Archive | décembre 2012

Critique : Grand Palais des Glaces. Patinoire et soirée clubbing.

Critique : Grand Palais des Glaces. Patinoire et soirée clubbing.  dans Branché grand-palais-des-glaces-2

Le Grand Palais nous offre jusqu’au 6 janvier, une de ses plus belles réussites événementiels avec sa patinoire géante et ses soirées clubbing. Je m’étais hélas préparé à l’apocalypse après avoir lu avec attention les commentaires déposés par des furibonds sur le compte Facebook de l’événement. Le scandale était dénoncé, les invectives pleuvaient : temps d’attente interminable (2h à l’extérieur puis 45 min pour obtenir les patins), patinoire devenant marécage, boissons hors de prix, …
Étant naturellement de nature râleuse, je m’étais préparé à sortir l’arsenal de la diatribe incendiaire. Et pourtant … La soirée fut tout simplement époustouflante.

grand-palais-des-glaces-1 dans Sorties

La queue. Remercions les impatients et les rabat-joies, ce fut la mutinerie générale, les curieux abandonnaient en cours de route la queue. Nous avons donc finalement fait 50 min de queue à l’extérieur puis 30 min à l’intérieur pour obtenir les patins après avoir un peu joué des coudes. Les patins sont en nombre limité pour ne pas dépasser la capacité d’accueil de la patinoire; il faut attendre qu’un patineur rende ses patins pour pouvoir à son tour rejoindre la glace.

L’ambiance. Absolument féerique avec une atmosphère irréelle et onirique : la boule à facettes géante brille de mille feux, la scénographie est particulièrement réussie avec des jeux de lumières bleu et ocre qui subliment la structure Eiffel. Un bar avec chaises en rotin façon jardin d’hiver permet aux non patineurs d’admirer la scène.

grand-palais-des-glaces-3

La musique. L’ambiance est survoltée, les gens dansent au milieu de la glace sur une musique electro très hype (n’espérez pas entendre les derniers tubes commerciaux, la musique est éclectique voire même élitiste). La sono est incroyable, digne des meilleurs boites de Paname. On se sent pousser des ailes, endiablés par cette musique répétitive, un vrai kif !

La patinoire. Un joyeux fatras qui s’apparente à Châtelet en heure de pointe mais les patineurs commencent à libérer la glace vers minuit et jusqu’à la fermeture. La patinoire est grande mais la glace devient logiquement bouillie au fur et à mesure de la soirée avec l’eau qui finit par s’infiltrer dans les patins.

grand-palais-des-glaces-4

Le bar. Le « plus » incontesté de la soirée directement accessible en patin et donnant un côté Grand Siècle à la soirée. Les consos sont relativement abordables : sodas à 3 €, verres de vin à 6 € et coupes de champagne Pommery à 10 €.

L’organisation. Le groupe événementiel Ludéric semble avoir très rapidement intégré les remarques de ses clients. La gestion est impeccable avec une signalétique efficace et un personnel aimable. Ne reste plus aux clients qu’à devenir civilisé (qu’il est pénible de se faire pousser par des pré-pubères comme si il y avait à la place des patins une distribution de Champomy !).

grand-palais-des-glaces-5

Faut-il y aller ? Une coupe de champagne à la main en train de patiner sur une musique electro débitée par des enceintes wahou, dans le plus bel endroit de Paris. Il s’agit de l’un des rares événements parisiens où la file d’attente se justifie !

Grand Palais des Glaces, 3 Avenue du Général Eisenhower, Paris 8

jusqu’au 6 janvier 2013

Nocturnes clubbing jeudi, vendredi et samedi soir de 20h à 2h

City Guide Saint-Petersbourg. Bonnes adresses et plans foireux.

City Guide Saint-Petersbourg. Bonnes adresses et plans foireux. dans Salons de thé saint-petersbourg

Dans une ville meurtrie par le froid, il est d’usage d’écumer les salons de thé saint-pétersbourgeois pour se faire cajoler par des douceurs sucrées. Malheureusement, il faut accepter le service fielleux et souvent rustre de ces maisons. Le touriste n’est pas apprécié et s’avère le terrain de jeux favori des russes pour exercer leur talent de roublards.

astoria-st-petersburg dans Salons de thé

ASTORIA HOTEL (Астория Отель)

L’Astoria est un palace datant du début du siècle, membre des « Leading Hotels of the World ». Contigu à l’hôtel d’Angleterre, l’hôtel fait face à la célèbre cathédrale Saint-Isaac.

Le thé se prend au Bar La Rotonde, dans une belle salle boisée où trônent fièrement d’imposants samovars. Les lustres anciens se chargent de diffuser une lumière presque passéiste.

Formule thé à 1150 RUB pas vraiment intéressante au vu de la qualité des pâtisseries et de leur variété. Il vaut mieux prendre une boisson chaude accompagnée d’un petit gâteau. Le chocolat chaud (420 RUB) est à se damner, avec sa crème fraiche ajoutant une touche encore plus onctueuse. La forêt noire qui l’accompagne (250 RUB) est quant à elle un peu décevante.

Bar La Rotonde de l’Hôtel Astoria, Bolshaya Morskaya ulitsa 39

sever-st-petersburg

SEVER (КОНДИТЕРСКАЯ СЕВЕР)

Sever est une célèbre pâtisserie de la Perspective Nevsky qui eut son heure de gloire durant l’ère soviétique. Aujourd’hui malheureusement, l’adresse se repose sur ses lauriers et les gâteaux ne sont pas aussi bons que beaux. La maison n’en reste pas moins fréquentée par de nombreux saint-pétersbourgeois à l’heure du thé.

Sever, Nevsky Prospekt 44

singer-st-petersburg

CAFE SINGER (КАФЕ ЗИНГЕРЪ)

Le Café Singer est installé au 1er étage du bâtiment Singer, édifice construit par le célèbre fabricant de machines à coudre pour en faire à l’époque sa vitrine publicitaire. Aujourd’hui, l’immeuble abrite la principale librairie de Saint-Pétersbourg ainsi que le café Singer qui jouit d’une vue extraordinaire sur la Perspective Nevsky, le canal Griboedov et Notre-Dame-de-Kazan. Jusqu’à 23h, il est possible de savourer un gâteau comme le carrot cake – en photo – accompagné d’un thé. Prix assez élevés.

Café Singer, Nevsky Prospekt 28

grand-hotel-europe-st-petersburg

GRAND HOTEL EUROPE (Гранд Отель Европа)

Le célèbre Grand Hotel Europe dispose d’une annexe de l’autre côté de la rue Mikhaylovskaya, dédiée à la vente de places de spectacles (concerts, théâtres, opéras, etc.). Le lieu est également occupé par un café qui propose un beau choix de gâteaux, thés et chocolats chauds. Un endroit idéal pour prendre un petit-déjeuner rapide dans un cadre moderne et paisible.

Café du Grand Hotel Europe by Orient Express, Mikhaylovskaya ulitsa 1/7

taleon-imperial-hotel-st-petersburg

TALEON IMPERIAL HOTEL (Талион Империал Отель)

Le Taleon fait partie avec le Grand Europe des grands palaces de Saint-Pétersbourg. Construit au XVIIIe, le palace se caractérise par ses grandes colonnades supportées par de vaillants atlantes. Le lobby mérite à ce titre le détour, mais il n’est pas vraiment conseillé de consommer sauf si vous aimez fréquenter des nouveaux riches élevés comme des sagouins. En outre, addition dispendieuse.

Hotel Taleon Imperial Hotel, Moika Embankment 59

Critique : Le Premier, Bar des Galeries Lafayette. Une vraie réussite glam.

Critique : Le Premier, Bar des Galeries Lafayette. Une vraie réussite glam.  dans Bars & Cafés le-premier-gl-1

Inauguré le 12 octobre dernier, le bar restaurant « Le Premier » marque la fin du premier pan de rénovation des Galeries Lafayette. Installé comme son nom l’indique au premier étage des Galeries, le bar propose une carte de boissons et de snacking chic dans un cadre magnifique.

Lignes épurées, bar monobloc blanc immaculé et chaises perchées permettent d’apprécier la superbe coupole dans ses moindres détails et le sapin de Noël signé Swarovski. Le dépaysement est total, on pourrait aisément se croire transporté dans un Department Store à Macau ou à Dubaï. Les touristes fourmillent au rez-de-chaussée pour s’enivrer d’effluves de parfums français tandis que le sapin, majestueux, s’illuminent d’humeur changeante grâce à des projecteurs colorés.
le-premier-gl-2 dans Coups de coeur
La carte. Prix contrastés avec des sodas à 5 €, des thés à 7 € et des verres de vin à 6 € (Graves et Sancerre en blanc, Côtes du Lubéron et Pessac Leognan en rouge). Champagne à partir de 14 € la coupe. Côté snacking, comptez 24 € pour un sandwich au tourteau ou une assiette de saumon fumé, 12 € pour des blinis accompagnés de tarama. Pour les envies sucrées, les pâtisseries Pierre Hermé viennent nous rafraîchir le palais.

L’expérience. Un Ispahan signé Pierre Hermé accompagné d’une coupe de champagne Moët (14 €) et le goûter s’avère parfait. Si la coupe de champagne s’affiche encore à des prix raisonnables, il n’en va pas de même pour la pâtisserie à 14 € (autrement dit, deux fois plus chère qu’en boutique).

Faut-il y aller ? Oui sans aucun doute. Le cadre, les pâtisseries et le champagne animent ce spot si recherché. Et puis quant bien même votre portefeuille crierait famine, vous pouvez toujours ne prendre qu’un soda et refaire le monde dans cette adresse si mode.

Le premier, Galeries Lafayette Haussmann

Critique : Kushikatsu, un des meilleurs japonais de Paris. Republique.

Critique : Kushikatsu, un des meilleurs japonais de Paris. Republique.  dans Coups de coeur kushikatsu-3Le quartier Oberkampf révèle bien des surprises. Dernière nouveauté en date, Kushikatsu, l’un des meilleurs restaurants japonais de la capitale. Fréquentée par la high class japonaise, le restaurant propose de découvrir pour la première fois à Paris les kushikatsu, ces spécialités de panure venant tout droit d’Osaka.

Le lieu. Très chic avec son grand comptoir en bois, ses tabourets confortables et son éclairage tamisé. La salle s’articule autour d’une grande hotte en cuivre martelé d’où le chef prépare ses fritures.

kushikatsu-1 dans RestaurantsLe menu unique à 53 €. Ce véritable menu gastronomique est exécuté d’une main de maitre par le chef. Une quinzaine de plats s’enchaine tel une véritable cérémonie nuptiale : le chef vous indique pour chaque brochette quelle sauce utiliser parmi les trois suivantes : sauce noire, sauce soja ou moutarde japonaise. Le rythme est soutenu et les produits sont nobles : chateaubriand, dorade, crevette d’Argentine, navet, foie gras, etc. Le repas raffiné se conclut par une délicieuse boule de glace au Matcha, ce thé vert en poudre au goût si particulier.

kushikatsu-2Les liquides. Les plus téméraires essaieront le vin de riz, rappelant le goût de saké mais en nettement moins agressif. L’expérience est surprenante …

Faut-il y aller ? On avait peur de ressortir affamé, on finit satisfait et émerveillé de cette cuisine si légère et variée. Le lieu est magnifique, le personnel attentif et extrêmement serviable. Kushikatsu est une adresse en or !

Kushikatsu, 24 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11

Critique : Le Voltaire, Quai de Seine. Une institution bourgeoise.

Critique : Le Voltaire, Quai de Seine. Une institution bourgeoise. dans Coups de coeur restaurant-le-voltaire-3

Le Voltaire est une institution discrète de la rive gauche parisienne, antithèse des restaurants branchés et de leurs portions pour pioupious. Stores fermés, menus affichés sous le manteau, la maison ne cherche pas à se faire importuner par de curieux chalands. Véritable garant de la gastronomie française, Le Voltaire pourrait être une sorte de cénotaphe élevé à la gloire d’une cuisine bourgeoise qui a péri depuis belles lurettes.

Le décor. Très sixties avec ses murs recouverts de lambris, son éclairage discret et ses tables nappées comme pour fêter une grande occasion.

restaurant-le-voltaire-1 dans Luxe

La carte. Il faut s’accrocher pour ne pas s’échouer dans la Seine, toute proche. Impossible de trouver des plats à moins de 30 €. Au choix, une raie pochée à 39,5 €, des sardines grillées à 30 €, du colin froid à 35 €, une andouillette à 31 €, un onglet de bœuf à 39 €. Puis un steak tartare pomme frites à 44,5 €, des rognons de veau à 43 € ou encore un filet de bœuf à 50 €. Comme nous savons pertinemment que nous ne sortirons pas indemne financièrement de ce restaurant, autant se faire plaisir en prennant la pièce de bœuf grillée au thym et champignons à 87 € pour 2.

restaurant-le-voltaire-2 dans Restaurants

Les plats. Tout repas au Voltaire doit inexorablement commencer par le célèbre œuf mayonnaise à 0,9 €. Un tel prix semble amuser une clientèle bourgeoise s’encanaillant de manger à tarif Chartier. L’entrée est sublime, généreuse avec ses crudités et sa mayonnaise faite maison. Puis arrive la fameuse pièce de bœuf, un monument de la gastronomie française. Les portions sont plus que gargantuesques servies avec une ribambelle de légumes s’invitant à la table : purée de carottes, purée de pommes de terres, bolets à l’huile, frites maison et salade. Le repas est divin, délicieusement désuet à l’époque où l’opulence des assiettes était symbole de luxe et de richesse. Les clients s’en mettent plein la panse et en redemandent avec raison. Difficile alors de conclure un tel festin par un dessert. Il faut savoir renoncer aux batailles lorsqu’elles ont bien été défendues.

Les liquides. En scrutant méticuleusement les bas-fonds de la carte, on finit par dénicher quelques bouteilles à 40-50 €, mais la fourchette de prix varie plutôt entre 60 et 100 € pour une bonne bouteille. Le vin choisi ce soir-là fut gouleyant au palais.

restaurant-le-voltaire-4

Clientèle. Point de grandes dames vêtues de caraco, mais des hordes de vieilles barbes accompagnées de leur moitié anglaise pour fêter des noces vermeilles.

Faut-il y aller ? Pour avoir le daguerréotype parfait de la bonne cuisine française, assurément. Cette cuisine bourgeoise a quasiment disparu de nos assiettes parisiennes, alors ne nous en privons pas. Mais pour des additions légères, il faudra peut être mieux aller voir ailleurs. Environ 160 € pour deux personnes sans dessert, la « cuisine musée » se paie très chère. Comme disait Marie-Pierre Casey dans la pub Pliz : « je ferai pas ça tous les jours » !

Le Voltaire, 27 Quai Voltaire, Paris 7

Café à 5 €, bouteille
St-Pellegrino (1L) à 6 €

Vitrines de Noel 2012. Galeries Lafayette et Printemps Paris.

Vitrines de Noel 2012. Galeries Lafayette et Printemps Paris.  dans Sorties vitrines-noel-2012-3

Rien de bien nouveau dans les Grands Magasins. D’un côté, les Galeries Lafayette qui sombrent dans la gloire décomplexée de la Marque Louis Vuitton. De l’autre, Le Printemps qui nous fait l’apologie de Dior en version nettement plus luxe et onirique mais toujours de façon aussi mercantile.

vitrines-noel-2012-2 dans Sorties

Exit la magie de Noël, laissons nos enfants s’adonner aux plaisirs du luxe dès leur plus jeune âge. Le rêve aujourd’hui ne semble plus se résumer qu’aux grandes marques de luxe. Les vitrines de Noel sont-elles encore dédiées aux enfants ou cherchent-elles à conquérir le cœur de leurs parents ?

Exposition Hopper. Ebay. Comment trouver des places à 40 €.

Hopper Ebay

Seriez-vous prêt à dépenser plus de 40 € pour pouvoir découvrir l’exposition Hopper au Grand Palais sans faire la queue ? En temps de crise, la proposition prête à l’embarras. C’est pourtant ce que proposent certains sites comme Ebay, où des gens peu scrupuleux monnaient des laissez-passer habituellement offerts aux journalistes et critiques d’art.

En dehors de toute éthique et jouant abusivement sur la spéculation, les petits malins se frottent les mains. Aurions-nous atteint le summum du ridicule dans une époque où les expositions d’art ne sont plus que des attractions de masse ?

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl