Critique : Le Safran, Hôtel du Collectionneur (ex Hilton Arc de Triomphe).

Critique : Le Safran, Hôtel du Collectionneur (ex Hilton Arc de Triomphe). dans Luxe le-safran-1

Le quartier Monceau est souvent, à tort, délaissé par les parisiens. Principalement résidentiel, le district regorge pourtant de bonnes adresses méconnues installées dans un no man’s land apparent. Le Safran de l’Hôtel du Collectionneur en fait partie.

Le restaurant est situé au sein de l’ex-hôtel Hilton et de sa superbe architecture Art Déco. A la belle saison, l’établissement offre une terrasse idyllique sous les doux rayons du soleil.

Le cadre. Après avoir franchi le lobby monumental de l’hôtel, on découvre un boudoir suranné avec son éclairage « entre chien et loup », ses moquettes épaisses et ses tables espacées. La clientèle est étonnement chic à une époque où les gens semblent oublier les règles les plus élémentaires de bienséance vestimentaire.

le-sagran-2 tag3 dans RestaurantsLa carte. Entrées à 20 € environ, puis plats à 30-40 € (lotte, coquilles Saint-Jacques, pièces du boucher, t-bones ou encore tartare de bœuf). La carte surfe sur la mode pompeuse des grands restaurants qui affichent leurs plats par nom de produit : la lotte, le veau, la poire, la fraise etc.

Nous jetons notre dévolu sur la lotte et sur la pièce du boucher qui fut ce jour-là une belle entrecôte. Avant de débuter le spectacle, une mise en bouche vient jouer le prélude en proposant quelques bouchées de foie gras servies avec du pain de campagne excellent.

Les plats. La lotte est excellente ; le poisson fondant est servi sur un lit de potiron et une émulsion de sauce blanche. On regrettera cependant les portions un peu chiches. Quant à l’entrecôte, la viande fut excellente, servie avec des sauces béarnaise et poivre faites maison.

le-safran-3 dans Terrasse / Jardin

Les desserts. Pour conclure ce repas digne d’un resto étoilé, le dessert vient réclamer les applaudissements (14 €). La composition au chocolat avec de délicieuses boules au chocolat était enrobée d’une mousse cacaotée au lait, le tout déposé sur une tranche de nougatine et décoré d’une lamelle de chocolat aux noisettes.

Faut-il y aller ? Inutile de venir diner au Safran pour boustifailler sans chichi. Au contraire, la table est parfaite pour un repas d’affaires ou pour ceux qui souhaitent se laisser bercer par la douce musique des plats savamment mijotés.

Le Safran, 51-57 rue de Courcelles, Paris 8

Mots-clefs :

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl