Critique : Bar Lapérouse. Velours, Quai Grands Augustins. Gastronomique.

Critique : Bar Lapérouse. Velours, Quai Grands Augustins. Gastronomique. dans Bars & Cafés Bar-Lap%C3%A9rouse-1

Ancien hôtel particulier datant du XVIIIème siècle, Lapérouse fut un marchand de vins avant de devenir dès le début du XXème siècle, un restaurant gastronomique fréquenté par l’intelligentsia française. Longtemps connu pour abriter le temple de la gastronomie française, les 3 étoiles du guide Michelin sont désormais de l’histoire ancienne et l’adresse peine à redresser la barre.

Pour redorer cette adresse qui périclite depuis plusieurs années, la Maison a décidé d’ouvrir un bar à la fin de l’année 2011 afin de faire découvrir aux parisiens ce restaurant-musée. Le salon Velours est magnifique, le décor est d’origine et n’aura pas profité aux mains d’un Garcia. Les plafonds bas sont ornés de peintures chères à ces hôtels particuliers, des statues Napoléon III et un mobilier « retour d’Egypte » rendent la pièce feutrée. Belles glaces et bibliothèque en bois en sus. Sans oublier les confortables fauteuils en velours rouge.

Bar-Lap%C3%A9rouse-2 dans Luxe

La carte. Très onéreuse avec des apéritifs à 15 € (martini, pastis, portos), des coupes de champagne à 20 € et des sodas à 6 €. Inutile de se rabattre sur les thés à 10 € ou le café à 8 €, ils sont aussi chers que dans les palaces. Du côté des cocktails, comptez 18 € pour déguster l’une des créations du barman. Quant à la carte des vins, elle est d’une maigreur à faire pâlir le quidam. En blanc : Chablis ou Pouilly. En rouge : Côte de Blaye. On aurait préféré pouvoir se délecter de vins plus recherchés que ceux qu’on trouve dans n’importe quel bistraque de quartier (12 € le verre).

La dégustation. Délicieux porto servi dans un verre tulipe et cocktail Kate fort réussi, à base de gin et de liqueur d’abricot. Les gougères au fromage accompagnent idéalement cet apéritif.

La clientèle. Absente, uniquement constituée des clients passant par la case « champagne » avant d’aller diner au restaurant.

Faut-il y aller ? Les salons feutrés sont agréables à la saison morne, moins lorsque l’été pointe le bout de son nez. Les cocktails sont réussis mais les prix sont trop élevés.

Lapérouse, 51 Quai des Grands Augustins, Paris 6

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl