Critique : Bouillon Chartier, entre traditions et tourisme de masse.

bouillon1.jpg

L’histoire des bouillons est fascinante. Crée en 1860 par M. Duval, ce boucher eut l’idée brillante de créer un restaurant où serait servi un bouillon de bœuf à un prix dérisoire pour les ouvriers travaillant aux Halles : le « bouillon » était né. Quelques années plus tard, le fils Duval reprit l’affaire en ouvrant d’autres restaurants dans Paris. Aujourd’hui ne subsiste plus que la brasserie Julien.

A la fin du XIXème, les frères Chartier décident de reprendre l’idée en ouvrant plusieurs bouillons dont les célèbres Vagenende, Bouillon Racine, Bistrot de la gare et l’actuel Chartier, faubourg Montmartre.

Tous sont devenus des brasseries plus ou moins haut de gamme à des prix bien loin de ceux de l’époque. Une hérésie pour ces restaurants qui n’avaient d’autre but que de nourrir des gens modestes. Aujourd’hui, ne subsiste plus que leur déco Art Nouveau : candélabres, miroirs au mur, tables en bois, carrelage au sol, balustrade en cuivre, verrières …

Seul Chartier continue de perpétuer la tradition du bouillon en pratiquant des prix raisonnables. Dès l’entrée on est frappé par sa déco rétro, et pour cause la salle est classée monuments historiques : chaises et tables en bois, sol en carrelage, meubles à tiroirs disposés le long de la salle où les habitués récupéraient à l’époque leur serviette. Le rondin et le tablier blanc sont encore de rigueur chez les serveurs.

 

Une fois installé on découvre la carte écrite sur du papier à nappes. On est surpris par des prix d’un autre temps : entrées à 2 ou 3€, plats à 8-11€, desserts à 2-4€, menus à 15€ (entrée/plat/dessert avec un ½). Habituellement nous ne prenons jamais d’entrées car elles sont au même prix que les desserts et dépassent trop souvent les 8€, mais ici nous décidons de faire une entorse à cette règle en prenant une salade de tomates et concombre. L’assiette est petite, mais vu le prix (2,20 €) il n’y a rien à dire, ce n’est pas mal du tout. Niveau présentation c’est le degré zéro, mais c’est justement ce côté brut de décoffrage qui fait tout le charme du lieu. Après tout, c’est ce qu’il y a dans le plat qui compte, le reste n’est qu’artifice.

           bouillon2.jpg
Quelques minutes plus tard, les pavés de rumsteack au poivre et au beurre maître d’hôtel arrivent avec leurs frites. Nous avions hésités au début, voyant les assiettes de nos commensaux, pas très enthousiastes. Il faut dire qu’elles avaient l’air drôlement palichonnes et pas très cuites.

Finalement la viande s’avère être un délice, la sauce au poivre … poivrée, et les frites pas si mauvaises mais pas extraordinaires non plus.

bouillon3.jpg

Nous finissons par une dame blanche, mélange subtile de glace à la vanille, de crème chantilly et de chocolat fondu. Un dessert d’antan, aujourd’hui trop souvent absente des cartes de restaurants (tout comme le iceberg, fabuleux dessert à la glace à la menthe, sauce chocolat et menthe accompagnée de chantilly). La sauce chocolat est ici faite maison, la chantilly correct, la glace vanille, industrielle. Pour 3,80€, rien a dire. Quand on sait qu’il y a quelques jours nous avions payés notre fraise melba 12€ au café Corona, place de l’Alma, on a la légère impression de s’être fait entuber.

bouillon4.jpg
Pour accompagner ce repas, une bouteille d’eau 50cL à 2,40€. Quand on pense que certains restaurants nous la facturent 6 ou 7 €, cela laisse rêveur …

Finalement si l’on résume la cuisine, elle est tout à fait correcte et à des prix tellement raisonnables qu’on est presque gêné en payant l’addition. Si les serveurs jouent le jeu en détaillant l’addition à  même la nappe en papier et en servant des plats typiquement franchouillard, le lieu est envahi par des hordes de touristes, renforçant le côté cantoche pour tour operator pas forcément très glamour. Dommage, mais à des prix pareils, on comprend que le patron cherche à rentabiliser au maximum son restaurant et continuer à faire fonctionner une machine qui a déjà servie plus de 50 millions de repas depuis son ouverture.

Bouillon Chartier

7 rue du Faubourg Montmartre, 9ème

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

16 Réponses à “Critique : Bouillon Chartier, entre traditions et tourisme de masse.”

  1. LN
    15 juillet 2008 à 20:11 #

    Je n’y suis allée qu’une fois et j’ai beaucoup aimé, Paris manque d’endroit comme ça: peut importe la présentation, le but est de satisfaire ton appétit !

  2. herpin
    6 avril 2009 à 6:50 #

    bonjour
    cela fait des lustres que je viens « chez Chartier » et toujours le même plaisir renouvelé ! en son temps j’avais lu dans « Télérama » un article concernant cette institution, hier nous sommes allés avec ma femme Russe au « café du commerce » plus cher mais le décor vaut le détour aussi ……et c’est là que j’appris que le dernier bouillon de Paris serait vendu prochainement………à qui ?
    au début du 20ème siècle dans les cuisines un employé avait la tache de pulvériser avec sa bouche de l’huile sur les soupes afin d’y déposer des yeux…….légende ou réalité?
    Cordialement
    Olga et François Herpin

  3. Daniel RAHIER
    9 mai 2009 à 22:37 #

    je suie allez chez chartier plusieurs fois c ‘est vraiment un super restaurant sympa et très original le menu est pas cher et il y a un choix de plats avec un cadre ancien

  4. MALEZE
    14 décembre 2009 à 19:33 #

    Je me suis rendu avec un groupe chez Bouillon Chartier

    On y mange très mal, de plus c’est bruyant, les gens sont très moyennement agréable, le prix excessif pour ce qu’il
    y a dans l’assiette et de plus de très mauvaise qualité; on nous presse de manger car du monde attend derrière. Le vin,
    si l’on peut appeler cela est un vitriol race indéterminé … Il existe un toilette homme pour au moins 200 personnes dans la salle.
    Les sauces servies avec les plats sont plus que douteuses.

    Bref c’est le palais de la mal bouffe ou si on est masochiste …

    Donc à déconseiller, cela ne mérite même pas 1 sur 20

  5. Nathalie
    4 février 2010 à 11:52 #

    Juste avant la visite du musée Grévin, cette halte au resto nous a enchanté ! Pas de chichi de présentation et une carte où l’on ne sait que choisir avec des prix + qu’abordable (vu le quartier). Un personnel bien sympathique et on s’est régalé de l’entrée jusqu’au dessert !! A découvrir !!

  6. Clients Déçus
    1 août 2010 à 20:47 #

    Nous avons commencé à faire la queue vers 21H15. Nous nous sommes installés vers 21H45. Prise de commande vers 22H15 entrées et apéritifs servis à 22H30. A 23H15 Point final nous n’avons jamais vu les plats ni les desserts la cuisine était fermée !!!!
    Le responsable du restaurant n’a même pas eu la décence de nous présenter des excuses C’est comme ça circulez il n’y a plus rien à manger. Quelle déception !!!!!! Aucune humanité aucun sens commercial aucun esprit professionnel Nous déconseillons fortement ce lieu qui ne vit que sur sa réputation la beauté et l’historique du cadre. Le personnel et les clients sont méprisés.

  7. Nath & Alain
    2 août 2010 à 9:30 #

    Nous nous sommes arrêtés au bouillon Chartier ce 30 juillet 2010. Un bien agréable moment… un personnel très sympathique et très actif. Un cadre à l’ancienne et une ambiance bon enfant. Certes, les plats ne sont pas des plus raffinés, mais néanmoins très savoureux. Et puis, vu les prix proposés, il n’y aura que les esprits chagrins pour y trouver à redire. Bref, un petit endroit bien sympa, à conseiller… surtout lorsqu’on compare certains prix pratiqués en ville et où, par ailleur, la qualité est parfois bien en dessous de ce qui est proposé au Chartier.

  8. sophie
    12 octobre 2010 à 14:59 #

    Ce restaurant est un véritable attrape nigaud!!!! pour les apéritifs nous avons eu des verres à eau (de cantine!), on nous a apportés les apéritifs, les entrées et les plats en même temps et cela 5 min après avoir passé notre commande…en 1/4h nous aurions pu sortir du restaurant! Il faut savoir qu’ils font 1500 couverts par jour…
    J’ai pris une tête de veau (un peu accrobatique comme choix!) et l’on m’a servi sans aucun scrupule 1 langue, 1 oreille 2 gros morceaux de couenne et la moitié du museau avec 1 narine!!(j’ai poussé un cri en voyant cela )+ 3 patates à l’eau mais à l’eau depuis un certain temps!!! Nous n’avons bien sur pas pris de dessert!!!!!!!!!!!
    A déconseillé fortement!

  9. Marmi
    4 décembre 2010 à 20:40 #

    -Purée industrielle ,de mauvaise qualité de surcroît ,en seul accompagnement.- Profiteroles congelés saucés de liquide chocolaté infâme …… L’expression « boire le bouillon » sera vite d’actualité pour ce beau décor.

  10. Olivier de Cimiez
    11 décembre 2010 à 0:56 #

    Une merveille.On ne vient pas chez Chartier pour manger raffiné, mais pour se régaler de plats simples, traditionnels, à prix très attractifs dans un cadre unique, qui rend minables toutes ces cantines « lounge » sordides qui envahissent la capitale.Un endroit qui respire la France éternelle, ça fait du bien.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl