Archive | Autres Flux RSS de cette section

Avis : Les Grandes Eaux Nocturnes de Versailles.

      versailles4.jpg

Dans un article précédent j’avais parlé du Palace Trianon et de son cadre exceptionnel. En réalité, le jour de ma visite dans cet hôtel j’avais d’abord assisté aux Grandes Eaux Nocturnes de Versailles. Pour ceux qui ne connaissent pas, chaque année le château organise un grand spectacle musical et pyrotechnique dans ses jardins. Les parcs et bosquets de la cour du roi Soleil sont alors mis en valeur chaque samedi dans une mise en scène particulièrement soignée accompagnée de musique baroque.

Longtemps, les jardins furent dans un état de décrépitude avancée, les mécanismes d’eau ne fonctionnaient plus, les marbres étaient fissurés et les colonnades prêtent à s’effondrer. Heureusement, grâce au mécénat américain et l’arrivée de dons généreusement offerts par des amoureux de Versailles, les jardins ont pu renaître de leurs cendres et retrouver leur splendeur d’antan.

      versailles1.jpg

Le spectacle a lieu chaque week-end et jours fériés de mars à octobre, de 21h30 à 23h30, clôturé par un feu d’artifice exceptionnel. L’entrée se fait par la cour d’honneur (on remarque en passant la nouvelle grille intérieure dorée fraîchement restaurée). L’entrée des visiteurs est très bien organisée. Pas d’attente, on se gare directement sur la place gratuitement.

Une fois les portes du château franchies, on découvre alors un jardin somptueux avec un ciel offrant ses plus belles couleurs à cette heure de la journée. C’est un moment privilégié pour voir Versailles, le soleil qui se reflète dans les fontaines donne des tons dorés aux fenêtres de la galerie des glaces et les statues sont alors éclairées par un halo de lumière chatoyant. Le coucher de soleil se fait en toile de fond et donne une profondeur toute particulière à la grande perspective.

La mise en scène est un tissu d’idées brillantes, ne faisant jamais de fautes de goût. Des machines soufflent des bulles de toutes tailles sur la fontaine de Diane amusant aussi bien les enfants que les parents, et donnent un côté féerique au lieu. Des effluves de miel, d’abricot et de melon viennent enivrer l’odorat des visiteurs (ce fut parait-il les parfums préférés de Louis XIV) …

      versailles2.jpg
Arrivé devant le tapis vert, on s’enfonce ensuite progressivement dans les bosquets. On s’amuse à se perdre dans ce dédale d’allées de cyprès. La hauteur de ces arbres donne l’impression d’être dans un labyrinthe à la Alice au pays des merveilles. Tous les jardins sont illustrés par des musiques de Lully, Rameau,Haendel …

Parcours Nord :

On commence par le Bosquet de l’Obélisque : Un immense geyser de 15 m de haut déverse son eau sur une première vasque qui se répartit ensuite dans une seconde en descendant progressivement un escalier de marbre. Sublime.

On se dirige ensuite vers le Bosquet de l’Encelade. Au centre, le géant terrassé par Jupiter. La roseraie qui entoure ce jardin est magnifique. La mise en scène l’est tout autant : fumée qui sortent des fontaines et du bassin central et qui donnent une atmosphère fantasmagorique au lieu.

versailles3.jpg
Un peu plus loin on rejoint le Bosquet des Dômes constitué d’un grand jet d’eau en son centre avec une balustrade en marbre où se déverse quantité d’eau. La sortie du parcours nord se fait sur le tapis vert et rejoint ensuite le Bassin du Char d’Apollon.

Parcours Sud :

Direction le Bosquet de la Colonnade : les colonnades en marbre et jets d’eau sont mis en valeur par une mise en scène surprenante : lasers verts et fumigènes qui recrée l’enfer. Un pari osé mais réussi.

      versailles5.jpg
Clou du spectacle, le Bosquet de la Salle de Bal avec ses reproductions de massif rocailleux et ses centaines de bougies aux parfums exquis.

23h00 : une voix invite à rejoindre la grande perspective pour assister au feu d’artifice. Nous sommes surpris par ces 2 heures qui se sont passées si vite. C’est d’ailleurs le seul reproche que j’ai à faire ; 2 heures ne sont pas suffisantes pour visiter l’ensemble des jardins. Pourtant nous n’avons pas traîné …

23h15 : le feu d’artifice commence. Il est tiré derrière le bassin du char d’apollon.

Les feux sont accompagnés de jets de flamme venant du tapis vert et de musique. Vu le prix raisonnable du billet on aurait pu s’attendre à un petit feu d’artifice, et bien là encore Versailles nous surprend en offrant un feu digne de ce nom.

      versailles6.jpg
23h30 : la soirée s’achève avec plein de souvenirs inoubliables, la foule s’amasse aux sorties du château.

Conclusion :

Une soirée royale à la hauteur du lieu. 19€ pour un tel parcours musical, artistique et sensoriel, cela parait bien peu. On ne rêve que d’une chose en sortant : y retourner la semaine suivante.

          planjardin.jpg

Château de Versailles

Des navettes sont prévues entre le château et les gares de Versailles Chantiers et de Versailles Rive Gauche. De Montparnasse, arrivée Versailles Chantiers. Avec le RER C de Paris, arrivée Versailles Rive Gauche.

 

Anniversaire : 1 an déjà !

         anniversaire.jpg

1 an déjà que le blog critikparis est né !

Paris est une ville fascinante. La richesse de son patrimoine et son dynamisme lui donne un caractère si particulier qu’on comprend mieux pourquoi tant de touristes en tombent amoureux. On aura beau dire qu’elle est une ville bruyante, stressante, polluée … Paris restera Paris. Elle fait parti de ses grandes capitales qui ne dorment jamais, semblable à un Rome ou à un Londres. Il suffit de regarder le nombre impressionnant de nouveaux bars, restaurants ou discothèques qui s’ouvrent chaque année. Ce turn-over incessant est une source intarissable de nouvelles découvertes et de critiques, bonnes ou mauvaises. Bars, restaurants, boites de nuits, expos, musées … la liste est longue.

Bientôt le mois d’Août. Paris est envahi par les touristes et ses habitants la désertent peu à peu. C’est justement le moment d’essayer de nouvelles adresses, hors des sentiers battus que seuls les parisiens restés sur Paname sauront appréciés à leur juste valeur.

L’anniversaire du blog est une belle occasion de retracer les bonnes et moins bonnes découvertes de cette année 2007-2008.

On se souviendra de quelques agréables surprises comme les restaurants de la Bocca della verità rue du Sabot, le Berkeley avenue Matignon ou encore le Congrès de la porte maillot, sans oublier le Bouillon Racine quartier Latin. Le Café du métro reste un endroit parfait pour se poser lors d’une séance shopping, le soir la Rhumerie nous enchante en restant volontairement dans son jus, et le pub saint-germain est le point de chute incontestée des fins de soirées avec ses cocktails pas trop chers. La Brasserie du Printemps et sa nouvelle formule ont du potentiel malgré un service misérable, agréable pour une pause goûter entre deux courses. Enfin, que dire du Bar Panoramique du Concorde Lafayette qui restera notre lieu de prédilection. C’est assurément le meilleur endroit qu’on est pu trouver pour embraser de nuit la capitale toute entière. Peut être la donne changera lorsque la tour Signal de Jean Nouvel sera construite à la Défense et qu’elle accueillera un restaurant et un bar panoramique. Rendez-vous dans quelques années.

En attendant, on se prélassera au Pershing hall (en semaine de préférence et pendant les vacances pour éviter le côté trop m’as-tu-vu), et enfin on ira se réfugier les froides journées d’hiver au Park Hyatt de la rue de la Paix, le palace qui nous a le plus marqué cette année alliant design, confort, tradition et service irréprochable.

Merci donc pour vos dizaines de milliers de visites, merci pour tous vos commentaires, merci pour votre lecture assidue (ou non) de mon blog et à bientôt pour de nouvelles critiques !

Remarque : Toutes les adresses commentées dans mes articles sont désormais facilement retrouvables en cliquant sur les onglets Restaurants, Bars et Salons de thé au niveau du header.

ArtSénat : une exposition navrante.

                       expo8.jpg

L’art contemporain s’invite dans le jardin du Luxembourg pour la désormais traditionnelle exposition ArtSénat. Cette année la charge a été confiée à Chantal Mennesson et se tient du 17 mai au 21 septembre 2008 (jusqu’au 15 juin 2008 pour l’Orangerie).
Le travail d’une quarantaine d’artistes est ainsi réuni sous le thème « Du vent dans les branches ». La majorité des œuvres se trouve aux abords de l’Orangerie et de la fontaine principale. Parmi elles on citera celle qui fait l’affiche de l’exposition, de Robert Combas chef de file de la Figuration libre, mouvement artistique du début des années 80.
Petit tour d’horizon des œuvres présentées :

                        expo2.jpg
        Cela ressemble étrangement à une aire de jeu sur une aire d’autoroute

                     expo3.jpg
                                   Un paravent griffé Ikéa

expo5.jpgexpo4.jpg
          A savourer avec le commentaire de l’œuvre, c’est tellement plus drôle

                       expo6.jpg
Réalisé par l’école maternelle de Bêtise-sur-mer et issu d’un projet pédagogique de longue date

                    expo7.jpg
Une œuvre verte sur fond vert, toujours efficace pour mettre en valeur le travail de l’artiste

                          expo9.jpg
     La révolution rouge est en marche, préparons nous pour le Grand Soir

                    expo10.jpg
       Emballé, c’est pesé. Ils ont sûrement oublié d’enlever l’emballage.

Un petit peu plus sérieux maintenant : (voir 1ère photo)
                        expo11.jpg

Enfin, sur l’une des ailes de la cour principale du jardin est installée une énorme statue en bronze de six mètres de haut pesant plus de 12 tonnes qui a nécessité l’intervention d’un camion grue pour la mettre en place. Intitulée sobrement « le prophète », on doit cette œuvre à Louis Derbré. Vous remarquerez sur la photo que la pauvre statue de Marie de Médicis se sent bien seule face à ce « monstre ».
expo12.jpgexpo1.jpg

Conclusion :
Je dois dire que j’ai toujours été réticent à l’art contemporain de façon générale, et n’ai jamais compris comment des foules entières pouvaient s’extasier pendant des heures devant des tableaux plus blanc que blanc.
Personnellement mises à part quelques œuvres tels les tableaux aux figures géométriques de Mondrian ou le bleu de Klein, j’avoue avoir du mal à ne pas exploser de rire devant tout ce travail. En ce qui concerne l’exposition, je ne vais pas y aller par quatre chemins : elle est franchement consternante. On atteint ici le summum de l’intellectualisme à la française et la quintessence de la bêtise.

 

Critique : Expo Vlaminck au Musée du Luxembourg, orangerie du Senat.

vlamincktugboat380x289.jpg
Vlaminck et ses couleurs chatoyantes.

C’est toujours la même histoire : celle d’un musée qui déçoit plus qu’il ne plait. Déjà, beau nombre de personnes avait maugréé à propos de l’expo consacrée à Arcimboldo où étaient exposés trois tableaux qui se battaient en duel (cf. l’article sur ce blog passionnant http://www.buzzeum.com/2007/10/29/au-cours-de-mes-expos-exposition-arcimboldo/ qui résume assez bien la situation).
Puis il y a eu Matisse, guère mieux, avec cependant quelques tableaux à voir.
Cette année, ce sont les œuvres de Vlaminck qui investissent l’Orangerie jusqu’au 20 Juillet. La promo à la radio, dans les journaux, sur les bus ou arrêts de métros… a été encore une fois savamment orchestrée puisque se réunissent chaque jour des centaines de personnes qui font patiemment la queue dehors pendant parfois plus d’une heure. Heureusement, nous avions des billets coupe-file achetés sur Internet 2€ plus cher, mais qui évitent ainsi de passer plus de temps à faire la queue qu’à visiter le musée.
Parlons de l’expo : une soixantaine de tableaux mal éclairés et peu mis en valeur retracent chronologiquement l’œuvre du peintre. Rapidement, on s’étonne de ne pas voir les toiles les plus célèbres de sa période fauviste. Quand une expo s’intitule « un instinct fauviste », c’est un peu gênant. Bref, on a l’impression d’une expo au rabais qui coûte pourtant 12€ au visiteur. Il y a du monde, les gens s’entassent devant chaque tableau et le lieu ne se prête pas vraiment aux expos (ou du moins il est mal exploité). Au final, on ressort au bout de 20-30 minutes en ayant dépensé 12€, avec l’étrange impression de s’être fait avoir.

Exposition Vlaminck au Senat, Orangerie 19 rue Vaugirard, 6ème
jusqu’au 20 Juillet.

Quizz : Les Grands Magasins.

Les Grands Magasins

Connaissez vous vraiment les grands magasins ?
Voici un petit test, pour savoir si vous êtes un vrai shopping addict qui se respecte,
avec des questions parfois pointues, je vous l’accorde …Pour afficher les réponses, surlignez le texte écrit juste après « solution ». 

1 Quel est le fondateur du Bon Marché ?

solution : Aristide Boucicaut

1 Théophile Bader
2 Ernest Cocgnacq
3 Jules Jaluzot
4 Aristide Boucicaut

 

 


2 Quelles sont les horaires d’ouverture des Galeries Lafayette Haussmann hormi la nocturne ? 

solution : de 9h30 à 19h30

1 de 9h30 à 19h30
2 de 10h à 19h30
3 de 10h à 20h
4 de 9h à 20h

 

 


3 La nocturne des GL est jusqu’à 21h. Mais quel jour a t-elle lieu ? 

solution : Jeudi

1 Mardi
2 Jeudi
3 Vendredi
4 Samedi

 

 


4 Quelle domaine ne retrouve-t-on pas au rez de chaussée des GL Haussmann ? 

solution : les Chaussures

1 la Bijouterie
2 les Chaussures
3 la Parfumerie
4 la Maroquinerie

 

 


5 Quelle est la date de fermeture de la Samaritaine ? 

solution : 13 juin 2005

1 12 avril 2003
2 22 octobre 2004
3 13 juin 2005
4 3 novembre 2006

 

 


6 Comment s’appelle le bar du 1er étage du Bon Marché, avec une terrasse dans une cour intérieure ? 

solution : Le Délicabar

1 Le Délicabar
2 Le Bon Marché
3 La Terasse
4 Roberta

 

 


7 Quelle est la station de métro la plus proche des GL Haussmann ? 

solution : Chaussée d’Antin

1 Chaussée d’Antin
2 Opéra
3 Saint-Lazare
4 Trinité

 

 


8 Les travaux de réaménagement du Printemps ont déjà commencé. La façade va bientôt être entèrement bachée pendant plusieurs mois. Cette bâche sera instalée dès : 

solution : Mars 2008

1 Janvier 2008
2 Mars 2008
3 Juin 2008
4 Décembre 2008

 

 


9 Dans quel grand magasin est située la partie « VO » qui propose des fringues pour les jeunes ? 

solution : les GL

1 Le BHV
2 les GL
3 le Bon Marché
4 le Printemps

 

 


10 Quelle est la station de métro la plus proche pour accéder au Bon Marché ? 

solution : Sèvres Babylone

1 Sèvres Babylone
2 Sèvres Lecourbe
3 Saint-Placide
4 Odéon

 

 


11 Compléter ce célèbre slogan publicitaire : « On trouve tout Paris … 

solution : à la Samaritaine »

1 au Bon Marché »
2 à la Samaritaine »
3 au BHV »
4 au Printemps »

 

 


12 Traditionnellement, les TBM se déroulent en : 

solution : Mars

1 Juin
2 Octobre
3 Janvier
4 Mars

 

 


13 Le BHV vient d’ouvrir une annexe, le BHV homme en plein coeur du Marais. Ce nouveau magasin compte : 

solution : 4 étages

1 4 étages
2 5 étages
3 6 étages
4 7 étages

 

 


14 Quel enseigne a définitivement fermé en 1974 et inspiré Zola, dans son oeuvre « Au bonheur des Dames » ? 

solution : Les grands Magasins du Louvre

1 Le grand bazar de Montmartre
2 Les grands Magasins du Louvre
3 La grande galerie Saint-Honoré
4 Le commerce Rivoli

 

 


15 Le bar-restaurant branché « le Kong » s’est installé dans une ancienne partie : 

solution : de la Samaritaine

1 des GL
2 du Bon Marché
3 de la Samaritaine
4 du Printemps

 

 


16 Le grand magasin « A la belle Jardiniere » fermé dans les années 70 a été remplacé par l’actuel : 

solution : Conforama, quai de la Mégisserie (devant la Samaritaine)

1 Conforama, quai de la Mégisserie (devant la Samaritaine)
2 Gap, boulevard Haussman
3 New Man, boulevard des Capucines
4 Fnac, dans le centre commercial face à la gare Saint-Lazare

 

 


17 Galeries Lafayette Maison s’est récemment installée à la place de : 

solution : Marc&Spencers

1 Marc&Spencers
2 une annexe de la BNP
3 les bureaux du magasin C&A
4 des immeubles d’habitation

 

 


18 Cette année pour Noel, sur la terrasse du Printemps a été installé : 

solution : un labyrinthe de glace

1 une patinoire
2 une piste de luge
3 un labyrinthe de glace
4 un gigantesque bonhomme de neige

 

 


19 En 1910, pour mieux répondre à l’attente de ses clients, Mme Boucicaut ordona la construction de : 

solution : L’hôtel Lutetia

1 La grande épicerie de Paris
2 L’hôtel Lutetia
3 Le square qui fait aujourd’hui face au Bon Marché
4 le service voiturier

 

 


20 Quel est le magasin de décoration d’intérieur qui est situé à quelques pas du Bon Marché ? 

solution : Coran Shop

1 Flamant
2 Zara Home
3 Coran Shop
4 Habitat

 

 


Velib : Améliorations en vue.

                        velib.png

Dans un précédent article, j’avais poussé un « coup de gueule » contre des couacs qui devenaient vraiment lassants. Les plaintes des usagers semblent avoir été entendues puisque Velib promet de rapidement régler tous ces problèmes. C’est d’ailleurs surtout, parce que la ville de Paris a menacé JC Decaux d’appliquer des sanctions financières pour cause de non respect des conditions du contrat qui les lie.

Ainsi dans quelques jours :

Il sera possible de remettre à sa borne un vélo défectueux, et immédiatement pouvoir en récupérer un autre (plus besoin d’attendre 5 minutes).

Un formulaire sur Internet permettra de signaler qu’un vélo est défectueux, avec des formulaires déjà pré-remplis.

Les vélos sont en train d’être équipés de système qui empêche la chaîne de se détendre trop rapidement réduisant ainsi le risque de déraillement de 90%.

En voyant toutes ces bonnes nouvelles, on ne peut que se réjouir de Velib !

Ouverture du nouveau Monoprix boulevard saint-michel.

                     monoprix.jpg

J’annonçais son ouverture dans un précédent article, ça y est c’est fait. Depuis mardi 30 octobre, les habitants du quartier Saint-Germain-Odéon ont un nouveau supermarché tout beau tout neuf situé à l’angle de la rue Pierre Sarrazin et du boulevard Saint-Michel, accolé au Starbucks Cluny. Ce monoprix joue à fond la carte du concept store, on y trouve un peu de tout. La déco est brute, un peu comme le BHV homme, on croirait rentrer dans un entrepôt (cela dit passant, ça leur permet surtout de dépenser moins d’argent dans les finitions sous prétexte que c’est pour faire « branché »).

Le rez-de-chaussée est consacré aux produits de beauté et l’entrée du magasin à l’alimentation sur le pouce avec des sandwiches, salades et autres. Quelques sièges sont disposés dans ce cadre sinistre et froid ainsi qu’un micro-ondes pour réchauffer les plats.

On monte ensuite au 1er étage par l’escalator. Une bonne partie est consacrée aux fringues de la marque Monoprix. Egalement un petit coin papeterie pour faire de la méchante concurrence à Gibert (un peu moins cher d’ailleurs). En regardant par les fenêtres on découvre une très grande cour intérieure pavée qu’on n’aurait même pas soupçonnée sans l’ouverture du magasin.

Mais l’atout le plus intéressant de ce Monoprix c’est son sous-sol qui accueille tout ce qui touche à l’alimentation. En descendant, on débouche sur un grand mur de bouteille de vins (auraient-t-ils pensé aux nombreux étudiants fêtards du quartier ?) puis on découvre le coin alimentation avec au début une partie vendant fruits et légumes. La surface est étonnamment grande vu l’emplacement, dans cet ancien immeuble Hachette. Ici, il y a de tout, de l’alimentation classique aux produits plus originaux comme ces tablettes de chocolat à la vanille ou à la praliné noisette. Le Monoprix marie donc bien l’esprit d’un supermarché lambda tout en y ajoutant une petite touche de modernité. Des caisses automatiques (sans caissières) ont été installées, mais pour le moment leur fonctionnement laisse à désirer (on passe plus de temps à appeler un responsable pour décoincer la machine, qu’à passer à une caisse avec caissière !).

Bref, on aurait pu s’attendre à retrouver les idées novatrices des Daily Monop qui sont à la dernière pointe de la « branchitude », avec une touche « urban chic », comme on dit maintenant. Mais finalement, rien de bien exceptionnel. Après tout, ce n’est qu’un Monoprix …

Enfin, c’est le seul Monoprix avec celui des Champs Elysées à être ouvert jusqu’à minuit, ce qui d’ailleurs déchaîne les foudres des syndicats qui entendent bien protester contre « l’exploitation » de leurs salariés. Affaire à suivre.

24 Boulevard Saint-Michel, Paris 6ème 
En attendant ouverture de 9h à 00h tous les jours du lundi au samedi.

Ouverture Monoprix boulevard Saint-Michel Rue Pierre Sarrazin au coeur du quartier Odéon.

                     monoprix.jpg

C’est la nouveauté de la rentrée !

Un nouveau Monoprix va bientôt ouvrir ses portes en plein coeur du quartier latin, à deux pas de Cluny. Situé à l’angle de la rue Pierre Sarrazin et du boulevard Saint-Michel, il va remplacer un ancien marchand de tabac fermé depuis des années. Après moult combats juridiques, l’enseigne a enfin eu l’autorisation de construire son magasin sur deux étages (reliés par des escalators, rassurez-vous).

Il est vrai que jusqu’à présent, il n’y avait aucune grande surface dans le quartier (mis à part Picard devant le Panthéon, mais ils ne vendent que des surgelés). Il y a bien un Franprix rue de Buci, mais pour les étudiants il est un peu loin. Monoprix a donc visé fort en s’installant dans un tel quartier. Le potentiel est énorme, entre les touristes qui affluent toute l’année et les milliers d’étudiants que déversent chaque jour dans la rue la Sorbonne, la fac de médecine et les lycées voisins (Fénelon, Saint-Louis, Louis le Grand, Henri IV …).

Ouverture prévue dans quelques semaines, les travaux sont bien avancés. Plus de nouvelles prochainement. Les plans du projet sont disponibles à l’adresse suivante (en bas de page « Monoprix Saint-Michel »). Le nouveau Monoprix jouera la carte du drugstore.

http://www.atelier-d.fr/projets.php

Ajout : Un peu plus d’informations aujourd’hui. D’après plusieurs recherches, le Monoprix sera ouvert du lundi au samedi de 9h à 00h. Parfait pour les petits creux de fin de soirée !

Velib’ : suite des aventures. Des problèmes à répétition qui deviennent lassants.

                      velib.png

La légitimité de Vélib’ n’est plus à démontrer, tout le monde ou presque en convient, c’est une bonne idée. Pourtant bientôt 2 mois après son inauguration, Vélib accumule les dysfonctionnements qui ne semblent pas trouver solution. Voici un florilège de ces couacs récurrents :

- Aujourd’hui j’étais en retard, je venais de rater un bus et le suivant était dans 10 minutes.

Je décide alors de prendre un Vélib’ à la station Edgar Quinet histoire d’aller plus vite. En montant sur le vélo je m’aperçois bien vite qu’il n’y a pas de chaîne !!! Difficile pour pédaler … Au bout de 20 secondes, je le repose donc pour en prendre un autre. Seulement, la borne m’empêche d’en reprendre un tout de suite, je dois attendre 10 minutes ! Parfait lorsqu’on est en retard. Pourtant le site Internet de Velib’ précise bien que si le vélo est défectueux, on dispose d’1 minute pour pouvoir le reposer et en choisir un autre.

On voit l’intelligence des ordinateurs, la station n’ayant manifestement pas trouvé bizarre que je rende le vélo au bout de 20s. Au contraire, cela ne l’a pas perturbé une seule seconde. Une course de 20s … c’est ce qu’on appelle être rapide.

- Les stations qui ne vous impriment pas votre reçu lorsque vous venez de rendre votre vélo. Du coup, vous n’avez absolument aucune preuve de l’avoir rendu.

- Autre problème : le réglage de la selle. Soit on a le droit à une selle avec l’écrou dévissé (Il se trouve que généralement je n’ai pas de clé à molette sur moi). Soit il faut tirer comme un malade pour pouvoir la régler. Résultat, une fois sur deux on en ressort les mains pleines de cambouis. Toujours classe d’arriver au boulot ou à un rancart avec des traces de cambouis sur la main, vraiment très glamour … Mais bon, ça c’est l’inconvénient des vélos, que ce soit Vélib’ ou non.

- C’est la rentrée, les parisiens veulent faire du vélo. Du coup, dans certaines stations il n’est pas rare d’avoir 5 ou 6 personnes qui font la queue pour accéder à la borne (les stations du boulevard Raspail en sont un parfait exemple).

- enfin, la police a décidé de réagir. Après la phase de prévention avec les rappels écrits sur les vélos « ne pas rouler sur les trottoirs, respecter les feux », nous passons au mode « répression ». Ainsi, un franchissement de feu rouge ou le fait de rouler sur un endroit non destiné aux vélos vous coûtera 90€. Chère la promenade en vélo …

 

La société JC Decaux avait pourtant tout prévu. Des plans de communications au cas où un accident grave surviendrait à un cycliste, ou si Velib avait fait un flop’. Pourtant, lorsqu’il s’agit de problèmes « simples » JC Decaux semble absent.

Histoire de finir sur une note positive, les stations sont de mieux en mieux régulées, et on trouve de plus en plus facilement un vélo. De plus, des vélos ont été ajoutés dans certaines stations !

Le nouvel aménagement de la Rue de Rennes : le questionnaire de Delanoë.

rennes.jpg

Aujourd’hui a été envoyé aux habitants des quartiers Saint-Germain, Monnaie, Odéon, Rennes, Saint-Placide, Notre-Dame des champs, Raspail Montparnasse et Pasteur Montparnasse un questionnaire sur le futur aménagement de la Rue de Rennes et sa possible transformation en rue piétonne. A quelques mois des élections municipales, Delanoë a préféré demander l’avis aux concernés pour éviter de faire de ce sujet à controverse une mauvaise publicité. Déjà on se demande pourquoi seuls les proches habitants de la rue de Rennes participent au questionnaire. Le problème de cette rue ne concerne-t-il pas tous les parisiens ? Ensuite, le questionnaire est troublant. Je ne conteste pas son contenu (il est vrai que la Rue de Rennes n’est vraiment pas agréable), mais sa forme. Voici quelques extraits :

Première question (qui n’en n’est pas une) : « La rue de rennes est très minérale et manque d’arbres ». Votre avis ? OUI tout à fait, OUI plutôt, NON plutôt pas, NON pas du tout.

C’est ce qu’on appelle une question fermée. Comment peut-on répondre sans faire preuve de mauvaise foi que NON la rue ne manque pas d’arbres vu qu’il n’y a pas un seul arbre sur la rue de Rennes !

Traduction : la réponse à cette question sera exploitée de la façon suivante : Les gens ont répondu OUI, ce qui montre bien qu’il faut planter des arbres et donc agrandir les trottoirs et réduire les voies de circulations pour les voitures.Deuxième question : « La rue de rennes est polluée et bruyante ». La aussi, vous ne pouvez que répondre OUI. Par définition, un grand axe de circulation est bruyant.

Traduction : la réponse à cette question sera exploitée de la façon suivante : « cela montre bien que les gens veulent rendre la rue piétonnière ou au moins limiter la circulation, puisqu’ils la trouvent trop bruyante ».

Troisième question : « la fréquentation est différente selon les heures de la journée et selon les jours de la semaine ». Dans le genre truisme, cette phrase ne fait pas mieux.

Le questionnaire finit même par être drôle : « dans le cas d’un phasage dans la réalisation d’un aménagement rue de Rennes … ». La mairie aurait-elle perdu son latin ?

Et pour finir, la perle des perles. A la fin de ce questionnaire, on nous demande notre avis sur cette affirmation : « La rue de Rennes possède de belles façades … ». Si je réponds NON, vous croyez que la mairie va détruire tous les bâtiments haussmanniens de la rue ?

1234

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl