Critique : Brasserie Mollard, Gare Saint-Lazare, Belle Epoque. Niermans.

Difficile pour une brasserie de porter le nom d’une matière glaireuse. Pourtant la maison Mollard dispose d’un cadre idéal pour se restaurer après un spectacle dans le quartier Saint-Lazare. A deux pas de la gare du même nom et proche des Grands Magasins, cette institution propose une belle carte de brasserie traditionnelle.

Le cadre. La brasserie a été bâtie par le célèbre architecte Niermans à qui l’on doit également l’hôtel Negresco à Nice, le Moulin Rouge ou encore le salon de thé Angelina, rue de Rivoli. La salle typiquement Belle Epoque, est classée aux monuments historiques et rappelle les bains douches avec ses mosaïques italiennes et ses carrelages venant de Sarreguemines. Les colonnes soutenant la verrière sont serties de fausses pierres précieuses pour mettre en relief les soliflores composés de fines tesselles.

brasseriemollard1.jpg

La carte. Des plats entre 16 et 40 €, avec un tartare à 16 € et une truite belle meunière à 17 €. Puis des plats dépassant allégrement le plancher psychologique du billet de 20 € : pavé de saumon à 21 €, filet de dorade à 27 €, noix de Saint-Jacques à 38 €. Les desserts n’y vont pas non plus de main morte : crème brulée, tiramisu, tarte aux pommes et crêpes flambées à 12 €, profiteroles à 11 €.

Pour échapper à une addition endiablée, orientez-vous vers les formules E-P ou P-D (28,25 €), voire le trio E-P-D (32, 65 €).

brasseriemollard2.jpg

Les formules. Délicieuses huitres Fines de Claires n°3 avec supplément de 3 €, d’une fraicheur éclatante. Puis les plats viennent prendre le devant de la scène avec cette choucroute de la mer (3€ de supplément) et ce filet de cannette sauce de saison. La choucroute n’évite pas la présence devenue quasi obligatoire du saumon, mais s’accompagne d’une délicieuse et légère sauce blanche. Quant au filet de canette, les pommes de terre sautées sont irréprochables et la viande tendre mais brouillonnée par une sauce un peu pâteuse.

Terminons par le clou du spectacle : la fameuse omelette Surprise Mollard, simulacre d’omelette norvégienne venue vous amignarder le palais. Elle arrive tout feu tout flamme baignée dans son rhum ambré. La structure à l’œuf est légère, et dévoile un cœur meringué entremêlé de glace à la fraise. Pas mal du tout.

brasseriemollard4.jpg

Service. Professionnel et rapide, parfait lorsque notre appétit a dû patienter jusqu’à 23h avant d’être comblé.

Faut-il y aller ? Malgré une addition dispendieuse, le lieu et la cuisine valent largement le détour, à condition d’être placés dans la salle principale Belle Epoque.  

Brasserie Mollard, 115 rue Saint-Lazare, Paris 9ème

réservation indispensable le week-end

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl