Archive | octobre 2012

Critique : Bar de l’Hotel California. Piano bar hors du temps.

Critique : Bar de l'Hotel California. Piano bar hors du temps. dans Bars & Cafés hotel-california-rue-de-berri

Dans la jungle des bars d’hôtels parisiens, certains se distinguent par leur ambiance et leur service. L’atmosphère recherchée est toujours la même : une ambiance surannée légèrement neurasthénique où le son du pianiste vous rappelle à vos années passées. Et un verre de vin à la main pour exercer un pouvoir amnésique sur votre journée de travail acharné. L’hôtel California, gentiment désuet, fait partie de ces lieux hors du temps refusant les diktats de la mode et assumant pleinement le parti du luxe intemporel.

La carte. Pas très cher pour un hôtel installé à deux pas des Champs-Elysées. Verres de vin à 6,5 – 8 €, coupe de champagne à 13 € et sodas à 5 €. Le bar propose également une petite restauration, quoique quelconque, à base de club sandwiches (12 €), burgers (13 €) ou autres plats plus élaborés.

Les cocktails. Exécutés d’une main de maitre par le barman, ils peuvent se déguster avec quelques tranches de foie gras. Quelle joie de pouvoir siroter un Grasshopper (Get 27, crème de cacao blanc et crème fraiche) devant la fausse cheminée au son de la vraie chanteuse jazzy. Tous les soirs, les mélodies du piano s’entrecroisent avec celles des conversations. Oh que j’aime ces plaisirs nocturnes !

Hôtel California, 16 rue de Berri, Paris 8

Nouveau département des Arts de l’Islam. Louvre. Une verrue en guise de verrière.

Nouveau département des Arts de l'Islam. Louvre. Une verrue en guise de verrière. dans Expositions louvre-departement-islam-1

Le Louvre vient d’inaugurer en grande pompe son nouveau département consacré à l’Islam, le 8ème après les classiques ensembles dédiés à la peinture, à la sculpture ou encore aux antiquités romaines. La Presse en a profité pour nous abreuver de jeux de mots tout aussi originaux les uns que les autres. Tandis que Le Point titrait « Islam, le Louvre lève le voile », Libération déclarait « l’Islam, nouveau pilier du Louvre » et RFI « Le Louvre devient la Mecque des Arts de l’Islam ».

Le nouveau département, d’environ 3000 m2, est situé dans la cour Visconti marquée par son style 2nd Empire et sa belle façade Henri IV. Des mois ont été nécessaires pour creuser et recouvrir la cour d’une structure métallique tout à fait surprenante.

louvre-departement-islam-2 dans Sorties

Les pièces exposées. Le Louvre possède la plus grande collection d’Art islamique dans le monde occidental. Dans ce nouveau département, le Musée expose près de 3000 pièces dans un cheminement chronologique parfois un peu confus. Il faut bien reconnaitre que la tâche était ardue, l’Art islamique n’étant pas destiné à être exposé contrairement aux peintures ou sculptures occidentales.

On ne manquera pas les magnifiques mosaïques romaines que l’on peut admirer du rez-de-chaussée ni les belles céramiques, les miniatures en bronze, les tapis ou encore les chefs-d’œuvre d’orfèvrerie et de marqueterie.

louvre-departement-islam-3

L’architecture. Le nouveau département surprend surtout par sa verrière ondulée que son architecte Mario Bellini n’hésite pas à comparer à une aile de libellule. Composé de 2350 triangles d’aluminium doré, le « tapis volant » s’affiche pourtant comme une verrue venant s’écraser dans une cour pourtant magnifique, bien que sévère. L’époque est au sensationnalisme, à l’exubérance architecturale. Le résultat est finalement décevant. La grande voile s’avère oppressante et rappelle l’arrivée bagages de Roissy. Quitte à faire dans l’aéroport, il aurait mieux valu s’inspirer de la nouvelle structure béton/verre du terminal 2D de Roissy, qui elle est une vraie réussite. La pyramide de Pei peut dormir tranquille, elle ne risque pas d’être détrônée par cette œuvre lourde et pataude.

louvre-departement-islam-4

Le coût. Le projet a coûté la bagatelle de 100 M€ dont 30% ont été pris en charge par l’Etat (et donc les contribuables). Pour le reste, les entreprises Total et Lafarge ont contribué à hauteur d’une dizaine de M€ et de grands acteurs du monde oriental ont eux aussi mis la main au porte-monnaie (Arabie saoudite, Maroc, Koweït, Oman, Azerbaïdjan …).

City Guide Chigago. Restaurants. Bonnes adresses et plans foireux.

City Guide Chigago. Restaurants. Bonnes adresses et plans foireux. Public-House-Chicago-1

Il faut bien reconnaitre que Chicago n’est pas le temple de la gastronomie. La nourriture est particulièrement grasse et généralement sans saveur. Pourtant en cherchant bien, on finit par découvrir quelques adresses qui sortent du lot. Voici un petit tour d’horizon des restaurants testés lors de mon dernier voyage dans la capitale de l’Illinois. Pour le meilleur … et pour le pire.

John Hancock – Signature Room at the 95th, 875 North Michigan Avenue

John-Hancock-Chicago-1

L’attrape touristes par excellence, la célèbre tour chicagoane possède à son dernier étage un bar/restaurant panoramique débitant des cuisines approximatives et excessivement chères.

Pizzeria Due, 619 N Wabash Avenue

Pizzeria-Due-Chicago

Les guides disent qu’il serait dommage de séjourner à Chicago sans goûter l’une de leurs pizzas, les fameuses « deep pizza ». Au contraire, cet oubli ne serait qu’une bénédiction pour votre palais. Les vulgaires « deep pizza » atteignent effectivement des profondeurs de médiocrité. Il s’agit en réalité de quiches honteusement grasses, exemptes de la moindre finesse : et vas-y que je te garnisse une pâte brisée de morceaux de poulets, de pâte à quiche et de sauce barbecue. Même Pizza Hut n’oserait pas.

Public House, 400 North State Street

Public-House-Chicago-2

Enfin une bonne adresse, la situation devenait désespérante. Le pub sert d’excellents fish&chips à déguster avec une bonne bière devant le dernier match de football américain. La déco très industrielle participe au charme du lieu, à deux pas de la Trump Tower. Il vaut mieux y aller à midi car le soir, le pub se transforme en club bruyant. Seul ombre au tableau, le service calamiteux et terriblement amateur.

Ralph Lauren, 750 North Michigan Avenue

Ralph-Lauren-Restaurant-Chicago-1

Belle adresse également, fréquentée par le gotha chicagoan.

Ralph-Lauren-Restaurant-Chicago-2

De délicieux burgers et carrot cakes y sont servis. Service au petit soin avec une belle table nappée. L’adresse incontestablement chic de Chicago.

Oak Street Beach

Oak-Street-Beach-Chicago

S’il n’est pas conseillé d’y manger, le restaurant de cette plage reste l’endroit idéal pour venir prendre un ice tea à l’ombre des parasols. Avec les palmiers, on se croirait au beau milieu d’un atoll alors que les gratte-ciels ne sont pourtant qu’à quelques mètres derrière vous. Une pause agréable bien loin du tumulte de la ville.

Starbucks, 600 N. State Street, Chicago

Starbucks-Chicago

Le lieu idéal pour prendre un petit-déjeuner et siroter son caffe latte accompagné d’un cookie aux pépites de chocolat. La terrasse permet d’apprécier le bal des cadres venant faire une pause café avant de repartir dans leur bureau climatisé.

Et pour manger sur le pouce : Centre commercial Jewel Osco, 550 North State

Jewel-Osco-Chicago

A force de mal manger, on finit par se demander s’il ne serait pas plus simple de faire soi-même son repas en achetant des produits frais au centre commercial de quartier. Le magasin Jewel Osco propose à ce sujet de beaux produits. Malheureusement, le goût ne suit pas vraiment (que les fruits peuvent être mauvais !).

Critique : Le Comptoir Général. Paris 10. Canal Saint-Martin.

Critique : Le Comptoir Général. Paris 10. Canal Saint-Martin. dans Bars & Cafés Comptoir-G%C3%A9n%C3%A9ral-Paris-1

En voilà une adresse qui a du chien. L’ambiance délicieusement alternative ravive mes pensées et me rappelle mon séjour passé à La Havane. Quelques chaises de récup, des fauteuils moelleux et des tables en Formica plantent le décor de ce café d’un autre temps.
Les lustres à l’entrée et le couloir marqué au tapis rouge semblent décorer un lupanar  des années 20. L’été, les patios vous transportent dans le charme désuet d’une maison de campagne ou d’un entrepôt désaffecté reconverti en loft.

La carte. Des cocktails torpillant la jeunesse bobo du 10ème comme ce Secousse (7 €) relevé à la vodka ou encore ce ti punch (5 €) vous assommant un cubain. Vous risquez de finir la soirée sur les rotules à chercher désespérément le Che.

Comptoir-G%C3%A9n%C3%A9ral-Paris-2 dans Coups de coeur

Pour les petites faims, le Comptoir nous surprend là ou ne l’attend pas en servant des bobuns ; ces spécialités vietnamiennes à base de vermicelles, de soja, de bœuf et de crudités.

Faut il y aller ? Oh que oui, ce joyeux melting pot se découvre après avoir franchi le long chemin dérobé menant au Comptoir. Une adresse en or !

Le Comptoir général, 80 rue de Jemmapes, Paris 10

(face au canal Saint-Martin)

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl