Critique : Mini-Palais, nouvelle version Eric Fréchon. Réouverture Grand Palais.

mp1

Après des mois de travaux, le Mini-Palais rouvre enfin ses portes pour nous offrir une cuisine de haute volée. Installé dans une aile du Grand Palais, le restaurant s’est enfin approprié la richesse architecturale de cette ancienne annexe de la fac Paris IV. Fini les couleurs tristes et l’agencement fait en dépit du bon sens, et place à de grands volumes parfaitement maitrisés avec une décoration élégante. Tables en bois sombre, banquettes aux coussins grège, murs couleur taupe et répliques de bustes antiques installées sur de grandes étagères. Sans oublier les poutres métalliques apparentes peintes en vert grisonné pour rappeler la structure « Eiffel » du Grand Palais. Les travaux de restauration ont fait de cette salle sans âme, un lieu chic et cosy.

Et la clientèle ne s’est pas trompée. Le restaurant croule sous les réservations et les « beautiful people » affluent de toute part : mannequins, agents et attachés de presse, happy few japonais à la pointe de la mode, et quelques curieux amusés.

mp2
La carte. Elle aussi fait sa rentrée avec une carte estampillée « Eric Fréchon » – le grand chef, triple étoilé du Bristol. Bien qu’il ne supervise en rien la cuisine, son nom est apposé sur la première page du menu, comme pour donner une certaine crédibilité à la carte. Mais par miracle, les prix ne se sont pas envolés par rapport à l’ancienne version du restaurant. A midi, une formule à 28 € comprend le combo entrée/plat ou plat/dessert. La carte propose également un certain nombre de plats comme un suprême de volaille aux girolles, un cabillaud à la coriandre et citronnelle ou encore un pluma de cochon au tandoori.

mp3
Les plats. Le foie de veau de la formule est impeccable avec un jus de cuisson se mariant au goût de la purée de pommes de terre. Le merlan frit/chips (17 €) ne déçoit pas non plus malgré une présentation bâclée avec un poisson noyé dans une assiette aux dimensions démesurées, ne faisant qu’accentuer la générosité toute relative du plat. Mais au goût, le fish&chips ne résiste pas bien longtemps aux coups de fourchette et aux éloges. Croustillant à l’extérieur avec sa croûte de chapelure frite, et laissant ensuite apparaître un poisson fondant en bouche. La sauce tartare est excellente et les chips aillés sont correctes, quoi qu’un peu grasses.

Les desserts. Pas de grande surprise avec des touches sucrées oscillant entre les 7 et 10 €. L’Irish coffee (7 €) pourrait sortir d’une esquisse de créateur de mode, avec une conception artistique très graphique. L’intérieur n’est pourtant pas aussi surprenant avec un mélange rapidement écœurant de chocolat, crème fraiche et biscuit cuiller imbibé de whisky.

mp4

Quant au dessert de la formule, il est croquignolet. Des chouquettes microscopiques garnies de glace au café et recouvertes de chocolat chaud. Léger mais réservé aux plaisirs polissons d’une clientèle très fashion et soucieuse de sa ligne.

Le repas finit par un café (3 €) accompagné de pets-de-nonne (qu’on pourra aussi appeler bugnes ou roussettes pour remplacer ces propos blasphématoires).

mp5

L’addition. 65 € à deux, pour avoir profiter d’une adresse dans le vent. Ma foi, la cuisine du Mini-Palais n’est pas déplaisante, et mériterait sûrement un autre voyage.

Mini-Palais, Grand Palais, Perron Alexandre-III. Av. Winston-Churchill, Paris 8ème

Réservation indispensable, terrasse agréable aux beaux jours

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl