Critique Mama Shelter : un restaurant catastrophique.

mamashelter1.jpg

Depuis quelques mois, le XXème arrondissement est le centre de tous les regards avec l’ouverture de Mama Shelter face à la Flèche d’Or. Il faut dire que ce quartier populaire n’était pas habitué à de tels cataclysmes. C’est ainsi que le tout Paris accourt comme si la sainte vierge était apparue sur les quais de la petite ceinture.

Avouons qu’il fallait une certaine audace pour installer un hôtel restaurant branché à l’autre bout de la capitale. Le pari semble réussi, puisque même un dimanche soir le restaurant était plein et la réservation nécessaire. Cela faisait des années que je n’étais pas venu dans ce quartier. A l’époque la Flèche d’Or était encore un café cracra, bien loin de l’actuelle salle de concert branchée.

mamashelter2.jpg

L’entrée de Mama Shelter est discrète voire impossible à trouver s’il n’y avait pas un vigile qui rodait à l’entrée. A peine entré, la déco signée Starck fait mouche. Plafonds noirs et graffitis au plafond avec phrases existentielles, grands rideaux pour cacher les baies vitrées et sol en béton ciré. Mais aussi écrans plats diffusant des photos de clients, fauteuils confortables, tabourets « tronc d’arbre » et canapés (trop) confortables pour dîner. Autant c’est agréable de pouvoir s’enfoncer dans un canapé dans un bar, autant pour manger ce n’est vraiment pas pratique. N’oublions pas non plus le baby-foot géant qui se joue à 4 minimum et les chaises d’école sûrement refourguées gratos par le conseil régional. Le tout sur fond de musique branchée.

mamashelter3.jpg
Le bar au milieu de la pièce délimite deux parties bien distinctes du restaurant. La première faite de tables individuelles et de canapés propices aux dîners entres amoureux. La deuxième avec des tables rustiques en bois comme dans les chalets pour assurer une certaine convivialité.

Les cocktails.

Ils sont à 12 €. Bien sûr pas de carte de cocktails après 3 mois d’ouverture.

Le mojito est noyé dans des glaçons, comme on dit sans alcool la fête est plus folle. Enfin, Le Old Kube est aussi mauvais qu’au Rival Deluxe. Le mélange menthe/gingembre n’a jamais fait bon ménage. Ne comptons pas sur le vin pour rattraper l’affaire, il est quelconque.

mamashelter4.jpg

Les plats.

Aucun intérêt et mal cuisinés. Un comble quand on sait que la cuisine est supervisée par un ancien chef 3 étoiles. Il ne doit pas souvent traîner dans les allées des cuisines. Cela ne l’empêche pas de changer sa carte tous les mois.

Quand on n’arrive même pas à maîtriser une carte d’une dizaine de plats, on se demande quel est l’intérêt de la changer tous les mois. Travail acharné triomphe de toutes les difficultés pourtant.
La carte est déjà sur les tables, pliée en 4 sur une feuille imprimée de motifs de nappe vichy. Chez Chartier ça passe, dans un resto branché c’est limite.

mamashelter5.jpg
La cocotte aux lentilles est servie dans une cocotte Staub. Sachez qu’ici tous les plats sont servis dans des cocottes Staub, ils ont dû les avoir au rabais. L’œuf mollet au milieu est parfaitement cuit, les lentilles correctes mais le plat est trop moutardé.

Les penne sont quant à elles beaucoup trop salées et la sauce est fade. Sans oublier la cuisson ratée, elles sont trop cuites. 14 € pour un plat de pâtes raté avec trois pâtes qui se battent en duel, il vaut mieux en rire.

Enfin, le filet de cabillaud accompagné d’une purée de pomme de terre n’est pas plus concluant. Trouvant la purée d’une fadeur extrême je me risque à la saler. Maladresse ! Je n’avais pas encore vu que le poisson et sa sauce étaient excessivement salés. Du coup le plat était immangeable. Dommage car le poisson était bien cuit et la sauce correcte.

mamashelter6.jpg
Quant au dessert, c’est le clou du spectacle. Nous avons pris la spécialité de la maison, le baba au rhum géant à partager. L’intitulé était vague et ne précisait pas pour combien de personnes il était destiné. 20 € tout de même.

Résultat, un énorme gâteau avec une couche épaisse de crème pâtissière. Le gâteau est sec, miséricorde ! Un baba au rhum doit arriver moelleux. Il n’y a plus alors qu’à rajouter du rhum pour qu’il devienne « spongieux ». Ici on aurait dit un pain perdu. La crème n’a aucun goût et le dessert est incroyablement écoeurant. Nous n’en n’avons même pas mangé la moitié.

Finissons sur une note positive.

La seule chose qui m’ait vraiment étonné dans cet endroit, c’est l’amabilité du personnel. Les petits jeunes essayent de bien faire, même s’ils sont encore loin d’être compétents. Du coup cela fend un peu le cœur de devoir descendre cette adresse. Pourtant, on en ressort tout patraque. Cette soirée nous aura coûté 113 € à 3, plus deux digedryl et trois tisanes pour digérer ce repas vraiment pas terrible. Pour le quartier et la qualité, c’est hors de prix. Encore une adresse modeuse qu’on oubliera bien vite. Sans rancune.

Mama Shelter, 109 rue Bagnolet, 20ème Paris

26 Réponses à “Critique Mama Shelter : un restaurant catastrophique.”

  1. Thierry
    5 juillet 2009 à 11:09 #

    Bonjour,

    Sur les conseils d’amis avisés je suis allé au Mama hier soir pour montrer à une amie de province un lieu « branché » et « sympa » de la capitale.

    1 Réservation par tel, pas de table avant 23H, ok pas grave.

    Pas de table en terrasse de libre, mais tant pis on y va quand même.

    2 Arrivée 22H45 (comme ça on peut boire un verre).

    3. je me présente à la jeune fille qui place, qui me dit « si vous voulez j’en ai une de libre de suite », pas bien placée et toute petite, nous lui indiquons que nous allons boire un verre au bar avant et qu’elle nous prévienne dès qu’une table se libère.

    4. Serveur du bar sympa

    5. 23H15 je fais savoir à la serveuse que je suis en terrasse et lui demande si une table s’est libérée, elle me répond d’un signe de tête agacé que NON…

    6. Je vais la voir à 23H30 pour lui re demander, et là elle me répond sur un ton désagréable que je n’avais qu’a prendre celle qu’elle m’avait proposé à 22H45 et qu’une table de 3 ce n’était pas simple…Je lui dit que j’avais réservé pour 23H et elle me répond que celle proposée était celle qu’elle m’avait réservée (sic…) et maintenant je n’ai qu’a attendre…

    Bon alors dépenser 50€ par personne pour manger de la merde dans un endroit branché je veux bien, mais me faire parler comme ça par une gamine de 20 ans, c’est de trop. Nous avons donc changé de restau…et je n’y remettrai pas les pieds.

    Pour notre amie de province c’était l’exemple idéal de la connerie Parisienne, un endroit « branché » ou on se fout du client car il y a la queue et donc (sauf si vous êtes une star), vous n’êtes qu’un N° ou une pompe à fric. C’est vrai qu’il n’y a pas besoin d’être « pro » ou « aimable » quand on est LE restau du moment mais quand même, ça me gène.

    Finalement, je suis bien content de m’en être aperçue avant l’addition, du coup je ne leur ai pa laisser mon argent, même si ils s’en foutent je préfère aller donner mon argent à des gens qui aiment ce métier en faisant de la bonne nourriture avec un accueil sympathique.
    J’en ai écumé des endroits comme celui-ci, mais ne pas savoir gérer des réservations, et un personnel « odieux » font vite revenir les endroits sans mérites et impersonnel là ou ils doivent être.
    On dirait une chaine pour l’accueil (et encore…), par contre les voituriers eux sont super-sympas, et ce ne sont certainement pas ceux qui gagnent le plus.

    Je vais faire de la pub, et je peux vous dire qu’ils ne feront pas de pognons avec mes relations…

  2. Amélie
    5 juillet 2009 à 14:04 #

    Vous rentrez, personne pour vous accueillir et vous cherchez désespérément une serveuse qui daigne vous répondre!!!!
    Le service est catastrophique, notre serveuse était odieuse.
    A peine assis, vous avez déjà envie de repartir…
    La bouffe est franchement décevante…
    L’ambiance surfaite!Le décor sans intêret.
    Le seul point positif: votre envie de partir est telle que vous ne prenez pas de dessert, l’addition s’en trouve allégée!!
    Nous étions 4,nous avons tous détesté cet endroit.
    A éviter absolument.

  3. Pedro
    8 août 2009 à 11:00 #

    Je vous trouve bien indulgent avec le personnel de cet adresse nullissime !!! L’accueil est déplorable, le service est long et désagréable. Franchement pas une partie de plaisir… Quant aux plats, je trouve que Senderens est plus là pour servir de caution qu’autre chose. A éviter.

  4. dragonosor92
    17 août 2009 à 19:08 #

    Bien que le style de CritikParis soit assez lapidaire et sans appel, je dois bien convenir qu’il vise particulièrement juste ce que l’on peut apprécier et regretter du Mama Shelter.

    La cuisine est globalement médiocre et le service est à peu prés comparable à celui du premier caboulot venu = service merdique sous couvert de branchitude

  5. Jean
    12 novembre 2009 à 10:13 #

    Le Mama Shelter, c’est comme à la cantine… mais plus cher et branché !
    Mardi soir, veille du 11 novembre, à l’occasion de l’anniversaire d’une amie, je me suis retrouvé avec 15 autres personnes au Mama Shelter. Bon, je dois avouer qu’avant d’y manger, j’avais déjà des aprioris sur ce temple de la bobocuisine du 20ème en face de la Flèche d’Or… navigation sur les blogs de critiques oblige ! Ok, aussi, je n’aime pas Starck et c’est lui qui a fait la déco, un mauvais point ! Valerie damidot et Starck sur ce coup, même combat ! Et je ne vous parle pas des fautes d’orthographes sur le plafond transformé en tableau noir géant ! Nous sommes donc arrivés excités à 21heures dans un restaurant blindé, avons été placé dépités à 22heures sur une longue et étroite table dont le plateau était constitué d’une suite d’écrans qui diffusaient des infos en continu. Oula ! La fausse bonne idée ! La table était brûlante faisant presque bouillir les carafes d’eau. Un petit garçon de 5 ans en face de moi était presque cuit à la fin de la soirée, les joues en feu ! Sa sœur limite rissolée ! Les cocktails et le vin sont arrivés après une demi-heure d’attente. Un bon point, les cocktails ne sont pas mauvais, mais il faut les boire vite avant qu’ils ne bouillonnent (et oui, à cause de la table hé hé). Bon un peu trop de glaçons quand même histoire de diminuer l’alcool et d’en commander un deuxième! Le vin, moyen moyen moyen (trois fois !). Les entrées quant à elles sont arrivées de façon aléatoire toutes les 30 minutes. Je n’ai mangé la mienne qu’à 23 heures et j’ai été obligé avec mon ami d’annuler nos plats principaux. Pour nous faire patienter on nous a apporté des plats que nous n’avions pas commandé (les moins chers de la carte !). Le serveur qui n’était certainement pas passé par un lycée hôtelier et qui devait avoir oublié la moitié de son cerveau dans les vestiaires même s’il était très souriant et gentil se confondait en excuses nous demandant chaque fois qu’il passait ce qu’il nous manquait… Après lui avoir dit 6 fois (si si sans mentir !) que nous n’avions pas eu nos lentilles œufs mollets, on a finit par l’envoyer se faire cuire un œuf ! Le service, zéro pointé. On vous fait circuler les assiettes comme à la cantine, vous faites passer aux autres dans la joie et l’allégresse, vas-y que je te sers du vin blanc dans ton verre où il te reste du rouge, vas-y que je débarrasse la table comme à la maison ! Bon, passons aux choses sérieuses, la qualité de la cuisine ! Alors là, limite. Ok, le concept comme à la cantine (cocottes Staub, verres avec votre âge derrière, assiettes usées etc.) c’est rigolo mais ce n’est pas bon !!! Mais alors vraiment ! Je ne me targue pas d’être un fin gastronome mais quand même, à ce prix ! La même chose dans un restaurant sans prétention avec une carte à 12 euros je suis preneur mais pas à 50 euros ! Non ! Mon entrée, les lentilles œuf mollet : Trop de moutarde, passable, mais franchement pas besoin de venir dans un resto chic avec voiturier à l’autre bout de Paris pour avaler ça. Le Parmentier de canard dans son grand plat familial (tellement chaud que tous mes amis ont depuis la bouche cloquée… après deux heures d’attente on avait faim !) vraiment pas de quoi casser trois pattes à un canard. Les coquilles St Jacques farcies, presque du Picard, vraiment ! J’ai gouté aussi les coquillettes au jambon (et oui CONCEPT) et miracle, miam, elles avaient bien le goût des coquillettes jambon, ni plus ni moins ! Certaines assiettes sur la table sont restées pleines. Les frittes maison à peine grignotées. Venons-en aux desserts ! Alors, nous étions tellement mécontents (et y’avait de quoi !) que le directeur nous a généreusement offert sa pompeuse « farandole » de desserts pour se faire pardonner. Et, encore une fois nous avons tous été déçu : un ananas tranché au gout d’ananas pas de surprise, des madeleines saupoudrées de sucre glace (pas de Proust car je les ai déjà oublié), une glace au chocolat (saveur dannette) et une à la vanille très sucrée et un baba au rhum sec (sans le rhum… un peu comme les cocktails…). En somme, un restaurant à éviter ! MERDE, la cuisine est quand même contrôlée par un ancien trois étoiles ! Le vrai bon point, on a bien rigolé et puis l’addition qui devait être salée (plus de 50 euros par personne) a été allégée par le patron histoire de se faire définitivement pardonner et surtout que des critiques comme la mienne ne finissent par sur le net. Loupé ! Moi, je ne m’explique la présence de monde dans ce restaurant que par le côté branché et l’espace. L’ambiance est, je dois l’avouer, très bonne. Pour boire un cocktail (à 14 euros le verre) entre amis, peut être cool ! Toutes les critiques sur le net sont sévères, seules les critiques sur les magazines essayent de le sauver… Pour terminer, je dirais que ce que je déteste le plus quand je suis au restaurant après le gôut des plats c’est de voir les assiettes arriver en décallées, devoir attendre 30 minutes que ses amis soient servi pour manger, devoir passer son temps à réclamer ses plats, devoir appeler sans cesse le serveur, devoir se bourrer de pain pour patienter etc.

  6. Eldorado
    26 décembre 2009 à 1:58 #

    Bonsoir,
    J’ai lu les divers commentaires qui ont été laissés sur cette page, je ne réagirai pas à tous mais certaines réactions m’ont interpelé.
    Notamment celle de julie (serveuse en salle, c’est toujours le cas?) qui avance comme gage de qualité l’affluence des réservations:
    Cela reflète très bien l’esprit qui y règne selon moi, sans viser le personnel en lui-même (qui ne fait que son travail après tout) mais plutôt les patrons qui sont derrière et qui doivent se frotter les mains en voyant les recettes chaque matin.
    Clairement, ici, le client est le roi.. des pigeons: nous avions réservé mais au moment d’arriver on nous dit que nous n’avons pas encore de table (en gros on surbook), le principe d’une réservation a l’air d’échapper ici.
    On se débarrasse de nous en nous expédiant au bar (blindé au passage, donc impossible de s’y asseoir). Personne ne nous demande si nous désirons quelque chose, nous n’avons même pas été débarrassés de nos manteaux..
    J’ai pris 2 minutes pour observer le chaos autour de nous (on se croirait à la gare: tout le monde se croise sans se regarder, les serveurs sont clairement débordés..) un homme en costume (mais sans cravate car ça fait plus branché j’imagine) nous demande si nous avons passé commande.. je souris (sourire nerveux, pas du tout amusé je précise) et lui réponds que non, mais qu’avant de passer commande on aimerait laisser nos manteaux au vestiaire, s’asseoir comme prévu, et voir un menu. Il s’enfuit aussi vite qu’il était arrivé.
    Inutile de rester plus longtemps, en sortant personne ne nous dit « au revoir » sauf un jeune homme à la réception de l’hôtel (très optimiste car il a même osé le « à bientôt »)
    Pour ce qui est de la déco je n’ai pas vraiment pu me faire une opinion, car il faisait très très noir, et puis ce n’était vraiment pas principale préoccupation.
    Je trouve lamentable de berner les gens de cette façon en avançant un concept « famille », « partage » et tout le blabla qui va avec..
    Ceci dit l’endroit est blindé, il faut bien le reconnaitre.. comme quoi Paris est bel et bien envahi par les pigeons.

    Amicalement.

    PS: Je trouve la critique concernant le « Old Cuban » (et non Old Kube) un peu sévère, j’ai goûté ce cocktail à NY au Pegu Club et j’ai trouvé ça très rafraichissant, un peu féminin par contre, donc je ne conseillerais pas, mais l’association rhum/menthe/gingembre/champagne fonctionne très bien!

  7. pyram
    8 juillet 2010 à 9:53 #

    Personnel en nombre insuffisant, gentil mais débordé.
    Petits plats sans invention donc chers pour le maigre résultat proposé, mais surtout ce bruit insupportable (plafonds bas, murs lisses, cris de toutes parts pour se faire entendre et, surtout, cette « musique » recouvrant le tout, assénée avec ses basses qui tuent !
    Quel soulagement quand on sort rue de Bagnolet.
    Ne plus revenir surtout…

  8. Alex
    4 août 2010 à 13:38 #

    Je ne vais plus manger y depuis très longtemps mais habitant le quartier j’ai décidé il y a quelques jours d’aller prendre un verre avec mon ordi sur la terasse car il faisait beau.

    Et bien la connection internet est de 10 EUROS l’HEURE!!!! Oui oui on ne rêve pas!

    Mais ca va dans le sens de toute l’arnaque de cet endroit!

  9. Anne
    28 septembre 2010 à 14:05 #

    Ne jamais écouter les blabla aller voir par vous même
    l’addition 113,00€ a 3 soit 37.€60 par personnes si vous souhaitez moins cher aller a mac do
    vous avez une super ambiance de la musique super sympas le midi on mange pour 20€ et le soir pour 45€ vous êtes a paris dans un endroit unique alors écouter pas les commentaires faites vous une idée par vous même de plus trés peu d’endroit à Paris on des serveurs trés sympathiques qui ne vous prennent pas de haut

  10. 28 septembre 2010 à 15:55 #

    J’ai l’impression que MacDo devient désormais la référence suprême lorsqu’il s’agit de justifier les prix excessifs d’un restaurant.
    Voici le raccourci présenté : Pour bien manger, il faut casquer. Pas cher = qualité Macdo.

    Pourtant j’ai peine à croire que le Mama Shelter soit une bonne adresse et d’un bon rapport qualité/prix avec un ticket moyen de 37 € par personne pour des plats plus que médiocres.

    Pour vous donner un ordre d’idée, avec 37 € vous pouvez aller :
    - au Rosebud, rue Vavin avec Plat + Dessert + verre de vin + café,
    - au Congrès Auteuil, menu à 34 € : Entrée + Plat + Dessert + Apéritif + Café + 1/2 bouteille de Vin,
    - Au fumoir, au Pub saint-germain où vous trouverez une ambiance toute aussi sympathique qu’au Mama Shelter.
    - et même un hôtel de luxe : Le Hyatt Madeleine avec un club sandwich à 15 €.

    Ces adresses précédemment citées ont toutes un point commun :
    on y mange bien, le rapport qualité/prix y est excellent, l’ambiance est au rendez-vous et les serveurs sont aimables.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl