Les meilleures choses ont une fin …

http://www.dailymotion.com/video/k5NiQw7jkojiFiKw2U

     Une vidéo « promotionnelle » de mon blog.

Voilà plus d’un an que je travaille d’arrache pieds à la rédaction de ce blog. Qu’on me pardonne d’avoir écrit « critiques » avec un « k » à la fin. Probablement mon côté contestataire, un peu rebelle sur les bords. Critik avec un « k », cela un côté plus vendeur, plus facile à retenir.

Qu’on me pardonne d’être parfois trop cinglant, cynique et incisif mais je suis un vieux de la vieille, payer un repas ou une boisson ne serait-ce que quelques euros, c’est toujours trop cher quand c’est mauvais. Las de critiques insipides de magasines et revues tenues par des journalistes qui censurent leur pensée en encensant des lieux souvent sans intérêt dans un emballage de guimauve marketing, c’est entre autre la raison pour laquelle je m’étais lancé dans la rédaction de ce blog.

Et il est vrai qu’il y a de quoi faire avec une ville aussi fascinante qu’est Paris. On pourrait la comparer à un tonneau des danaïdes : dès qu’un restaurant ou bar se ferme, un autre s’ouvre quelques rues plus loin. La valse des enseignes ne s’arrêtera donc jamais. Face à cette jungle, des sites communautaires se sont même crées pour que les clients puissent s’y retrouver et donner leurs avis. Ainsi Cityvox, et plus récemment Qype ont su s’imposer en quelques années sur la toile. Seulement là non plus l’expression n’est pas tout à fait libre, vous avez toujours affaire à une censure omniprésente qui vous guette au moindre faux pas. D’ailleurs, pour preuve en est, Cityvox avait censuré un de mes commentaires il n’y a pas si longtemps. Je déplorai à l’époque le manque d’hygiène de l’Hippopotamus Bercy où se promènent des oiseaux à l’intérieur du restaurant qui viennent picorer dans les assiettes non desservies. Une serveuse nous avait même lancée « arrêtez messieurs dames de les nourrir, ça suffit maintenant ce n’est pas un jeu ! ». J’avais ainsi dénoncé les conditions sanitaires de l’établissement particulièrement inadaptées à une clientèle faite en majorité de parents et de leurs enfants. Sachez le, sur Cityvox on peut critiquer librement un service déplorable, une cuisine infecte mais lorsque vous vous attaquez à la sacro-sainteté « l’hygiène », le commentaire est tout de suite supprimé, il ne correspond pas à la charte « langue de bois » du site Cityvox, récemment racheté par Orange. Le Blog reste ainsi le seul moyen de s’exprimer librement. Ce sont d’ailleurs la bête noire de tout restaurant ou entreprise. A eux seuls ils peuvent ruiner la réputation d’un lieu et échappent à tout contrôle. Tout n’est pas perdu, le dernier mot appartient encore au client.

… Mais Paris devient une ville de plus en chère. Sans tomber dans des discussions style « café du commerce », force est de constater que les prix ne cessent d’augmenter dans les cafés, bars et restaurants sans parler des discothèques. Que payez vous aujourd’hui ? La nouvelle déco imitation loft américain ou encore la cuisine du restaurant et de son nouveau chef apprenti qui a fait ses preuves au côté d’un chef étoilé ? Venez-vous pour boire un coca au café du coin ou cherchez-vous autre chose ? La donne à changer, les gens ne veulent plus venir au café uniquement pour boire un verre, ils attendent autre chose. C’est du moins ceux à quoi sont convaincus la plupart des commerçants et magasines.

De leur côté, les palaces ne cessent d’augmenter leur prix n’ayant aucun scrupule à facturer leur cocktail 26 €. Que payez vous ? Le décor rentabilisé au bout d’une dizaine de jours par les chambres à plus de 1000 € de l’hôtel ? Le service irréprochable ? Même pas, il arrive qu’il soit particulièrement incompétent voire insolent (l’Intercontinental rue scribe, le Murano ou le Costes par exemple, pour ne pas les citer).

Mais alors jusqu’où iront ces prix ? Le désir de ces palaces est tout avoué. Il s’agit clairement de chasser une clientèle trop curieuse qui n’aurait jusqu’ici pas eu l’idée de franchir la porte de ces palaces, des curieux attirés par les descriptions aguicheuses que l’on retrouve à longueur de journée dans nos magasines.

Ailleurs, les restos augmentent insidieusement leurs prix. Faute à une période économique morose ? En tout cas, on n’en revient toujours pas que le relais de l’entrecôte puisse facturer son entrecôte près de 25 € et exige un supplément de 2 € pour obtenir un peu plus de viande. De même les frappuccinos à 5 € de chez Starbucks deviennent chers à la longue, d’ailleurs la chaîne connaît de graves problèmes en France et aux Etats-Unis. Ce qui ne m’empêche pas d’y aller de temps en temps. Il est difficile de ne pas suivre ces phénomènes de mode.
Justement, parlons en de la mode ! On nous inflige désormais des décos signées Garcia ou Starck à tout bout de champ. A croire que les écoles de design et d’architecture ne nous ont pondu que deux pointures de la déco ces dernières années. On assiste ainsi à une uniformisation progressive de tous ces endroits. Le troquet du coin avec ses tables en formica et son sol en lino devient un café modeux à la déco impersonnelle. Le restaurant branché au coin de la rue refait sa déco tous les 5 ans et en profitent pour augmenter à chaque fois ses prix … Les exemples ne manquent pas.

La mode ? Elle s’invite même jusque dans nos assiettes. Pensons par exemple à l’engouement pour le smoothie qui continue de faire fureur. Inventer une boisson avec des fruits pressés, il fallait y penser … On a vu également se démocratiser le café gourmand, alternative aux desserts souvent excessivement chers des restaurants. De leur côté, les desserts « expérimental » façon tube à essais et la cuisine à l’azote histoire de jouer aux petits chimistes, ont toujours autant la côte. Impossible d’y échapper même dans les restos trois étoiles (Ledoyen pour ne pas le citer). Nous nageons en plein dans le délire du fooding et de la cuisine déstructurée qu’on nous présente comme le Saint Graal. Désormais découvrir la carte des cocktails d’un lieu branché s’apparente plus à une sombre corvée qu’une partie de plaisir. Il vous faut se décider entre un cocktail à la vodka concombre ou à la vodka gingembre. La vodka est à la mode, vous l’aurez compris. On peut même la déguster au Kube Bar dans un froid polaire en 30 minutes chronos et en doudoune. Comble du hype.

Désormais on ne mange plus un sandwich à midi sur le pouce. On mange « chic » et « snacking » en allant chez Cojean&Co qui proposent soupes, yaourt et pâtes à tire larigot. Ils sont très forts quand même d’avoir réussi à faire revenir sur le devant de la scène des plats dits « du pauvre » pour les vendre 5 à 8 €. Rentabilité maximum assurée.

Enfin, après une journée éprouvante pourquoi ne pas filer en boite ou dans un club ? Il vous faudra pour cela affronter les cerbères qui font la physio à l’entrée de toutes les boites branchées parisiennes. Une fois rentré, les prix des consommations (rien avant 10 €, même un coca) vous feront vite ressortir. On peut toujours se rabattre sur les boites plus faciles d’accès en payant une vingtaine d’euros l’entrée avec une conso mais vous aurez du mal à en sortir vivant, amoché par un fan de tektonik qui vous aura accidentellement balancé son bras dans la figure.

D’ailleurs on ne peut pas parler de boites sans évoquer la récente interdiction de fumer dans les lieux publics. Sans entrer dans le débat, il faut avouer que manger sans respirer l’odeur de cigarette est quand même plus agréable. Pour les bars la mesure est par contre plus discutable. D’un autre côté braver le froid en plein hiver pour s’en griller une permet de nouer plus facilement des contacts avec les gens, et d’enquiquiner accessoirement les pauvres voisins situés juste au-dessus. Après le speed dating, le clope dating. Enfin dans les boites, on tombe de charybde en sillas. Après l’odeur éprouvante de la cigarette, on doit désormais supporter l’âpreté de l’odeur de transpiration.

Heureusement il reste certains spectacles gratuits à Paris. La tour Eiffel scintille toujours autant, paré de ses plus beaux habits de lumière. En attendant qu’elle quitte cette couleur bleue blafarde, on profitera du Vélib en se promenant de préférence la nuit dans le quartier du Marais. A cette heure-ci pas une voiture et une sensation de liberté incommensurable. Même si les nombreux couacs de ces vélos en libre-service m’ont énervé passablement, il faut avouer que c’est une invention bien pratique et agréable.

 

Aujourd’hui la roue tourne, et je dois quitter Paris. Mon blog m’a demandé beaucoup de temps (et d’argent …) et je ne sais pas si j’aurais encore le temps de continuer à écrire de nouveaux articles lorsque je rentrerai sur Paris certains week-ends. Je serais dans le train pour Lille au moment même où paraîtra ce dernier article. Je dois y passer un an ou deux. Je songe à lancer un Critik Lille dans quelques semaines … Je vous tiendrai au courant. Merci encore pour vos visites, vos commentaires pertinents, vos coups de gueule et de soutiens, et à bientôt ! Bonne rentrée !

5 Réponses à “Les meilleures choses ont une fin …”

  1. Chrisos
    2 septembre 2008 à 9:27 #

    eh bien! tu te lâches on dirait!
    les blogs sont plus libres, mais on ne peut pas dire n’importe quoi quand même…
    entre la CNIL et les lois sur les délits de presse (diffamation), certains grincheux ont la possibilité de faire en sorte qu’on ne parle pas d’eux quand ce n’est pas pour en dire du bien.

    bonne continuation, il y a de quoi faire à Lille!

  2. Agathe
    8 septembre 2008 à 0:33 #

    Merci pour tt ton blog ! ! j’ai pu organiser plein de sortie avec mes amies ! ! merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii et bon courage pour l’avenir

  3. jamalak
    29 septembre 2008 à 11:31 #

    Merci pour ces « critiks » pertinentes et bonne route !

  4. Nico
    29 septembre 2008 à 11:45 #

    Si tu crée un Critik Lille, oublies pas de lier tes billets avec le portail des hôtels et restaurants du Nord :

    http://www.hotel-restaurant-nord.com

  5. Adriane
    24 septembre 2009 à 20:14 #

    Tu as su capter mon attention -pas simple pourtant- ;)
    J’aime tes articles.
    Je te souhaite une bonne continuation.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl