Archive | 4 novembre 2010

Critique : Arcadi Café, tartes à Bruxelles. Catastrophe.

 

arcadicafebruxelles2.jpg

Après avoir crapahuté de longues heures dans les rues et musées de la ville, le touriste est souvent exténué et ne souhaite qu’une seule chose : trouver un café où il pourra enfin se reposer. Comme il ne connaît pas la ville, il s’en remet aux sacro-saints conseils de son guide de voyage. Cette stratégie souvent gagnante n’a pourtant pas porté ses fruits lorsque nous avons décidé d’aller à l’Arcadi Café, à Bruxelles.

Dans l’enceinte des galeries Saint-Hubert, le restaurant possède une belle terrasse débordant sur la très majestueuse galerie de la Reine. A midi, l’adresse est prise d’assaut et il faut jouer des coudes pour obtenir une table. A notre arrivée, nous avions repéré une belle table où nous proposions de nous serrer pour tenir à trois. Refus catégorique du serveur, nous laissant en plan comme deux ronds de flan.

Après de longues allées et venues, nous finissons par trouver une autre table cette fois-ci dans la galerie, mais sans chaises. Cette situation incongrue n’avait pas l’air de déranger les serveurs, et nous avons fini par dénicher nous même les chaises manquantes. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, paraît-il.arcadicafebruxelles1.jpg

La carte. Des tartes salées à 7,50 € (provençal, forestière, épinards, …) des lasagnes à 10 €, et des tartes sucrées à 4 €. A priori, une adresse qui a tout l’air du bon plan. Mais quand il s’agit de commander, le gag commence. Non il n’y a plus de tarte forestière, non il n’y a plus de tarte épinards, un samedi midi vers les 13h. Quel sérieux !

La tarte provençale et les lasagnes. Nous avons mangé divinement mal. Pâte brisée spongieuse, légumes sortis tout droit de leur boîte de conserve, poivrière renversée dans le plat et colorant en veux-tu en voilà laissant présager du passage de la tarte dans une zone radioactive. Ne parlons même pas des lasagnes réchauffées au micro-ondes, signées William Saurin. Au vu des réactions dithyrambiques sur internet, le Arcadi doit sûrement proposer des tartes sucrées correctes. En tout cas, les salées sont terriblement mauvaises.

Le service. Comme dit précédemment : odieux du début à la fin, avec un je-m’en-foutisme assez déconcertant. L’apothéose du repas fut sans doute la petite phrase que m’a lancé le serveur : « si vous pouviez vous pousser, que je passe ». Oui bien sûr, et une tarte dans la figure, c’est possible ?

L’addition. Dans ces cas-là, le désir est grand de partir sans payer, de faire les 400 coups et oublier ce repas diablement mauvais. Mais les deux caméras discrètes scrutant les clients nous auront fait changer d’avis. Il aurait été malheureux de finir la nuit au poste pour une histoire de tarte.

Finalement le malotru aura même refusé que nous payions séparément en espèces. Ce n’est qu’en menaçant de partir sans payer qu’il finit par nous proposer une solution « alternative » : accepter exceptionnellement de prendre la carte, même si la somme plancher n’était pas atteinte. Ca c’est un beau geste !

Rue d’Arenberg 18, 1000 Bruxelles

Grimbergen 25cl à 3,50 €, bouteille d’eau 50 cl à 3,90 €

(la carafe d’eau n’est pas rentrée dans les mœurs bruxelloises)

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl