Critique : Le Dôme Villiers. Thierry Bourdoncle à l’oeuvre.

Le Dôme Villiers 4

Rouvert en Juillet 2014 après plusieurs mois de travaux, le Dôme Villiers offre l’une des plus agréables terrasses parisiennes de Paris dans un quartier agréable à vivre, à quelques encablures des rues de Lévis et des Dames.

L’adresse a été reprise en 2012 par Thierry Bourdoncle, le magnat aveyronnais propriétaire d’une trentaine d’établissements à Paris dont le Paris – London à La Madeleine, la Palette à Saint-Germain des Près, le Hibou au carrefour de l’Odéon, le Pub Saint-Germain, le Mabillon, le Café Charlot, le Café Français à Bastille, le Dôme Saint-Paul ou encore le Scossa. Habituellement discret, l’homme d’affaires s’est fait remarquer l’année dernière en rachetant l’épouvantable Sénéquier à Saint-Tropez. Espérons qu’il saura lui redonner ses lettres de noblesse.

Le Dôme Villiers 2

La déco. Un savant mélange de styles anglais et cubain dans un environnement sombre et marqué par la présence de belles boiseries. Anglais avec ce bar ouvert jusqu’à 2h du matin, à l’éclairage mordoré rappelant les bars speakeasy tels qu’ils en fleurissent à Londres et à Paris. Cubain, pour ses murs couleur rouge brique et ses ventilateurs suspendus au plafond.

A l’extérieur, une triple terrasse donnant sur la Place, l’avenue de Villiers et la rue Lévis est le spot idéal pour « chiller » au soleil. Elle permet surtout de s’y attabler toute l’année grâce à un système ingénieux de radiateurs et un très chic store mécanique donnant un joli aspect industriel.

Le Dôme Villiers 3

La carte. Bien calibrée mais un peu chère. Plats entre 20 et 45 € (noix de saint jacques à 26 €, tartare de bœuf à 20 €, classique bacon cheeseburger à 22 €, paillard de poulet à 22 €, filet de bœuf à 36 €, côtelettes d’agneau à 30 € ou encore entrecôte Hugo Desnoyer à 45 €). Les appétits d’oiseau pourront se reporter sur les salades (16 à 20 €), les pizzas rectangulaires (20 €) ou partager une planche de charcuterie (18,5 €).

Les plats. Le pain servi en début de repas est souvent annonciateur de la qualité des plats à venir. Ici l’excellent pain a rempli cette fonction puisque le reste du repas fut tout à fait réussi. D’abord avec ce cheeseburger offrant une viande de qualité, des frites croustillantes et un pain moelleux. Ensuite avec ce plat du jour (filet de lieu) bien cuit accompagné d’une sauce au beurre légère et de légumes croquants. Les produits sont de qualité.

Le Dôme Villiers 1

Les desserts. Un choix plutôt restreint mais cherchant tout de même à sortir des sentiers battus : tarte tropézienne à 11,5 €, pavlova poire chocolat à 11,5 € ou encore nougat de la maison Sénequier  à 12,5 €. La pavlova, dessert à base de meringue nommé en l’honneur de la ballerine russe Anna Pavlova fut une belle surprise. Même si le dessert s’éloignait se sa stricte définition en manquant quelque peu de meringue, il offrait une légèreté étonnante proche d’un Merveilleux. Cependant le doute m’envahit quand je découvris que le centre était étonnamment froid ; le dessert serait-il surgelé et industriel ?

Les liquides. Des bouteilles à partir de 30 €, des carafes de 50 cl entre 20 et 30 € et des verres entre 5 et 8 €. Carafe de Pays d’Oc honorable.

Faut-il y aller ? Pour boire un verre, pour grignoter ou pour un diner romantique sur fond de musique jazzy, Le Dôme se savoure à tout instant de la journée.

Le Dôme Villiers, 4 avenue de Villiers, Paris 17

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl