Archive | 21 février 2012

Critique : Exposition Doisneau, Paris les Halles. Hôtel de Ville.

Critique : Exposition Doisneau, Paris les Halles. Hôtel de Ville. dans Expositions Doisneau-Hotel-de-Ville

Paris connait un véritable engouement pour la photo comme en témoigne les récentes expositions sur Willy Ronis à la Monnaie de Paris ou encore Diane Arbus au Jeu de Paume. Les franciliens aiment en particulier découvrir leur ville sous l’angle d’un photographe sublimant des scènes ordinaires de rues à l’époque des photos noir et blanc. Il s’agit de prendre la mesure des mutations architecturales qu’a pu connaitre notre capitale depuis près d’un siècle.

Dernière expo en date, Doisneau à l’Hôtel de Ville, qui a capturé des instantanées du quartier des Halles et des pavillons Baltard avant qu’ils ne soient ravagés par la folie de l’Homme.

Comme tout évènement à la mode, il faut savoir s’armer de patience avant de découvrir les centaines de clichés de cette exposition gratuite. Et ne pas avoir froid aux yeux devant plus d’une heure de queue. La faute aux nombreux curieux venus en masse mais aussi à une organisation catastrophique qui laisse rentrer les gens au compte goutte alors que les salles sont loin d’être surchargées.

Les photos sont belles. On y découvre des gens ordinaires (poissonniers, bouchers, fleuristes, …) et humanisés par leur gouaille et leur bonne bouille franchouillarde.

On peine à comprendre en sortant de cette expo comment de telles œuvres architecturales qu’étaient les Halles aient pu être rasées du jour au lendemain pour laisser place à des horreurs signées Willerval. 30 ans plus tard, la Mairie de Paris a finalement décidé de signer leur condamnation à mort dans un soulagement général.

Même si l’expo brille par la qualité de ses clichés, on aurait aimé retrouver des photos développées dans des formats plus grands pour mieux en apprécier les détails.

La muséographie. Exposition bien renseignée mais parfois un peu au ras des pâquerettes avec des mots expliqués tels que diable, pataugas ou encore glaneur.

Faut-il y aller ? Si la queue ne se prolonge pas jusque sur le parvis de l’Hôtel de Ville, oui.
Sinon, le jeu n’en vaut peut être pas la chandelle …

Exposition Doisneau, Paris les Halles

Hôtel de Ville, 29 rue de Rivoli, Paris 4
Du 8 février au 28 avril 2012
Tous les jours sauf dimanches et fêtes de 10h à 19h. Dernier accès à 18h30.

 

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl