Archive | Rooftops Flux RSS de cette section

Les terrasses qui feront l’été 2012. Sélection.

Ante Prima

Les terrasses qui feront l'été 2012. Sélection. dans Coups de coeur ante-prima

L’hôtel particulier qui abrite la boite de production de Luc Besson dispose d’une belle cour-jardin où les habitués viennent déjeuner sous les doux rayons de soleil. Buffet à volonté à 25 € aux influences méridionales. Pour espérer décrocher une table, venir tôt (midi pétante) ou en fin de service (vers 14h).

Ante Prima, 137 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8

Holiday Inn Notre-Dame/Odéon

holiday-inn dans Restaurants

Inauguré l’année dernière en toute discrétion, le petit hôtel du quartier Saint-Germain dispose d’un rooftop avec une vue à couper le souffle donnant sur les toits de Paris Possibilité de grignoter en se prenant pour un Ratatouille de la gastronomie, mais accès uniquement sur réservation.

Holiday Inn Notre-Dame, 4 Rue Danton, Paris 6

Moon Roof

cite-mode dans Rooftops

Après des années de tourmentes, les docks en Seine/Cité de l’Architecture se préparent à accueillir – dès la fin Mai – la clique du Baron pour faire revivre ce lieu si longtemps désaffecté. Au menu, un rooftop immense où déjeuner puis clubber le soir venu. A coup sûr, le hot spot de cet été 2012.

Moon Roof, 34 Quai d’Austerlitz, Paris 13

Le Safran

safran dans Terrasse / Jardin

L’hôtel Hilton – Arc de Triomphe, ouvert en 2004, doit son intérieur au célèbre décorateur Jacques Garcia qui s’est inspiré du style Art Déco pour faire vivre cet hôtel de standing. Le restaurant, installé dans un patio Andalou, offre un coin de paradis à deux pas du Parc Monceau. Cuisine de qualité et adresse peu connue des parisiens.

Le Safran, 51-57, rue de Courcelles, Paris 8

Critique : Sushi Shop, Galeries Lafayette rooftop, Toulouse.

 

sushishopgalerieslafayettetoulouse1.jpg

Il y a encore quelques années, le dernier étage des Galeries Lafayette de Toulouse ressemblait à une vulgaire cafeteria où grabataires en séries venaient se réunir en toute quiétude. Désormais, le lieu s’est modernisé et propose une partie dédiée à la vente de produits comestibles de luxe : Hédiard, Fauchon et même un stand Kusmi Tea.

Le rooftop accueille également un Sushi Shop qui permet de siroter un verre en terrasse et jouir d’une vue panoramique sur la ville rose. En hiver, la salle intérieure ne désemplit pas pour un sou. Quelque soit l’heure de la journée, les places sont toujours aussi chères.

sushishopgalerieslafayettetoulouse2.jpg

La carte. A midi, une formule honnête propose un plateau de maki accompagné de riz ou de soupe Miso et une salade au choix pour environ 13 €.  Les makis de Sushi Shop sont probablement les meilleurs que puissent offrir une chaine de ce genre, la fraicheur est toujours au rendez-vous et l’exécution est plutôt bien faite. La salade de choux est excellente et le riz colmate les estomacs un peu endoloris.

Le service. Particularité de ce Sushi Shop, il faut se servir soi-même. Des serveurs, très aimables, viennent tout de même débarrasser et évitent l’exploit de tomber dans la cafeteria déshumanisée. Une aubaine !

Sushi Shop au 6ème étage des Galeries Lafayette, 4-8 rue Lapeyrouse, Toulouse

City Guide : Rome, quelques adresses de restaurants et hôtels.

terrassehotelraphaelroma1.jpg

Hôtel Raphael

Très bel hôtel de charme, signé Relais & Chateaux, disposant d’une terrasse avec vue époustouflante sur la ville et ses toits en brique. Le spot idéal pour admirer le coucher de soleil et impressionner sa dulcinée.

terrassehotelraphaelroma2.jpg
Vous pouvez y diner, ou uniquement prendre un verre, selon votre budget.

Hôtel Raphael, Largo di Febo 2, Roma

Tre Scalini

tartufotrescaliniroma.jpg
Connu dans le monde entier pour son célèbre tartufo, cette glace à la noisette au coeur de chocolat amer fondu et recouverte de poudre de cacao, le café est aujourd’hui une véritable usine à touristes où les « camerieri » (garçons de café, en italien) viennent vous alpaguer sur le trottoir.

piazzanavonaroma.jpg
Malgré son prix (12 € environ), la spécialité vaut vraiment le détour.

Tre Scalini, Piazza Navona 28, Roma

Santa Lucia

restaurantsantaluciaroma.jpg
Restaurant romantique situé sur une charmante petite place et fréquenté par tout le gotha romain. Cuisine excessivement chère et quelconque, mais le cadre justifie à lui seul l’addition. Service incompétent et potiche.

Santa Lucia, Largo di Febo 12, Roma

Parco dei Principi

parcodeiprincipiroma.jpg
Un hôtel à l’écart de la ville qui s’apprécie surtout pour sa très belle piscine et son calme. A quelques pas de la Villa Borghese, l’hôtel dispose certes de chambres un peu vieillottes mais l’endroit est idéal pour se reposer avant le dur retour en France.

Parco dei Principi, Via G. Frescobaldi 5, Roma

Critique : 7th rooftop, terrasse Abbesses Terrass Hotel, Paris 18.

7thterrasshotel4.jpg

Voici le dernier hotspot parisien dont tout le monde parle. Ancien restaurant le Diapason, la terrasse s’est reconvertie cette année en bar rooftop, à la new-yorkaise. Ouverte depuis le 1er avril, l’adresse est déjà victime de son succès. Le soir, à l’heure du coucher de soleil, comptez une bonne heure de « préliminaires » avant d’atteindre le 7ème ciel.

Le cadre. Il vous faut franchir le perron de l’hôtel et sourire au vigile, puis traverser la réception de l’hôtel pour atteindre l’ascenseur. L’accès au 7ème et dernier étage est un brin vieillot avec ses coffrages en bois clair décorant les murs, et l’ascenseur aurait besoin d’un sacré lifting.

7thterrasshotel1.jpg
Ding Dong. Nous voilà au 7ème étage. Voici donc la fameuse terrasse tant commentée sur Facebook. Une dizaine de tables sont disposées sur ce toit aménagé, dont une poignée permet de profiter de la vue sur la capitale. Soyons honnête, le panorama n’a rien d’extraordinaire avec en ligne de mire le cimetière de Montmartre et l’immonde bâtiment Ibis. Je préfère nettement celui du Printemps et son bar sur caillebotis. Mais l’adresse est agréable surtout lorsque le soleil pointe le bout de son nez. Pour la déco, il faudrait balancer ce kitchissime gazon vert en plastique, en total désaccord avec le genre que veut se donner l’établissement.

7thterrasshotel3.jpg
La clientèle. Très « cosmo» dans la journée. Des familles avec enfants, des couples de touristes et des mannequins en devenir batifolant au soleil. Sans oublier les flambeurs du dimanche tout droit sortis d’un Carré VIP, préparant leur bronzage avant de chavirer à Ibiza cet été. En signe d’entrainement, les bouteilles de rosé coulent déjà à flots. Le soir, les espadrilles et ballerines grandissent et deviennent Louboutin, les visages se font plus fermés, les rictus crient bling-bling.

La carte. Verres de vin à 5-6 €, bières à 5 €, sodas à 6 € et cocktails à 14 €. En parallèle, une carte de snacking propose des risottos, carpaccios de bœuf et clubs sandwiches à 17 €. Mais aussi des desserts à 12 € et des assiettes de macarons (8 € les 4).

7thterrasshotel2.jpg
Service. A la ramasse, perdu entre un cumulus et un cumulonimbus.

Faut-il y aller ? Comme écrit sur leur site internet, le 7th est « le tout nouveau concept du Terrass Hôtel ». Si vous cherchez du concept, celui-ci est plutôt réussi dans son genre.

Le 7th, Terrass Hôtel, 12 rue Joseph de Maistre, Paris 18ème

Ouvert tous les jours de 11h à 00h

Critique : Bar Salon de Ning, Peninsula Hotel, New York

peninsulany2.jpg

New York est une ville fascinante, infatigable et déroutante. Pour profiter de sa verticalité enivrante, rien de tel que d’aller boire un verre dans un de ces fameux « rooftop », ces terrasses installées sur les toits des buildings.

Le Peninsula offre justement ce genre de vue époustouflante. Du toit : la ville gronde à vos pieds, le ballet des taxis et l’agitation des rues profilent à l’horizon, et le soleil se reflète sur les vitres des buildings.

peninsulany1.jpg
Le palace jouit d’une adresse prestigieuse, à l’angle de la 5ème Avenue et de la 55ème rue, à deux pas de Central Park et du Rockefeller. Pour la petite histoire, le groupe Peninsula racheta l’ancien hôtel The Gotham, qui connut son heure de gloire au début du siècle,  pour en faire un temple du luxe mêlant style international et chinois. Le bâtiment de style néo-classique accueille aujourd’hui un bar au dernier étage du building, qu’il ne faut rater sous aucun prétexte.

La carte. Cocktails à 22-24 $, verres de vins à 17-24 $. Nous avons opté pour un verre de Malbec (18 $) et un Chardonnay américain (17 $). Les vins sont corrects, servis avec des amuse-gueules à volonté (malheureusement très mauvais).

peninsulany3.jpg
Quelque soit la saison, la terrasse sur le toit est ouverte et permet de profiter d’une vue à couper le souffle, avec la silhouette imposante de la Trump Tower et des builings voisins. En hiver, les plus téméraires se réchaufferont sous les réchauds pour profiter de cette scène surréaliste. Pour les autres, quelques tables et le comptoir du bar permettent de  boire un verre sans finir frigorifié.

The Peninsula Hotel, 700 5th Avenue, au croisement de la W 55 St. et 5th Avenue, New York

12

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl