Archive | septembre 2012

Critique : Hôtel Cristal, Cannes. Excellente cuisine en terrasse.

Critique : Hôtel Cristal, Cannes. Excellente cuisine en terrasse. dans Coups de coeur Hotel-Cristal-Cannes-1

Trouver une bonne adresse de restaurants à Cannes, relève du parcours du combattant. Depuis la fermeture de ma deuxième maison – le restaurant le Côte d’Azur – aujourd’hui récupérée par la pharmacie anglaise qui en a fait son annexe, je peine à trouver des adresses convenables. Si vous avez des bons plans, n’hésitez pas à m’en faire part. En attendant, je me rabats sur l’Hôtel Cristal qui propose une cuisine inventive, de qualité et à prix raisonnables.

L’Hôtel cristal propose une formule déjeuner qui fait courir le tout Cannes. Les habitués sont ici dans leurs petits souliers, les trois quarts des tables sont d’offices réservés avant le début du service. Certaines ont même une pancarte dactylographiée gravée au nom du client, preuve de leur assiduité.

La formule. Plat du jour à 14,4 € et plat/dessert à 17,7 €. Chaque jour, le restaurant propose deux plats et deux desserts. Ce choix restreint lui permet d’assurer une qualité optimale et une fraicheur exceptionnelle en fonction des produits du marché.

Hotel-Cristal-Cannes-2 dans Restaurants

Les plats. Raffinés, dignes parfois d’une carte de restaurant étoilé. Les portions ne sont certes pas très généreuses mais la qualité est  toujours au rendez-vous.

Le service. Vaut mieux ne pas être pressé. Il faut compter près d’une heure et demie pour déjeuner car la serveuse, seule en terrasse, est rapidement débordée.

Faut-il y aller ? Absolument, mais je vous en prie, gardez cette adresse pour vous.

Hôtel Cristal, Cannes, 15 Rond-point Duboys d’Angers, Cannes

à l’angle de la rue Moliere

Exposition Hopper. Grand Palais à partir du 10 octobre. La culture de masse.

Exposition Hopper. Grand Palais à partir du 10 octobre. La culture de masse. dans Expositions hopper.nighthawks

Dans quelques semaines se tiendra l’une des expositions les plus attendues de l’année 2012-2013 ; la rétrospective Edward Hopper au Grand Palais. L’occasion de décrypter en avant première le mécanisme de ces expositions.

Hopper est un de mes peintres préférés. D’origine américaine, l’artiste est considéré comme l’un des grands peintres du réalisme, décrivant la nostalgie d’une Amérique passée, réfugiée dans la neurasthénie et la solitude. Ces œuvres sont malheureusement trop rarement exposées. La plupart sont réunies au Whitney Museum à New York, mais plus souvent dans les réserves que dans les salles d’exposition. Quant au fameux « Nighthawks » faisant l’affiche de l’exposition, il sommeille habituellement à l’Art Institute of Chicago. Le Grand Palais a pourtant réussi l’exploit de convaincre ces musées de prêter leurs œuvres emblématiques pour constituer ce qui devrait être la plus belle exposition de Hopper.

hopper.gas_ dans Expositions

Le mécanisme des expos. Soyons honnête, seule une poignée d’individus connaissent aujourd’hui l’illustre peintre. Pourtant soyez assurés que d’immenses queues de curieux se dresseront devant le Grand Palais le jour venu. L’intention pourrait être louable, témoin de la curiosité insatiable des parisiens. Malheureusement, il s’agit surtout de dire « j’y étais » pour ajouter cette expo à leur tableau de chasse culturel. Car aujourd’hui les événements culturels sont devenus des perles qu’on enfile tel un collier, une obligation de plus à réaliser si l’on veut être dans le coup.

C’est ainsi que des gens courent à des expositions de Cina à l’Orangeraie (alors que le peintre est un artiste secondaire de la Renaissance que seuls les plus érudits connaissaient jusque là) ou du génial imposteur Buren au Grand Palais.

La culture mondaine. Pas un diner en ville sans que ne soient abordées les dernières expositions qui animent la capitale. Seulement, les « cultivés » ont une fâcheuse tendance à reléguer des siècles de chefs-d’œuvre au rang d’anecdotes, et de s’extasier devant la dernière œuvre de Bernar Venet au Château de Versailles (ndlr les fameuses poutres en acier entourant la statue de Louis XIV, comme si l’art ne pouvait exister que dans son rôle contestataire). Pire, ces gens vous regardent d’un air condescendant lorsque vous avouez ne pas avoir vu la dernière exposition de Larry Clark au MAM ou le Street Art à la Fondation Cartier. Pourtant, ces mêmes olibrius semblent perdus telle une Loana sur un plateau télé, lorsque vous leur parlez de la dernière exposition des Riches Heures du Duc de Berry au Louvre ou des subtiles différences entre Canaletto et Guardi.

early-sunday-morning

D’autres avalent les expositions tels des Miel Pops de Kellogg’s. Audio-guide à la main, ils sont le symbole de la culture de masse. Ils passent devant les tableaux comme une vache fascinée par un train et écoutent passivement les soliloques de l’application iPhone téléchargée à la va-vite sur l’Apps Store une heure plus tôt. Mais auront-ils retenu quelque chose une fois sortis de l’exposition ? Ou s’agira t’il uniquement d’ajouter une croix sur leur « agenda à expositions » ?

Aujourd’hui, ces personnes ne connaissent pas encore Edward Hopper. Mais soyez assurés qu’ils alimenteront les conversations des diners en ville et affronteront le froid hivernal pour voir ce qu’ils qualifieront être « des chefs-d’œuvre ». Et ils n’auront pas tort …

Exposition Hopper, Grand Palais

Du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013

Mise à jour du 10/10/12

Je me suis rendu au Grand Palais dès l’inauguration, le 10 Octobre 2012. L’exposition est tout à fait époustouflante, présentant intelligemment tous les plus grands chefs-d’œuvre de Hopper. La muséographie est sobre et discrète, et le parcours chronologique est richement documenté. A coup sûr, l’expo de l’année !

Quick Champs-Elysées. Une hygiène déplorable.

Quick Champs-Elysées. Une hygiène déplorable. dans Coups de gueule quicksouris

Quick Belleville, Mai 2012. Source : @clouzal sur Twitter

Lundi dernier, je rentrais de soirée avec la faim au ventre. Le Quick du 62 avenue des Champs-Elysées se présenta alors à mes yeux. Le spectacle fut tout simplement effarant.

En attendant que ma commande soit prête, ma curiosité s’arrêta sur le carrelage du restaurant. Je vis alors quatre petits nuggets pataugeant fébrilement dans le graillon et cherchant désespérément le chemin de la poubelle. Les frites qui flirtaient avec le pied de l’armoire ne faisaient pas non plus les fières devant le regard indifférent des managers trop occupés à papoter.

Que les serveurs soient désagréables, passe encore, je ne viens pas chez Quick pour rechercher la moindre once d’amabilité. Mais que l’hygiène soit le cadet de leurs soucis, je trouve ça intolérable. Lorsqu’il s’agit de la santé des clients, on ne transige pas.

Comment peut-on se laisser aller à une telle négligence après l’affaire tumultueuse du jeune adolescent mort en Janvier 2011 après avoir mangé un hamburger infecté de staphylocoques ?

Manque d’encadrement des employés ? Laisser-aller de la direction ? Les articles dénonçant le manque d’hygiène de Quick se multiplient :

Quick Avignon

http://www.sudouest.fr/2011/02/19/l-adolescent-qui-avait-dine-au-quick-d-avignon-est-bien-mort-de-son-repas-322162-7.php

Quick Albi

http://www.ladepeche.fr/article/2009/01/10/521074-albi-fermeture-du-quick-pour-manque-d-hygiene.html

Quick Belleville

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/05/02/legout-cest-nous-chez-quick-les-souris-dansent-depuis-longtemps/

 

DROIT DE REPONSE QUICK – reçu le 28/09/2012 par le Groupe Quick

« Bonjour,

Nous souhaitons réagir à votre article « Quick Champs-Elysées. Une hygiène déplorable » et vous apporter des précisions sur les règles d’hygiène pratiquées en restaurant.

Votre mauvaise impression porte sur la présence d’aliments sur le sol côté « cuisine ». Il faut savoir que lors d’une période de rush, tous les aliments tombés par terre, derrière le comptoir ou en cuisine, doivent y rester et ce conformément au protocole d’hygiène. Cela concerne tous les produits: aliments préparés sur place, dosettes de sauces, serviettes en papier, …
A la fin de chaque rush, l’ensemble du matériel de cuisine est changé, le sol est balayé et récuré. Chaque soir, toute la cuisine est vidée, c’est pour cela que tous nos meubles sont sur roulettes. Le sol des cuisines est entièrement scrobbé, c’est-à-dire récuré à grandes eaux avec une brosse dure, de l’eau et du produit d’entretien.

Le restaurant des Champs Elysées concerné, de par son emplacement, connaît une activité importante et constante ce qui explique la présence de dips et de frites au sol au moment de votre visite. Côté clients, le ménage en salle est fait de manière régulière la journée ainsi qu’à la fermeture du restaurant.

Ensuite, vous citez le drame qui s’est déroulé à Avignon en janvier 2011 en stigmatisant Quick. Nous tenons à rappeler que malgré les accusations hâtives visant l’enseigne Quick, plus de 18 mois après ce tragique événement, strictement rien ne permet d’affirmer que Quick porte une quelconque responsabilité dans le décès de l’adolescent. A ce jour aucune des nombreuses analyses scientifiques n’a démontré la responsabilité de l’enseigne Quick. Les résultats des investigations réalisées depuis plus de 20 mois et, plus généralement, les récentes affaires en matière alimentaire doivent appeler chacun d’entre nous à la plus grande prudence dans les propos et les affirmations qui pourraient être tenus.

Nous vous remercions de prendre note de ces informations et de bien vouloir rectifier votre article au regard de ses renseignements.

Le Groupe Quick »

Critique : La Brasserie. Saint-Raphael. Patio jardin.

Critique : La Brasserie. Saint-Raphael. Patio jardin. dans Restaurants La-Brasserie-St-Raphael-1

Avec sa belle terrasse noyée dans la verdure, la Brasserie propose une halte gastronomique agréable au cœur de Saint-Raphaël. Les plats sont de bonne facture et les produits proviennent du marché voisin.

L’arrivée. Un accueil mi-figue mi-raisin, confirmant le manque d’amabilité de trop nombreux restaurateurs de la Côte d’Azur. Nous avions passé un coup de fil une heure avant pour prendre la réservation, mais le serveur osa nous répondre qu’il n’avait plus de places à notre arrivée. Le restaurant invente donc le principe de la réservation qui n’en est pas une. Au risque de vous faire poireauter sur place plus d’une heure …

La-Brasserie-St-Raphael-2 dans Terrasse / Jardin

Le lieu. Très agréable le soir, avec cette terrasse sur plusieurs niveaux et son éclairage tamisé.

La carte. Prix plutôt raisonnables avec des entrées à 7-8 € et des plats dans les 16-22 € : aïoli à 17,9 €, daurade rôtie au four à 19,8 €, magret de canard à 22,5 €, farcis à 15,8 € ou encore fricassée de sot l’y laisse à 16,6 €. Desserts à 6-7,5 €.

La-Brasserie-St-Raphael-3

Les plats. Le pavé de thon albacore grillé à la provençale (17,2 €) confirma les échos que nous avions pu entendre à propos du restaurant : la cuisine est de bonne facture et les produits sont soigneusement sélectionnés. Idem pour le tartare de bœuf charolais coupé au couteau (15,9 €). Les frites manquaient peut-être un peu d’entrain mais les pauvres avaient la volonté de plaire.

Faut-il y aller ? Evidemment, nonobstant l’accueil un peu bourru. Les plats sont de qualité et les prix se tiennent parfaitement.

La Brasserie, 6 avenue de Valescure, Saint-Raphael

bouteilles de vin à 17-28 €, demi-bouteilles à 13-17 €

Cityguide : Quelques adresses à Barcelone. Bars et restaurants. Bons plans.

Cityguide : Quelques adresses à Barcelone. Bars et restaurants. Bons plans. dans Bars & Cafés Restaurant-La-Pedrera-Barcelone-1

Lors de mon dernier séjour à Barcelone (août 2012), j’ai dégoté pour vous quelques adresses de restaurants, dont certaines méritent vraiment le détour. Voici ces découvertes :

Café Milà « La Pedrera », Passeig de Gràcia 92

Un restaurant installé au 1er étage du musée de la Pedrera, l’une des deux maisons chefs-d’œuvre de l’architecte Gaudi. La décoration de la salle reprend l’esprit tourmenté de Gaudi avec son plafond ondulé tel des vagues déchainées en pleine mer. L’ensemble est chic – très début du siècle – et jouit d’une belle vue sur le Passeig de Gràcia.

Restaurant-La-Pedrera-Barcelone-2 dans Restaurants

Les plats. Une assiette de poissons fumés et crudités (14,5 €) absolument divine et une escalivada proposant des sardines grillées sur un lit de légumes (11,5 €). Les plats sont très fins, la cuisine est de grande qualité.

Restaurant-La-Pedrera-barcelone-3 dans Terrasse / Jardin

Les boissons. Une bière Estrella à 5,5 € servie dans une grande bouteille accompagnée de son seau à glaçons. La fameuse bière barcelonaise suit le même rituel qu’un grand vin, mais à prix sodas.

Service. Charmant, parlant aussi bien anglais qu’espagnol et catalan.

Café d’Estiu- Museu Frederic Marès, Plaça de Sant Iu 5-6

Caf%C3%A9-Estiu-Barcelone dans Voyages

Installé dans la cour de l’ancien Palais Royal des Comptes, aujourd’hui devenu le Musée Frederic Marès, ce café constitue une halte idéale lors d’un séjour à Barcelone. A quelques pas de la Cathédrale, la cour jardin est un bonheur perdu au milieu d’une ville vivant à vitesse effrénée. Sous l’ombre des orangers, vous pourrez prendre un jus d’orange pressé délicieux (2-3 € les boissons).

La Txapela, Passeig de Gràcia 8

Txapela-Barcelone-1

Il serait dommage de quitter Barcelone sans avoir goûté quelques tapas typiquement catalans. Les bars à tapas sont certes légions dans la ville catalane, mais en voici un que j’apprécie particulièrement, à quelques mètres de la Plaza Catalunya.

Txapela-Barcelone-2

Les tapas sont exposés en photos sur le set de table, associés à un numéro. Vous n’avez plus qu’à commander et à déguster ! (chaque bouchée est à 2 € environ).

Les Quinze Nits – Plaça Reial 6

Quinze-Nits-Barcelone

Avant de quitter Barcelone, prenez donc un dernier verre au Quinze Nits. Arrivez vers 23h, après le service du diner, et faites la fermeture à 2h. Vous verrez la plus belle place de Barcelone se vider progressivement, dans une atmosphère surannée et hors du temps.

Vous regretterez à coup sûr de rentrer en France en rêvant des prix affichés sur la carte : 1L de sangria à 10 €, sodas à 2,2 € et plats dans les 8-10 € … Oui, les prix dans les restaurants et café français sont scandaleusement élevés !

Critique : Hôtel Raphael. Terrasse rooftop Paris 16. Avenue Kleber.

Critique : Hôtel Raphael. Terrasse rooftop Paris 16. Avenue Kleber. dans Bars & Cafés Hotel-Raphael-1

Ce genre d’adresses surfaites commence à m’insupporter. Pourquoi est-ce si cher ? Même dans les plus grands palaces newyorkais, hongkongais ou encore londoniens, les cocktails tournent autour de 20 €. L’alcool est-il plus taxé en France qu’à l’étranger ? Non certainement pas. Le secteur de la restauration serait-il alors infecté par une palanquée de voleurs ? La démonstration, par la théorie des prix, la théorie que j’ai nommée « théorie A-B-C ».

Hotel-Raphael-2 dans Luxe

Considérons 3 vins de qualité et de prix croissants : A, B et C. Le prix d’achat pour une bouteille de 75 cl est indiqué pour chacun d’entres eux. Considérons désormais le prix de vente pratiqué par les restaurateurs. Le gérant d’un bistrot aura tendance à multiplier par 4 ou 5 le prix de vente par rapport au prix d’achat pour s’assurer une marge. Ramené au verre, nous obtenons les prix de vente des trois vins pratiqués par le gérant du bistrot.

Considérons maintenant le Palace. Il ne peut décemment proposer le vin A, qu’il considère comme trop bas de gamme. Il ne va pas non plus proposer le vin C, car même s’il est de qualité, il serait obligé de tarifer le verre à 30 ou 40 €, et risquerait d’être boudé par sa clientèle. Le Palace choisira donc de mettre sur sa carte un vin, le B, tout à fait moyen en le facturant plus cher que les meilleurs vins que pourraient proposer un bistrotier. Prix de vente affiché : 20 €. Et le tour est joué. D’où la sensation dans les palaces, de souvent boire un verre de vin horriblement cher et pas toujours exceptionnel.

Hotel-Raphael-3 dans Rooftops

Revenons-en maintenant au Raphael. La terrasse est agréable, mais la vue n’est certainement pas la plus époustouflante de Paris. Assis, difficile d’observer les monuments parisiens, cachés par les buissons. Et chose plus embarrassante, certains buildings du XVIème arrondissement – modernes – ternissent le panorama.

Quant au vin, nous sommes en plein dans le syndrome de la « théorie A-B-C » décrit plus haut. Le tout, servi par des serveurs incapables de vous renseigner sur les trois misérables vins proposés à la carte (17 €).

La clientèle. Sûrement attiré par la lumière. Ayant oublié que dans un palace, le service minimum n’a pas été abrogé en terme de tenue vestimentaire.

Hôtel Raphael, 17 Avenue Kléber, Paris 16

Critique : Le Voilier. Apéro à Cannes sur la Croisette.

Critique : Le Voilier. Apéro à Cannes sur la Croisette. dans Bars & Cafés Le-Voilier-Cannes-2

Il est devenu quasiment impossible de trouver un café où prendre l’apéritif sur la Croisette à Cannes. Les bonnes adresses ont disparu les unes après les autres et les cafetiers dressent les tables pour diner dès 18h.

Qui se souvient du Blue Bar Café (au 42 Boulevard de La Croisette) devenu une boutique Salvatore Ferragamo, ou encore du café sur l’herbe du Grand Hôtel avant que la résidence du même nom ne se cloitre à coup de barrières métalliques ?

Il y a bien le Café du Festival, mais le lieu est vieillot et il y fait souvent très chaud. Quant au Carlton, soyons sérieux, quel intérêt de dépenser 10 € pour avoir son pastaga ?

Le-Voilier-Cannes-1 dans Terrasse / Jardin

J’ai failli déclaré forfait jusqu’à ce que je découvre Le Voilier et sa belle terrasse narguant le Carlton voisin. Ici, l’heure de l’apéritif est sacrée, pas question de chasser le client sous prétexte que les tables doivent être dressées à 19h pétantes pour accueillir le futur diner. Les prix sont tout à fait raisonnables (kir à 6,2 €, pastis à 5,5 €, café à 2,6 €) et le service aimable.

La vue est fascinante : la Croisette, la mer bleutée et ses beaux yachts et surtout l’agitation frénétique de Cannes : des pimbêches gloussant sur le trottoir, des loueurs de Lamborghini exhibant fièrement leurs voitures et des curieux testant la dernière trouvaille de Renault : la Twizy.

Le Voilier, 61 Boulevard de La Croisette, Cannes

Critique : La Favola. Cours Saleya. Nice.

Critique : La Favola. Cours Saleya. Nice. dans Restaurants La-Favola-Nice-1

Deuxième adresse des Frères Cannatella après la Voglia, la Favola est installée sur le très touristique Cours Saleya. Repère à restaurants pour touristes, la Favola fait surement figure d’exceptions dans ce paysage culinaire si aride.

La carte. Salades à 14-16 €, pizzas à 12,5 € puis tartare de bœuf à 19,5 €, tagliata de bœuf à 23,5 €, côte d’agneau à 24 € et côte de veau à 26 €. Sans oublier la spécialité de la maison : les pâtes entre 13,5 et 20,5 €.

Les plats. Nous avons commencé ce repas en se partageant une assiette d’antipasti (16 €) particulièrement copieuse. Vous pourriez presque nourrir une famille entière avec de telles portions. L’assiette est un véritable patchwork, présentant des spécialités plus ou moins italiennes.

La-Favola-Nice-2 dans Restaurants

Arrivent ensuite les pâtes servies dans de grandes gamelles métalliques. De véritables plâtrées que l’on pourrait aisément partager à 2 ou 3. Bienvenue au royaume du gâchis. Et lorsque vous osez demander un doggy bag, on vous regarde avec des yeux ronds comme si vous étiez la réincarnation de Satan. Triste, car les pates sont gouteuses et bien cuisinées.

Faut-il y aller ? Le gâchis me fait mal au cœur. Dommage, car si les antipasti n’ont rien d’extraordinaires, les plats de pâtes sont réussis.

La Favola, 13 Cours Saleya, Nice

bouteilles de vin, 20-25 €

Critique : La Moule Joyeuse. Fréjus.

Critique : La Moule Joyeuse. Fréjus. dans Restaurants Moule-Joyeuse-Fr%C3%A9jus-1

Le nom pourrait aussi bien faire partie d’une escale culinaire de Petitrenaud que d’une chanson grivoise pour étudiants à la fac. Il s’agit pourtant bien du nom donné à ce restaurant installé sur l’artère principale de Fréjus, face à la mer.

Il ne faut pas se laisser décourager par une attente parfois un peu longue, le jeu en vaut vraiment la chandelle. Une fois installés, on se prend au jeu de l’observation des badauds.

La carte. Bien entendu, les moules jouent les stars de cette carte : marinières, à la crème, poulette etc. toutes entre 12,5 et 12,9 €. Les allergiques à la petite coquille pourront se rabattre sur la carte des poissons : dos de daurade à 15,9 €, pavé de saumon à 16,5 €, filet de sole façon meunière à 16,9 € ou encore gambas grillées à 17 €.

Moule-Joyeuse-Fr%C3%A9jus-2 dans Terrasse / Jardin

La maison a même prévu de satisfaire les olibrius qui souhaiteraient assouvir des plaisirs carnassiers. La preuve avec un tartare de bœuf à 14,9 €, un magret de canard à 18,5 € ou encore un émincée de volaille à 13,9 €.

Les plats. Impeccables avec des moules d’une fraicheur esquisse et un filet de sole flirtant tendrement avec son jus de citron. Les accompagnements pourraient par contre s’accorder à la saison estivale, le riz et la ratatouille nous rappelant que la « rentrée des classes » approche déjà.

Moule-Joyeuse-Fr%C3%A9jus-3

Le service. Carré et professionnel. Voilà une adresse qui tourne du feu de dieu.

Point négatif ? Le confort des chaises en terrasse.

La Moule Joyeuse, 61 Boulevard de la Libération, Fréjus

desserts 6-7 €, vins entre 13 et 25 €

Critique : Sénéquier, Saint-Tropez. Archi nul. Service insolent.

Critique : Sénéquier, Saint-Tropez. Archi nul. Service insolent. dans Bars & Cafés S%C3%A9n%C3%A9quier-1

Calamiteux, pitoyable, consternant … Les adjectifs me manquent pour décrire une telle gargote qui – je le crois bien – vient de remporter le pris du « coup de gueule de l’année 2012″.

Doit-on encore présenter Sénéquier ? Voici le café emblématique de Saint-Tropez, celui qui a accueillit en son temps les stars de la Côte d’Azur. Mais aujourd’hui, Sénéquier n’est plus qu’un mouchoir sur lequel se lamenter d’un Saint-Tropez qui ne reviendra jamais. Le charme de ce port de pêche a vite été troqué contre d’immenses yachts absorbant les derniers vestiges de la ville.

La terrasse. Clients entassés comme des oignons, fauteuils d’un rouge criard et has been, la terrasse n’est pas des plus agréables. Une barre de yachts vous empêche de voir le ciel bleu, jugez par vous même sur la photo illustrant l’article.

La carte. Insolente avec le café à 4 €, le soda à 7 € et l’orange pressée à 8 €. Sans oublier le cocktail à 17 € et les verres de vin à 10-12 €.

S%C3%A9n%C3%A9quier-2 dans Coups de gueule

Le service. Dix minutes pour que la commande soit prise, puis une demi-heure pour que 3 boissons arrivent sur la table. L’institution Sénéquier qui fête aujourd’hui ses 125 ans semble sérieusement rouillée. Mais le pompon arrive lorsque j’eus le malheur de réclamer une carafe d’eau avec mon orange pressée. Dans n’importe quel autre café, l’orange pressée aurait été accompagnée d’office par une carafe et une sucrière, pour accommoder à sa guise la boisson. Mais le garçon de café en avait décidé autrement. Voici l’échange livré tel quel, bien plus percutant qu’une version romancée :

- « Non mais vous croyez quoi, fallait commander la carafe en même temps que l’orange pressée. Là, vous l’aurez pas avant 20 minutes, j’ai d’autres trucs à faire ».

- « Vous plaisantez, j’espère ? »

- « Il va se calmer le monsieur, vous vous croyez où ? On n’est pas dans un petit village ici »

Ah le malheureux ne manque pas de toupet. Peut-on encore parler de service ? Le garçon, un certain Arnaud, mériterait une sévère admonestation. Je ne saurais trop lui conseiller de lire Sénèque, pour se créer un vernis d’intelligence et de sympathie.

Et sinon ? Des toilettes à l’hygiène déplorable, des portes défoncées qui ne ferment même pas à clés. Les patrons sont réfugiés derrière le bar. Ils me font penser au Capitaine Haddock dans le Secret de la Licorne. Emprisonnés dans leurs cabines par de méchants flibustiers, les pauvres ne se rendent même pas compte que leur personnel navigant les mène à la perte de leur propre navire.

Faut-il y aller ? Un véritable piège à crétins. Des prix crétins, un service assuré par des crétins, et un client plumé … comme un vieux crétin.

Sénéquier, sur le Port, Saint-Tropez

12

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl