Critique : Le Rostand, à toute heure de la journée. Luxembourg, café avec belle terrasse.

                 rostand.jpg

          Dans mon billet « où prendre un thé dans le quartier Odéon Saint-Germain » publié il y a quelques mois, je citais le salon de thé La Forêt noire, rue de l’éperon. Mais depuis le début de l’année, il a laissé place à un nouveau restaurant parait-il excellent : l’Epigramme. En attendant de l’essayer, il a fallu chercher un nouvel endroit susceptible de le remplacer. La chose n’a pas été facile et beaucoup de tentatives furent infructueuses, mais le Rostand tira son épingle du jeu. 

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Rostand sert régulièrement de décor pour le tournage de films ou d’émissions littéraires comme « Un livre, un jour ». D’ailleurs dernièrement, le film Paris Je t’aime a été tourné dans ce café où Gérard Depardieu jouait le rôle du patron qui servait deux clients : Gena Rowlands et Ben Gazzara. En temps habituel c’est le lieu de rencontres des étudiants, philosophes, professeurs de la Sorbonne et politiques. Il faut dire que même si le service n’est pas très performant (d’une lenteur parfois affligeante), l’ambiance qui y règne est toute particulière avec ses chaises en osier, sa grande horloge en métal, sa mosaïque au sol …

Mais l’atout principal du Rostand est d’avoir une très grande terrasse que les clients se disputent été comme hiver. Quelque soit la saison, le soleil est toujours au rendez-vous et le jardin du Luxembourg juste en face apporte de la fraîcheur au lieu. Assis, on voit même l’exposition photo sur les grilles du Luco sans se lever.

Le Rostand s’apprécie aussi bien au petit-déjeuner que pour un after-work. A l’heure du thé, on peut se laisser tenter par leur chocolat viennois et une part de gâteau ou de quatre-quarts. Le chocolat viennois est vraiment excellent (probablement l’un des meilleurs du quartier) à 5,50€ avec une crème chantilly faite maison délicatement posée à l’aide d’une poche à douille. Le quatre-quarts est quant à lui à 1,60€ pour une part généreuse, autant dire que c’est l’affaire du siècle ! Au total, 7€ le goûter dans un cadre de rêve.

Mais l’endroit est également agréable pour boire un verre (cocktails à 12€) ou pour prendre un petit déjeuner à 10€ (boisson chaude, jus d’orange, tartines et confitures). Personnellement je prends toujours une orange pressée à 5,50€, excellente. L’eau 50cL est à 5,40€.

Enfin à déjeuner leurs sandwiches baguette sont très réussis. Leur pain est croustillant et les crudités sont toujours très fraîches (5,50€ le crudité). Côté plat chaud, le filet de bœuf à 22€ est de belle qualité, mais le plat du jour à 13€ est par contre un peu décevant (les plats ne sont souvent pas très copieux). Il faut donc mieux se rabattre sur la carte « snacking » qui proposent omelettes, salades et sandwiches en tout genre à des prix raisonnables.

Bref, mis à part le service longuet, le Rostand est une valeur sûre dans le quartier. Un sans faute.

 

6 Place Edmond Rostand, 5ème

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

3 Réponses à “Critique : Le Rostand, à toute heure de la journée. Luxembourg, café avec belle terrasse.”

  1. Julie
    10 juin 2008 à 0:37 #

    Avec le retour du soleil, cette terrasse est une des mieux située de Paris.
    Club toujours aussi bon et fourni !

  2. Julie
    23 août 2008 à 21:21 #

    Il va me manquer l’an prochain !

  3. Bernard
    23 janvier 2010 à 23:10 #

    Ce n’était pas l’été en terrasse mais en janvier 2010 à l’intérieur. Le cadre conserve une certaine élégance mais il commence a être sérieusement défraîchi : la peinture vire au jaune sale et personne ne se soucie plus depuis longtemps des gravures et de la décoration finalement assez triste et pauvre. Absence totale de confort : les sièges en rotin sont durs et pas de coussins, les tables sont minuscules. J’ai commandé une « salade gourmande » à 14€. Pour ce prix j’ai eu un peu de mesclun avec deux tranches de pain grillées depuis longtemps, une fine tranche d’une sorte de pâté de foie gras médiocre et deux lambeaux minuscules ornés de gras et sans saveur qui étaient, paraît-il, extraits d’un magret de canard. Rien d’autre, même pas d’assaisonnement.
    Cet établissement vit sur une réputation que, manifestement, plus rien ne semble justifier aujourd’hui. L’emplacement (face au Luxembourg) et les touristes de passage suffisent à sa rentabilité (prix très élevés) et les intellectuels comme les connaisseurs du quartier l’ont déserté depuis longtemps. Après tout, il y a des brasseries proches où l’on a réellement le souci de satisfaire une clientèle plus exigeante.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl