Critique : Aki, restaurant japonais rue Sainte-Anne, Okonomiyaki.

aki3.jpg

Installé au beau milieu du quartier nippon, à quelques encablures de l’Opéra et de la Comédie Française, Aki est l’un des restaurants les plus courus de la rue Sainte-Anne. Espérer avoir une place passées 19h, relève d’une candide volonté. Dans ce genre d’adresses, il faut se la jouer « différent », être à contre courant des autres clients, ie. venir très tôt ou faire la fin du service … voire aider à débarrasser et faire la plonge.

Aki est réputé pour ses célèbres Okonomiyaki, dont raffolent paraît-il les habitants d’Hiroshima. L’okonomiyaki est une galette à base de farine de blé, d’oeufs et de chou accompagnée de morceaux de porc, crevettes ou fruits de mer, le tout cuit sur une plaque chauffante (teppan). Et pour finir une couche de sauce « Okonomi » faite d’un mélange de vinaigre de saké, de miel et de purée de légumes (cf. Wikipedia). Le tout est recouvert de Katsuobushi, autrement dit de bonite séchée, fermentée et fumée (la bonite est un poisson cousin du thon). Cette bonite, sous l’effet de la chaleur se meut comme des ailes de papillons et donne l’impression que la galette vit encore. Le spectacle est assez étonnant mais pas forcément très rassurant …
aki2.jpg

Le restaurant dispose d’une petite sale au rez-de-chaussée, et d’une autre salle peu recommandable aux claustraux, en sous-sol. Les gens s’amassent souvent dans l’escalier en attendant de décrocher une table. Lorsqu’on est deux, se poser au comptoir est une expérience originale pour voir le cuisinier élaborer les plats à la demande.

Nous décidons de prendre un menu Okonomiyaki à 13,50 € et un Tori Teriyaki don, poulet sauté et caramélisé sur un lit de riz blanc à 9,50 € (accompagné d’une soupe Miso).
Le menu Okonomiyaki. Pour commencer l’inévitable soupe Miso comme on en trouve dans n’importe quel restaurant asiatique, puis une salade japonaise. La salade n’a vraiment aucun intérêt : des miettes de salade comme on en trouve dans un Bigmac, accompagnées de tomates sans goût et le tout recouvert d’une sauce vinaigrette. Hors sujet. Vient ensuite le plat de résistance, le fameux Okonomiyaki. Comme dit précédemment, le plat n’est pas banal, mais est-ce vraiment bon ? Le plat ne joue pas dans la finesse, le tout est assez pataud. La sauce est très vinaigrée, elle rend le plat écoeurant et bourratif. Personnellement, je n’ai pas aimé mais tout est affaire de goût.

aki1.jpg

A. a eu plus de chance en prenant son Tori Teriyaki don. Des morceaux de poulet légèrement sucrés. Un plat fin et parfumé, une vraie réussite.
Nous avons accompagné notre repas de deux thés verts japonais. Nous avons osé réclamer du sucre. Certains me diront que c’est une hérésie, mais je ne suis pas fan du thé sans sucre. Nous avons senti comme un vent de panique en cuisine face à cette demande incongrue. Résultat, une coupelle de sucre rationné comme si la guerre nous menaçait.
Finalement, Aki ne m’a pas pleinement convaincu. Leur spécialité est à réserver aux froides soirées d’hiver où l’estomac réclame une pitence bien généreuse et calante. Pour le reste, le service est un poil désorganisé, et l’attente pour avoir une table déraisonnable.

Aki, 11bis rue Sainte-Anne, Paris 1er
pas de réservation possible

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Une réponse à “Critique : Aki, restaurant japonais rue Sainte-Anne, Okonomiyaki.”

  1. 26 juillet 2010 à 5:32 #

    Aki est pour moi un restaurant bon marché pour manger une okonomiyaki.
    Si vous êtes en sous-sol vous pouvez voir le chef préparé ces okonomiyakis et elles sont en fait pré-cuites. réchauffées au dernier moment en ajoutant le porc, ou les crevettes selon les commandes.

    Les restaurants japonais c’est comme tout, il faut y mettre le prix pour tomber sur quelque chose de bon.

    Sinon je vous conseille de tester leur « takoyaki » boulettes frites de pieuvre, spécialité d’Osaka, qui n’est servi que le soir.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl