Archive | novembre 2013

Critique : Exposition Erwin Blumemfeld au Jeu de Paume : de la déception dans l’air

Critique : Exposition Erwin Blumemfeld au Jeu de Paume : de la déception dans l'air dans Expositions blumenfeld_1

La photographie a décidément le vent en poupe. Pas une bonne saison culturelle sans que ne soit programmée dans la capitale une exposition retraçant les œuvres photographiques d’un maitre de la pellicule. Après avoir passé en revue tous les maitres réalistes racontant Paris et ses « petites gens » au début du siècle (Doisneau, Ronis, Boubat), les Musées se sont attaqués aux artistes plus modernes et leurs photos de mode. On citera par exemple la superbe exposition Helmut Newton au Grand Palais ou encore la très réussie rétrospective Diane Arbus au Jeu de Paume. Les sources photographiques n’étant pas intarissables, il faut désormais puiser dans les réserves d’artistes moins connus et qui, disons-le, sont moins talentueux.

C’est ainsi que le Jeu de Paume nous présente l’exposition Erwin Blumenfeld à travers près de 300 œuvres et documents, depuis la fin des années 1910 jusqu’aux années 1960. Erwin Blumenfeld, d’origine allemande, fut surtout célèbre pour ses photographies de mode des années 40 et 50 qu’il fit paraitre dans les magazines Vogue et Harper’s Bazaar.

L’artiste s’est illustré dans plusieurs domaines : dessins, photographies, montages et collages. L’exposition regroupe une bonne partie de ses œuvres avec notamment Carmen, le modèle du Baiser de Rodin, mais aussi le mannequin en béret et manteau rouges qui illustre l’affiche de l’expo, sans oublier Lisa Fonssagrives capturée dans un moment sublime à jouer les équilibristes sur la Tour Eiffel.

On regrettera cependant une très grande partie de l’expo (sinon les 90%) consacrée à des œuvres pour le moins assez banales : photos de ville, nus pas toujours gracieux, etc. Les fameuses photos de mode qui l’ont fait connaitre n’occupent finalement que la dernière pièce de l’exposition autour d’une quarantaine de clichés. La déception s’affiche clairement à la sortie.

Exposition Erwin Blumenfeld au Jeu de Paume

jusqu’au 26 janvier 2014

Critique : Exposition Alaïa au Musée Galliera

Critique : Exposition Alaïa au Musée Galliera dans Expositions musee-galliera-1

Après plus de 4 ans de travaux, le Musée Galliera rouvre enfin ses portes et inaugure ses salles flambant neuves avec une rétrospective du célèbre couturier Azzedine Alaïa. Les salles d’exposition ont retrouvé leur lustre d’antan : murs rouge pompéien, boiseries noires et mosaïques venant sublimer le sol et les coupoles. On oublierait presque que le Palais n’est constitué que d’une ossature métallique réalisée par les ateliers Eiffel et dissimulée sous une enveloppe en pierre de style Renaissance.

L’exposition. Elle retrace la carrière d’Alaïa à travers 70 modèles imaginés par le créateur. On saluera le génie de l’artiste tout en admonestant le scénographe qui nous présente un travail plutôt raté. Les œuvres souffrent d’un éclairage défaillant les mettant bien peu en valeur. C’est entre chien et loup qu’on découvre des pièces originales du couturier. On relèvera son goût pour les lignes moulantes et très près du corps, sublimant les chutes de reins et n’hésitant pas à bousculer les codes. En témoigne l’utilisation d’œillets métalliques sur des peaux en cuir donnant un côté sadomasochiste que le couturier s’était vu reproché. On ne pourra pas rester indifférent non plus devant ses réalisations mettant à l’honneur dentelle et fourrure.

musee-galliera-2 dans Expositions

L’état de conservation des pièces est pourtant regrettable. Des robes fin XIXe semblent mieux conserver que certaines pièces datant d’à peine 20 ou 30 ans, c’est dire !

Faut-il y aller ? Oui pour parfaire sa culture, mais si vous souhaitez en prendre plein les yeux, mieux vaut encore se rendre au Bon Marché admirer les robes de soirées du maitre Alaïa.

Exposition Alaïa au Musée Galliera, 10 Avenue Pierre Ier de Serbie, Paris 16

jusqu’au 26 janvier 2014

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl