Archive | Magasins Flux RSS de cette section

Critique : Ouverture Marks & Spencer, Champs-Elysées. Food hall pas cher, sandwiches délicieux.

Critique : Ouverture Marks & Spencer, Champs-Elysées. Food hall pas cher, sandwiches délicieux. dans Coups de coeur Marks-Spencer-Paris-1

Après nous avoir froidement abandonné un dur soir de mars 2001, Marks & Spencer vient finalement de signer son retour sur le territoire français. La marque veut s’internationaliser et compte ouvrir plusieurs de ses boutiques dans de grands centres commerciaux (Carrousel du Louvre à la place du Virgin dont le bail arrive à expiration, futurs centres Beaugrenelle et Levallois Perret, etc.).

La fermeture brutale du flagship – Boulevard Haussmann – et les milliers de salariés laissés sur le carreau n’auront pas écorné l’image de la marque anglaise. Restée ancrée dans nos cœurs, les parisiens sont nombreux à se presser au nouveau flagship du 100 Avenue des Champs-Elysées pour retrouver leurs sandwiches, marmelades et puddings.

Marks-Spencer-Paris-2 dans Magasins

Le magasin n’est pourtant pas très grand, incapable de répondre à l’afflux des curieux qui n’ont que faire des rayons de petites culottes, et qui s’agrippent tant bien que mal pour atteindre le « Food hall ». L’enseigne semble déborder par les événements, elle qui ne comptait pas faire de son coin épicerie son principal revenu. Mais les clients en ont décidé autrement à l’heure où les vêtements présentés et la disposition du magasin peut sembler un peu « cheap » par rapport à ses concurrents.

Le Food hall doit se chercher au fond du magasin, les gens se bousculent dans ce petit espace et les ruptures de stock sont fréquentes. Ils arrivent même que des livraisons supplémentaires soient effectuées en pleine journée avec des cageots entiers se faufilant entre les clients.

Le coin épicerie. Nickel chrome, les prix sont étonnement serrés et le choix impressionnant. Les sandwiches sont fabriqués le jour même en Angleterre et sans conservateur. De quoi couper l’herbe sous le pied de « Prêt-à-manger » qui comptait s’installer dans le courant 2012 en lui reprenant le même concept.

Marks-Spencer-Paris-3

Les prix. Sandwiches entre 2 et 4,5 € (jambon à 2,09 € par exemple), salades à 4,75 € et plats préparés entre 4,5 et 6 €. Desserts à 1-3 € (yaourt à 1,09 €, profiteroles et crumble granola à 3 €).

Verdict. Le sandwich fromage et oignon à 1,79 € est tout simplement délicieux, d’une fraicheur éclatante. Lorsque j’en achète, je coupe le sandwich en format « canapés » et les déguste avec un gin tonic à la maison. De quoi épater ses amis avec un apéritif gourmand, anglais et pas cher.

Critique : Macarons Sève, Lyon.

sevelyon1.jpg

Récemment, je cherchais sur Internet où déguster les « meilleurs macarons de Lyon ». J’ai bien vite atterri sur un blog qui ne tarissait pas d’éloges sur le pâtissier «  Sève ». Ni une, ni deux, direction l’enchanteur de macarons.

Installée sur le quai Saint-Antoine, la boutique de Sève joue la modernité en s’habillant de rouge carmin et de noir. Les macarons sont disposés dans des écrins papillotes. De retour chez moi, place à la dégustation.

Framboise : très paille d’or, la pulpe du macaron est trop proche d’une confiture

Chocolat : goût manquant un peu de profondeur mais pas mal

sevelyon2.jpg
Tarte Tatin : bizarre, vous avez dit bizarre ? On ne reconnaît pas les saveurs de la pomme dans tous les cas.

Pêche Abricot : la garniture du macaron fait trop pommade, trop artificiel

Marron glacé : correct

D’une manière générale, la croûte de ces macarons se dérobe trop vite sous la pression gourmande de nos canines. On aurait aimé qu’ils dévoilent progressivement leurs garnitures, se laissent virevolter dans la bouche et embaument nos palais de saveurs exquises. Finalement, Sève c’est un peu le André Rieu des macarons. Certains aiment, d’autres moins.

Le petit macaron : 1,10 €

Sève Centre – Presqu’île, 29 Quai Saint Antoine, Lyon 2ème

Critique : Le Cannelé chez Paul, boulangeries.

cannele.jpg

Je dois vous le confesser, j’adore les cannelés et tout particulièrement ceux de chez Paul. Comme je suis souvent en déplacement, je passe une bonne partie de mon temps dans les gares et à chaque fois je suis le même rituel. J’achète deux ou trois cannelés dans cette chaine de boulangerie que je mange ensuite dans le TGV. Leur croûte est croustillante, finement caramélisée et laisse découvrir une pate parfumée à la fleur d’oranger, fondant dans la bouche. Hum, mon péché mignon !

Cannelé à 1,60 €, dans toutes les boulangeries Paul

Avis : Vitrines de Noël 2010 Galeries Lafayette Mamma Mia, Printemps Lanvin.

vitrinesnoel1.jpgComme chaque année, les parents enjoués et leurs marmailles viennent découvrir les nouvelles vitrines de Noël que leur ont concocté les grands magasins. Les galeries Lafayette continuent de toucher le fond tandis que Le Printemps fait sa petite révolution : le magasin se redessine et devient le nouvel emblème du chic parisien.

Les Galeries. L’empire du fric a encore frappé : ce Noël, les vitrines mettent à l’honneur la comédie musicale Mamma Mia qui a débarqué depuis quelques semaines au théâtre Mogador, en français. Les antipubs seraient ravis de barbouiller ces vitrines, véritable temple du marketing. Mamma mia de part le sujet de l’histoire, n’a pas vraiment de rapport avec la magie de Noël, du moins pas pour un enfant. Ne parlons même pas des vitrines où sont exhibés jeux Mattel et poupées Barbie. Les galeries sont peut être connus pour leurs Soldissimes, mais leurs vitrines se rapprochent plutôt du Nullisime.

vitrinesnoel3.jpg
Le Printemps.Les vitrines sont signées Lanvin, mais la signature de la marque est discrète. Cette fois-ci on revient aux fondamentaux de Noël : des gâteaux, des perles colorés, des ambiances feutrées et des marionnettes qui jouent à se faire peur ou à transporter des mets exquis. Les pantins ne sont peut-être pas d’une grande beauté, on aurait préféré des nounours onctueux, mais l’impair n’est pas répréhensible.

Vous allez sûrement sourire, mais ces vitrines expriment presque une crise existentialiste. Deux conceptions qui s’affrontent tout du moins. D’un côté Les Galeries mettent en exergue le malaise de nos sociétés : le culte de l’événementiel, de l’éphémère qui laisse place à la nouveauté (regardez ces films au cinéma qui ne reste même pas deux semaines en salle, ou encore le boom des expositions temporaires comme Monet, vidant les musées traditionnels, devenus désertiques).

vitrinesnoel2.jpg
De l’autre Le Printemps, néoconservateur qui mise sur le retour aux traditions avec quelques pointes de modernité. Même les vitrines de luxe du Printemps jouent sur ce même tableau : les vêtements haute couture s’affichent à côté d’animaux empaillés, hommage au charme rétro de la taxidermie.

Vitrines de Noël – Le printemps et Les Galeries Lafayette, Boulevard Haussmann, Paris 8ème

Nouveautés sur les Champs-Elysées, H&M, Tommy Hifilger, Abercrombie, Levi’s.

Je n’ai jamais vraiment apprécié la supposée plus belle Avenue du monde. Fast-foods, mauvais restos, chaines de fringues à tire-larigot et quartier limite craignos passé 1h du mat’. Pourtant, le quartier reste l’un des plus attractifs de Paris. En témoigne le turnover effréné des boutiques qui ne résistent pas bien longtemps aux loyers démesurés de l’avenue. Justement, jetons un œil sur les dernières nouveautés qui vous attendent sur les champs.

La nouvelle boutique H&M

Voici la « fameuse » boutique, tant décriée par la Mairie de Paris qui voyait en elle, un pas de plus vers la « textilisation » rampante de l’Avenue. En vain, car les bons sentiments ont vite été balayés par le pouvoir de l’argent : la boutique H&M a bel et bien inauguré, aux 88-90 Avenue des Champs-Elysées, à la place de l’ancien Club Med.

L’intérieur tout comme la façade sont signés Jean Nouvel qui depuis quelques années ne semble plus très inspiré depuis qu’il nous a proposé sa tour Signal ressemblant à s’y méprendre à un téléphone Nokia en position verticale.

Au programme : plafonds voutés horriblement bas donnant au magasin un côté oppressant, et gestion des flux faite en dépit du bon sens avec des clients qui s’agglutinent au rez-de-chaussée pour rejoindre les escalators.
Seule idée originale : les écrans plasma qui se promènent entre les étages et donnent un côté futuriste au magasin. Pour le reste …

Eclairages de Noël

L’Avenue des Champs a retrouvé ses plus belles parures après le coup d’envoi des illuminations de Noël donné par Mélanie Laurent, lundi dernier. On reprend les mêmes guirlandes et on recommence. On saupoudre de chalets en bois signés Marcel Campion s’étalant sans vergogne de la place de la Concorde jusqu’au rond point Champs-Elysées … et on obtient DisneyLand.

Tommy Hilfiger

Depuis le 17 Novembre 2010, la marque américaine de prêt-à-porter vient d’ouvrir sa nouvelle boutique, la plus grande d’Europe, au 65-67 Avenue des Champs-Élysées.

Et bientôt …
Abercrombie & fitch

Après de longues et âpres batailles judiciaires contre la Mairie de Paris, la marque américaine a fini par avoir gain de cause, et s’installera prochainement au 23 Avenue des Champs-Elysées. Les 1200 m2 de surface commerciale seront loués par Dassault pour la bagatelle de 3,3 millions d’euros par an. Actuellement en cours de travaux, le magasin devrait ouvrir ses portes courant mai-juin 2011.

Levi’s

La célèbre marque de jeans convoite depuis plusieurs mois le 78 Avenue des Champs Elysées, à la place de l’ancien Planet Hollywood. C’est en 2008, que le restaurant avait dû déclarer forfait lorsque son loyer avait été réévalué à 6 millions d’euros par an. Mais aujourd’hui, la Mairie de Paris s’oppose une fois encore à l’implantation d’une  nouvelle marque de vêtements. Le groupe Levi’s a déposé un recours et finira à coup sûr par l’emporter.

Décidément, la Mairie de Paris joue les Cervantès en se battant contre des moulins à vents qui ne cesseront de tourner tant qu’ils seront alimentés par le pouvoir de l’argent. L’Avenue des Champs-Elysées n’est plus à sauver, puisqu’elle a déjà coulé.

Hermes Rive Gauche, rue de Sèvres, ouverture ancienne piscine Lutetia.

hermesparis1.jpg
Le célèbre cellier parisien vient d’ouvrir ce vendredi sa nouvelle adresse Rive Gauche, en lieu et place de l’ancienne piscine Lutetia. Le champagne coulait à flot, les guimauves divertissaient nos palais et les gentes dames étaient flattées de recevoir de belles roses aux reflets argentés.

Depuis l’ouverture, la foule s’amasse déjà devant cette nouvelle boutique, à la manière d’un Vuitton sur les Champs-Elysées. Des cerbères canalisent la foule mais le luxe est désormais à portée de vue à défaut d’être à portée de main. Ouvert au simple quidam, fini la peur d’affronter une armée de pisse-froid vous scrutant de la tête au pied. Le luxe se veut dorénavant accessible.

hermesparis2.jpg
La boutique est installée dans l’ancienne piscine Lutetia, accolée à l’hôtel du même nom. Désaffectée depuis des années, quelques boutiques de vêtements avaient bien essayé de s’y installer dans les années 70 sans grand succès. Depuis l’immeuble ne retrouvait pas preneur jusqu’à ce que Hermès décide d’inaugurer son flagship.

Pour l’occasion, la maison Hermès a fait appel à l’architecte Denis Montel pour redonner à cette piscine son charme d’antan. Il faut dire que le résultat est époustouflant. Tout le charme des années 30 a été conservé : des coursives où se trouvaient les anciennes cabines pour se changer, en passant par les colonnades aux chapiteaux dorés sans oublier les belles mosaïques au sol couleur grège, bleu et vert.

hermesparis3.jpg
Les volumes sont grandioses et pour occuper cet immense espace, des bulles en bois ont été installées pour recréer un environnement convivial et cosy. Sur le bord des coursives, le salon de thé Le Plongeon permet d’admirer les clients à défaut des nageurs, confortablement installés sur des fauteuils en osier. Les pâtisseries s’affichent à 8 €, les thés entre 9 et 29 € (pour les thés exceptionnels et très rares).

La maison Hermès a souhaité étendre sa gamme de produits en proposant de nombreux articles de décoration intérieure. A l’entrée, le client peut trouver les compositions florales de Baptiste, le fleuriste qui sublime les évènements Hermès, déjà installé rue de la Croix des Petits Champs à deux pas du Palais Royal (12 € la tige de pivoine tout de même !).

hermesparis4.jpg
S’il vous prend une envie de shopping, vous pourrez toujours craquer pour cette commode style années 20, une réédition du mobilier de Jean-Michel Frank, à 30 000 €. Ou encore, pour cette seule et belle assiette à 100 €, sans oublier ce Poney en peluche pour vos enfants à 600 €. Hermès n’était-il pas le dieu du commerce, dans la mythologie grecque ?

Hermès – Rive Gauche, 17 rue de Sèvres, Paris 6ème

Du nouveau rue du Bac, ouverture Monoprix, Bompard etc.

ruedubac.jpgAvec l’ouverture d’un Monoprix, d’un magasin de prêt-à-porter de luxe et d’une enseigne de design d’intérieur, la rue du Bac entend réveiller son quartier ensommeillé et lui redonner ses plus vives couleurs.

C’est au 29/37 rue du Bac, dans l’ancien immeuble de la direction des douanes, que se joue le nouveau visage du quartier. Racheté en 2005 par la société d’investissement américaine Carlyle Group, l’immeuble subit depuis 2008 un important projet de restructuration. Livraison prévue dans quelques semaines. Au rez-de-chaussée, 3600 m² de commerces divisés en cinq lots (voir ci-dessous) accueilleront les nouveaux clients tandis que 12 000 m² seront occupés par des bureaux de grand standing.

Sans oublier l’hôtel particulier de la Salle, entièrement restauré et disposant d’une surface de 1700 m² avec jardin privatif qui n’a toujours pas trouvé acheteur.

Les nouveaux magasins :

Poltrona Frau (600 m²) : à l’angle de la rue du Bac et de la rue de l’Université

Cette enseigne italienne est connue pour ses fauteuils design dont le célèbre modèle Vanity Fair

Eric Bompard (450 m²) :
Célèbre marque de prêt-à-porter spécialisée dans le cachemire

B&B Italia (800 m²) :
Première boutique de l’immeuble à avoir ouverte mi-avril, spécialisée dans le design mobilier

Monoprix (1200 m²) : à l’angle de la rue du Bac et de la rue Montalembert

C’est la grande surprise de ce printemps 2010. Monoprix compte ouvrir un espace haut-de-gamme qui proposera en plus de ses produits traditionnels, des produits de luxe. Il faut dire que jusqu’à présent il n’y avait pas grand-chose dans le quartier pour faire ses achats de première nécessité. Espérons que l’enseigne saura tirer profit de ce lieu prestigieux et ne fera pas tâche dans un quartier où se côtoient les plus grandes marques de luxe. Ouverture prévue dans quelques semaines.

Pour plus d’informations sur ce projet immobilier :

www.etsilarivegauchedevenaitvotreprochaineadresse.com/

 

Vitrines du Bon Marché, édition 2010. Consternant. Décorations de Noël fabuleuses.

bonmarche1.jpg

Après les décorations du Printemps et des Galeries Lafayette,  ils ne nous restaient plus qu’à jeter un coup d’oeil à celles du grand magasin le plus chic de la capitale : j’ai nommé, le Bon Marché. Cette année encore, le Bon Marché a gardé son atmosphère si particulière, terriblement parisienne et rive gauche : bcbg, chic et discrète.Les touristes sont moins nombreux  qu’aux Galeries ou au Printemps, les espaces de vente plus petits sont mieux gérés et moins impersonnels. 

bonmarche2.jpg
Des rénovations ont récemment eu lieu, laissant apparaitre de magnifiques verrières blanches et dorées au 2ème étage.L’espace dédié aux articles de Noël a changé de place mais il est encore plus réussi que les années précédentes.Cette année, les décorations de Noël se métamorphosent en pâtisseries, gâteaux et autres délices sucrés exposées tels des bijoux de grands joaillers. On aurait presque envie de croquer dans les boules ou les faux cup-cakes en tissus, de jouer avec les guirlandes avec gourmandise.

bonmarche3.jpg
Avant de redescendre au rdc, vous poussez faire un tour au nouveau café  inauguré il y a quelques mois par le Bon Marché et qui donne directement sur le square Boucicaut, faisant face au Lutetia. Malheureusement, le lieu est un peu glacial et n’est pas très cosy.

bonmarche4.jpg

Les vitrines. Le scandale de ce Noël 2010. Aucune décoration ni chant de Noël mais un délire d’artistes défoncés aux psychotropes qui vous exposent des montages vidéos fumeux,des assiettes en cartons et autres absurdités sans aucun rapport avec Noël. N’amenez pas vos enfants, vous risqueriez de les faire pleurer et ils auraient bien raison.

bonmarche5.jpg

Vitrines de Noël Galeries Lafayette, Printemps édition 2009, photos.

Excellente surprise cette année en découvrant les vitrines de Noël des
grands magasins du Boulevard Haussmann. Après des années d’étalages purement commerciaux, où Noël rimait avec business, le Printemps et les Galeries Lafayette semblent bien décidés à renouer avec l’esprit féerique de Noël.

vitrines1.jpg

Retour des chants traditionnels en version remasterisée, exit les tubes de Madonna en fond sonore. Retour des belles peluches, adieu les playmobil ou poupées Barbie.
Aux Galeries Lafayette, les nounous font un retour fracassant dans les vitrines. Les peluches moelleuses jouent, tombent, tentent de grimper dans des coupes de champagne, font la cuisine, se cachent dans les ustensiles de cuisine. Les spaghettis qui reposent dans la passoire sont en argent, les donuts géants du garde-manger sont en or.
Le travail minutieux des marionnettistes est remarquable.
vitrines2.jpg

vitrines3.jpg

vitrines4.jpg

Du côté du Printemps, les vitrines sont un peu moins réussies. Cette année,
le magasin nous emporte dans l’hiver russe. Les décors sont soignés
mais les marionnettes ressemblent à des épouvantails. De grandes matriochkas dissimulent des marionnettes habillées en Dior et Chanel.
Pas forcément très appréciées par les enfants …
vitrines5.jpg

Enfin, le sapin des Galeries est toujours aussi impressionnant. Cette
année les grandes boules suspendues à l’intérieur de la coupole ont été
remplacées par de gigantesques cadeaux.

Les grands magasins auraient-ils enfin délaissé leur côté bling-bling pour renouer avec la magie des fêtes de fin d’année ? On dirait que oui ! 
vitrines6.jpg

Ouverture Apple Store Carrousel du Louvre, Paris, en images.

applestoreparis1.jpg

Voici les images du tout nouvel Apple Store, qui vient d’ouvrir aujourd’hui au Carrousel du Louvre, face à la pyramide inversée. Dans quelques jours devrait suivre l’ouverture de l’Apple Store de Montpellier. Puis courant 2010, la célèbre marque à la pomme devrait s’installer dans le quartier Opéra probablement à l’angle de la rue Halévy et de la rue Meyerbeer (en face de la Société Générale).

applestoreparis3.jpg
applestoreparis2.jpg

applestoreparis4.jpg

123

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl