Critique : Gourmand’âmes. Epicerie restaurant. Rue des Dames. Bon mais pingre.

Critique : Gourmand'âmes. Epicerie restaurant. Rue des Dames. Bon mais pingre. dans Restaurants Gourmand%C3%A2mes-1

Paris fleurit d’épiceries-restaurants. A la manière d’un Docteur Jekyll et Mister Hyde, la boutique fait épicerie le jour et met ses habits de lumière le soir pour se transformer en restaurant. Aujourd’hui, direction la rue des Dames, avec cette adresse qui hantait mon esprit depuis quelques temps déjà : Gourmand’âmes.

L’esprit. Croquignolet avec ses patines en bois, son mobilier de bistrot et cette lumière tamisée diffuse. Service de bon aloi et cartes présentées sur des bouts d’ardoises volées des toits voisins.

La carte. Une belle ribambelle d’entrées à 8-12 €, puis quatre plats à une vingtaine d’euros. Oh que j’aime ces cartes simples, cherchant plutôt à impressionner le palais que les yeux. Le choix est exquis : bulots, huitres, tartare de saumon ou de bœuf, œuf meurette et j’en passe.

Gourmand%C3%A2mes-2 dans Restaurants

Les entrées. Pas données et surtout trop chiches. Les œufs meurettes sont pourtant divins, sûrement les meilleurs de Paris (parmesan et foie gras à se damner). La salade de chèvre est ravivée par des morceaux de grisons, l’assaisonnement est léger comme le vent. Quant au saumon mariné, la bête est tendre mais les quantités frisent l’incident diplomatique. Le restaurant a finalement bien choisi son nom. Il se complait dans une sorte de gourmandise platonique uniquement destinée à réjouir l’âme. Mais où est la substance première ? La forme matérialisant ce nirvana ?

Gourmand%C3%A2mes-3

Les desserts. Belles tartes aux myrtilles et au chocolat servies avec crème anglaise. Là encore, des desserts simples mais bien exécutés (7 €).

Les liquides. Bouteilles de vin à partir de 20 € et terminant dans les 40 €.

Faut-il y aller ? Si vous aimez les bonnes choses, sans aucun doute. Si vous désirez vous rassasier avec des portions conséquentes, c’est une autre paire de manche.

Gourmand’âmes, 8 rue des Dames, Paris 17ème

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

2 Réponses à “Critique : Gourmand’âmes. Epicerie restaurant. Rue des Dames. Bon mais pingre.”

  1. Michel & Dina
    2 mars 2013 à 22:15 #

    Bonsoir,
    de retour de ce « resto », ce soir 02/03/2013.

    Impossible que la critique ci-dessus parle du même resto.
    cuisine insipide, tout est industriel/réchauffé (d’ailleurs, de la salle de derrière où on a vue sur la cuisine, pas un bruit de casserole ou de poêle, juste le bourdonnement du micro-onde, dont on a coupé la sonnerie de fin).
    Le « cuisto » s’affaire à déballer les sachets, prend des grosse cuillères de purée dans des pots en plastique, etc…, etc…, et vous êtes servis en 5 mn, quoique vous commandiez. Le vin est du même gabarit, pas de récoltants, que des négociants. Le seul souvenir que vous rapporterz chez vous, c’est l’odeur de cuisine sur vos vêtements, car la ventilation est désastreuse.
    Menu: 2 oeufs pochés/foie gras + 1 st Jacques balsamique truffé + 1 joue de boeuf/purée + 2 verres de Pic st loup = 70€
    À ce prix là, on espère au moins que la purée soit « maison », encore faut-il qu’il y ait UNE casserole en cuisine.
    Franchement, vu la qualité des restos qu’il y a dans le quartier, je ne leur donne pas 2 ans à tenir.
    À bon entendeur….
    Bref, on peut pas dire que c’est mauvais, ni bon, ça n’a pas de goût !…

  2. Michel & Dina
    2 mars 2013 à 22:55 #

    cadre sympa, on espère un resto de quartier de qualité.
    Que nenni ! on voit de la salle de derrière le « cuisto » déballer des sachets, sortir des grosses cuillérées de purée de pots en plastique, etc…,etc… et vous êtes servis en 5 mn, quoique vous commandiez !
    Pas un bruit de casserole ou de poêle à frire, que le bourdonnement du micro-onde, dont ils ont coupé la sonnerie de fin.
    Les vins sont à la mesure, je vous laisse deviner.
    Bref, ni mauvais, ni bon, pas de goût !
    70€ à deux, 1 entrée, 1 plat & 1 verre de vin chacun.
    Le seul souvenir tenace, c’est l’odeur de cuisine sur les vêtements, car la ventilation est désastreuse.
    Vous croyez que j’exagère ? allez vérifier si vous y tenez, mais perso j’en ai marre de ces soi-disants « resto », qui uniformisent tout à coup d’industriel, sous une apparence « branchée », sans aucun respect du client.
    À bon entendeur ….

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl