Archive | Magasins Flux RSS de cette section

Dossier : Les Champs-Elysées : une avenue où les spéculations vont bon train.

             elysees.jpg

Alors que la flambée des prix de l’immobilier ne semble pas vouloir s’arrêter dans la plupart des grandes villes du monde, Paris n’est pas épargnée par ces augmentations démesurées contraignant certaines grandes enseignes à quitter leurs emplacements pour de plus modestes. Dans notre capitale, ce combat se joue principalement sur les Champs-Elysées, 3ème avenue la plus chère du monde après la Vème Avenue à New-York et Causeway Bay à Hongkong. Certains magasins sont donc menacés de fermeture. Pourtant, au même moment d’autres sont annoncés en grande pompe. Petit tour d’horizon de ce remue-ménage de printemps.

Les boites de nuit.

Le Queen et le VIP Room pourraient fermer leur porte. Depuis des années la rumeur de la fermeture du Queen se fait entendre, mais aujourd’hui elle devient de plus en plus sérieuse. Recours en justice et bataille judiciaire avec le bailleur, le gérant de la boite Philippe Fatien

arrive difficilement à assumer la hausse de son loyer qui est passé de 140.000 € à 1 M€ par mois en quelques années. Le Queen qui avait selon les propres mots de son propriétaire « relancé l’avenue » dans les années 80, à une époque où les Champs-Élysées n’avaient pas encore autant d’attrait. Le Queen, symbole des nuits parisiennes pourraient donc devenir … un concept store BMW.

                 queen.jpg

De même le VIP room, célèbre boite select créée par le DJ Jean Roch peine à résister aux spéculations immobilières, en étant placé dans la galerie des Champs-Élysées où Starbucks s’est installé il y a quelques mois. L’emplacement appartient au Planet Hollywood qui vient de fermer ses portes, contraignant ainsi par la même occasion le VIP Room à quitter les lieux. La fermeture était annoncée depuis février mais des soirées sont toujours organisées comme par exemple l’after show de Kylie Minogue il y a quelques jours. Affaire à suivre …

La restauration.

Le domaine de la restauration ne déroge pas non plus à la règle, il est également touché. Pomme de pain serait donc sur le point de fermer sa boutique du 50, tandis que MacDonald’s réfléchirait à la fermeture de son restaurant des Champs ! Cela peut paraître incroyable lorsqu’on sait que le chiffre d’affaire de la firme américaine a atteint les 2,5 milliards de dollars l’année dernière. L’entreprise lance actuellement une procédure contre son bailleur pour s’opposer à l’augmentation excessive de son loyer de 4000 € à 10 000 € le m².

Les magasins de vêtements.

La plus belle avenue du monde accueille également beau nombre de magasins de fringues. Aujourd’hui ces magasins représentent un peu moins de 40% des commerces de l’avenue. Gap, Zara, Benetton …. impossible de passer à côté sans les voir. D’ailleurs, H&M est toujours en négociation pour récupérer les locaux du Club Med mais la mairie s’y oppose invoquant un nombre déjà trop important de magasins d’habillement. Le groupe a cependant déposé un recours en attente de jugement.

De son côté, Abercrombrie & Fitch, célèbre marque de vêtements américaine inconnue en France, pourrait s’installer au 23 à la place de la compagnie aérienne Thai Airways.

               nespresso.jpg

Les champs sont donc le théâtre de spéculations particulièrement importantes, car elle assure pour les enseignes qui s’y installent non seulement le prestige d’une adresse mais aussi une clientèle internationale très nombreuse et des horaires d’ouverture peu contraignantes (ouverture le dimanche et 24h/24 entres autres).

Une inquiétude se lit alors sur tous les visages: risque-t-on d’assister dans les années qui viennent à une uniformisation des magasins sur les Champs où seul les plus grandes marques de luxe, de vêtements et de restauration rapide survivraient ? Le passé a déjà montré que les « petits » ne pouvaient pas résister très longtemps. On ne compte plus le nombre de cinémas qui a fermé depuis une trentaine d’années sur l’avenue (une quarantaine). D’ailleurs, l’UGC Normandie songe lui aussi à plier bagages. De même la dernière pharmacie des champs au 71 vient de quitter les lieux et la Poste est menacée de fermeture.

Mais comme le dit le proverbe, « le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Aussi, Orange, Nespresso, Bompard et Starbucks ont inauguré leur boutique au début de cette année, tandis que Fiat prévoit de s’installer en lieu et place de l’ancien Drugstore Matignon sur le rond-point des Champs-Élysées, dans quelques mois. Les Champs ne sont donc pas prêt d’être désertés par les grandes enseignes qui continuent à brasser une clientèle toujours plus internationale. La relève est donc assurée.

Critique : Pause goûter à la brasserie du Printemps, coupole magnifique, 6ème étage Mode, thé.

brasserieprintemps.jpg

Reprise l’année dernière par le groupe Bertrand, l’ancienne brasserie Flo a entièrement été rénovée pour laisser place à un endroit convivial et branché. Au 6ème étage du Printemps de la Mode, le lieu ne manque pas de charme avec son imposante coupole datant de 1923. Didier Gomez à qui l’on doit la nouvelle déco a su mêler le design à une architecture pourtant classique. Ainsi la salle s’articule autour d’un bar à huîtres circulaire couleur vert anis et d’un énorme ballon rond qui change de couleurs au fil des heures. Autour, des canapés en cuir blanc avec imprimés de noir et de gris sont confortables et les fauteuils imitation Louis XVI avec leur dossier en plexiglas le sont tout autant. Dessinés par Starck et Kartell, ils ne sont pas sans rappeler ceux du restaurant le Kong, ce qui n’a rien d’étonnant puisque c’est Starck lui-même qui s’en est également chargé. Le reste de la salle joue sur les alternances de gris, de noir et d’orange, c’est un sans faute. Penchons nous maintenant sur le nerf de la guerre : la carte.

Les prix sont corrects, enfin, dans la moyenne parisienne. Nous avons pris deux coupes de glaces 3 boules à 5,50 € chacune (vanille bourbon, lait de coco, chocolat, fraise …), et je dois dire que j’ai été agréablement surpris par leur qualité. Le tout accompagné d’une San Pellegrino 1L à 5,50€ également, pour deux. Voila un goûter à 8,25€ par personne. Ma foi pour le quartier, c’est tout à fait correct. Seule ombre au tableau, le service est d’une lenteur accablante ! Plus d’un quart d’heure pour nous servir deux coupes de glace, je n’ose imaginer la durée d’un repas entier lorsque 400 personnes demandent à être servies en même temps …
brasserieprintemps2.jpg

Printemps de la mode, 6ème étage

Flamant, magasin de décoration Saint-Germain, place Furstenberg paris, luxe, haut de gamme et chic.

Flamant Home Interiors : la référence par excellence de la décoration d’intérieure.

flamant1.jpg

A l’heure où de plus en plus de français se passionnent pour la décoration d’intérieure le nombre de boutiques de ce genre ne cessent de se multiplier à Paris et en province. Zara Home, Roche Bobois, Habitat, Ikea … et le plus haut de gamme d’entre eux : Flamant. Spécialisé dans la réédition de meubles et d’objets anciens, chaque magasin Flamant est une véritable démonstration de luxe et de bon goût. Le magasin principal se trouve sur la charmante petite place Fürstenberg en plein cœur de Saint-germain. On retrouve également Flamant rue Saint-Honoré à quelques pas de la rue royale et de la Madeleine. Mais cette maison est aussi une marque de luxe internationale puisque déjà implantée dans la plupart des grandes villes du monde (Londres, Milan, Bruxelles …).
Leur originalité est d’avoir eu cette idée brillante de faire évoluer le visiteur dans un appartement entièrement décoré par la marque. On se promène ainsi dans les différentes pièces à l’atmosphère feutrée en passant par le salon avec ses bibliothèques en bois cirés et ses fauteuils en cuir lustré puis on rejoint la cuisine de style provençale avec tables de travail en bois, garde-manger patiné et four La Cornue. Accessoires, vaisselles, mobiliers de jardin en passant par les textiles et les papiers peints ( à travers The Original Paint Collection), rien n’a été oublié.

flamant2.jpg

Flamant joue donc dans la catégorie supérieure : celle du très haut de gamme, du luxe raffiné sans jamais tomber dans le too much (vous n’êtes pas chez Roméo ici). Les articles sont de grande facture, et de bonne qualité. On apprécie vraiment cet effort de la marque de mêler le charme de l’ancien avec les contraintes de confort imposées par notre époque. La disposition des objets dans les pièces et la structure des magasins sont savamment étudiées et tout est fait pour vous faire regretter, en sortant du magasin, de ne pas avoir une déco de style Flamant.
Bien entendu les prix sont à la hauteur du lieu, la moindre petite babiole est hors de prix. Mais à défaut d’acheter, la simple visite vaut vraiment le coup d’œil.

flamant3.jpg

Pour faire durer le plaisir, on peut s’attarder au restaurant de la boutique de Saint-Germain (non essayé). Enfin, ne ratez pas Flamant pendant Noël où le magasin est encore plus magique.

Flamant Home Interiors,
8 Place Furstenberg Paris 6ème
et 279 rue Saint-Honoré Paris 8ème

Conseils : Les adresses de chocolatiers à Paris : où acheter de bons chocolats et bûches pour Noël ? Debauve & Gallais, Dalloyau, Fauchon, Hermé, Ladurée, Leonidas, Maiffret …

ecards02.jpg

 

La boutique Debauve&Gallais.
Les fêtes de fin d’année approchent et les chocolats sont incontournables pour qui veux un Noël réussi. A offrir ou à déguster soi-même, voici quelques adresses incontournables où s’approvisionner :

Debauve & Gallais : Probablement le meilleur chocolatier de Paris, l’un des plus anciens et des plus chers également. Situé 30 rue des Saints-Pères dans le 6ème, personne ne peut rester indifférent face à sa vitrine alléchante. Il n’est pas rare de devoir faire la queue jusque sur le trottoir mais tout cela en vaut la chandelle. On peut acheter des bouchées (5-6€ environ) et des ballotins de chocolat déjà préparés, ou à composer soi-même. Les chocolats sont faits à base de cacao venant du monde entier. Les boites préparées (entièrement chocolat, chocolat au lait, alcoolisés …) sont gravés du nom de la marque en fine dorure fermées par un ruban qui font de ces ballotins des cadeaux très chics.

Assortiment 400g (36 pièces) 50 €

Assortiment 600g (54 pièces) 70 €

Assortiment 800g (72 pièces) 95 €

              bonbon01.jpg          

Les bocaux remplis de bonbons de la boutique rue Bréa.

Les bonbons :

Voici une petite boutique adorable 6 rue Bréa tenue par une femme charmante depuis des années. Vous trouverez ici tout ce qu’il faut pour passer un Noel réussi que ce soit en chocolats ou en bonbons. Ne ratez pas les excellents coquelicots ou encore les fondants négus : petit carré de chocolat plongé dans un bain de sucre caramélisé. Les bonhommes en guimauve sont également réussie et ravira les enfants. En bref, le paradis des gourmands.

Pierre hermé :

La maison propose l’une des bûches les plus chères de Paris. Ici tout vaut de l’or.

Léonidas :

Recommandé pour leurs ballotins.

 

La grande épicerie du Bon Marché :

De nombreux desserts originaux et de belles bûches luxueuses à des prix abordables.

Jeff de bruges :

Pas mauvais du tout, et à des prix raisonnables.

L’atelier du chocolat :

Les tablettes de chocolats et les bouchées à 3€ environ sont très bonnes.

 

                           ambitablettechocolat.jpg

Les chocolats de luxe :

Pour les bûches haut de gamme imaginées par de grands créateurs, faites un tour du côté de chez Dalloyau, Ladurée, Hediard ou encore Fauchon.

Mais aussi :

Maiffret, La maison du chocolat, Foucher …

Remarque : je n’ai pas eu le temps de peaufiner la rédaction de l’article, je le laisse à l’état d’ébauche car les fêtes arrivent bientôt. Si vous avez des avis à rajouter, n’hésitez pas !

Critique : Kusmi Tea, salon de thé rue de Seine – idées cadeaux Noel.

                         kusmitea.jpg

Kusmi Tea ne vous dit peu être rien, mais pourtant c’est une grande maison de thé créée en 1867 par Michailovitch Kousmichoff. Pendant des années acheter du thé Kusmi relevait du parcours du combattant et seuls les grands hôtels et quelques endroits avant-gardistes les faisait découvrir au public.
Puis la Grande Epicerie du Bon Marché, toujours à l’affût de nouveautés et d’exotisme a commencé à les mettre en vente. Mais depuis l’année dernière, Kusmi Tea s’est installée en plein cœur de Paris, dans le quartier vivant de Saint-Germain, 56 rue de Seine à deux pas de la rue de Buci.
La boutique est exiguë mais intimiste. Le choix est large : des thés de Chine, en passant par des fruités comme celui à la cannelle, ou encore ceux aux sonorités plus russes comme le prince Wladimir, le Saint-Pertersburg, l’Anastacia, le Troïka ou le Zoubrovka. C’est leur caractère tanin et leur parfum très prononcé, qui leurs confèrent un goût exquis.

Comptez 9,90 € la boite de 125 g, 15,50 € la boite de 250 g. Pour Noël, le coffret miniature à 17,50 € qui propose un assortiment de 5 mélanges russes différents de 25g chacun est une bonne idée cadeau. On y trouve également tous les accessoires liés à la préparation du thé : samovars, filtres etc.

melanges.jpg

Enfin depuis Décembre 2006, la boutique a ouvert au 1er étage un salon de thé restaurant qui propose un brunch à 28€ le dimanche (je ne l’ai pas essayé, mais je trouve ça assez cher) et une formule déjeuner à 21€ (les plats ont l’air assez basiques au vue de la carte sur Internet).

Conclusion : une bonne adresse en plein centre de Paris. Courez-y !

Tous les articles de Kusmi Tea sont en vente sur le site www.kusmitea.com, à La Grande Epicerie du Bon Marché, chez Lafayette Gourmet, au Printemps, au Drugstore Publicis, au Crillon et au Meurice ou encore depuis peu chez Monoprix mais c’est tout de même moins glamour.

56, Rue de Seine – 75006 Paris Salon de thé de 11h à 12h30 et de 15h à 19h

75, Avenue Niel – 75017 Paris

Nespresso : ouverture du magasin Champs-Elysées le 18 Décembre.

nespresso.jpg

What’s else ? Sous ce célèbre slogan prononcé par George Clooney, se cache la marque Nespresso qui va enfin ouvrir sa boutique sur les Champs. Les travaux ont commencé il y a maintenant un an, prenant la place de l’ancienne agence Air France situé au 119 de l’avenue. H&M avait tenté de s’y installer, mais la mairie a refusé, Nespresso l’a emporté. Jusqu’à présent la boutique est cachée par une immense bâche en forme de fermeture éclair formée par des dosettes de café pour percolateur. Le magasin sera ainsi le plus grand au monde de la marque avec plus de 1500m² répartis sur 2 étages et 3 espaces différents. Le premier, le « Barista Bar » où l’on pourra déguster toute la gamme Nespresso, puis le « Lounge » espace détente pour pouvoir discuter, et enfin le « Dressing-Room » pour customiser sa machine expresso Essenza en choisissant sa couleur parmi 16 coloris différents.

Ouverture de Uniqlo à Paris, la marque de fringues made in japon. La Défense, quartier Opéra.

uniqlo.jpg

Le nom d’Uniqlo ne vous dit probablement rien, et pour cause c’est une marque japonaise qui va bientôt débarquer à Paris. Après s’être installée à New-York puis Londres, cette marque se devait d’ouvrir dans la capitale de la mode.

Pour le moment difficile de se faire une idée, mais au fil des « surf » sur Internet, et des infos glanées par ci par là, voila ce qu’on peut globalement en tirer.

D’abord Uniqlo se revendique être un magasin branché, et souhaite attirer une clientèle au budget serré. Elle veut directement s’attaquer aux grands mastodontes que sont Zara et H&M. Allons donc faire un petit tour du côté de leur site Internet voir les collections :

http://www.uniqlo.com/us/

Collection homme : très banal, couleurs ternes, et pas forcément très bien coupés. Ni originalité, ni très mode, pas sûr que les jeunes craquent pour ça. Par contre niveau prix, on est dans la même gamme que Zara : 35€ le jean, 8-12€ le t-shirt ou encore 30€ la jupe, 80€ le trench, 60€ le cashmere. Question qualité, les opinions divergent. Certains disent qu’elle est bien supérieure à celle de Zara et H&M ou encore Gap, d’autres disent que les cashmeres ne tiennent pas, que les couleurs partent aux premiers lavages. Difficile donc de se faire une idée.

Pour résumer, je reprends ce que j’ai pu lire. Uniqlo c’est :

-Moins trendy et moins cher que ZARA
-Pas meilleure qualité que GAP
-Moins djeun’s qu’H&M
-Plus cool que Monoprix car c’est japonais.

Ailleurs, on lit que Uniqlo c’est le Celio version japonaise. Sans vouloir faire du mauvais esprit, rien qu’avec le nom de la marque ils partent déjà avec une sacrée épine (devrais-je dire clou ?) dans le pied. D’ailleurs, je ne résiste pas à inventer ce qui pourrait être leur futur slogan publicitaire « Uniqlo, pour ceux qui n’ont pas un clou ».

Conclusion pas sûr que cette marque se fasse une place à Paris. Cette chaîne qui joue la carte de la « japonese culture » n’est certes pas très chère, mais les modèles sont vraiment basiques.

En tout cas, plus de nouvelles lors de l’ouverture du premier magasin au centre commercial des Quatre Temps à La Défense dans quelques jours. Si ce magasin « témoin » fonctionne, il est prévu dès 2008-2009 l’ouverture d’un grand espace près de l’Opéra.

123

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl