Archive | Expositions Flux RSS de cette section

Le scandale du 104. Gouffre financier cherche clients désespéremment.

Le scandale du 104. Gouffre financier cherche clients désespéremment. dans Balades 104_271-300x199

Le 104, pas âme qui vive. Rien d’étonnant, me direz-vous, pour un bâtiment ayant abrité pendant plusieurs dizaines d’années les Pompes Funèbres de Paris. Mais dérangeant lorsqu’on sait que la Mairie de Paris a dépensé la bagatelle de 100 M€ pour achever sa rénovation. Le 104 devait être un nouveau laboratoire de tendance pour promouvoir l’essor de la culture alternative. Le pis aller s’est finalement transformé en un établissement désert.

12 M€ sont nécessaires pour assurer l’exploitation annuelle de ce Titanic (dont 8M€ à la charge de la Ville de Paris). Le tout pour une programmation culturelle bien morne et un établissement qui n’a jamais vraiment trouvé son public.

Cet échec était-il prévisible ? Sûrement, car au-delà d’une programmation inadaptée aux besoins culturels des parisiens, le 104 est installé dans un véritable no man’s land. La rénovation d’un paquebot aussi grand ne peut se suffire à lui même sans envisager une véritable politique urbanistique associée. Or, le quartier souffre d’une mauvaise réputation. Le 104 est entouré de barres HLM à la fréquentation peu recommandable et le centre longe les bords des voies ferrées de la Gare de l’Est où trafics en tout genre s’opèrent à la nuit venue.

A l’intérieur, deux restaurants sont désespérément vides : le Café Caché et les Grandes Tables. La déco est aussi chaleureuse qu’un purgatoire. La cuisine du restaurant des Grandes Tables est pourtant assurée par un ancien chef étoilé – Fabrice Biasiolo – mais rien n’y fait. Le 104 reste hanté par la mort, creusant chaque jour son déficit tel un croque-mort attiré par les gouffres … financiers.

Le 104, 104 Rue d’Aubervilliers  75019 Paris

Exposition Louvre – Les Belles Heures du Duc de Berry.

Exposition Louvre - Les Belles Heures du Duc de Berry. dans Expositions Belles-Heures-Duc-Berry

Le Louvre propose actuellement une exposition – réservée aux spécialistes – présentant les Belles Heures du Duc de Berry. Ce Livre d’Heures – livre liturgique destiné aux fidèles chrétiens laïcs – présente la liturgie des Heures avec de belles enluminures signées des Frères de Limbourg, datant du début XVème. Le duc Jean de Berry, au goût prononcé pour ce type de manuscrit, commanda plusieurs séries de Livres d’Heures que l’on confond souvent :

- Les Très Riches Heures du Duc de Berry : conservés à Chantilly

- Les Très Belles Heures du Duc de Berry : conservés à la Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles,

- Les Belles Heures du Duc de Berry : conservés au MET de New York,

- Les Petites Heures de Jean de Berry, conservés à la BNF

- Les Très Belles Heures de Notre-Dame, conservés à la BNF.

L’Exposition présente donc Les Belles Heures du Duc de Berry à travers 47 feuillets. Une occasion unique de découvrir ces manuscrits avant qu’ils ne soient remontés dans leur reliure et envoyés au département médiéval du MET à New York, à The Cloisters. On pardonnera la muséographie de cette exposition, particulièrement ratée. L’éclairage blafard empêche d’apprécier les œuvres à leur juste valeur, avec l’ombre des curieux cachant ces reliures déjà petites.

Exposition Les Belles Heures du Duc de Berry, Louvre, Paris 1

Aile Sully, 1er étage, salle de la Chapelle,

jusqu’au 25 juin 2012, accès avec le billet d’entrée au musée (10 €)

Exposition Helmut Newton, Grand Palais. Photographe, Vogue.

Exposition Helmut Newton, Grand Palais. Photographe, Vogue. dans Expositions Helmut-Newton-Grand-Palais-1

Le Grand Palais propose jusqu’au 24 Juin 2012, une belle rétrospective de l’artiste photographe Helmut Newton. L’occasion de découvrir le travail acharné de ce génie de la pellicule.

D’origine allemande, né à Berlin en 1920 de famille juive, Helmut Newton fuit son pays pendant la guerre et décide de passer plusieurs années à Singapour. A son retour, l’artiste se lance dans la photographie de mode, particulièrement attiré par les femmes nues. Ces photos sont marquées par un érotisme évident, avec une violence sous-jacente proche du sado masochisme.

Helmut-Newton-Grand-Palais-2 dans Expositions

Précurseur du porno chic, Helmut Newton a travaillé pour les plus grands magazines de mode dont Vogue. Ces clichés jouent sur l’androgynie, les nuances de clair/obscur et les détails choquants. L’artiste signe également dans cette expo un certain nombre de portraits dont ceux d’Isabelle Huppert, Catherine Deneuve, Mme Claude ou plus étonnant, Jean-Marie Le Pen posant avec ses cerbères.

L’exposition. Les grands tirages sont magnifiques, les autres sont plus difficiles à apprécier avec la foule compacte s’agglutinant devant les cartels. On aurait aimé quelques œuvres de plus pour une expo coutant tout de même 11 €, mais pour une expo organisée par la RMN, on ne peut jamais trop en demander.

Helmut-Newton-Grand-Palais-3

Conseil. Comme toujours au Grand Palais, pour éviter les longues files d’attente, prenez un coupe-file sur internet (1 € de plus). Un petit caprice de star pour ne pas devoir attendre 1h dehors, ça n’a pas de prix !

Exposition Helmut Newton, Galerie Ouest du Grand Palais

jusqu’au 24 juin 2012, entrée 11€

 

Critique : Exposition Doisneau, Paris les Halles. Hôtel de Ville.

Critique : Exposition Doisneau, Paris les Halles. Hôtel de Ville. dans Expositions Doisneau-Hotel-de-Ville

Paris connait un véritable engouement pour la photo comme en témoigne les récentes expositions sur Willy Ronis à la Monnaie de Paris ou encore Diane Arbus au Jeu de Paume. Les franciliens aiment en particulier découvrir leur ville sous l’angle d’un photographe sublimant des scènes ordinaires de rues à l’époque des photos noir et blanc. Il s’agit de prendre la mesure des mutations architecturales qu’a pu connaitre notre capitale depuis près d’un siècle.

Dernière expo en date, Doisneau à l’Hôtel de Ville, qui a capturé des instantanées du quartier des Halles et des pavillons Baltard avant qu’ils ne soient ravagés par la folie de l’Homme.

Comme tout évènement à la mode, il faut savoir s’armer de patience avant de découvrir les centaines de clichés de cette exposition gratuite. Et ne pas avoir froid aux yeux devant plus d’une heure de queue. La faute aux nombreux curieux venus en masse mais aussi à une organisation catastrophique qui laisse rentrer les gens au compte goutte alors que les salles sont loin d’être surchargées.

Les photos sont belles. On y découvre des gens ordinaires (poissonniers, bouchers, fleuristes, …) et humanisés par leur gouaille et leur bonne bouille franchouillarde.

On peine à comprendre en sortant de cette expo comment de telles œuvres architecturales qu’étaient les Halles aient pu être rasées du jour au lendemain pour laisser place à des horreurs signées Willerval. 30 ans plus tard, la Mairie de Paris a finalement décidé de signer leur condamnation à mort dans un soulagement général.

Même si l’expo brille par la qualité de ses clichés, on aurait aimé retrouver des photos développées dans des formats plus grands pour mieux en apprécier les détails.

La muséographie. Exposition bien renseignée mais parfois un peu au ras des pâquerettes avec des mots expliqués tels que diable, pataugas ou encore glaneur.

Faut-il y aller ? Si la queue ne se prolonge pas jusque sur le parvis de l’Hôtel de Ville, oui.
Sinon, le jeu n’en vaut peut être pas la chandelle …

Exposition Doisneau, Paris les Halles

Hôtel de Ville, 29 rue de Rivoli, Paris 4
Du 8 février au 28 avril 2012
Tous les jours sauf dimanches et fêtes de 10h à 19h. Dernier accès à 18h30.

 

Exposition La France en relief. Grand Palais. Maquettes bas-relief.

Exposition La France en relief. Grand Palais. Maquettes bas-relief. dans Expositions Grand-Palais-France-en-Relief-1

Pendant près d’un mois, la Nef du Grand-Palais accueille une quinzaine de maquettes issues de la collection du Musée des Plans Reliefs. Conçues sous les règnes de Louis XIV à Napoléon III, ces maquettes de villes fortifiées sont pour la première fois exposées au grand public. Jusqu’à présent, seules les maquettes les plus petites étaient visibles aux Invalides. Pour les autres, il a fallu attendre cette exposition pour découvrir des maquettes dont la surface dépasse parfois les 150m2.

Grand-Palais-France-en-relief-2 dans Expositions

La précision de ces planches est étonnante : la reconstitution des rues, maisons, cathédrales et églises permet de se plonger au cœur de Grenoble, Berg ou encore Besançon à l’époque de leur réalisation.

Fabriqués sur des panneaux de bois à des fins stratégiques ; papier, carton et pigments colorés s’associent pour représenter ces villes et leurs environs à portée des tirs d’artillerie, à une échelle 1/600ème.

Grand-Palais-France-en-relief-3

L’exposition est également un prélude à l’ouverture de la Maison de l’histoire de France qui siégera en 2015 dans les locaux des Archives Nationales.

Faut-il y aller ? Oui même s’il est parfois difficile d’apprécier les détails de ces maquettes en raison de leurs dimensions et de l’éloignement du spectateur. Cette exposition n’est clairement pas destinée aux enfants ni adolescents, il ne s’agit pas d’une copie de France Miniature. Au contraire, les bas-reliefs s’adressent aux passionnés d’histoire curieux de découvrir les principales stratégies militaires françaises.

Grand-Palais-France-en-relief-4

La France en relief – Chefs d’œuvre de la collection des plans-reliefs de Louis XIV à Napoléon III

Nef du Grand Palais, avenue Winston-Churchill, Paris 8

Du 18 Janvier au 17 Février 2012,

Ouvert tous les jours de 10h à 20h (nocturne le vendredi jusqu’à 22h), sauf le mardi. Tarif: 5€ (tarif réduit: 2,50€). Gratuit pour les moins de 26 ans.

Critique : Exposition Hotel Particulier. Une ambition parisienne. Cité Architecture.

Critique : Exposition Hotel Particulier. Une ambition parisienne. Cité Architecture. dans Expositions Expo-Hotel-Particulier-Cite-Archi-3
La Cité de l’Architecture du Palais Chaillot propose jusqu’au 19 Février 2012, une riche exposition retraçant l’histoire des hôtels particuliers parisiens. L’occasion de découvrir les logements les plus somptueux de la capitale.

L’exposition se décompose en trois parties distinctes.

Dans la première section, un hôtel particulier est reconstitué pour expliquer la structure même de ces habitations : vestibule, escalier d’honneur, antichambre, etc. Il s’agit d’une introduction que les connaisseurs trouveront peut-être un peu rébarbative. La reconstitution est un peu « cheap » (lino imitant le carrelage et absence de meubles d’époque).

Expo-Hotel-Particulier-Cite-Archi-2 dans Expositions

La deuxième section de l’exposition présente toute une série de maquettes d’hôtels emblématiques comme l’Hôtel de Cluny, l’Hôtel de Lambert, ou encore le Palais Rose. Des croquis, des plans mais aussi des reconstitutions d’intérieur permettent de comprendre la richesse architecturale de ces logements d’apparats. Des écrans tactiles complètent l’exposition et proposent de parcourir en image plus de 300 hôtels parisiens.

La dernière section précise les liens qu’entretiennent les hôtels particuliers avec la ville, leur incorporation architecturale et parfois leur rejet. L’exposition s’achève avec une série de clichés en Noir & Blanc montrant la folie destructrice entamée vers 1950 et ayant atteint son paroxysme dans les années 60. De nombreux hôtels particuliers ont alors été littéralement rasés pour faire place à de vulgaires immeubles de bureaux.

Expo-Hotel-Particulier-Cite-Archi-1

Le plus bel exemple est sans doute celui du Palais Rose, inspiré du Grand Trianon de Versailles qui siégeait au 50 Avenue Foch, dans le XVIème arrondissement. Suite à des bisbilles familiales, l’Hôtel fut finalement détruit en 1969 pour accueillir à sa place une résidence composée d’appartements et de locaux commerciaux.

Faut-il y aller ? Assurément, l’exposition est à la fois riche et pédagogique. Maquettes, reconstitutions, plans et photos, vous ressortirez avec l’envie irrépressible d’entamer la visite de tous les hôtels particuliers parisiens ouverts au public.

Exposition – L’hôtel particulier. Une ambition parisienne,

Cité de l’Architecture et du Patrimoine, 1 Place du Trocadéro, Paris 16ème

Galerie Kugel, Quai Anatole France, Paris.

galeriekugel1.jpg

Depuis 2004, Nicolas et Alexis Kugel – héritier d’une longue famille d’antiquaires ayant débuté en Russie à la fin du XVIIIème siècle – ont installé leur galerie dans le magnifique Hôtel Collot. Situé en face du jardin des Tuileries, à quelques pas de la Concorde et du musée d’Orsay, cet hôtel construit en 1840 présente de très belles pièces pour les érudits et collectionneurs.

En empruntant le grand escalier magistral, on découvre un bel ensemble de grandes pièces de réception décorées d’œuvres magnifiques. Certaines pourraient aisément fréquenter les couloirs des musées.

Le premier étage de la galerie s’ouvre sur une terrasse à double perron dominant la Seine, tandis que le deuxième accueille une magnifique salle de réception avec un parquet en marqueterie. Les articles proposés à la vente sont nombreux et de toutes époques : du Moyen-Age jusqu’au milieu du XIXème les œuvres d’orfèvrerie rencontrent de belles sculptures, des ivoires, du mobilier et des tableaux de maitres.

Dress code : smart chic, il ne s’agit pas d’un musée

Galerie Kugel, 25 Quai Anatole France, Paris 7ème

Visite Musée Lambinet, Versailles

muselambinetversailles.jpg

Versailles évoque immédiatement son château, les fastes de la cour et du roi soleil. Pourtant, la ville ne se résume pas à sa principale attraction touristique et la plupart des touristes passe sans découvrir les joyaux de cette ville royale. Au 54 boulevard de la Reine, on peut ainsi découvrir le méconnu Musée Lambinet, bel hôtel particulier d’époque Louis XV. Depuis septembre 2010, le muée Lambinet présente trois départements pour mettre en valeur le patrimoine français et versaillais :

- département beaux-arts présentant peintures et sculptures du XVI e au XXème siècle,

- département arts décoratifs où l’on peut admirer la reconstitution d’un appartement du XVIIIème,

- département historique, où seront rassemblées les œuvres témoignant de l’histoire de la ville de Versailles, et de son rôle dans la Révolution française.

Salon de thé. Depuis décembre 2010, le musée Lambinet accueille un salon de thé ouvert les jeudis, samedis et dimanches, de 14h à 17h30. Belle terrasse pour boire un soda (1,5 €) (plutôt qu’un café lavasse à 1 €).

Musée Lambinet, 54 boulevard de la Reine 78000 Versailles

Ouvert de 14h à 18h, du lundi au jeudi, samedi et dimanche

Entrée Plein Tarif 4 €

Exposition Dogon au musée du Quai Branly. Très belle réussite.

dogonquaibranly1.jpg

Si les peintres français et hollandais vous ennuient, les sculptures italiennes vous barbent et le mobilier Napoléon III  vous fait bayer aux corneilles, peut-être aimerez-vous découvrir un art méconnu : celui du pays Dogon. Jusqu’au 24 Juillet 2011, le Musée du Quai Branly accueille une exposition particulièrement riche présentant l’art Dogon depuis le 10ème siècle jusqu’à nos jours, à travers plus de trois cents œuvres. Les pièces présentées, principalement en bois, sont dans un état de conservation remarquable et mises en valeur grâce à un subtil éclairage mordoré. L’exposition est didactique et permet de découvrir la richesse de cette civilisation malienne.

dogonquaibranly2.jpg
Le Quai Branly, là où dialoguent les cultures … mais pas l’orthographe

Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, Paris 7ème

Exposition dans la Galerie Jardin, 7 €

Billet combiné Exposition + collection permanente 10 €

Ouvert tlj sauf lundi

Exposition Paris Avant Après. Académie d’Architecture, place des Vosges.

parisavantapres2.jpg
Plus que quelques jours pour profiter de l’exposition gratuite Paris Avant-Après organisée par l’Académie d’Architecture et soutenue par le mécénat de la BNP Paribas. L’occasion de découvrir les profondes mutations de la capitale ordonnées par le Baron Haussmann.

Cinquante clichés réalisés entre 1858 et 1878 par Charles Marville sont confrontés aux photos récentes prises sous le même angle de vue. Chaque prise de vue est commentée par l’historien Patrice de Moncan qui nous conte les transformations de la capitale.

parisavantapres1.jpg
Officiellement ces travaux qui allaient profondément redessiner le cœur de Paris et ses alentours étaient destinés à améliorer les conditions sanitaires d’une ville dite sale. Mais ces chantiers avaient également pour but implicite d’éviter les insurrections du peuple qui inquiétaient Napoléon.

parisavantapres3.jpg
L’exposition est aussi l’occasion de découvrir l’Hôtel des Chaulnes habituellement fermé au public. L’Hôtel est en mauvais état mais les salles d’exposition ont été fraichement rénovées. Au rez-de-chaussée, la cour permet aussi d’entrapercevoir les salons cossus du restaurant triple étoilé L’Ambroisie.

Exposition Paris Avant-Après : de 1860 à 2011,

Académie d’Architecture, 9 Place des Vosges, Paris 4ème

123

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl