Le Centquatre. Les subventions au secours de la rentabilité

J’avais dénoncé sur mon blog en mai 2012 le scandale du 104, lieu culturel censé attirer les foules et devenu rapidement un véritable gouffre financier avec près de 100 M€ dépensés pour la rénovation de cet ancien Service municipal des pompes funèbres.

Pour rappel, Le CENTQUATRE est « un espace de résidences et de production pour les artistes du monde entier. Pensé comme un abri des esthétiques artistiques et culturelles élaboré sous des formes coopératives, il donne accès à l’ensemble des arts actuels au travers d’une programmation résolument populaire et contemporaine ».

Depuis, le rapport d’activité a été publié et les chiffres sont accablants. Intéressons-nous plus particulièrement au tableau dépenses/recettes ci-dessous :

Tableau 104

Ce tableau montre 4 choses :

- un lieu culturel archi subventionné à hauteur de 8 M€, financés par nos impôts locaux. Les subventions représentent 73 % des recettes de l’établissement. Ramené à la population, le CENTQUATRE coûte chaque année 3,60 € à chaque parisien,

- les recettes issues des spectacles ne couvrent que 80% des coûts techniques d’activité,

- les charges de personnel s’élèvent à 4,4 M€, soit 39% des charges totales. Ces dépenses permettent de rémunérer les 80 salariés permanents (à raison de +/- 36 K€ par salariés, charges retirées)

- malgré les colossales subventions accordées, le CENTQUATRE finit l’année 2012 avec un déficit de +/- 253 000 €.

Le constat est identique d’années en années, le rapport 2011 s’osait même à qualifier les dépenses de « contrôlées » et le budget de « maitrisé ». Ouvert depuis 2008, la réussite de l’établissement se fait attendre.  Le CENTQUATRE, véritable audace culturelle ou simple moyen de communication au service de la Mairie ?

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl