Archive | 14 mai 2012

Critique : Café des Beaux Arts. Paris. Pont des Arts.

Critique : Café des Beaux Arts. Paris. Pont des Arts. dans Restaurants Caf%C3%A9-Beaux-Arts-1

Fort de mon expérience au First Boudoir de l’hôtel Westin, je surfe désormais sur La Fourchette à la recherche de nouvelles promotions toutes aussi alléchantes. Cette fois-ci, direction le Café des Beaux Arts avec ses 50% de réduction, à condition de prendre le combo plat/dessert. Le Café des Beaux Arts est isolé, faisant face au Pont des Arts. La vue depuis la terrasse est tout simplement magnifique, surtout lors du petit-déjeuner lorsque Paris se réveille avec la gueule enfarinée.

La déco. L’intérieur est assez perturbant. Le lieu est superbe si vous regardez la salle en partant d’une distance d’un mètre du sol jusqu’au plafond à moulures : les lustres donnent une couleur mordorée, les glaces anciennes et les affiches d’époque créent un charme désuet au café. Mais le dernier mètre jusqu’au sol brise toute l’atmosphère du lieu et donne un petit côté bar PMU : comptoir vraiment moche en tôle, carrelage au sol bas de gamme et tables à la limite du formica.

Caf%C3%A9-Beaux-Arts-2 dans Restaurants

La carte. Planches à 18,50 € (charcuterie, fromage ou mixte). Plats dans les 17-20 € avec un confit de canard (17 €), un cheeseburger (17 €), un tartare (16 €) ou encore un onglet de bœuf (21 €). Desserts à 7-8 €.

Les plats. Une cuisine très approximative avec un magret de canard (18,5 €) manquant cruellement de tendresse et accompagné d’une sauce lourdasse limite aigrelette. La viande fut servie avec des pommes de terre trop ailées (bonjour l’haleine d’après repas). Quant à la côte de veau, elle fut sans relief, accompagnée d’haricots entourés de lard difficile à digérer le soir venu.

Caf%C3%A9-Beaux-Arts-3

Les desserts. Crème brulée correcte mais un peu grasse (6,5 €) et café gourmand vite passé aux oubliettes (7,5 €).

Faut-il y aller ? Sans la réduction, pas vraiment. Avec la promotion, éventuellement.

Café des Beaux Arts, 7 Quai Malaquais, Paris 6

Critique : Brasserie Firmin. Toulouse.

Critique : Brasserie Firmin. Toulouse. dans Restaurants Brasserie-Firmin-Toulouse-1

Depuis une quinzaine d’années, la Brasserie Firmin est une institution toulousaine connue pour ses produits de la mer et son banc d’huitres. La carte est un peu chère mais les produits sont de qualité et la maison propose un menu au rapport qualité/prix excellent.

Le lieu. Sobre et élégant, la salle dispose de banquettes confortables et d’une lumière tamisée pour diner en toute quiétude.

La carte. Les plats tournent autour de 23-25€, il vaut donc mieux se rabattre sur la formule à peine plus chère. La bonne affaire propose une entrée, un plat et un dessert pour 28 €.

Brasserie-Firmin-Toulouse-2 dans Toulouse

Le menu. En entrée, les pétoncles arrivent tonitruantes dans leur bain moussant de crème. La sauce est tout simplement parfaite et les pétoncles fondantes. De même, l’œuf au plat revisite un classique servi avec une originale salade bien assaisonnée, des croutons et un jus de viande cuit. Suivent les quatre côtelettes d’agneau servies avec gratin et banc horizontal de frites. Les côtelettes sont tendres, saisies par le bon goût de la sauce au beurre d’escargot s’accommodant parfaitement à ce genre de plat un peu fort en bouche. Le gratin est d’excellente facture, rien à redire.

Brasserie-Firmin-Toulouse-3

Les desserts. Aïe, difficile d’être brillant partout, et c’est là que le bas blesse. La tarte au citron sort directement du fournisseur Métro même si le trait d’humour « citron » écrit sur la tarte, essaie de nous faire oublier l’impair. Quant aux cônes glacés, ils ressemblent à de simples « Mystères ». Seules les profiteroles font leur travail correctement.

Brasserie-Firmin-Toulouse-4

Faut-il y aller ? Bien sûr, Firmin est l’une des meilleures brasseries toulousaines et il serait dommage de s’en priver !

Brasserie Firmin, 58 boulevard Lazare Carnot, Toulouse

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl