Archive | 2 février 2010

Critique : Brasserie Flore, Lille, un désastre.

flore5.jpg

Sortons nos pertuisanes, dégainons nos hallebardes et parons pour un combat qui s’annonce épique : faire une critique de cette gargotte, le café Flore à Lille. Tout avait pourtant bien commencé. Il est 14h30, le rush de midi est passé et il devrait être facile de manger rapidement à cette heure-ci. La salle intérieure se veut cosy, ce n’est pas parfaitement réussi mais l’ensemble tient la route et le lieu est confortable.

flore1.jpg
La carte. Une formule plat/dessert à 16,50 € (19,60 € avec une entrée), un tartare frites à 10,60 €, un onglet et un pavé de rumsteack à 12 €, des desserts à 4 ou 5 €.Les prix sont tout à fait raisonnables, voilà un bon point.Malheureusement la cuisine ne suit pas et les plats sont bien transparents. Le saumon est trop cuit avec une sauce béarnaise quelconque, quant au cabillaud accompagné de sa poêlée de légumes et pommes de terre, l’ensemble est assez fade. Mon onglet de boeuf ne s’en sort pas vraiment mieux avec une viande beaucoup trop filandreuse et qui n’a pas beaucoup de goût. Seul point positif la salade de lardons, tomates et fromage en entrée était réussie et bien assaisonnée.

flore2.jpg
Enfin, les desserts n’ont rien d’extraordinaire eux non plus : le tiramisù de fruits est correct, mais la composition d’abricots accompagnée de sa glace n’a vraiment aucun intérêt. Les abricots sortent directement de la boîte de conserve Andros, ils crient au désespoir d’être mangé : « épargnez-nous, par pitié ! ». On devrait plus souvent écouter les recommandations des fruits lorsqu’ils nous parlent …

Le service. Parlons-en. Un service à rallonge qui se perd dans un marasme incontrôlé. Mais parlons plutôt de notre mésaventure, que nous aurions pu intituler « l’épisode de la gaufre maudite ». Nous sommes revenus au café de Flore le lendemain. Nous voulions aller chez Meert mais le dimanche, ils n’ouvrent pas avant 15h. Comme nous n’avions pas envie d’attendre 50 minutes sous le crachat lillois, nous nous sommes donc rabattus sur le Flore. Bien mal nous en a pris.

flore3.jpg

Nous nous installons à 6 en terrasse après quelques réticences de la part du serveur qui estimait qu’il n’y avait plus de places disponibles alors que 13 tables restaient inoccupées. En réalité, le serveur préférait prétexter l’indisponibilité des tables plutôt que d’avoir à les débarrasser. Malin le bougre !
Finalement nos tables ne sont pas propres, nous finissons par faire le boulot à sa place en prenant les nappes, les roulant en boule et les jetant sur la table voisine. Nous ne savions pas où était la blanchisserie, sinon nous aurions pu les y porter.

30 minutes plus tard, les cartes arrivent ! Hourra ! Après avoir hélé, alpagué, attrapé au lasso le serveur, nous prenons enfin la commande : 5 gaufres dont 3 au chocolat/chantilly, une au chocolat et l’autre à la confiture, plus un café gourmand accompagné d’un coca et de 4 thés. Le serveur très sûr de lui ne prend pas de notes sur son calepin. Après tout il n’y a que les gugusses qui ont besoin de noter les commandes pour s’en rappeler, n’est-ce pas ?Mais qui voit-on 5 minutes plus tard ruer dans les brancards, l’air tout penaud comme s’il avait commis une bêtise ? Notre cher serveur qui avait oublié la moitié de notre commande. Un peu d’humilité de sa part n’aurait pas été du luxe.

flore4.jpg
Puis un quart d’heure plus tard, le serveur revient nous annonçant froidement qu’il ne reste plus que 2 gaufres en cuisine et qu’il faut changer notre commande`après 1h10 d’attente. Foutage de gueule ? Nous troquons donc nos 3 autres gaufres contre des crêpes. Et les minutes continuent de défiler, jusqu’à ce que notre commande arrive enfin, 1h30 plus tard. Les gaufres sont lamentables, molles, réchauffées. La sauce chocolat est industrielle. Les crêpes ne s’en sortent guère mieux. La confiture est servie dans un pot individuel, la chantilly sort de la bombe. Et pour les thés, c’est le pompon. Une théière d’eau chaude pour 2 et bien sûr pas de sucre. Exaspéré, j’ai fini par me lever pour aller le chercher moi-même. Je suis tombé sur une serveuse qui me promettait de m’apporter mon sucre dans quelques instants, le temps qu’elle termine tranquillement sa conversation avec une autre serveuse. Ne l’entendant pas de cette oreille, j’ai dû vivement insister pour obtenir le sucre immédiatement, ne voulant pas encore attendre 1h de plus (nous lui avions déjà demandé une carafe d’eau et des verres, nous les attendons toujours). D’ailleurs les gens derrière nous et nos voisins de gauche semblaient tout aussi exaspérés que nous, la serveuse les ayant conscencieusement oubliés.

Il faudrait remettre les pendules à l’heure. On ne travaille pas dans la restauration quand on exécre les clients et qu’on a une mémoire digne d’un escargot agonisant. C’est comme une institutrice qui détesterait les enfants ou encore une sage-femme qui pousserait des cris d’orfraie à la simple vue d’un bébé.

Mais la plaisanterie ne s’est malheureusement pas arrêtée là. Lorsque le serveur est venu nous apporter notre commande, il nous a ordonné de payer immédiatement car il finissait son service. Nous avions attendu 1h30 pour avoir 3 pauvres crèpes, et ce seigneur exigeait le paiement à la seconde près. Je ne vous retranscrirai pas la suite de l’histoire, mais nous n’avons pas été très polis avec le monsieur. Parfois, il y a vraiment des claques qui se perdent …

Brasserie Flore, 11 Place Rihour, Lille
bouteille de Muscadet correct (14,50 €), café pas terrible 1,50 €

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl