Archive | 19 décembre 2010

Critique : Bar du Shangri-La Paris, prix, Tour Eiffel, Avenue Iena.

shangrilaparis2.jpg

Paris vient d’accueillir cette semaine un nouveau palace : le Shangri-La. La capitale n’avait pas connu telle inauguration depuis 1928 (hormis le Fouquet’s Champs-Elysées, mais est-ce vraiment un palace ?). Premier hôtel du groupe asiatique installé en Europe, le Shangri-la Paris a su redonner sa splendeur à un hôtel particulier autrefois occupé par la CFCE (Centre Français du Commerce Extérieur, devenu aujourd’hui Ubifrance). L’hôtel de 81 chambres et 27 suites a été inauguré vendredi 17 Décembre, à 17h, dans les murs de l’ancien hôtel particulier du prince Rolland Bonaparte, petit-neveu de Napoléon Bonaparte.

Installé au 10 Avenue d’Iena, le palace affiche un luxe discret accompagné de quelques touches orientales. Quelques palmiers rafraîchis par la neige accueillent les clients dès l’entrée. A l’intérieur, la modernité se marie à la décoration raffinée de l’hôtel. Des hôtesses vous accueillent dans le hall tel des voyageurs en Business sur la Singapore Airlines.

shangrilaparis1.jpg
Le bar propose de boire un verre dans une ambiance feutrée. On peut également s’installer dans l’un des salons de l’hôtel particulier. Certains sont recouverts de boiseries, d’autres sont décorés style Empire.

Nous nous sommes installés dans le salon disposant d’une belle cheminée. La décoration Empire est soignée avec ses plafonds peints de style pompéien, son parquet en bois et ses tentures crème. Le salon est agrémenté d’objets chinois et de compositions florales. Le mélange des genres est parfaitement équilibré. Confortablement installés dans des fauteuils Louis XVI, nous pouvions nous réchauffer devant la cheminée, les serveurs ravivant les flammes éparses avec bûches et tisonniers.

shangrilaparis3.jpg

La carte. Elle oppose sa résistance à être effeuillé, telle une femme hésitant à dévoiler ses charmes. On l’effleure du regard et voit subrepticement quelques prix s’échapper, jaillissant tels des lames aiguisées de pertuisanes. Coupe de champagne brut à 22 €, 26 € pour le rosé. Cocktails à 25 €, verres de vin avoisinant les vingt euros. En cherchant bien, on finit par débusquer un verre de Riesling blanc ou un Sauvignon rouge Haut-Médoc à 12 €.

Les ascètes ne désirant pas perdre leur conscience dans les vapeurs éthyliques de l’alcool, se réfugieront vers des valeurs sûres : thés à 9 €, chocolat à 10 € et sodas à 9 €. Pour les petites faims, fingers foods à 15-18 € (fois gras toastés, focaccia, saumon).

shangrilaparis4.jpg
Nous nous sommes laissés tenter par un verre de Sauvignon Haut-Médoc. La robe est belle mais le vin est pourtant un peu faible. Les amuses-gueules ont finalement récupéré l’affaire avec de belles noisettes enrobées au gingembre et des amandes grillées. Les qualités de l’un masquaient les faiblesses de l’autre.

Piqués par notre curiosité et par notre gourmandise, une assiette de blinis au saumon s’est vite retrouvée sur notre table (15 €). Les bouchées furent excellentes : le saumon était fondant, les blinis légèrement citronnés tout comme les concombres. Par-dessus, des œufs de lump prolongeaient le goût de la mignardise. On aurait seulement pu reprocher leur prix vertigineux : 5 € l’unité.

Service. Avenant et plein d’attention.

shangrilaparis5.jpg
Verdict. Difficile de ne pas comparer le Shangri-La au Royal Monceau, deux palaces qui ont ouvert à quelques semaines d’intervalle. Pourtant, le Shangri-La garde une belle longueur d’avance. Le Royal Monceau est partie tête baissée, enorgueilli de son vieux succès imprimé sur carte postale. Le palace a succombé aux sirènes de la mode en faisant appel à l’inénarrable Starck. Le résultat est certes plaisant, mais terriblement surfait. Ne parlons même pas du bar où la maison a préféré entasser ses clients dans un lieu exigu, plutôt que de leur offrir un salon confortable. Au contraire, le Shangri-la est partie sur une base saine : l’humilité. Pas de superflu, le palace a su habillement marier le luxe français au charme oriental. Le résultat est plus que réussi.

Hôtel Shangri-La, 10 Avenue d’Iena, Paris 16ème

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl