Archive | 14 octobre 2011

Critique : La Maison de l’Amérique Latine, Boulevard Saint-Germain, Paris 6.

maisonamriquelatine4.jpg

Retour d’expérience d’un déjeuner à la Maison de l’Amérique Latine, en juillet 2010. Cela date un peu, mais il parait que la cuisine n’a pas changé d’un iota.

Le lieu. Le restaurant est abrité au sein de deux somptueux hôtels particuliers du XVIIIème siècle – l’Hôtel de Varengeville et l’Hôtel Amelot de Gournay, tous deux situés sur le très chic boulevard Saint-Germain. Les ténors du Parti Socialiste y ont leurs habitudes et viennent papillonner dans le grand jardin de l’hôtel, dès le printemps venu. Les tables installées dans la verdure sont propices aux messes basses et autres conversations discrètes.

maisonamriquelatine1.jpg
La cuisine. Indolente, transparente et bien française contrairement à ce que le nom du lieu – Amérique Latine – pourrait laisser suggérer. Le midi, menu à 37 € avec entrée/plat/dessert. Les intitulés sont particulièrement pompeux : « L’idée d’une véritable salade niçoise », une « transparence de glaces et de sorbets ». Avec des intitulés si ronflants et prétentieux, on attend avec impatience que cela soit mauvais, pour lancer à couteaux tirés des diatribes incendiaires.

Les plats. Le menu débute par un classique melon mozzarella servi avec roquette et assaisonné de vinaigre balsamique. L’ensemble se tient, les produits sont de qualité.

maisonamriquelatine2.jpg
Le t-bone fait ensuite une entrée fracassante. La viande fait son spectacle, elle est excellente. Les escorts sont malheureusement à la ramasse : pommes de terre trop farineuses et oignons cuits un peu trop brut de décoffrage.

Terminons les réjouissances par une farandole de desserts et un gâteau à la menthe. La farandole joue le fourre-tout : présentation très graphique mais goût incertain. Pas grand intérêt. Quant au gâteau à la menthe, servi avec une glace à la pistache, il n’arrive pas non plus à gagner tous les suffrages. La génoise n’a que peu de goût et la glace ne ravive pas la curiosité de nos papilles.

maisonamriquelatine3.jpg
Faut-il y aller ? L’adresse est prestigieuse, le cadre agréable, mais la cuisine légèrement à la ramasse malgré des efforts certains. A vous de voir.

La Maison de l’Amérique Latine, 217 Boulevard Saint-Germain, Paris 7ème

ouvert uniquement en semaine, midi et soir de mai à septembre, midi uniquement d’octobre à avril

Instant Café : Café Rostand. Etape 2.

rostand.jpg

Etape n°2 - Quartier Luxembourg

Ces instants parisiens sont extras. Le vrombissement assourdissant du percolateur, les commandes à la volée du garçon de café, le bruit des tasses et des soucoupes sonnant les matines. Tout ce petit monde s’agite, participe au lent réveil de Paris. Nous sommes dimanche, il est 10h. Des mines enfarinées viennent se réveiller à coup de café stretto pour sortir de leur torpeur, des couples sortent de leur hôtel pour échapper au breakfast indigeste de leur « 3 étoiles ». Et nous, on se régale peinard avec un petit déjeuner à 9,5 €, généreux, frais et divin. Des tartines beurrées, des viennoiseries servies avec confiture, une orange pressée et un thé chaud. Gorgeous !

Café Rostand, 6 Place Edmond Rostand, Paris 6ème

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl