Critique : Brasserie des Beaux-Arts, Flo, Toulouse.

beauxarts2.jpg

Un dimanche midi aoutien, à Toulouse. Nous voulions d’abord aller à l’Entrecote, étape obligatoire à chaque fois que nous descendons à Toulouse. Mais à 13h, la queue qui s’étendait sur une bonne partie du trottoir nous a fait changer d’avis. Nous nous sommes alors rabattus sur la Brasserie des Beaux-Arts, quai de la Daurade, sur les bords de la Garonne.

La brasserie appartient au groupe Flo. Mêmes cartes et prix que dans les brasseries parisiennes tenues par le groupe.  Le restaurant ne manque pas de charme, surtout en été, avec sa terrasse permettant de profiter de la chaleur méridionale à l’ombre des platanes. A l’intérieur, la salle principale est ornée de belles boiseries qui rendent toutefois la pièce un peu sombre. Une grande desserte et son piano en marbre trônent au milieu de la pièce.Les touristes et les habitués viennent ici pour prendre leur temps, les dépenses se font sans vraiment compter. Le dimanche, on se fait plaisir. D’ailleurs le succès de la brasserie ne se dément pas, la salle est pleine et il nous a fallu attendre 10 minutes avant d’obtenir une table.

beauxarts1.jpg
La carte. Les brasseries Flo se vantent d’avoir répercuté la baisse de la TVA sur l’ensemble de leur carte. La brasserie des Beaux-arts ne fait pas figure d’exception. Ainsi la formule plat/dessert à 23 € est passée à 20,28 €, le tartare est passé de 17 à 15 € et les desserts de 8 à 7 €. Autrement dit, les prix excessivement élevés pour Toulouse sont devenus simplement … « élevés » pour la ville rose.

Nous prenons deux menus « brasserie » avec une entrée/plat et un plat/dessert. D’habitude les formules sont bien plus avantageuses que de prendre les plats séparément mais ici il n’y a que 60 cts de différence. Par conséquent, si les desserts du menu ne vous plaisent pas, prenez donc tout à la carte. La carte propose de grands classiques de la cuisine française comme le tartare ou des pièces de boeuf en y ajoutant quelques produits du terroir comme le cassoulet.
Les 6 huîtres claires. Proposer des huitres en plein mois d’aout, c’est une hérésie. Alors les prendre, cela relève carrément du sacrilège. Résultat, elles n’ont vraiment rien d’extraordinaire.

Les plats. Le tartare de boeuf charolais est servi avec ses éternelles pommes frites et salade. La viande est trop pâteuse (sûrement trop de blanc d’oeuf) et le tartare est un peu fade. Les frites, elles, sont correctes, mais la salade n’a pas une pointe d’assaissonnement. L’agneau est plus convaincant, la viande est tendre et bien rosée comme demandé, et le gratin d’aubergines qui l’accompagne est délicieux.

beauxarts3.jpg
Venons-en au dessert. Le pot de crème au chocolat s’avère parfaitement décevant. Après quelques bouchées il en devient écoeurant, je peine à le finir. Nous avons accompagné notre repas de deux verres de vin, un Tariquet blanc moyen (4,60 €), et un Salette rouge (4,70 €) correct. Le café est bon (2,38 €).

Bref, toutes ces brasseries Flo sont interchangeables. Ce n’est pas mauvais, les plats sont bien présentés, mais il y a certainement mieux ailleurs. La carte est ennuyeuse, et les prix trop élevés.

Brasserie des Beaux-Arts, 1 Quai de la Daurade, Toulouse

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl