Archive | février 2008

Critique Le Mabillon, bar branché à Odéon Saint-Germain.

                     mabillon.jpg

Voici l’un des cafés les plus branchés du quartier Saint-Germain, envahi par la jeunesse dorée et les touristes. Parfaitement placé, juste à côté de la Rhumerie, devant la station Mabillon et le marché saint germain, il ne faut pas le confondre avec le Mondrian qui a le même genre de déco assez « sombre », mais qui lui est sans intérêt (je pèse mes mots, depuis que nous avions pris une fois trois milk-shake à 9€ chacun, et que la serveuse avait eu la finesse de nous répondre « vous auriez du les prendre chez Macdo, ça vous aurez coûter moins cher »).

Revenons au mabillon. Service aimable et cherchant même à discuter. La déco de la salle est branchée, sans être non plus très originale. En été la terrasse est l’endroit où « il faut être vu ». Par contre pour un bar branché on apprécierait entendre autre chose que les derniers tubes commerciaux de la star ac’ et compagnie.

Enfin niveau carte, si les cocktails sont au même prix qu’ailleurs (11€), les boissons chaudes frôlent le ridicule : 7,10 € le cappuccino, le crème ou le chocolat viennois (même s’il est très bon). D’un autre côté, le Mabillon est ouvert jusqu’à l’aube. Une adresse intéressante …

 

Le Mabillon, 164, Boulevard Saint-Germain 6ème

Critique La Coupole, la brasserie parisienne à la sauce Flo.

              coupole.jpg

On ne présente plus cette institution avec sa salle immense qui fait d’elle la plus grande brasserie de paris. La Coupole, c’est un service de plus de 500 couverts, un lieu qui a accueilli tous les plus grands hommes littéraires, artistes et hommes d’influence de leur époque, et c’est une organisation millimétrée qui répond aux attentes de leurs clients depuis plus de 70 ans. Mais la coupole, c’est aussi une attente de plus de ¾ d’heure entre le moment où vous franchissez la porte et l’instant où l’on vous sert votre premier plat …

Cette brasserie se caractérise par son style art déco avec ses sculptures et ses 32 colonnes peintes qui soutiennent le plafond où se trouve en son centre une très grande coupole. Mais même si l’établissement a complètement été remis à neuf, il n’en reste pas moins qu’on se croirait toujours dans un hall de gare.

Sur le devant, face à la rue se trouve le coin brasserie, le reste de la salle est dédiée au restaurant. Sur le côté un coin bar, et sur le passage quelques tables pour ceux qui se contentent de boire un verre.

Niveau service : un quart d’heure d’attente avant d’être placé. Pour autant, le service est professionnel et une fois lancée, la valse des plats s’orchestre avec brio.

coupole2.jpg

A la carte on trouve un menu à 30,50 € sans les vins et une formule à 22,50 € à midi et soir après 22h30 avec entrée/plat ou plat/dessert. Parmi les plats proposés, une pièce de bœuf bien cuisinée. Quant aux desserts, si Raymond Devos avait dû en parler, ils auraient probablement dit que les desserts … pêchent. En effet, ils ressemblent un peu trop à ceux proposés par la chaîne Hippopotamus (normal, cela appartient aussi au groupe Flo). Ainsi le gaspacho de fruits n’est qu’une soupe de fruits et le soi-disant dessert au chocolat dont j’ai oublié le nom, une simple mousse au chocolat.

La Coupole est l’une de ces adresses que l’on se doit de faire au moins une fois ne serait-ce que pour avoir vu « la » plus grande brasserie de Paris.

La Coupole, 102 boulevard Montparnasse 14ème

Circuit : itinéraire Paris Campagne, promenades et balades.

Circuit 4 : Paris campagne.

Cliquez sur le plan pour l’agrandir:

plan4.jpg

Etapes :

La grande cascade

L’île du Belevedere et le temple de la Sybille

Place Armand Carrel

Durée de la promenade : A vous de voir . . .

Temps et période idéale pour réaliser cette promenade: Uniquement au Printemps et en été pour profiter du jardin, avec beau temps et températures agréables de préférence.Ballade très agréable. Mqlheureusement, le parc est loin de tout et les commerces sont peu nombreux. A faire en début d’après-midi ou vers l’heure de déjeuner.

Les stations de métro sur le chemin :

METRO ligne 7bis Buttes – Chaumont

METRO ligne 5 Laumière (prendre au niveau de la place Armand Carrel, l’avenue de Laumière).

ou Bus lignes 75,48,60 qui desservent Chatelet (ligne 75) et le Louvre (ligne 48).

Sur le chemin :

Place Armand Carrel : Il y a 3 ou 4 cafés sur cette place, le seul correct et agréable que ce soit à l’intérieur ou en terrasse est le Kaskad« la Boyarde », avec salade, ’café, les salades sont généreuses et excellentes (en particulier cantal, tomates, jambon de pays et pommes de terre sautées). Cela change des salades pour anorexiques du quartier Saint-Germain, où on ne fait que brouter de la verdure.

 

Critique : Brasserie Chez Julien, Strasbourg Saint-Denis, Flo.

               julien.jpg

Profitant de l’offre – 20% offerte dans je ne sais plus quel magasine, nous nous sommes précipités ni une ni deux dans cette brasserie de la chaîne Flo. Je dois dire qu’il est surprenant de trouver ce genre de restaurants à quelques mètres seulement de l’arche de Strasbourg Saint-Denis traditionnellement habituée aux restaurants indiens, boucheries hallal, petites troquets et chiche-kebab. Le contraste est frappant avec cet immeuble magnifique de style Art Nouveau.

A l’intérieur : candélabres porte manteau au centre, tables en bois façon troquet, verrière aux carreaux colorés et opaques, moulures ocre dorés avec de nombreux miroirs aux murs et enfin carrelage au sol usés jusqu’à la corde. Tout cela est très vieillot : banquettes ou la mousse de rembourrage dépasse, trous dans le velours et suintant la saleté, miroirs délavés. En soi, la déco vieillotte n’est pas dérangeante et cela peut même faire partie du charme du lieu. Mais dans ce cas là la maison se doit de ne pas appliquer des tarifs trop élevés. Et bien non, Julien veut le beurre et l’argent du beurre : menus à 21€ avec rien à manger, plats à 20-25€. Essayons donc le menu : la pièce du boucher ressemble plus à une bavette passée à l’attendrisseur, on aurait dit une selle de cheval. Ne parlons pas de son assaisonnement inexistant. Le tout accompagné de pomme de terre archi salées. Vous voulez de la moutarde ? Aucun problème si ce n’est qu’il vous faudra casser la croûte brunie au dessus avant de l’atteindre. Elle n’a pas du être utilisée depuis la dernière rénovation du restaurant.

Enfin pour le dessert, nous avons essayé l’île flottante et la salade de fruits. L’île flottante : correct. La salade de fruits ? Une sombre plaisanterie. Nous avons fait l’inventaire des fruits présents dans la coupe : 1 framboise, 6 quartiers de fraise, 8 demi-raisins verts, 4 bouchées d’ananas, et le reste en pomme … Quant au café, du jus de chaussette. Au final, une addition de 46€ pour 2 en ayant rien mangé. Avec la réduc on s’en est sorti à 37€. D’ailleurs, n’hésitez pas à demander la carte « privilège » qui vous permet de manger dans n’importe quelle brasserie Flo participante avec une réduction de 20% sur votre addition finale (quelque soit ce que vous prenez).

Nous essayerons prochainement avec notre œil de critique redoutable l’une de ces adresses : Vaudeville, Bofinger, Le bœuf sur le toit, la Coupole … nous n’avons que l’embarras du choix. Mais en attendant, julien ne restera pas une expérience inoubliable.

Chez Julien,16 rue du Faubourg Saint-Denis, 10ème.

Où manger dans le quartier de la porte Maillot ?

concorde.jpg

Suite de la série « Où manger dans le quartier … ? »

Après le quartier Montparnasse puis Odéon/St Germain, direction plein Ouest vers la Porte Maillot.

Même si ce quartier est un petit peu excentré, il n’en n’est pas moins vivant et dynamique. Et puis il ne faut que quelques minutes depuis les Champs-Élysées pour s’y rendre. Sur place, une bonne vingtaine de restaurants résumant tout ce que l’on peut trouver à Paris : restos branchés, brasseries parisiennes, restos de chaînes correctes, cuisines méridionales et orientales etc.… Ce « petit » cercle de restaurant évite ainsi de tourner pendant des heures à ne savoir lequel choisir. Revers de la médaille, le samedi soir et durant les beaux jours c’est toujours la même histoire : si on ne vient pas très tôt on a de fortes chances de faire la queue avant d’avoir une table. En effet, le quartier est envahi de touristes fuyant les Champs, d’hommes d’affaires sortant de congrès, ou encore par une clientèle venu dîner après un spectacle.

Voici donc une brève présentation des restaurants du coin :

Chez Clément :

Contrairement à certains restos de cette chaîne qui sont vieillots et font « cantines », celui-ci a été récemment rénové et offre un décor soigné à mi chemin entre Hippopotamus et une brasserie Flo. La capacité d’accueil est importante (2 étages + le rdc) et le service rapide. Niveau plats, ils sont tout à fait correct, et à des prix abordables. Le poulet frites est à 12,90€. Rajouter 3€ pour un dessert (formule « rôtisserie + dessert »). La formule plat/dessert est à 20€ le soir. Par contre, faites attention aux additions, il y a parfois des erreurs (la dernière fois, 3,50€ tout de même en trop).

Au Congrès :

Au cas où vous ne l’auriez remarqué, ce restaurant vous rappelle que vous être bien juste en face du Palais des Congrès. Malgré cette insolence toute relative, ce resto est le plus « haut de gamme » du coin mais c’est aussi le plus cher (préciser ce dernier point est d’ailleurs un doux euphémisme). Salle confortable et chic qui n’est pas sans rappeler la brasserie La Lorraine place des Ternes. Carte résolument « poissons et fruits de mer » avec quelques incontournables de brasseries parisiennes comme le tartare. Comptez 25-35€ le plat ; c’est cher mais la qualité est au rendez-vous. Clientèle internationale et aisée (le 16ème n’est jamais très loin) mais pas tape à l’œil. Grand nombre de couverts et service professionnel, rien à redire.

bebert.jpg

Chez Bebert :

J’en ai déjà parlé dans mon article « Ou manger à Montparnasse ? ». Idéal pour les amateurs de couscous et de cuisine orientale. Qualité au rendez-vous comme toujours dans cette institution. Personnes au régime, s’abstenir.

Léon de Bruxelles :

Pour manger une moule/frites et une gaufre au sucre, pourquoi pas. Les prix sont assez élevés quand on sait que ce ne sont « que » des moules.

Le Sud :

Entendre chanter les cigales à quelques mètres du périph, il faut l’avouer, c’est assez inhabituel. Pourtant, c’est bien ce qu’on peut entendre en passant sur le trottoir qui borde le restaurant. Rassurez-vous aucune cigale n’a été mal traitée ici, ce sont des haut-parleurs qui se chargent de recréer l’ambiance. Pour le reste la déco intérieure est de style provençale. De l’extérieur cela ne donne pas forcément un côté très chic. Quant aux prix ils sont élevés.

Je reste sceptique quant à ces bruitages de cigales. On a l’étrange impression d’être des mouches qu’on tente d’attirer avec du miel. A tester …

Chez Georges :

Non essayé, mais c’est une brasserie traditionnelle à des prix assez élevés. L’intérieur est assez vieillot.

              entrecote.jpg

Le relais de Venise – L’entrecôte :

Quitte à essayer un des restaurants « L’entrecote » autant aller a celui de la porte Maillot. Ce fut le premier à proposer la formule salade aux noix/entrecôte avec ses frites et sa sauce, bien avant que ne soit ouvert celui de Saint-Germain ou de la rue Marbeuf. Et comme c’est le plus ancien, c’est aussi celui qui a le plus de cachet. L’ambiance brasserie est intacte et on n’a pas la désagréable impression d’être dans une attraction pour touristes comme celui de la rue Marbeuf. Le tout est dirigé par une femme à la main de fer qui ressemble à s’y méprendre à un professeur de danse classique. Elle mène ces clients à la baguette pour leur plus grand plaisir.

Idées :

Dîner dans un de ces restaurants, puis aller boire un verre au concorde Lafayette avec sa vue imprenable sur Paris (cf. précédent article) et y rester jusqu’au milieu de la nuit (enfin, plutôt jusqu’à ce qu’on vous vire, c’est-à-dire vers 2-3h).

On peut aussi commencer par un apéro au concorde pour voir le coucher de soleil puis aller ensuite dîner.

Accès : très bien desservi : ligne 1 station « porte Maillot », RER C station Neuilly-Porte Maillot, station de Velib’ juste en face. Retour en taxi devant le restaurant Le Congrès, ou par Noctambus N14 également au même endroit sur le trottoir opposé.

Critique : Le Zimmer place du Chatelet, sortie de théâtre.

            zimmerazzis.jpg

Châtelet tout le monde connaît, c’est l’étape obligée pour tout parisien qui veut traverser Paris d’Est en Ouest, ou du Nord au Sud. Mais quand il s’agit de trouver un endroit confortable et chic pour déjeuner ou dîner, la partie se complique. D’un côté les Halles où l’on trouve de nombreux endroits pas très chers mais assez quelconques ou alors des trucs pseudos branchouilles où la qualité n’est souvent pas au rendez-vous (oserai-je parler du George, non c’est vilain …). De l’autre, la rive gauche mais il faut traverser l’île de la cité.

Mais heureusement il y a la célèbre brasserie le Zimmer place du Châtelet, accolée au théâtre du même nom. C’est un endroit incontournable pour les gens qui sortent du théâtre. Le midi ce sont surtout les touristes et habitués qui s’y donnent rendez-vous.

Côté déco, tout a été refait par l’inévitable Jacques Garcia (on va finir par se demander s’il existe d’autres décorateurs que Garcia et Starck …) et comme toujours le résultat est réussi avec un accord parfait entre le passé historique du lieu et les exigences de confort d’aujourd’hui. Ainsi l’on retrouve des banquettes en velours rouges, des couleurs chaudes, des moulures et stucs dorés ainsi que nombreux miroirs habillant les murs et des lustres grandioses au plafond.

Côté carte : à midi, la formule est à 19,90€ et propose une entrée et un dessert. Le reste de la carte propose des plats à 15-25€ en moyenne, avec un tartare excellent, je dois l’avouer. Si je devais établir un classement des meilleurs tartares de la capitale, celui-ci et celui de la Closerie des Lilas se disputerait férocement la première place. Quant à la choucroute de la mer elle est aussi bien réussie. Seul reproche, les quantités ne sont pas très généreuses, grandes faims s’abstenir. Le service est efficace et professionnel.

En hiver, prendre un chocolat dans cette atmosphère feutrée est réconfortante, et en été qui pourrait résister à sa terrasse ensoleillée ?

Finalement, on retrouve au Zimmer toutes les qualités que l’on est en droit d’attendre dans ce genre de brasseries : service compétent et aimable, cuisine de bonne facture, prix abordables et lieux rempli de charme. Que demander de plus ?

Le Zimmer, 1 place du Châtelet, 1er

Circuit : promenade Paris nouveau, itinéraire balade.

Circuit 3 : Paris nouveau.

Cliquez sur le plan pour l’agrandir:

plan3.jpg

Etapes :

Cour Saint Emilion

Pqrc de Bercy

Passerelle Simone de Beauvoir

Bibliotheque Francois Mitterand

Avenue de France

Durée de la promenade : Environ 2h pour tout voir. Plus si vous vous laissez aller aux plaisirs du bronzage . . .

Temps et période idéale pour réaliser cette promenade: Uniquement au Printemps et en été pour profiter du jardin, avec beau temps et températures agréables de préférence.Ballade très agréable et pratique, car à 5 minutes de Châtelet grâce à la ligne 14 entièrement automatisée. A faire en début d’après-midi ou vers l’heure de déjeuner.

Les stations de métro sur le chemin :

METRO ligne 14 Cour Saint Emilion

METRO ligne 14 Bibliotheque Francois Mitterand

Sur le chemin :

Cour Saint-émilion : A l’origine un centre de stockage des vins provenant du Sud de la France, avec encore au milieu les rails des wagons qui amenaient la marchandise.

Aujourd’hui, nombreux cafés, boutiques (Nature et Découverte par exemple …). On peut aussi aller au cinéma UGC, c’est l’un des plus grands complexes de Paris. Starbucks en terrasse agréable, devant la sortie du métro. Ensuite, ne pas manquer la promenade dans le parc. Franchir le pont qui passe au dessus de la route pour accéder au second jardin. Ne pas manquer, les divers petits parcs, les plans d’eau, la diversité florale. Un lieu qui fait vite oublier qu’on est à Paris, parfait en été.

Passerelle Simone de Beauvoir : architecture originale, personnellement un bonheur à faire en rollers, on ne se lasse pas des accélérations décoiffantes.

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl