Starbucks. On ne va pas redire les mêmes choses que j’ai déjà dites dans un précédent article sur cette chaîne. Je vous conseille les sandwiches en triangle à 5€ qui sont vraiment délicieux, bien meilleurs que ceux qu’on trouve sur les aires de repos ! Avec un frappuccino on s’en sort à quasiment 10€ Le plus dur étant finalement de trouver une place assise.
 
diteurs.jpg
 
Les éditeurs : carrefour de l’Odéon. C’est « la » brasserie à la mode. Tous les journaux en parlent, et tout le monde vous le recommande aussi bien pour y déjeuner que pour y bruncher. Pour ma part, je n’ai essayé que le petit-déjeuner, mais parait-il que le déjeuner est sans intérêt. On appréciera la déco avec une belle bibliothèque, des fauteuils rouges, une lumière tamisée. C’est un endroit adorable et cosy pour les durs jours d’hiver. En ce qui concerne le pdj, pour 12€ : boisson chaude + jus d’orange + viennoiseries + œufs (brouillées, en omelette, au plat, ou à la coque) + faisselle avec son coulis de fruits rouges. C’est assez copieux, et vu le prix c’est tout à fait correct. Le matin c’est un endroit particulièrement agréable. On s’installe avec un livre, on regarde de l’intérieur le quartier se réveillait doucement.
En été, on peut aussi s’installer en terrasse. Le restaurant dispose aussi d’une salle à l’étage bien aménagée. Seul problème : le service. Dix minutes pour avoir le sel, dix minutes pour avoir une carafe d’eau, vingt minutes pour avoir les œufs ! Et on finit par nous sortir « désolé, il y a beaucoup de monde, les commandes prennent du retard ». On se retourne et on voit que seules 3 tables sont occupées. Si 3 tables suffisent à les déborder, je n’ose imaginer ce que cela donne à l’heure du dîner …
Ajout : Je me suis récemment décidé à y manger à midi. Le pavé de rumsteak est à 20€. Le club sandwich à 14€ avec frites. Le service a cette fois-ci était relativement efficace. La viande était très bonne, très bien assaisonnée. Les frites aussi délicieuses. De même, le club était bon. Par contre les quantités sont tout bonnement scandaleuses ! La viande est deux fois grande que dans la plupart des brasseries, pareil pour le club. Et, l’on évite presser de vous faire dégager quand vous ne souhaitez pas prendre de desserts. Dommage que le rapport quantité/prix soient médiocres.
 
Le Pub Saint-Germain : cf. précédent article.
 
Pizza Marzano : à l’angle de la place Saint-Michel et du quai des Grands Augustins. Les pizzas n’ont rien d’extraordinaires mais la vue sur Notre-dame est imprenable. En s’installant au premier étage, on voit même les quais de la Seine. Un endroit « romantique » le soir.
 
Le Saint-Séverin : place Saint-Michel, brasserie correcte et branchée à l’intérieur.
 
Pizza dell’Arte : la chaîne de pizzas s’est installée à l’angle du boulevard Saint-Michel et du boulevard Saint-Germain. Les pizzas ne sont pas fabuleuses.
 
Et encore : tous les restaurants des rues de l’Harpe, de l’Eperon … Beaucoup sont pour touristes, avec les rabatteurs qui vous attendent à l’entrée pour vous attirer dans leur resto. Cependant, les kebabs sont corrects, et l’avantage de tous ces restos est de pouvoir manger à petits prix.
 
Autre quartier : tous les restaurants rue Mouffetard et rue Descartes, derrière le Panthéon.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

3 Réponses à “Ou déjeuner dans le quartier latin, Saint-Germain, Odéon ? Les adresses de restaurants.”

  1. Julie
    2 septembre 2007 à 19:24 #

    le guide Michelin n’a qu’à bien se tenir !

  2. Stephanie
    20 novembre 2008 à 18:15 #

    Ah non : tu ne peux pas dire que le sandwich « Club » de Lina’s n’est pas bon !! Et leur « brownie » est le meilleur du monde !!!
    :-)
    (Je « m’enerve » un peu mais je viens de decouvrir ton super blog et je le parcours de long en large car j’ai frequente beaucoup des endroits dont tu parles + je fais un peu ce que tu fais – mais a Philadelphie)
    Merci !

  3. 28 février 2010 à 3:19 #

    Super idée de blog! Je ne sais jamais où déjeuner / dîner lorsque je suis à Paris.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl