Archive | 17 octobre 2014

Critique : Glou Paris

Glou Paris 1

Tour à tour journaliste gastronomique, spécialiste de l’environnement de la qualité de vie et rédacteur en chef du magazine Régal, Julien Fouin enchaine les ouvertures de restaurants : Glou, Jaja et plus récemment Beaucoup.

Si les méchantes langues diront qu’il est bien pratique d’ouvrir un restaurant lorsqu’on gravite dans la sphère journalistique, épaulé par les fonds de Marion Cotillard, d’autres ne jugeront que par les qualités gustatives des plats proposés. Entamons notre analyse purement gastronomique.

Glou joue la carte du néobistrot avec une salle tout en longueur et son mur en pierres apparentes. On préfèrera le 1er étage avec une vue théâtrale sur l’Hôtel Salé et son jardin, plus connu sous le nom de Musée Picasso.

Glou paris 2

La carte. Un peu pompeuse avec des cannelloni farcis aux légumes croquants (17 €), une sèche rôtie au four et sa julienne de courgettes et de mangue (21 €), un poisson du jour de retour de la criée (23 €), l’inévitable tartare/frites (18 €) ou encore un quasi de veau rôti (24 €). En desserts, petit pot au chocolat de ma grand-mère (9 €), véritable cheese cake (9 €) ou encore crumble aux pommes (9 €).

Les plats. Ensemble correctement exécuté et plutôt réussi. La présentation de la sèche mériterait cependant d’être revue pour éviter l’effet « pieuvre échouée dans une barcasse ». Les desserts sont quant à eux un poil décevant au vu de leur tarification

Les liquides. Glou-glou le rosé pétillant et le Saint-Nicolas de Bourgueil bien choisis.

Le service. Si le musée Picasso avait fait nocturne, nous aurions pu profiter de l’heure d’attente entre la fin du plat et l’arrivée du dessert pour y faire un saut. Service parfaitement sympathique mais débordé.

Faut-il y aller ? Pourquoi pas.

Glou, 101 rue vieille du temple, Paris 3

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl