Archive | Rooftops Flux RSS de cette section

Rooftop Bar à Prague : 2 adresses où admirer la ville

Rooftop Hotel U Prince Prague

Rooftop Prague : Hotel U Prince

Pour prendre le pouls d’une ville et se rendre compte de son ampleur, rien de tel qu’un bon vieux rooftop en plein centre ville pour contenter sa curiosité. L’Hôtel U Prince exauce nos désidératas en nous offrant une superbe terrasse panoramique installée au dernier étage de son établissement.

La vue est époustouflante et la ville à nos pieds prend une toute autre dimension. Côté boissons, une carte de cocktails plutôt réussis permet de siroter quelques breuvages à 4 – 5 €.

Hotel U Prince, Staroměstské náměstí 29, Prague

Bellavista Prague

Bellavista Prague 2

Situé au sommet de la colline du château, ce café-restaurant offre une vue sublime sur la ville, le château et sa cathédrale ainsi que le quartier de Mala Strana. L’endroit idéal pour se reposer d’une visite éreintante avant de repartir de plus belle pour de nouvelles aventures praguoises.

Bellavista, Strahovské nádvoří 132/1, Prague

City Guide Istanbul – Adresses restaurants & bars

Kardesler, Aga Hamami Cad. 1

Kardesler Istanbul

Une agréable terrasse dans le quartier de Cihangir, en plein cœur de la municipalité de Beyoglu. Sous les arbres, on y déguste le beyti kebap, viande de mouton servie enroulée dans une crêpe, avec yaourt, salade, tomates et boulgour. L’adresse idéale pour sentir respirer la ville européenne tout en sirotant un Ayran maison.

Litera, Goethe Institute, Yeni Carsi Cd 32

Litera Istanbul

L’entrée est un peu intimidante et pour le moins discrète. Il faut franchir le portique de sécurité, monter au 5ème et dernier étage du Goethe Institute, pour découvrir un magnifique rooftop offrant une vue splendide sur Istanbul. Cuisine internationale et animation musicale (un peu bruyante) le soir. Partie bar bien agréable pour humer l’air stambouliote.

Caferaga Medresesi, Caferiye Sok. 5

Caferaga Medresesi

Le point de chute idéale après une visite éreintante de Topkapi ou de Sainte-Sophie. Situé au fond d’une impasse, le restaurant est installé dans la cour d’une ancienne école coranique du XVIème siècle. Cet havre de paix, ouvert uniquement à midi, offre une cuisine délicieuse à prix riquiqui. Pour avoir un aperçu de leur cuisine maison, prenez l’assiette mixant leurs spécialités dont les excellents manti, ces raviolis turcs à la crème. Copieux et délicieux !

Setüstü Cay Bahcesi, au bout du parc de Gülhane

Setustu Cay Bahcesi

Une adresse fréquentée par les locaux avec son immense terrasse donnant sur le Bosphore. Venteux mais fort plaisant après la visite de Topkapi. L’occasion de découvrir un point de vue unique embrassant le palais de Dolmabahce, Kadiköy et les iles des Princes. La côte asiatique est tout simplement sublime au soleil couchant. On y vient pour prendre un thé servi dans un demlik (théière à 2 étages) accompagné d’un kumpir (patate fourrée).

Mama Shelter, Istiklal Cad. 50-54

Mama Shelter Istanbul

Concept hôtelier français, le Mama Shelter Istanbul a été designé par Starck avec une déco bluffante. La cuisine, à défaut d’être très originale, permet de revenir aux basiques français et régressifs : coquillettes, hachis Parmentier, etc. Le Routard nous avait annoncé un « service impeccable et francophone », nous nous sommes retrouvés à faire le service et à utiliser Google Translate pour parvenir à se faire comprendre en turc. Certains soirs, ambiance électrique se prolongeant tard sur le rooftop avec sa vue imprenable sur la ville bouillonnante.

Restaurant dans le parc Dilburnu mesire yeri, ile de Büyükada

Resto Buyukada Istanbul

Si votre emploi du temps vous le permet, n’hésitez à programmer une excursion en bateau jusqu’aux iles des princes et en particulier sur l’ile de Büyükada avec ses belles demeures en bois à l’américaine. Eloignez-vous de l’embarcadère avec ses adresses touristiques et louez un vélo pour accéder au parc payant de Dilburnu mesire yeri. Cette presqu’ile offre une vue à couper le souffle, entre mer turquoise et végétation méditerranéenne. A l’intérieur se trouve un petit restaurant à flanc de colline hors du temps. Cuisine délicieuse et service attentif.

Galata Kiva, Galata Kulesi Sok. 4

Galata Kiva

Situé face à la tour de Galata, le restaurant pourrait paraitre à première vue un piège à touristes avec sa belle terrasse attirant les badauds fatigués. Pourtant, la cuisine est délicieuse avec ses spécialités anatoliennes. On commande à la carte ou on choisit directement avec les yeux au comptoir. Ne manquez pas les kuru dolma, ces aubergines farcies à la viande.

Café Corinne, Kuloğlu Mahallesi Turnacıbaşı Caddesi No.41

Café Corinne Istanbul

Corinne est un agréable boutique hôtel situé dans le quartier chic et tendance de Cihangir. L’hôtel possède deux cafés, le premier aux faux airs londoniens avec son carrelage en damier et son bar à vins. Le deuxième, face au Consulat de Grèce, propose une agréable terrasse. Avec sa végétation et les bâtiments environnants, on se croirait quelque part perdu entre Beyrouth et Istanbul.

Kahvedan, Matara Sok., accès par Akarsu Cad 1/1A

Kahvedan Istanbul

Une terrasse au calme et à l’abri de l’agitation pour déguster une carte résolument world food aux inspirations asiatique, italienne et française. Service un peu lent mais cuisine de qualité. Une bonne adresse pour un petit-déjeuner à l’occidental.

City Guide Lisbonne – Quelques bonnes adresses restaurants,bars, rooftop & fado.

Lisbonne

Lisbonne fait partie des destinations favorites des français depuis plusieurs années. Il faut dire que la capitale portugaise a de quoi occuper le chaland en goguette : palais enchanteurs, monastères classés, géographie vallonnée et églises au charme suranné. La ville se découvre idéalement lors d’un week-end prolongé, le temps de s’imprégner de cette atmosphère si particulière en empruntant le célèbre tramway et de se laisser balancer par la langueur qui résonne dans les clubs de fado. Petit tour de quelques bonnes adresses lisboètes.

Pour boire un verre avec belle vue

Portas do sol

Portas Do Sol 1

Voici l’une des plus belles terrasses de Lisbonne qui embrasse la ville toute entière. Installée sur le toit d’un parking, on vient y prendre un repas léger tel une salade méditerranéenne roquette, fromage de chèvre et pesto. On oubliera le service nonchalant pour se concentrer sur la vue : les paquebots de croisière, la coupole du Panthéon National et les clochers blanc éclatant de l’église Sao Vicente de Fora.

Portas do sol, 84 Rua de Sao Tomé

Le Chat

Le Chat

Après la visite un poil rébarbative du Museu Nacional de Arte Antiga, on miaule d’impatience à l’idée de boustifailler au soleil en découvrant une vue à couper le souffle sur les docks et le pont du 25 Avril. Le chat, sorte de conteneur en verre posé à flanc de colline, offre une belle carte de snacking idéale avant de reprendre le tramway pour rejoindre le centre ville.

Le Chat, Jardim 9 de Abril

Bairro Alto Hotel – Rooftop

Bairro Alto

En plein cœur du quartier du Bairro Alto, ce boutique-hôtel dispose d’un rooftop bien agréable le soir venu pour siroter quelques cocktails accompagnés de finger food. Après avoir franchi les 6 étages qui vous séparent du nirvana, vous découvrirez de confortables canapés d’où l’on admire la vue sur les toits de la ville jusqu’au Tage. Belle carte de portos et snacking corrects (préférez les sandwiches).

Bairro Alto Hotel, Praça Luis de Camoes 2

Buvette du Miradouro de Sao Pedro de Alcantara

Buvette Miradouro

Après avoir emprunté l’Elevador da Gloria, vous arriverez rapidement à ce mirador offrant une superbe vue sur la ville et le château. Point de chute idéal entre deux visites pour se rafraîchir au soleil et le visage caressé par les douces brises de vent chaud.

Buvette, Miradouro de Sao Pedro de Alcantara

Pour manger de la cuisine locale

Casa Do Alentejo

Casa Do Alentejo 1

Au premier coup d’œil, la rua das Portas de Santo Antao ne regorge que de restaurants pour touristes aux serveurs alpaguant le badaud. Pourtant, parmi ce fatras d’adresses quelconques se cache une pépite qu’il est difficile d’imaginer de l’extérieur.

Passé la façade sans intérêt, on découvre après quelques marches un mirador au superbe patio de style mauresque. Au 1er étage, le restaurant se revêt d’azulejos racontant des épisodes champêtres et agricoles du début du siècle. On s’y presse pour déguster le classique de la maison : le porc mijoté aux palourdes servi avec pommes de terres et accompagné de vin de la maison.

Casa Do Alentejo, 58 rua das Portas de Santo Antao

Santo Antonio de Alfama

Santo Antonio de Alfama

En plein cœur de l’Alfama se cache un charmant restaurant bien caché. La terrasse installée sous des trémies de vigne est l’endroit idéal pour s’enivrer de l’atmosphère lisboète. Bien loin de l’attitude compassée de nos restaurants français, on vient tester la belle carte de poissons en rêvassant devant le linge battant au vent. Ne refusez pas les tapas payantes proposée au début du repas, vous rateriez quelque chose !

Santo Antonio de Alfama, Beco de Sao Miguel 7

Pour écouter du fado

Equina de Alfama

Equina de Almafa

Tout city trip à Lisbonne ne peut s’achever sans une soirée de fado. Pourtant, il est bien difficile de trouver une adresse agréable qui ne soit pas hors de prix. La plupart des salles de fado imposent le menu diner à des tarifs prohibitifs pour le pays (50 – 60 € par personne). D’autres proposent bien de se rendre uniquement au bar moyennant un ticket d’entrée variable ou une obligation de consommation minimale, mais le spectacle ne commence guère avant 23 h. Enfin, quelques salles proposent du « vrai » fado qui n’est pas seulement adressé aux touristes, mais ces établissements sont souvent rapidement bondés.

Miracle, c’est en errant dans les rues étroites de l’Alfama qu’on découvre par hasard l’Esquina de Alfama. Une maison familiale où les serveurs s’improvisent chanteurs pour le plus grand étonnement des clients. La carte est raisonnable et le menu n’est pas imposé. Le service, pourtant interrompu toutes les 20 min par une séance de chant collectif, n’est pas trop long. La cuisine est simple mais de qualité.

L’astuce : pour éviter de vous retrouver à écrire un article outré sur Trip Advisor, sachez qu’on vous apporte en début de repas (comme souvent dans les restaurants portugais) un fromage entier et de la charcuterie. Si vous n’en voulez pas, prévenez le serveur, sinon ils vous seront facturés.

Esquina de Alfama, Rua de Sao Pedro 4

Le mauvais plan : le Noobai Café

Noobai Café

Vanté par tous les guides pour être un rooftop agréable avec vue panoramique sur le Tage, le Noobai Café est en réalité une sombre escroquerie. Situé au niveau du Miradouro de Santa Catarina, le quartier a peut-être été agréable en son temps mais est aujourd’hui devenu le cartel de tous les trafics où individus louches vous proposent toutes sortes de substances illicites. Oubliez cette adresse et ne regrettez pas la vue ; cette dernière n’a vraiment pas grand intérêt à moins d’aimer les paysages industriels.

Noobai Café, Miradouro de Santa Catarina

Rooftop Il Bar – La Rinasecente Milano. Devant le Duomo.

Rooftop Il Bar - La Rinasecente Milano. Devant le Duomo. dans Bars & Cafés rooftop-rinascente-milano-1

drapeau-francais-jpg1-150x91 dans Branché Milan est une ville hybride. Destination idéale pour un week-end shopping depuis Paris, elle est également un passage obligé pour tous les touristes partant découvrir l’Italie en road trip. En quelques années la ville s’est métamorphosée avec une rénovation massive de ses bâtiments les plus emblématiques et la reconversion des anciens quartiers malfamés des Canaux (les fameux navigli)  en temple de la dolce vita.

Le soir, toute la hype milanaise se réunit au rooftop de La Rinascente, le department store équivalent à nos Galeries Lafayette, pour siroter quelques cocktails sur fond de musique lounge. Le défilé de mode est permanent et se joue en version internationale : les gens sont chics emmitouflés dans leurs vêtements de marque.

rooftop-rinascente-milano-3 dans Rooftops

La carte des boissons. Des cocktails à 13-15 € et des verres de vin à 12 € accompagnés d’une série de trois finger food tous aussi réussis les uns que les autres : mozzarella, tramezzini, fritures de légumes etc. Les plus affamés pourront compléter la prestation par une carte de snacking plus fournie.

Le cadre. Les clients jouissent d’une vue époustouflante sur le Dôme tout proche, installés sur des banquettes style « Plages de Pampelonne », le snobisme du service en moins.

Faut-il y aller ? Absolument, votre sac Chloé et vos chaussures Jimmy Choo méritent mieux qu’une vulgaire terrasse bondée sous le Corso Vittorio Emanuelle II.

rooftop-rinascente-milano-2

italie1-150x99 Milano è una città sempre in movimento. Une destinazione ideale per un week-end da Parigi o per chi vuole scoprire l’Italia con la macchina. In pochi anni, la città si è trasformata con il restauro dei principi edifici più emblematici e la riconversione del quartiere dei Navigli in modo più romantico.

La sera, si ritrova la hype milanese al rooftop della Rinascente, per sorseggiare un cocktail con musica lounge. Il bar è una vera sfilata di moda internazionale : la gente è chic, imbacuccata nei costumi di marca.

Le bevande. Cocktails a 13-15 € e calici di vino a 12 € accompagnati da finger food : mozzarella, tramezzini, frittate di verdure ecc. I più affamati potranno dare un’occhiata al snacking.

L’ambiente. I clienti godono di una vista sbalorditiva sul Duomo, seduti sulle banchine stile « Piaggie di Pampelonne », senza lo snobismo dei camerieri.

Ne vale la pena ? Certamente, la vostra borsa Chloé e le vostre scarpe Jimmy Choo meritano di meglio, dimentica la volgare terrazza piena di turisti nel Corso Vittorio Emanuelle II !

Il Bar, La Rinascente, Piazza del Duomo 3, Milano   

 

Critique : Rooftop Pullmann – 180 Only.

Critique : Rooftop Pullmann - 180 Only. dans Bars & Cafés pullman-tour-eiffel-180-only-1

Après une ouverture timide, le bar/restaurant éphémère de l’hôtel Pullmann commence à faire parler de lui. Le concept surfe sur la mode de l’éphémère en s’installant au 10ème et dernier étage de l’hôtel jusqu’au 7 juillet 2013. 180, comme 180 jours d’ouverture prévus du 7 janvier au 7 juillet. Le restaurant sera ensuite transformé en salle de séminaires avec création d’un toit-verrière.

En attendant, vous pouvez profiter d’une vue remarquable sur la Tour Eiffel bien qu’un peu encaissée. Aux beaux jours, le balcon filant permettra à quelques chanceux de jouir de cette vue si singulière.

pullman-tour-eiffel-180-only-2 dans Restaurants

L’endroit. Un bar proposant des cocktails à 18 € qui se dégustent sur le devant de la scène et un restaurant légèrement en retrait qui propose une carte assez ennuyeuse. Le lieu manque terriblement de chaleur et ressemble à tous ces hôtels Accor qui souffrent du syndrome du « hall d’aéroport ». Le mobilier est cheap, l’endroit n’est pas vraiment cosy, mais l’hôtel veut jouer dans la cour des grands.

pullman-tour-eiffel-180-only-3 dans Rooftops

La cuisine. Des plats entre 20 et 36 €, des tapas très copieux à 26 € et une carte de snacking des plus classiques (salade césar, cheeseburger, steak tartare, club sandwich entre 18 et 21 €). La cuisine sent bon l’assemblage de produits Sodexo, dommage. Pourtant le service, endimanché et empoté, semble vouloir rendre le lieu « trendy ».

Côté desserts (13 €), on aurait aimé plus de saveur et d’originalité.

pullman-tour-eiffel-180-only-4 dans Terrasse / Jardin

Faut-il y aller ? La vue panoramique a ses raisons que le cœur n’a pas.

180 Only, 22 rue Jean Rey, Paris 15

Critique : Bar du Ciel de Paris, Tour Montparnasse. Paradis ou enfer ?

Critique : Bar du Ciel de Paris, Tour Montparnasse. Paradis ou enfer ? dans Bars & Cafés ciel-de-paris-2

Que peut-on attendre du Ciel de Paris version 2.0 après son lifting bien mérité ? Une deco plus dans l’air du temps, certes, mais une expérience en demi-teinte.

Avant d’en dire plus sur ce restaurant, précisons d’abord qui en est l’exploitant. Il s’agit de Ellior, célèbre pour sa restauration collective dans les entreprises et pour la gestion de concessions dans les gares et aéroports français. Tout comme Sodexo anime les papilles du Lido via sa filiale Prestige, Ellior exploite le restaurant panoramique de la Tour Montparnasse. Peu rassurant, lorsqu’on a gouté à la restauration collective d’une cantine d’entreprise.

Le cadre. Très épuré, exit la deco terriblement connotée années 80. Et place à une atmosphère plus sobre avec des tons de crème et de beige. La salle souffre pourtant d’une froideur clinique et mériterait de baisser encore un peu plus son intensité lumineuse pour rendre plus nets les contrastes de lumière avec la capitale à ses pieds.

Le bar. A peine cinq ou six tables sur le devant et un bar monobloc permettant de siroter quelques cocktails et verres de vin. Pour être servi, il faut d’abord rappeler qui est le client et taper du poing sur la table. Ensuite, une fois le rapport de force instauré, vous pourrez enfin être considéré.

ciel-de-paris-1 tag2 dans Rooftops

La carte. Coupe de champagne à partir de 15 €, cocktails à 16 € et verres de vin débutant à 8 €. Les cocktails alcoolisés sont plutôt réussis pour des jus de fruits, mais où est passé l’alcool ? Quant aux verres de vin, on pourrait proposer de meilleurs vins que la piquette servie dans un Wagon Bar de TGV.

La clientèle. On n’est ni au Standard à Meatpacking ni encore moins au Sevva à Hong Kong. Mais plutôt dans un mélange de touristes et de « nerds » ayant décidé d’impressionner leur dulcinée.

Faut il y aller ? Au moins une fois, accompagné d’amis étrangers pour leur faire découvrir Paris sous un autre angle. Si vous êtes parisien, vous pourriez sûrement éviter cette étape.

Ciel de Paris, Tour Montparnasse, Paris

Critique : Hôtel Raphael. Terrasse rooftop Paris 16. Avenue Kleber.

Critique : Hôtel Raphael. Terrasse rooftop Paris 16. Avenue Kleber. dans Bars & Cafés Hotel-Raphael-1

Ce genre d’adresses surfaites commence à m’insupporter. Pourquoi est-ce si cher ? Même dans les plus grands palaces newyorkais, hongkongais ou encore londoniens, les cocktails tournent autour de 20 €. L’alcool est-il plus taxé en France qu’à l’étranger ? Non certainement pas. Le secteur de la restauration serait-il alors infecté par une palanquée de voleurs ? La démonstration, par la théorie des prix, la théorie que j’ai nommée « théorie A-B-C ».

Hotel-Raphael-2 dans Luxe

Considérons 3 vins de qualité et de prix croissants : A, B et C. Le prix d’achat pour une bouteille de 75 cl est indiqué pour chacun d’entres eux. Considérons désormais le prix de vente pratiqué par les restaurateurs. Le gérant d’un bistrot aura tendance à multiplier par 4 ou 5 le prix de vente par rapport au prix d’achat pour s’assurer une marge. Ramené au verre, nous obtenons les prix de vente des trois vins pratiqués par le gérant du bistrot.

Considérons maintenant le Palace. Il ne peut décemment proposer le vin A, qu’il considère comme trop bas de gamme. Il ne va pas non plus proposer le vin C, car même s’il est de qualité, il serait obligé de tarifer le verre à 30 ou 40 €, et risquerait d’être boudé par sa clientèle. Le Palace choisira donc de mettre sur sa carte un vin, le B, tout à fait moyen en le facturant plus cher que les meilleurs vins que pourraient proposer un bistrotier. Prix de vente affiché : 20 €. Et le tour est joué. D’où la sensation dans les palaces, de souvent boire un verre de vin horriblement cher et pas toujours exceptionnel.

Hotel-Raphael-3 dans Rooftops

Revenons-en maintenant au Raphael. La terrasse est agréable, mais la vue n’est certainement pas la plus époustouflante de Paris. Assis, difficile d’observer les monuments parisiens, cachés par les buissons. Et chose plus embarrassante, certains buildings du XVIème arrondissement – modernes – ternissent le panorama.

Quant au vin, nous sommes en plein dans le syndrome de la « théorie A-B-C » décrit plus haut. Le tout, servi par des serveurs incapables de vous renseigner sur les trois misérables vins proposés à la carte (17 €).

La clientèle. Sûrement attiré par la lumière. Ayant oublié que dans un palace, le service minimum n’a pas été abrogé en terme de tenue vestimentaire.

Hôtel Raphael, 17 Avenue Kléber, Paris 16

Critique : Rooftop Bar Hotel Pulitzer. Barcelone.

Critique : Rooftop Bar Hotel Pulitzer. Barcelone.  dans Bars & Cafés Rooftop-Hotel-Pulitzer-Barcelone-2

En quelques années, Barcelone a vu fleurir un nombre impressionnant de rooftop bars. Cette tendance est apparue en même temps que les grands hôtels de la ville se lançaient dans de grands travaux de rénovation, un par un.

Cette période faste de travaux permet aujourd’hui aux touristes de jouir d’une chambre confortable et design pour un budget compris entre 100 et 150 € la nuit (pour un hôtel de type 4 étoiles). Les toits de ces hôtels ont souvent été aménagés pour y accueillir une petite piscine et/ou un bar.  Difficile alors de dresser une liste exhaustive de tous ces rooftops barcelonais. En voici un, conseillé par Condé Nast – la célèbre maison d’édition publiant Vogue et GQ – le bar de l’Hôtel Pulitzer.

Le lieu. Terrasse en teck, mobilier chiné et bougies diffusant une douce lumière pour une ambiance surannée. En prime, une vue agréable sur la capitale catalane.

Rooftop-Hotel-Pulitzer-Barcelone-1 dans Branché

La clientèle. Un joyeux melting pot incluant les clients de l’hôtel et les curieux de passage. De tous les genres, de tous les âges : en avant la musique !

La carte. Cocktails à 10 €, réussis et servis avec un sourire désarmant.

Hôtel Pulitzer, 8 Carrer de Bergara, Barcelone

Critique : Rooftop bar au Lounge View Novotel Montparnasse Vaugirard.

Critique : Rooftop bar au Lounge View Novotel Montparnasse Vaugirard. dans Bars & Cafés

Crédit Photo : http://dismoiou.fr/p/fra/paris/thuG4J/lounge-bar-view-novotel-paris-vaugirard-montparnasse

Paris connait depuis le début de l’été un climat digne d’un plateau irlandais : averses éparses, rayons de soleil sporadiques et températures automnales. Alors dès qu’une journée s’annonce estivale, les parisiens prennent d’assaut les terrasses en réservant tout azimut. Je voulais ainsi réserver une table au Rooftop du Holiday Inn Odéon pour jouir d’une vue à couper le souffle sur le quartier Saint-Germain. Malheureusement, le spot était déjà complet. Têtu comme une mule, je ne voulais pas renoncer à mon rooftop. Le Holiday Inn fut donc troqué contre le Novotel Vaugirard Montparnasse.

La vue est certes moins belle que dans le quartier Latin. Le panorama porte les stigmates de la politique architecturale du XVème arrondissement ; beaucoup de tours et de bâtiments construits à la va-vite et au design bâclé. Mais la Tour Eiffel joue la vedette dans ce décor digne d’un plateau de cinéma.

La terrasse. Des tables et chaises haut perchées pour pouvoir contempler la vue et un éclairage verdâtre pour habiller ce balcon en enfilade. Le décorateur aurait pu cependant s’éviter de garnir le sol d’une hideuse et kitchissime pelouse en plastique.

La carte. Tout à fait raisonnable avec des cocktails à 12 €, des verres de vins à 6-10 € et des sodas à 6 €. Des planches de charcuterie et sushis sont également disponibles pour combler les petites faims d’après-midi (15-20 €).

Les cocktails. Gin tonic et mojito bien préparés.

Faut-il y aller ? Oui l’endroit est calme et il y a  toujours de la place. Le quartier est un peu excentré (proche de la station Vaugirard), mais la vue mérite bien ce petit détour.

Lounge View au Novotel Montparnasse Vaugirard, 257 rue de Vaugirard, Paris 15

Ouvert jusqu’à 1h du matin, uniquement à la belle saison (à préciser)

Critique : Rooftop 43, Holiday Inn Odéon. Plus belle vue de Paris.

Critique : Rooftop 43, Holiday Inn Odéon. Plus belle vue de Paris. dans Bars & Cafés Rooftop-43-Holiday-Inn-1

Je comptais garder jalousement cette adresse dans mon répertoire, pensant naïvement que les autres happy few en feraient de même. Mais à l’ère du numérique, les bruits courent très vite sur la toile et de beaux champs de coquelicots à l’abri des curieux peuvent rapidement se transformer en champ de bataille. Cette « information de masse » aura tué certains endroits devenus infréquentables. Le patio du Bistrot des Dames, le Jardin du Petit Palais, la cour intérieure de l’Hôtel de l’Abbaye, le fabuleux point de vue – Place Catalogne – où admirer le feu d’artifice du 14 juillet … autant de lieux où il est devenu difficile voire impossible d’obtenir une place.

Rooftop-43-Holiday-Inn-2 dans Coups de coeur

Puisque l’effort est vain, je vous livre une de ces adresses qui deviendra votre nouveau point de chute : le rooftop du Holiday Inn Notre-Dame, en plein cœur du quartier Saint-Germain-des-Prés.

Les rooftops sont à la mode dans le monde entier et il faut dire que Paris est très en retard dans ce domaine. Il y a bien le 7th à Montmartre, le Georges au Centre Pompidou ou encore Noura à l’Institut du Monde Arabe, mais aucun n’offre vraiment de vue à couper le souffle.

Rooftop-43-Holiday-Inn-3 dans Rooftops

Le rooftop. Installé au 9ème et dernier étage de l’hôtel Holiday Inn, entre Saint-Michel et Odéon, le toit-terrasse offre la plus belle vue parisienne du moment. Vue sur les toits des immeubles du Vieux Paris, les cheminées couleur ocre se mariant au soleil rasant, et panorama sur tous les principaux monuments de Paris. La quintessence même du romantisme, l’essence de la Dolce Vita à la parisienne en quelque sorte !

La carte. Raisonnable pour ce genre d’adresses. Cocktails à 13€, verres de vin à 5-6 € et bouteilles à 25-35 €. Planches de charcuteries à 15 €.

Rooftop-43-Holiday-Inn-4

L’expérience. Un délicieux verre de Colombelle (5 €) accompagné d’une assiette – un peu décevante – de jambon et de fromage (15 €), et s’ensuit des conversations à n’en plus finir devant une vue époustouflante.

La clientèle. Ne tombant pas dans le cliché du snobisme parisien, étonnant.

Faut-il y aller ? Nous risquons fort de nous y croiser.

Bar le 43, Hôtel Holiday Inn, 4 rue Danton, Paris 6

uniquement sur réservation

12

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl