Archive | septembre 2011

City Guide : Rome, quelques adresses de restaurants et hôtels.

terrassehotelraphaelroma1.jpg

Hôtel Raphael

Très bel hôtel de charme, signé Relais & Chateaux, disposant d’une terrasse avec vue époustouflante sur la ville et ses toits en brique. Le spot idéal pour admirer le coucher de soleil et impressionner sa dulcinée.

terrassehotelraphaelroma2.jpg
Vous pouvez y diner, ou uniquement prendre un verre, selon votre budget.

Hôtel Raphael, Largo di Febo 2, Roma

Tre Scalini

tartufotrescaliniroma.jpg
Connu dans le monde entier pour son célèbre tartufo, cette glace à la noisette au coeur de chocolat amer fondu et recouverte de poudre de cacao, le café est aujourd’hui une véritable usine à touristes où les « camerieri » (garçons de café, en italien) viennent vous alpaguer sur le trottoir.

piazzanavonaroma.jpg
Malgré son prix (12 € environ), la spécialité vaut vraiment le détour.

Tre Scalini, Piazza Navona 28, Roma

Santa Lucia

restaurantsantaluciaroma.jpg
Restaurant romantique situé sur une charmante petite place et fréquenté par tout le gotha romain. Cuisine excessivement chère et quelconque, mais le cadre justifie à lui seul l’addition. Service incompétent et potiche.

Santa Lucia, Largo di Febo 12, Roma

Parco dei Principi

parcodeiprincipiroma.jpg
Un hôtel à l’écart de la ville qui s’apprécie surtout pour sa très belle piscine et son calme. A quelques pas de la Villa Borghese, l’hôtel dispose certes de chambres un peu vieillottes mais l’endroit est idéal pour se reposer avant le dur retour en France.

Parco dei Principi, Via G. Frescobaldi 5, Roma

Critique : Hôtel Costes, bar. Rue Saint-Honoré.

htelcostes3.jpg

Chez certains, la première expérience à l’hôtel Costes s’apparente à une profession de foi, un premier pas dans ce que d’autres appellent la quintessence du snobisme à la parisienne.

Voici l’antre de la branchitude, accessible au fond du couloir feutré de cet hôtel, le cœur névralgique de la mode où se dessinent les futures tendances. Située dans la très chic rue Saint-Honoré, l’entrée de l’hôtel est gardée par des garçons enfermés dans leurs rodomontades. La clientèle est belle, très cosmopolite, lookée de la tête aux pieds et se dirigent d’un pas toujours décidé vers le bar, ce véritable cabinet de curiosités où les belles plantes se côtoient.

htelcostes1.jpg
Tenues ultra courtes, sautoirs et talons aiguilles vertigineux de rigueur pour ces coccinelles. Les hommes resteront dans le classique : pantalon Ralph Lauren et cachemire Bompard. Les hype pourront cependant adopter un look plus preppy avec pantalons velours remontés laissant dévoiler leurs chevilles et mocassins à glands. Les plus téméraires tenteront même le sac Fred Perry.

La salle. Le restaurant se love dans de nombreux petits salons Napoléon III signés Jacques Garcia. En été les tables poussent jusque dans la cour italienne. Pour s’épargner l’addition dispendieuse du repas, le bar en léger contrebas permet de profiter avantageusement de cette atmosphère boudoir. La musique du bar est ultra glam, la réputation de la compilation Costes n’est plus à faire.

L’ambiance. On ne vient bien évidemment pas au Costes pour exercer ses talents de critique gastronomique, vous ne serriez que déçu voire agacé. L’expérience Costes se vit comme un diner spectacle où les spectateurs assurent eux-même la « commedia ». Bien sûr l’expérience est couteuse, mais comme tous les spectacles parisiens à la mode.

htelcostes2.jpg
Les prix. Démoniaques avec des verres de vin à 16 €, des bouteilles de vin débutant à 75 € et des cocktails à 19-23 € (sodas à 10 € mais on ne vient pas au Costes pour boire un coca).

Notre choix. Pour ne pas détonner avec le service snob, il faut savoir jouer dans le même registre et commander avec toute notre outrecuidance un verre de Sancerre et un gin tonic avec du Bombay Sapphire (20 €). L’humeur altière, la mèche rabattue en arrière d’un coup de tête décidé, il ne reste plus qu’à attendre le retour sur le podium de catwoman. Le vin est excellent, le gin servi en quantité aristocratique.

Deuxième round. Un verre de Chablis, un autre gin tonic puis une assiette de canapés au foie gras (29 €). Entre nous, la carte des finger food est d’une pauvreté affligeante : canapés au foie gras, canapés au saumon fumé (26 €), nems (27 €) et Saint-marcellin (14 €).

Une bonne demi-heure plus tard, les canapés arrivent goguenards. Visuellement les six canapés ont le format de billets de 5 €. Ils n’en n’ont heureusement ni le goût ni la texture, mais au moins la valeur. Pour le prix, le foie gras a la décence d’être excellent, servi avec du gros sel et du pain bien toasté. La prochaine fois, nous nous contenterons d’une bouteille de vin.

Hôtel Costes, 239 rue Saint-Honoré, Paris 1er

Critique : Bistreau, Bredene. Excellentes gaufres. Belgique.

bistreaubredene.jpg

De passage à Bredene à l’occasion d’un séminaire, j’ai profité d’une petite heure pour me promener en ville et m’asseoir à la terrasse d’un café déguster une spécialité belge : la gaufre. Le café/restaurant Bistreau en sert de délicieuses. La croustillante Wafel Suiker (3,2 €) est accompagnée de sucre cassonade et sucre en poudre. Un petit coca (2€ la bouteille de 20 cl) pour accompagner l’encas sucré, et vous voilà paré pour une belle journée ensoleillée sur la côte belge. Service très plaisant.

Bistreau, Kapelstraat 76, Bredene, Belgique

Critique : Mouton Blanc, Brasserie Gérard Jolie, 16eme pas cher, où amener grands-parents.

moutonblanc2.jpg

Ne vous est-il jamais arrivé de chercher « le » restaurant où inviter vos grands-parents ? Le Mouton Blanc est la solution à vos recherches jusqu’ici infructueuses. Nichée en plein quartier du Village d’Auteuil, la brasserie tenue par Gérard Jolie (Congrès, Bœuf Couronné, L’Européen, etc.) est une adresse en or.

Ancienne auberge, Le Mouton Blanc a accueilli d’illustres inconnus tels Molière, Racine, Boileau ou encore La Fontaine à l’époque où ce coin de Paris n’était encore qu’un village. Aujourd’hui, le restaurant est essentiellement fréquenté par une clientèle de quartier venue en famille.

moutonblanc1.jpg
La carte. Le restaurant propose une cuisine traditionnelle française : tartare de bœuf, magret de canard, onglet de bœuf ou encore blanquette de veau. Les prix sont serrés avec des plats valsant entre 9 et 19 € et des desserts ne dépassant pas les 7 €.

Le menu. Imbattable avec apéritif/entrée/plat/fromage/dessert, vin et café. Le tout pour 30 €. De quoi ressortir rond comme un ballon et ricocher depuis la rue d’Auteuil jusqu’au Pont Mirabeau.

moutonblanc3.jpg
L’ambiance. Fauteuils clubs et boxes permettant de se laisser aller à quelques confidences et conversations cocasses. La salle aux tons mordorés et les banquettes confortables donnent au restaurant son caractère cosy.

Le vin. Pour faire honneur à la tradition, commandez donc une bouteille de Buzet. A consommer bien sûr avec modération ; il serait dommage que vous laissiez échapper quelques paroles perdues devant votre papy qui s’empresserait, en sortant, de courir chez le notaire pour changer fissa l’héritier de la maison de campagne.

Mouton Blanc, 40 rue d’Auteuil, Paris 16ème

Réservation indispensable

Critique : Bar du Mini-Palais, la plus belle terrasse de Paris.

minipalaisbar.jpg

Cette fin d’été, les soirées chics et branchées se jouent sur la terrasse du Mini-Palais. Esprit très Belle Epoque avec ses mosaïques murales, colonnades, fauteuils en osier et palmiers éclairés par des spots verts. En somme, l’endroit parfait pour siroter des cocktails doucereux autour d’encas bien choisis, et une coupe de champagne au bar Veuve Cliquot. A partir de 21h un pianiste accompagne cette délicieuse soirée de sonorités jazzy, propice aux discussions tardives et libérées.

Cocktails à 13 €, coupe de champagne à 16 €, sodas à 5 €

Le Mini-Palais, 3 Avenue Winston Churchill, Paris 8ème

Visite Musée Lambinet, Versailles

muselambinetversailles.jpg

Versailles évoque immédiatement son château, les fastes de la cour et du roi soleil. Pourtant, la ville ne se résume pas à sa principale attraction touristique et la plupart des touristes passe sans découvrir les joyaux de cette ville royale. Au 54 boulevard de la Reine, on peut ainsi découvrir le méconnu Musée Lambinet, bel hôtel particulier d’époque Louis XV. Depuis septembre 2010, le muée Lambinet présente trois départements pour mettre en valeur le patrimoine français et versaillais :

- département beaux-arts présentant peintures et sculptures du XVI e au XXème siècle,

- département arts décoratifs où l’on peut admirer la reconstitution d’un appartement du XVIIIème,

- département historique, où seront rassemblées les œuvres témoignant de l’histoire de la ville de Versailles, et de son rôle dans la Révolution française.

Salon de thé. Depuis décembre 2010, le musée Lambinet accueille un salon de thé ouvert les jeudis, samedis et dimanches, de 14h à 17h30. Belle terrasse pour boire un soda (1,5 €) (plutôt qu’un café lavasse à 1 €).

Musée Lambinet, 54 boulevard de la Reine 78000 Versailles

Ouvert de 14h à 18h, du lundi au jeudi, samedi et dimanche

Entrée Plein Tarif 4 €

Critique : Honoré, rue Bosio. Village Auteuil.

honorparis1.jpg

Belle adresse de quartier pour ce restaurant proposant une cuisine traditionnelle à des prix somme toute raisonnables. Installé à l’écart du Village d’Auteuil, Honoré attire essentiellement une clientèle de quartier, venue profiter de la bonne chaire proposée.

La carte. Les plats vacillent entre 14 et 20 € (tajine de poulet à 14 €, confit de canard à 15 €, émincé de haddock à 16 €, rognons de veau à 19 €). Les desserts sont quant à eux trop chers au regard du prix des plats : entre 7 et 9 €.

honorparis3.jpg
La salle. Les vieilles pierres et la cheminée avec le feu frémissant ravivé par le tisonnier participent au charme de cette ancienne boulangerie reconvertie en restaurant. L’ambiance est familiale, on se sentirait presque perdu comme dans un chalet au beau milieu de la montagne alpine.

Les plats. Le tajine est excellent, mixant les saveurs et les épices. La planche hamburger (15 €) accompagnée de pommes chips croustillantes et légères est très copieuse. La viande est de qualité, la sauce béarnaise épaisse et faite maison : un vrai régal.

honorparis2.jpg
Le vin. Un quart de Chinon rouge (6 €) correct mais servi glacé.

Desserts. Le café gourmand proposait un fondant chocolat et une crème brulée d’une qualité remarquable. Bémol cependant pour le café, difficilement buvable.

honorparis4.jpg
Service. Honorable chez Honoré.

Honoré, 13 rue Bosio, Paris 16ème

réservation indispensable vendredi et samedi soir

City Guide : Oxford en une journée, ce qu’il faut voir.

oxford4.jpg

Si vous avez la chance de rester plusieurs jours à Londres, profitez-en pour passer une journée entière à Oxford et visiter les magnifiques collèges de cette ville universitaire. A seulement une heure de train, Oxford vit au rythme de son riche passé culturel. Tour d’horizon des principaux monuments à voir.

Christ church college

Christ Church est le collège le plus grand et le plus connu d’Oxford. Le collège fut fondé en 1525 par le cardinal Thomas Wolsey. Depuis, des générations d’érudits se sont succédés comme Albert Einstein, le philosophe John Locke, le poète WH Auden ou Charles Dodgson (mieux connu sous le pseudonyme Lewis Carroll)  sans compter la dizaine de premiers ministres anglais ayant agité leur neurones dans cet antre de la culture. Aujourd’hui et au grand dam des intellectuels, les touristes se pressent surtout pour voir le fameux « hall » qui a inspiré la salle à manger du film Harry Potter.

oxford2.jpg
Magdalen College

Le Magdalen College est probablement le plus riche et le plus beau collège d’Oxford avec ses 40 hectares de pelouses, ses bois et ses promenades au bord de l’eau. Une belle porte d’époque victorienne mène à la chapelle médiévale caractérisée par sa tour du 15ème siècle, et à son remarquable cloitre. On dit que les étranges gargouilles et sculptures taillées dans la pierre ont inspiré les statues de CS Lewis dans son roman « The Chronicles of Narnia ».

oxford3.jpg
Bodleian Library

Bodleian Library est l’une des plus vieilles bibliothèques publiques au monde avec ses sept millions de livres et ses 190km de rayonnage. Seule une partie de la bibliothèque est ouverte au publique, il s’agit de la médiévale Duke Humfrey’s Library. Cette bibliothèque peut se vanter d’avoir accueilli pas moins de cinq rois, 40 Prix Nobel, 25 premiers ministres anglais et quelques écrivains célèbres comme Oscar Wilde, CS Lewis ou encore JRR Tolkien.

Radcliffe Camera

 Au Sud de la Bodleian Library se trouve la Radcliffe Camera, monument phare de la ville d’Oxford. Cette bibliothèque circulaire a été construite entre 1737 et 1749 dans un style typiquement Palladien. Pour visiter cette bibliothèque, il faut nécessairement s’inscrire à la visite guidée, qui permet aussi de découvrir le labyrinthe de tunnels souterrains menant à la Bodleian Library (12 £). Réservation indispensable.

oxford1.jpg
New college

En venant de la Bodleian Library, promenez-vous sous le « Pont des soupirs « , un pastiche du célèbre pont vénitien construit en 1914, menant jusqu’au New College. Ce collège du 14ème siècle, bel exemple d’architecture de style gothique perpendiculaire, fut le premier à accepter des étudiants de premier cycle à Oxford.

Merton college

Fondé en 1264, Merton est surtout connu pour ses célèbres professeurs ayant jadis enseigné tels Duns Scot, Adorno ou encore Tolkien.

Conseils : En arrivant à Oxford, allez directement à Bodleian Library pour réserver une visite guidée (10-15 places par créneau horaire seulement). A déjeuner, prenez un casse-croute à emporter que vous dégusterez le long de la rivière si le temps le permet.

Oxford, départ fréquent de la gare de Paddington, à partir de £ 13 l’aller-retour, selon les horaires (réservation sur internet conseillée).

Instant Café : Café des Phares, Etape 1.

cafdesphares.jpg

Instant Café – Etape 1

3 quartiers, 3 ambiances : Bastille, Luxembourg et Auteuil à l’heure du réveil pour déguster un petit noir et plus si affinités. Commençons aujourd’hui notre série « coffee trip » avec le Café des Phares, en plein cœur du quartier Bastille.

Paris offre son lot de petits plaisirs, comme celui de boire son crème à la terrasse d’un café en observant les chalands passés. Plus qu’un spectacle de rue, la foule d’inconnus pousse à la méditation.

Parmi toutes ces terrasses j’aime bien me retrouver au Café des Phares le matin vers les 10-11 h sur la Place de la Bastille. La grande terrasse est ensoleillée, légèrement ombragée sous les platanes.
La place vit, les camions font leur livraison, les gens du quartier poussent leur caddy revenant du marché baguette à la main, les voitures grondent autour de la place, les joggeurs s’entrainement pour le marathon. Les cabas des étudiantes virevoltent, le marchand de journaux débite ses informations et faits divers, et les mamans poussent leur chérubin dans leur poussette tandis que les cabots promènent leur maître songeur. Ce spectacle est fascinant, dirigé d’une main de maitre par ses habitants, oh que j’aime Paris !

Café des Phares, 7 place de la Bastille, Paris 4ème

Hippodrome d’Auteuil : entrée gratuite pour voir les courses. Bon plan enfants Paris.

hippodromeauteuil4.jpg

Finie l’époque des grands chapeaux et hauts de forme désormais réservés aux grands Prix de Diane ou de Chantilly ; les courses de chevaux se démocratisent et s’ouvrent à tous les curieux. L’accès à l’Hippodrome d’Auteuil est ainsi ouvert gratuitement le weekend et permet de faire découvrir l’univers hippique à ses amis ou ses enfants.

hippodromeauteuil1.jpg

Même si vous n’êtes pas un grand fan d’équitation comme moi, vous serez fasciné par toute l’agitation qui tourne autour de ces courses : l’acclamation des coureurs, les salles de pronostics des turfeurs et les gradins joliment décorés de géraniums et accueillant une foule survoltée.

hippodromeauteuil3.jpg

Les plus paresseux se prélasseront au restaurant avec vue panoramique et baies vitrées, offrant de belles perspectives sur le champ de course et les immeubles parisiens.

hippodromeauteuil2.jpg

Vous pouvez librement vous balader dans les gradins et les salles intérieures très marquées années 70, puis vous prendre au jeu des paris. Avec un peu de chance, vous récolterez quelques euros !

hippodromeauteuil5.jpg

Hippodrome d’Auteuil, Route d’Auteuil aux Lacs , Paris 16ème

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl