Archive | 22 avril 2010

Critique : Les Petites Sorcières, Ghislaine Arabian, restaurant excellent, top-chef.

petitessorcieres1.jpg

C’est bien beau de jouer les experts intransigeants à la télé dans des émissions comme Top-Chef sur M6, mais il faut s’attendre ensuite à recevoir des critiques assassines à la moindre incartade lorsqu’on tient soi-même un restaurant.
Pourtant Ghislaine Arabian, chef doublement étoilée, a relevé le défi en offrant une cuisine de grande qualité dans son néo-bistrot en plein cœur du 14ème, un quartier peu habitué à recevoir de telles pointures en matière de gastronomie. Le nom du restaurant ? Les Petites Sorcières.

Rassurez-vous, les lieux n’ont pas été colonisés par de vieilles maritornes concoctant potions et élixirs dans des fioles. La réalité est tout autre avec ce micro-bistrot d’une dizaine de tables dans une déco sobre et simple. Aux fourneaux, une armée de cuistots sert la cuisine de Ghislaine. Tandis que la propriétaire est en salle et s’occupe de l’accueil de ses clients, épaulée par un serveur. Le soir, pas de menu. Juste une belle carte riche et aux formulations parfois un peu ampoulées.

 

petitessorcieres2.jpg
La carte est très originale et propose des produits dignes d’un resto étoilé.

Nous débutons notre repas par une superposée d’anguille, poireaux et poivrons, crème de Raifort (10 €). Que dire si ce n’est qu’on approche le nirvana gastronomique. Le plat est original, très fin, met en émoi nos papilles et les retourne sans gêne avec cette gelée qui lie parfaitement l’anguille avec les poireaux et poivrons cuisinés. La crème de Raifort apporte légèreté et volupté au plat.
Continuons cette si belle lancée par deux soles de Petit Bateau boulonnais aux huîtres, purée au citron confit (29 €). Que plaisir de dépecer un poisson sans que les arêtes viennent jouer les trouble-fêtes. La sole est fondante et se marie parfaitement avec la purée légèrement citronnée qui ajoute son degré d’amertume. Là encore, le résultat est sans appel : c’est divin.

petitessorcieres3.jpg
Et finissons maintenant par le dessert avec un parfait glacé à la chicorée, sabayon à la bière blanche (10 €) et un tiramisu des Petites Sorcières aux cerises amarena et amaretto (9€). Pas bête du tout d’utiliser la méconnue chicorée pour multiplier les arômes de café. Cet ersatz s’associe avec subtilité avec le sabayon à la bière. Quant au tiramisu, il est correct mais relativement ordinaire.
Nous avons accompagné notre repas d’une bouteille de Fiona blanc Pays d’Oc (26 €) excellent, puis d’un verre de Jurançon pour le dessert (8 €) : une merveille en bouche.

Et pour finir, un café (2 €) très amer. Peut-être pour nous préparer à une addition toute aussi corsée : 123 € à nous deux. Cela rappelle les cours de récré lorsque les enfants jouent à « 1,2,3 soleil ». Mais cette fois-ci, l’astre de lumière a été remplacé par le moins souriant signe « euros ».

petitessorcieres4.jpg

Alors bien sûr c’est très cher, mais la cuisine de Ghislaine Arabian est vraiment exceptionnelle, digne d’un restaurant étoilé. La carte est marquée de son empreinte, avec des plats vraiment originaux. S’il fallait vraiment s’attarder sur les détails on pourrait juste préciser que la qualité du pain n’est pas extraordinaire et qu’il faudrait augmenter la distance « inter-table » pour plus de confort. Mais quand tout le reste est excellent, ce genre de broutilles devient vraiment secondaire.

Les Petites Sorcières, 12 rue Liancourt, Paris 14ème

 

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl