Critique : Bô Zinc Café, Avenue Mozart, 16ème. Brunch pas cher, diner bon marché.

bozinc.jpg

En plein cœur du 16ème arrondissement, se niche un petit café nourrissant les appétits bien rangés de leurs clients obséquieux. Au croisement de l’Avenue Mozart et de la rue de l’Assomption, le Bô Zinc propose une carte simple et bon marché. L’adresse appartient au même propriétaire que le Bistrot des Victoires et le Café de l’Empire.
On retrouve ainsi le même concept, la même carte et ses prix doux. Dimanche, les habitués se ruent sur le brunch à 16 € tout a fait honorable. Les autres jours, des plats simples sont proposés aux alentours de 10 €.

La clientèle. Très hétéroclite. Des étudiants jouant les fauchés, des cols blancs s’attablant à cinq ou six pour débiter leurs conversations convenues, et même de grandes dames en vison. Nous aurions cru manger à côté de Nadine de Rothschild et Liliane Betancourt, jouant les charretières des beaux quartiers.

La salle. Une déco retro avec des murs capitonnés, des palmiers perdus dans cette jungle urbaine et bien sûr un beau comptoir en zinc. Sans oublier une grande horloge trônant au fond de la salle comme pour vous rappeler qu’il ne fait pas bon rester trop longtemps à sa table. Il faut que ça tourne, mon bon monsieur !

Les plats. Le poulet rôti nous offre ses plus bas morceaux mais la purée d’accompagnement rattrape l’impair. Le tartare de saumon et sa roquette est excellent, le brunch correct. Le café gourmand distribué à la chaine n’a pas grand intérêt. 6,50 € pour quelques mignardises sortant directement de leur emballage réfrigéré.

Le service. Expéditif avec un patron des plus acariâtres. Les prix bas de la carte doivent être rentabilisés et les services s’enchainent. Mais le plus dérangeant, ce sont surtout ces tables incroyablement collées les unes aux autres. Les conversations s’emmêlent, les coudes se croisent, la chaleur devient suffocante. Pour sortir de la banquette, il faut s’aller à des exercices de contorsion, slalomer entre le flacon de vin et la carafe d’eau.

Faut-il y aller ? La promiscuité des tables me dissuade à chaque fois du contraire. Mais devant de tels prix imbattables, je me résous toujours à mettre de côté mon agoraphobie (je plaisante bien sûr).

Café du Zinc, 59 Avenue Mozart, Paris 16ème

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Une réponse à “Critique : Bô Zinc Café, Avenue Mozart, 16ème. Brunch pas cher, diner bon marché.”

  1. virgi
    10 juillet 2011 à 19:02 #

    C’est vrai le décor est agréable, la cientéle aussi et les prix sont hyper abordables. Par contre le service laisse vraiment à désirer et le patron est odieux. J’espère qu’il lit de temps en temps les commentaires, que ça puisse le faire réfléchir. Parce que tout de même, ce n’est pas parce que les prix sont bas qu’il faut mépriser ses clients. Ce n’est même plus une question de professionnalisme à ce niveau, c’est tout simplement de la bêtise de sa part et rien que pour ça, j’évite de mettre les pieds dans ses établissements.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl