Archive | 13 juillet 2011

Critique : Ouverture du Mandarin Oriental Paris, Avis bar, patio, Saint-Honoré. Raté.

mandarinorientalparis2.jpg

Après plusieurs mois de travaux, l’hôtel Mandarin Oriental vient d’ouvrir ses portes, au 251 rue Saint-Honoré. Le fleuron de la marque hongkongaise s’est installé dans un ancien bâtiment des années 30, autrefois occupé par le Ministère de la Justice.

Son ouverture confirme une volonté forte des groupes hôteliers asiatiques de conquérir la capitale française. Après le Raffles investissant le Royal Monceau, puis le Shangri-La s’installant dans un magnifique hôtel particulier ayant appartenu au petit-neveu de Napoléon, le Mandarin dévoile à son tour sa vision du luxe.

La visite. L’entrée de l’hôtel est un peu « cheap » avec sa moquette tachetée de diodes LED rappelant certains magasins de fringues sur les Champs. Un long couloir mène jusqu’au lobby et sa grande verrière. D’ici, on découvre le patio enclavé de l’hôtel, mais aussi les façades tristes et les parties communes impersonnelles. Un grand bassin extérieur sépare les terrasses du bar et du restaurant. L’hôtel invite davantage à la neurasthénie qu’à la méditation.

Il aurait fallu jouer franco la carte asiatique. Mêler les deux cultures comme au très réussi Shangri-La où les chinoiseries cohabitent avec le charme d’un hôtel particulier de la fin du XIXème. Eviter la demi-mesure au risque de ressembler à ces centres commerciaux climatisés qui peuplent les quatre coins de la planète. On comprend bien sûr l’appel de l’hôtel à la simplicité et à la « plénitude », mais le lieu n’inspire ici que solitude et sentiment d’oppression.

mandarinorientalparis1.jpg
Le patio. Mal agencé, avec un grand bassin rectangulaire planté au beau milieu du patio comme un chemin de croix menant vers un mur végétal poussiéreux. On est bien loin du luxuriant mur du Pershing Hall qui permet d’adoucir une cour et des façades trop « minérales ».

Le Mandarin Oriental propose finalement un curieux mélange : d’un côté, des parties communes rappelant le Marriott Renaissance Paris Arc de Triomphe, de l’autre la cour semblable à celle du Hilton Arc de Triomphe. Le Mandarin semble reproduire les mêmes erreurs architecturales que dans les années 70. Architecturalement, le Mandarin ne joue clairement pas dans la catégorie des palaces et se rapproche d’une gamme de type Hilton & co (n’y voyez rien de péjoratif). Preuve supplémentaire, un magasin DSquared va bientôt ouvrir au rez-de-chaussée de l’hôtel (un « vrai palace » aurait accueilli une marque plus luxueuse et moins bling bling en son sein).

Le bar. Tout juste une dizaine de tables en terrasse, peut-être une vingtaine à l’intérieur. Le bar joue les nights clubs avec des tons très sombres et des parois maillées laissant entrapercevoir les clients. Ce genre de déco complètement éculée n’est pas forcément très accueillante en pleine journée. Cocktails dans les 24 €, club sandwich à 24 €.

Le service. Un manque de professionnalisme évident. A notre arrivée, l’hôtesse vous fait patienter de manière un peu cavalière avec un signe de la main comme un vigile qui indiquerait de marquer un temps d’arrêt avant de rentrer. Il suffit de commencer une phrase, pour qu’un serveur vous tourne le dos et parte sans vous répondre. L’accueil est pour le moins « flottant ».

Faut-il y aller ? Uniquement si vous aimez visiter les magasins sans rien acheter (une sorte de tourisme de masse comme chez Louis Vuitton ou chez Hermès RG). On rentre, on fait un petit tour pour voir le patio et les clients savourant leurs cocktails hors de prix. On se croirait plongé dans un tableau de Hopper, emprunt de solitude et de « froideur». Puis on fait demi-tour et on finit à l’Hôtel Costes ou au Park Hyatt pour vraiment s’amuser.

Le Mandarin Oriental, un palace ? La seule chance d’obtenir pour eux la dénomination « palace » serait encore de soudoyer notre Carole Rousseau nationale, membre du fameux jury qui décide du sort de ces hôtels, pour espérer concourir à l’obtention du fameux sésame.

Mandarin Oriental Paris, 251 rue Saint-Honoré, Paris 1er

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl