Archive | avril 2012

Les terrasses qui feront l’été 2012. Sélection.

Ante Prima

Les terrasses qui feront l'été 2012. Sélection. dans Coups de coeur ante-prima

L’hôtel particulier qui abrite la boite de production de Luc Besson dispose d’une belle cour-jardin où les habitués viennent déjeuner sous les doux rayons de soleil. Buffet à volonté à 25 € aux influences méridionales. Pour espérer décrocher une table, venir tôt (midi pétante) ou en fin de service (vers 14h).

Ante Prima, 137 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8

Holiday Inn Notre-Dame/Odéon

holiday-inn dans Restaurants

Inauguré l’année dernière en toute discrétion, le petit hôtel du quartier Saint-Germain dispose d’un rooftop avec une vue à couper le souffle donnant sur les toits de Paris Possibilité de grignoter en se prenant pour un Ratatouille de la gastronomie, mais accès uniquement sur réservation.

Holiday Inn Notre-Dame, 4 Rue Danton, Paris 6

Moon Roof

cite-mode dans Rooftops

Après des années de tourmentes, les docks en Seine/Cité de l’Architecture se préparent à accueillir – dès la fin Mai – la clique du Baron pour faire revivre ce lieu si longtemps désaffecté. Au menu, un rooftop immense où déjeuner puis clubber le soir venu. A coup sûr, le hot spot de cet été 2012.

Moon Roof, 34 Quai d’Austerlitz, Paris 13

Le Safran

safran dans Terrasse / Jardin

L’hôtel Hilton – Arc de Triomphe, ouvert en 2004, doit son intérieur au célèbre décorateur Jacques Garcia qui s’est inspiré du style Art Déco pour faire vivre cet hôtel de standing. Le restaurant, installé dans un patio Andalou, offre un coin de paradis à deux pas du Parc Monceau. Cuisine de qualité et adresse peu connue des parisiens.

Le Safran, 51-57, rue de Courcelles, Paris 8

Critique : Thé Cool. Salon de thé Paris 16. Cheese cake.

Critique : Thé Cool. Salon de thé Paris 16. Cheese cake. dans Coups de gueule The-Cool-2

Les salons de thé tenus par des indépendants se comptent aujourd’hui sur les doigts de la main. Difficile en effet de résister aux mastodontes tels que Angelina et Ladurée, rachetés tous deux par des groupes français.

La survie est donc difficile et la tentation alléchante de pratiquer des prix très « wahou » justifiés par un savoir faire « maison ». En plus de prix élevés, ces maisons souffrent d’une déco à bout de souffle. Pour le même prix, 7 ou 8 €,  vous seriez en train de déguster une pâtisserie plus sophistiquée chez Dalloyau ou même Lenotre.

The Cool, a décidé d’enchainer tous les pensums de la mauvaise adresse : déco digne d’un pressing, personnel mal aimable, froid de canard dans la salle, desserts hors de prix et qualité plus que moyenne. Sans parler du service omniprésent, pour ne pas dire oppressant, avec pas moins de cinq personnes pour cinq tables occupées (mieux qu’un palace !).

The-Cool-1 dans Salons de thé

La carte et la dégustation. Sodas à 4,5 €, thés à 6,5 € et gâteaux à 8 €. Le coca est servi en canette, selon la tradition des afternoon tea anglais. Le thé est plutôt correct mais le cheese cake est un véritable étouffe-chrétien. La maison Thé Cool se trouve dans un dilemne kafkaïen. Il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité. Oui, mais il n’est pas décent de proposer un gâteau à 8 € s’il n’est pas un minimum roboratif. Avez-vous trouvé la solution à ce cercle vicieux ?

The Cool, 10 rue Jean-Bologne, Paris 16

Critique : Café Le Tourville. Belle terrasse, Ecole Militaire.

Critique : Café Le Tourville. Belle terrasse, Ecole Militaire. dans Bars & Cafés cafe-le-tourvill

A la recherche d’une belle terrasse ensoleillée à l’écart des spots touristiques, l’Ecole Militaire est le lieu tout trouvé pour s’épargner les mauvais bouibouis et leurs menus touristiques. Direction le Café de Tourville qui jouit d’une belle terrasse ensoleillée.

Carte, service et clientèle très Costes mais prix relativement légers. A déjeuner, une honnête formule plat/dessert/café imposée s’affiche à 15 €. Ce jour là, ce fut une belle brochette de poulet accompagnée de riz et sa sauce indienne qui régala notre palais. Un petit pot de crème au chocolat finit de nous sustenter. Rien d’exceptionnel dans cette cuisine certes, mais le rapport qualité prix/terrasse y est tout de même excellent.

Faut-il y aller ? Naturellement, il serait dommage de ne pas profiter des rares rayons de soleils enjolivant la capitale lorsque notre emploi du temps nous le permet.

Café Le Tourville, 43 Avenue de la Motte-Picquet, Paris 7

Street Art à Paris.

Street Art à Paris. dans Balades Street-Art-Paris

Bien avant de fréquenter les salles d’expositions parisiennes tel que la Fondation Cartier, le Street Art a toujours égayé les rues de Paris. Exit les hideux graffitis ornant les murs des copropriétés, l’art de la rue diffuse comme un parfum de décadence et de liberté dans la capitale. De l’art de stimuler l’imagination et de détourner les objets de la vie courante pour en faire une attraction vivante. Hier soir, en rentrant en voiture chez moi, j’ai capturé ce clin d’œil fugace avant que le feu tricolore ne passe au vert.

Critique : Crêperie Café de La Place. Meilleurs crêpes de Paris.

Critique : Crêperie Café de La Place. Meilleurs crêpes de Paris.  dans A emporter Cr%C3%AAperie-Caf%C3%A9-de-La-Place-Edgar-Quinet-2

Dans un grand élan de générosité, je vous révèle une de mes adresses préférées. Celle que je fréquente depuis plus de quinze ans, celle où j’achète en un coup de vent une crêpe ou un sandwich que je vais ensuite grignoter dans le petit Square Ozanam bordant l’église Notre-Dame-des-Champs.

Situé au niveau du carrefour Edgar Quinet, la crêperie est installée dans une petite guitoune attenante au Café de la Place. Les crêpes sont préparées à la commande ce qui justifie l’attente parfois un peu longue. La délicieuse fumée et les effluves ne peuvent qu’attirer l’odorat des passants.

Cr%C3%AAperie-Caf%C3%A9-de-La-Place-Edgar-Quinet-1 dans A emporter

La carte. Crêpes salées entre 3,5 et 5,5 € (fromage ou jambon à 3,5 €, jambon/fromage à 4,5 €, trio œuf/champignon/fromage ou œuf/jambon/fromage à 5,5 €). Côté sucré, crêpe sucre à 2,5 €, garniture simple à 3 € (Nutella, confiture, banane, Grand Marnier, rhum ou crème de marron) et combo banane/Nutella à 4 €. Sandwiches entre 5,5 et 6,5 €.

La dégustation. Je ne saurais vous conseiller le fameux chèvre crudités à 5,5 € avec son pain croustillant laissé quelques secondes sur la plaque chauffante, et garni d’airelles ajoutant une touche sucrée au chèvre. Terminez par une crêpe au sucre et au beurre, et vous aurez divinement mangé sur le pouce pour seulement quelques euros.

Crêperie du Café de La Place, 23 rue Odessa, Paris 14

au niveau du carrefour Edgar Quinet

Exposition Helmut Newton, Grand Palais. Photographe, Vogue.

Exposition Helmut Newton, Grand Palais. Photographe, Vogue. dans Expositions Helmut-Newton-Grand-Palais-1

Le Grand Palais propose jusqu’au 24 Juin 2012, une belle rétrospective de l’artiste photographe Helmut Newton. L’occasion de découvrir le travail acharné de ce génie de la pellicule.

D’origine allemande, né à Berlin en 1920 de famille juive, Helmut Newton fuit son pays pendant la guerre et décide de passer plusieurs années à Singapour. A son retour, l’artiste se lance dans la photographie de mode, particulièrement attiré par les femmes nues. Ces photos sont marquées par un érotisme évident, avec une violence sous-jacente proche du sado masochisme.

Helmut-Newton-Grand-Palais-2 dans Expositions

Précurseur du porno chic, Helmut Newton a travaillé pour les plus grands magazines de mode dont Vogue. Ces clichés jouent sur l’androgynie, les nuances de clair/obscur et les détails choquants. L’artiste signe également dans cette expo un certain nombre de portraits dont ceux d’Isabelle Huppert, Catherine Deneuve, Mme Claude ou plus étonnant, Jean-Marie Le Pen posant avec ses cerbères.

L’exposition. Les grands tirages sont magnifiques, les autres sont plus difficiles à apprécier avec la foule compacte s’agglutinant devant les cartels. On aurait aimé quelques œuvres de plus pour une expo coutant tout de même 11 €, mais pour une expo organisée par la RMN, on ne peut jamais trop en demander.

Helmut-Newton-Grand-Palais-3

Conseil. Comme toujours au Grand Palais, pour éviter les longues files d’attente, prenez un coupe-file sur internet (1 € de plus). Un petit caprice de star pour ne pas devoir attendre 1h dehors, ça n’a pas de prix !

Exposition Helmut Newton, Galerie Ouest du Grand Palais

jusqu’au 24 juin 2012, entrée 11€

 

Critique : Le Fer à Cheval. Bistrot à Saint-Ouen.

Critique : Le Fer à Cheval. Bistrot à Saint-Ouen.  dans Restaurants Fer-a-cheval-Saint-Ouen-2

La vie n’est pas faite que de palaces ni de belles adresses. Sans tomber dans la niaiserie parisianiste visant à tomber gaga de la moindre guinguette dès qu’elle franchit le périph, il est agréable d’arpenter les environs de Paris à la découverte de bonnes adresses tradis.

Fer-a-cheval-Saint-Ouen-1 dans Restaurants

Le cadre. Le resto ne paie pas de mine mais la cuisine vient pourtant du cœur. A midi, une honnête formule à 10 € propose une entrée et un plat à choisir parmi entrecôte, couscous, bavette ou encore côtes de porc. Les plats sont généreux, simples mais bien cuisinés.

Et pour 2,5 € de plus, vous pouvez compléter votre repas d’un dessert (crème brulée, glaces, ile flottante …). Mention spéciale à la crème brulée qui n’a rien à envier aux restos parisiens qui la propose à 7-8 €.

Fer-a-cheval-Saint-Ouen-3

Les boissons. Café à 2 €, soda à 2,5 €.

Le service. Rapide et rodé à une clientèle de bureaux pressée.

Le fer à cheval, 1 Rue Jean Jacques Rousseau, Saint-Ouen

Critique : 3PC, 3 Pièces Cuisine. Bar formica quartier Rome.

Critique : 3PC, 3 Pièces Cuisine. Bar formica quartier Rome.  dans Bars & Cafés 3PC

Rendez-vous des 25-30 ans du quartier Rome, le 3 Pièces Cuisine – 3PC pour les intimes – offre un instant de détente bien sympathique après une dure journée de  labeur.

La carte. Des cocktails à environ 6 € et des plats classiques pour se sustenter (hamburgers et clubs à 10-12 €).

Mais aussi ? Des jeux de sociétés où vos voisins de table n’hésiteront pas à vous inclure dans la partie. Le 3PC est finalement l’endroit idéal pour rencontrer des gens et en faire votre deuxième maison si vous habitez dans le coin. Peut-être est ce le charme du bar en formica resté intact ou simplement le service à la cool ?

3PC, 25 rue de Cheroy, Paris 17ème

Critique : Cercle Clichy. Cercle de jeux, billard et poker. Belle Epoque.

Critique : Cercle Clichy. Cercle de jeux, billard et poker. Belle Epoque.  dans Bars & Cafés Cercle-Clichy

Les Cercles de jeux, quoi que méconnus des parisiens, sont souvent associés à une image sulfureuse de blanchissement d’argent et d’acoquinement. Pourtant, il suffit de franchir la porte de ces maisons pour découvrir un monde parallèle à mille lieux des habituels bars de la capitale.

Une fois membre, le Cercle Clichy dévoile ses joyaux architecturaux : des plafonds démesurés datant du début du siècle, des candélabres diffusant une lumière mordorée, un beau carrelage au sol et des murs abimés par des années de clopeurs venus s’en griller une entre deux parties de cartes.

Aujourd’hui les habitués viennent pour jouer au Poker au beau milieu de la nuit ou pour une partie de billard improvisée. Les prix sont raisonnables et les boissons chargées d’alcool. Un point de chute idéal de fin de soirée puisque l’établissement ne ferme qu’à l’aube.

Cercle Clichy, 84 rue de Clichy, Paris 9ème

Critique : Bar Lounge de l’Hotel W Opera. Cocktails Do it yourself.

Critique : Bar Lounge de l'Hotel W Opera. Cocktails Do it yourself. dans Bars & Cafés Hotel-Lounge-W-Opera

Depuis le 14 février dernier, Paris accueille un tout nouvel hôtel haut de gamme en plein cœur du quartier Haussmann – Opéra ; le W Hotel, appartenant au groupe Waldorf. Installé dans le même immeuble de rapport que l’Apple Store ouvert en 2010, le groupe mise sur le renouveau du quartier qui devrait d’ailleurs bientôt accueillir un Louis Vuitton en lieu et place de la Société Générale.

Pour l’heure, le rez-de-chaussée de l’hôtel est occupé par le bar W, au design épuré et branché. La nuit tombée, la lumière tamisée se diffuse à travers les murs grillagés en métal, et les tons rose pourpre se confondent avec le carrelage noir. L’adresse s’apprécie en s’installant au bar, pour voir œuvrer le barman jouant des shakers comme s’il sortait de Zavata.

La carte. Pas vraiment donnée avec des cocktails à 15-20 € et des snackings dans les 10-24 € dont un hamburger facturé à prix d’or : 24 €. Les assiettes de charcuterie n’ayant pas vraiment l’air très généreuses, nous nous contentâmes de boire un verre.

Le cocktail Do it Yourself. Le concept est amusant. Vous choisissez votre alcool – en l’occurrence le gin pour ma part – et vous passez de l’autre côté du bar pour faire vous même votre cocktail. Bien sûr, le barman vous coache pour éviter de transformer le breuvage en mixture abjecte : un peu de menthe par ci, de la cassonade par là et une bonne dose de gin selon mon envie du soir. L’as du cocktail en profite pour vous donner quelques conseils pour apporter vitalité et entrain à votre travail.

Le verdict. Toujours difficile d’évaluer son travail sans tomber dans la critique purement  subjective. Le cocktail me semblait tout de même fort réussi.

Faut-il y aller ? Paris peut parfois manquer de fantaisie par rapport aux autres capitales européennes. Cette pause cocktail ludique nous démontre le contraire. Courez-y !

Le Bar du W, 4 rue Meyerbeer, Paris 9

(pour apprécier l’ambiance du lieu, il vaut mieux attendre que la nuit soit tombée)

 

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl