Critique : Bouillon Chartier, entre traditions et tourisme de masse.

bouillon1.jpg

L’histoire des bouillons est fascinante. Crée en 1860 par M. Duval, ce boucher eut l’idée brillante de créer un restaurant où serait servi un bouillon de bœuf à un prix dérisoire pour les ouvriers travaillant aux Halles : le « bouillon » était né. Quelques années plus tard, le fils Duval reprit l’affaire en ouvrant d’autres restaurants dans Paris. Aujourd’hui ne subsiste plus que la brasserie Julien.

A la fin du XIXème, les frères Chartier décident de reprendre l’idée en ouvrant plusieurs bouillons dont les célèbres Vagenende, Bouillon Racine, Bistrot de la gare et l’actuel Chartier, faubourg Montmartre.

Tous sont devenus des brasseries plus ou moins haut de gamme à des prix bien loin de ceux de l’époque. Une hérésie pour ces restaurants qui n’avaient d’autre but que de nourrir des gens modestes. Aujourd’hui, ne subsiste plus que leur déco Art Nouveau : candélabres, miroirs au mur, tables en bois, carrelage au sol, balustrade en cuivre, verrières …

Seul Chartier continue de perpétuer la tradition du bouillon en pratiquant des prix raisonnables. Dès l’entrée on est frappé par sa déco rétro, et pour cause la salle est classée monuments historiques : chaises et tables en bois, sol en carrelage, meubles à tiroirs disposés le long de la salle où les habitués récupéraient à l’époque leur serviette. Le rondin et le tablier blanc sont encore de rigueur chez les serveurs.

 

Une fois installé on découvre la carte écrite sur du papier à nappes. On est surpris par des prix d’un autre temps : entrées à 2 ou 3€, plats à 8-11€, desserts à 2-4€, menus à 15€ (entrée/plat/dessert avec un ½). Habituellement nous ne prenons jamais d’entrées car elles sont au même prix que les desserts et dépassent trop souvent les 8€, mais ici nous décidons de faire une entorse à cette règle en prenant une salade de tomates et concombre. L’assiette est petite, mais vu le prix (2,20 €) il n’y a rien à dire, ce n’est pas mal du tout. Niveau présentation c’est le degré zéro, mais c’est justement ce côté brut de décoffrage qui fait tout le charme du lieu. Après tout, c’est ce qu’il y a dans le plat qui compte, le reste n’est qu’artifice.

           bouillon2.jpg
Quelques minutes plus tard, les pavés de rumsteack au poivre et au beurre maître d’hôtel arrivent avec leurs frites. Nous avions hésités au début, voyant les assiettes de nos commensaux, pas très enthousiastes. Il faut dire qu’elles avaient l’air drôlement palichonnes et pas très cuites.

Finalement la viande s’avère être un délice, la sauce au poivre … poivrée, et les frites pas si mauvaises mais pas extraordinaires non plus.

bouillon3.jpg

Nous finissons par une dame blanche, mélange subtile de glace à la vanille, de crème chantilly et de chocolat fondu. Un dessert d’antan, aujourd’hui trop souvent absente des cartes de restaurants (tout comme le iceberg, fabuleux dessert à la glace à la menthe, sauce chocolat et menthe accompagnée de chantilly). La sauce chocolat est ici faite maison, la chantilly correct, la glace vanille, industrielle. Pour 3,80€, rien a dire. Quand on sait qu’il y a quelques jours nous avions payés notre fraise melba 12€ au café Corona, place de l’Alma, on a la légère impression de s’être fait entuber.

bouillon4.jpg
Pour accompagner ce repas, une bouteille d’eau 50cL à 2,40€. Quand on pense que certains restaurants nous la facturent 6 ou 7 €, cela laisse rêveur …

Finalement si l’on résume la cuisine, elle est tout à fait correcte et à des prix tellement raisonnables qu’on est presque gêné en payant l’addition. Si les serveurs jouent le jeu en détaillant l’addition à  même la nappe en papier et en servant des plats typiquement franchouillard, le lieu est envahi par des hordes de touristes, renforçant le côté cantoche pour tour operator pas forcément très glamour. Dommage, mais à des prix pareils, on comprend que le patron cherche à rentabiliser au maximum son restaurant et continuer à faire fonctionner une machine qui a déjà servie plus de 50 millions de repas depuis son ouverture.

Bouillon Chartier

7 rue du Faubourg Montmartre, 9ème

16 Réponses à “Critique : Bouillon Chartier, entre traditions et tourisme de masse.”

  1. Mixterminder
    26 février 2011 à 14:54 #

    Bien sûr ce n’est pas le grand luxe, pas les meilleurs plats de Paris, pas les serveurs les plus serviables, le vin le plus fin et pas le confort absolu…. Vous allez me dire, Je passe…
    Mais non, Qu’est ce que cela fait du bien de pouvoir retrouver cette ambiance simple, brutale et généreuse faite de pavés de boeuf, de nappes en papier, de pots de rouge et de brouhaha qui caractérise si bien un Paris populaire qui n’existe aujourd’hui plus …
    Chartier, c’est bien plus qu’un repas, c’est un voyage dans la passé et les racines de Paris.

  2. coco
    21 mars 2011 à 17:44 #

    personnel desagreable au possible
    service expedie tete de veau degeulasse avec 2 patates a l eau
    bien sur pas de dessert et vin san raisin
    ne pas recommander

  3. MMSAVOYE
    27 mars 2011 à 12:29 #

    Pour quelques jours à Paris et sur les conseils avisés de l’un de mes fils, j’ai souhaité déjeuner Au bouillon Charretier. J’ai apprécié le cadre, la disponibilité du serveur malgré un rythme effréné et les mets servis pour un prix modique. Je pense que j’y reviendrai et le conseillerai sans le comparer à la Tour d’argent.

  4. céline du 92
    19 novembre 2011 à 10:58 #

    nous sommes allés dans cette célèbre brasserie hier midi et nous en sommes ressortis assez déçus….pas trop de queue à l’entrée, nous avons eu de la chance, mais c’est un endroit très bruyant (impossible d’avoir une conversation qui tient la route avec mon mari) et on nous a placé à la même table q’un autre couple, et collés à la table d’à côté…il faut aimé la proximité avec les voisins de table!!
    de plus, les serveurs ne sont vraiment pas souriants et on a même l’impression de déranger quand on accepte leur proposition de prendre un dessert…..pour le café, il a fallu le demander 2 fois et encore on nous l’a servi dans une assiette en guise de sous tasse,avec une cuillère à dessert et un seul sucre…à la va-vite et en nous demandant de payer l’addition….pressés que l’on parte apparemment…heureusement qu’il n’y avait pas la queue alors!!!
    et le détail qui a son importance: l’hygiène de la vaisselle + que douteuse!!!!!!mais plats pas mauvais tout de même….
    à voir une fois pour le fun, mais pas +!

  5. Martin
    22 mai 2012 à 8:27 #

    Chartier ce n’est pas une merveille, un repas même digne d’une cantine de collège. Un personnel qui vous pousse à finir très vite votre dîner pour faire de la place aux clients qui font la queue, à tort, dehors. Vraiment déçu de cette soirée.

  6. Michel
    5 juin 2012 à 9:12 #

    Un incontournable absolument. Ceux qui ont écrit des commentaires négatifs nont rien compris. On y fait des rencontres surprenantes et merveilleuses car on est toujours assis avec des gens de partout dans le monde. La bouffe est excellente pour un prix dérisoire (on est a Paris).

    Le décor a lui seul vaut le détour – on y retourne avant de quitte Paris, certainement.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl