Archive | Salons de thé Flux RSS de cette section

Critique – L’autre salon de thé, Toulouse

L'autre salon de thé Toulouse 1

En quelques années, les salons de thé ont poussé comme des champignons dans les rues de Toulouse. Parmi ces récentes adresses, on pourra citer l’Autre Salon de Thé, rue des Tourneurs, proposant de délicieux gâteaux malgré le service pour le moins calamiteux.

La déco. Des papiers peints défraichis vous accueillent dans cette reconstitution d’un manoir anglais. Les tables en bois, les vieux tableaux et les miroirs chinés dans des brocantes alentours se chargent d’ajouter leur touche « old school ».

La carte. Les pâtisseries s’affichent à 5 € et trônent fièrement à l’entrée du salon. Carrot cake, cheese cake, banoffee, tarte pistache ou fruits rouges … il y en a pour tous les goûts. Pour accompagner ces plaisirs caloriques, une belle carte propose également des thés à 4 €.

L'autre salon de thé Toulouse 2

Le verdict. Les desserts servis dans une vaisselle aux motifs floraux sont excellents. Le banoffee est léger, embaumé par sa crème salvatrice, le crumble ne tombe pas dans l’écueil de l’écœurement et le méli-mélo de pâtisseries permet de découvrir quelques classiques de la maison comme la tarte aux framboises ou encore le mille-feuille.

Le service. Serveurs incompétents et patron tyrannique, le programme s’annonce chargé. Le chef enguirlande ses serveurs devant les clients médusés mais cajole son médor. Si seulement les clients n’étaient pas traités comme des cabots …

L’autre salon de thé, 45 rue des Tourneurs, Toulouse

Critique : Kaffeehaus. Salon de thé Rue Poncelet

KaffeeHaus Poncelet 1

Avec les premiers frimas de l’hiver, il est toujours agréable de se réfugier dans un salon de thé devant un bon gâteau. Kaffeehauss est l’adresse tout indiquée pour assouvir cet accès de gourmandise.

Ancienne pâtisserie Stübli, Kaffeehauss a récemment investit les lieux en cherchant à dépoussiérer les gâteaux d’Outre-Rhin. Au programme : forêt noire, Sacher torte et strudels accompagnés de chocolat chaud, jus de fruits et vins allemands / alsaciens.

KaffeeHaus Poncelet 2

La dégustation. Une forêt noire correcte bien que présentant un socle en pâte sablée totalement hors sujet, mais un verre de Gewurztraminer invitant à oublier cet impair.

Kaffeehauss, 11 rue Poncelet, Paris 17

Critique : Fassbender & Rausch. Chocolatier à Berlin.

Fassbener & Rausch 1

Une virée à Berlin ne serait être réussie sans une pause gourmande au célèbre chocolatier Fassbender & Rausch. Située au sud de Unter den Linden, sur Gendarmenmarkt, l’institution attire les gourmands du monde entier.

L’histoire de cette chocolaterie remonte à 1863 lorsque Heinrich Fassbender produisait et vendait ses chocolats à Berlin. Quelques années plus tard, Wilhelm Rausch ouvrait également une confiserie, en 1890. Il fallut attendre 1999 pour que les deux familles décident de s’associer sous le même nom et ouvrent ce qui deviendra l’une plus grandes chocolateries d’Europe : Fassbender & Rausch.

Fassbener & Rausch 3

Au rez-de-chaussée, une boutique rappelant Harrods propose essentiellement du chocolat mais également des articles dérivés allant des bonbons jusqu’à l’ours en peluche. A l’étage, le restaurant est une halte idéale à l’heure du thé. On y vient pour déguster une tourte déclinée en plus d’une vingtaine de saveurs. Le gâteau (3,95 €) est essentiellement composé d’un socle en génoise, une mousse fruitée ou chocolatée, et recouverte d’un coulis ou nappage chocolat. Le tout bien sûr accompagné d’un excellent chocolat chaud.

Fassbender & Rausch, Charlottenstraße 60, Berlin

Ca’Fujiyama – Salon de thé japonais avec patio-jardin à Venise.

Ca'Fujiyama - Salon de thé japonais avec patio-jardin à Venise. dans Coups de coeur cafujiyama-venezia-1

drapeau-francais-jpg-150x91 dans Salons de thé Venise est une ville extraordinaire mais bien souvent cantonnée à ses lieux les plus emblématiques tels la Place Saint-Marc, le pont Rialto ou encore son Grand Canal. Pourtant, la ville recèle de nombreux secrets à l’abri des foules touristiques. Un jardin ombragé, un patio tranquille, un palais méconnu … ces bijoux se découvrent dans les méandres des petites rues pavées.

C’est en passant par hasard dans une des rues étroites du quartier bobo de Dorsoduro près du Campo Santa Margherita, que j’ai découvert cet été le salon de thé japonais Ca’fujiyama. L’idée peut sembler saugrenue : se désaltérer dans un lieu japonais en plein cœur de Venise tient du vice ! Pourtant l’adresse se révèle être un véritable havre de paix avec un délicieux jardin.

Installé au calme, on vient y siroter une limonade ou un thé japonais accompagné d’une glace aux agrumes. Les prix sont doux : 2 € la limonade, 1,2 € le café, 3 € les thés. Le service est attentionné et le lieu accueille également quelques chambres d’hôtes. Un lieu à ne pas manquer lors de votre prochain city trip à Venise !

 cafujiyama-venezia-2 dans Terrasse / Jardin

italie-150x99 dans Voyages Venezia è una città straordinaria ma Venezia non è solo piazza San Marco, Rialto e Canal Grande ma un luogo vasto e sorprendente. La città nasconde tesori segretti distante dalle masse turistiche. Un giardino ombroso, un patio calmo, un palazzo misconosciuto … si scopre una città ricca di gioielli nei meandri dei vicoli lastricati.

Quest’estate, ho scoperto un caffè giaponese Ca’fujiyama in una stretta strada del quartiere borghesi-bohémien di Dorsoduro, vicino al Campo Santa Margherita. E un’oasi di pace con un piacevole giardino.

Si può bere una limonata o un té giaponese accompagnato da un gelato agli agrumi. Non è caro : 2 € la limonata, 1,2 € il caffè, 3 € i té. Il servizio è premuroso ed il luogo ospita anche qualche camera in affitto. Un bell’indirizzo da non mancare !

Calle Lunga de San Barnaba, 2727, Dorsoduro, Venezia

Critique : Café Kousmichoff. Kusmi Tea Champs-Elysées.

Critique : Café Kousmichoff. Kusmi Tea Champs-Elysées. dans Branché cafe-kousmichoff-1

Qu’il est loin le temps où les produits Kusmi Tea n’étaient vendus que dans des épiceries spécialisées comme celles du Bon Marché. Rachetée en 2005 par Sylvain Orebi, la marque en sommeil a bien décidé de devenir le leader mondial du thé. Pour ce faire, la marque multiplie les ouvertures de boutiques (rue de Seine, Champs-Elysées, Avenue de l’Opéra), créé des corners dans les Grands Magasins et confirme sa présence dans les centres commerciaux (Beaugrenelle, Saint-Lazare).

Depuis décembre 2012, Kusmi Tea fait découvrir à une clientèle étrangère son nouveau flagship sur deux étages. Les gourmands peuvent même déguster sur place les produits vendus en magasins, au Café Kousmichoff.

Situé au 1er étage, le Café est une vraie réussite visuelle pour tous les amateurs de décoration. Les architectes d’intérieur ont réussi à créer une atmosphère intime en reprenant l’esprit des appartements bourgeois parisiens avec ses grands volumes et ses parquets en chevrons. Mais modernisé, grâce à un mobilier design et son remarquable bar en marbre donnant à cet espace un esprit hybride à mi-chemin entre le salon de thé et le bar américain. Le salon de thé est so chic, serein et à mile lieux des Champs-Elysées et de leur mercantilisme nauséabond.

cafe-kousmichoff-2 dans Coups de coeur

La carte. La « faim » justifie les moyens : thé gourmand à 15 €, gourmandises venant tout droit de la Pâtisserie des Rêves entre 11 et 13 € et cookies Laura Todd à 4 €, pour les fauchés. La carte propose en outre l’ensemble des thés vendus en vrac dans la boutique à 7 €. Il est également possible de déjeuner en commandant des assiettes légères entre 24 et 33 € ou encore des spécialités russes (bortsch, pirojki ou koulibiac).

Faut-il y aller ? Moi blogueur, j’aime les thés Kusmi. Moi blogueur, j’aime les décorations d’intérieur chiadées. Moi blogueur, j’aime les contrastes « écrin de tranquillité » versus « torpeurs des Champs-Elysées un samedi après-midi ». Bref, j’aime cet endroit.

Café Kousmichoff, 71 Avenue des Champs-Elysées, Paris 8

Critique : Les Etangs de Corot. A l’heure du thé.

Critique : Les Etangs de Corot. A l'heure du thé. dans Salons de thé etangs-de-corot-2

Le parisien réclame de temps à autre une once de douceur en partant s’isoler dans les environs de la capitale. Son choix n’est pas bien vaste mais il peut compter sur les environs de Versailles pour satisfaire ses envies d’exode. Aux Etangs de Corot, l’excursion permet d’allier promenade au bord de l’eau et goûter dans un environnement feutré.

etangs-de-corot-3 dans Sorties

Le bar propose une formule thé à 9 € avec une pâtisserie et une boisson chaude. Ce jour-là, notre béguin se tourna vers ce chou façon Paris Brest accompagné d’un cappuccino. Un petit plaisir gourmand avant de repartir vers la torpeur parisienne.

Les Etangs de Corot, 55 rue de Versailles, Ville-d’Avray

Critique : Gouter au Meurice. Le luxe à la dérive.

Critique : Gouter au Meurice. Le luxe à la dérive. dans Luxe gouter-au-meurice

Nouvelle expérience en demi-teinte au salon de thé du Meurice. Le service fut longuet, esquivant manifestement les demandes des clients. Les pâtisseries saturaient de sucre et les tables en marbre hautes de 50 cm nous ont valu quelques bleus aux jambes. Mais la pause sucrée fut surtout l’occasion de découvrir la nouvelle clientèle des palaces : baskets& joggings, hommes ne retirant pas leur béret en entrant et suivant leur ventre bedonnant, rombières écrasées par le poids de leur Vuitton et mâchouillant élégamment leur chewing-gum. Ah la la, je n’arriverai jamais à m’y faire …

City Guide Saint-Petersbourg. Bonnes adresses et plans foireux.

City Guide Saint-Petersbourg. Bonnes adresses et plans foireux. dans Salons de thé saint-petersbourg

Dans une ville meurtrie par le froid, il est d’usage d’écumer les salons de thé saint-pétersbourgeois pour se faire cajoler par des douceurs sucrées. Malheureusement, il faut accepter le service fielleux et souvent rustre de ces maisons. Le touriste n’est pas apprécié et s’avère le terrain de jeux favori des russes pour exercer leur talent de roublards.

astoria-st-petersburg dans Salons de thé

ASTORIA HOTEL (Астория Отель)

L’Astoria est un palace datant du début du siècle, membre des « Leading Hotels of the World ». Contigu à l’hôtel d’Angleterre, l’hôtel fait face à la célèbre cathédrale Saint-Isaac.

Le thé se prend au Bar La Rotonde, dans une belle salle boisée où trônent fièrement d’imposants samovars. Les lustres anciens se chargent de diffuser une lumière presque passéiste.

Formule thé à 1150 RUB pas vraiment intéressante au vu de la qualité des pâtisseries et de leur variété. Il vaut mieux prendre une boisson chaude accompagnée d’un petit gâteau. Le chocolat chaud (420 RUB) est à se damner, avec sa crème fraiche ajoutant une touche encore plus onctueuse. La forêt noire qui l’accompagne (250 RUB) est quant à elle un peu décevante.

Bar La Rotonde de l’Hôtel Astoria, Bolshaya Morskaya ulitsa 39

sever-st-petersburg

SEVER (КОНДИТЕРСКАЯ СЕВЕР)

Sever est une célèbre pâtisserie de la Perspective Nevsky qui eut son heure de gloire durant l’ère soviétique. Aujourd’hui malheureusement, l’adresse se repose sur ses lauriers et les gâteaux ne sont pas aussi bons que beaux. La maison n’en reste pas moins fréquentée par de nombreux saint-pétersbourgeois à l’heure du thé.

Sever, Nevsky Prospekt 44

singer-st-petersburg

CAFE SINGER (КАФЕ ЗИНГЕРЪ)

Le Café Singer est installé au 1er étage du bâtiment Singer, édifice construit par le célèbre fabricant de machines à coudre pour en faire à l’époque sa vitrine publicitaire. Aujourd’hui, l’immeuble abrite la principale librairie de Saint-Pétersbourg ainsi que le café Singer qui jouit d’une vue extraordinaire sur la Perspective Nevsky, le canal Griboedov et Notre-Dame-de-Kazan. Jusqu’à 23h, il est possible de savourer un gâteau comme le carrot cake – en photo – accompagné d’un thé. Prix assez élevés.

Café Singer, Nevsky Prospekt 28

grand-hotel-europe-st-petersburg

GRAND HOTEL EUROPE (Гранд Отель Европа)

Le célèbre Grand Hotel Europe dispose d’une annexe de l’autre côté de la rue Mikhaylovskaya, dédiée à la vente de places de spectacles (concerts, théâtres, opéras, etc.). Le lieu est également occupé par un café qui propose un beau choix de gâteaux, thés et chocolats chauds. Un endroit idéal pour prendre un petit-déjeuner rapide dans un cadre moderne et paisible.

Café du Grand Hotel Europe by Orient Express, Mikhaylovskaya ulitsa 1/7

taleon-imperial-hotel-st-petersburg

TALEON IMPERIAL HOTEL (Талион Империал Отель)

Le Taleon fait partie avec le Grand Europe des grands palaces de Saint-Pétersbourg. Construit au XVIIIe, le palace se caractérise par ses grandes colonnades supportées par de vaillants atlantes. Le lobby mérite à ce titre le détour, mais il n’est pas vraiment conseillé de consommer sauf si vous aimez fréquenter des nouveaux riches élevés comme des sagouins. En outre, addition dispendieuse.

Hotel Taleon Imperial Hotel, Moika Embankment 59

Critique : Café Serpente. Chartres cathédrale. Lorsque le vilain canard devient princesse.

Critique : Café Serpente. Chartres cathédrale. Lorsque le vilain canard devient princesse. dans Coups de coeur Serpente-Chartres

Voici une bien belle histoire. Tout a commencé lorsque j’ai publié le 7 Août 2009, un article sur le Bistrot de la Cathédrale, où je comparais le dit bistrot au Café Serpente, juste en face, en disant que le premier était bien meilleur que le second. J’accusais même le Café Serpente de servir un tartare, plus que baveux. J’avoue y être aller un peu fort. Ces belles paroles me valurent les échanges acerbes suivants :

  • M. Eric Bernard, Directeur du Café Serpente, le 3 septembre 2009

« Dès que vous passez à Chartres, ayez le courage de passer me voir, c’est trop facile de se cacher derrière l’écran de votre ordinateur. Le vrai courage c’est face au gens, ce n’est pas à la portée de tout le monde. »

  • M. Eric bernard, Directeur du Café Serpente, 25 Mai 2010

« J’aimerais bien rencontre le personnage qui a fait l’article. Tel moi merci. »

  • Gastro, un serveur au Café Serpente, 11 Février 2011

« Moi le serpente j’y suis passé, c’est très sympathique dans l’esprit brasserie salon thé. On a à faire à des gens bosseurs qui ne se prennent pas la tête, c’est sûrement la raison qui fait que vous, messieurs, vous ne vous sentez pas à votre place… »

  • Gastro, un serveur au Café Serpente, 22 Mars 2011

« Alors la prochaine fois que vous venez à Chartres, passez par chez nous et osez vous présentez car aujourd’hui il est devenu simple d’établir des critiques afin d’influencer une certaine population. »

Chartres dans Restaurants

D’humeur facétieuse, j’ai voulu revenir au Café Serpente, par pure conscience professionnelle. Et réessayer en particulier, leur tartare. Le rendez-vous fut pris, un soir d’Avril 2012. Première impression : la déco a subi un lifting bénéfique et le salon de thé s’est émancipé en véritable restaurant. Seul regret, la disposition des tables qui ne fait pas la part belle aux couples. Vaut mieux être en groupe, car impossible sinon de pouvoir profiter de la vue sur la cathédrale (la table en entrant à droite n’est réservée qu’aux grandes tablées).

La carte. Prix très parisiens avec un steak tartare à 16,5 € et des plats de brasserie à 16-18 €. Les desserts oscillent entre 6,7 et 7,9 €.

Les plats. Je suis admiratif, mes odieuses critiques sur le tartare ont été écoutées religieusement : le tartare qui me fut servi ce soir-là fut tout simplement excellent. Assaisonnement équilibré, frites croustillantes et belle assiette. A. avait quant à elle pris le plat du jour, il fut tout aussi bien cuisiné.

Le service. Aimable et souriant.

Faut-il y aller ? Et bien, oui. Les plats sont réussis, le cadre sympathique et les serveurs, contents d’accueillir leurs clients français et étrangers. Sans oublier la terrasse au pied de la cathédrale et sa superbe vue. Je ferai donc acte d’apostasie en abandonnant cette idée pourtant bien ancrée dans la tête des chartrains : le café Serpente est une bonne adresse.

Café Serpente, 2 Cloître Notre-Dame, Chartres

Critique : Thé Cool. Salon de thé Paris 16. Cheese cake.

Critique : Thé Cool. Salon de thé Paris 16. Cheese cake. dans Coups de gueule The-Cool-2

Les salons de thé tenus par des indépendants se comptent aujourd’hui sur les doigts de la main. Difficile en effet de résister aux mastodontes tels que Angelina et Ladurée, rachetés tous deux par des groupes français.

La survie est donc difficile et la tentation alléchante de pratiquer des prix très « wahou » justifiés par un savoir faire « maison ». En plus de prix élevés, ces maisons souffrent d’une déco à bout de souffle. Pour le même prix, 7 ou 8 €,  vous seriez en train de déguster une pâtisserie plus sophistiquée chez Dalloyau ou même Lenotre.

The Cool, a décidé d’enchainer tous les pensums de la mauvaise adresse : déco digne d’un pressing, personnel mal aimable, froid de canard dans la salle, desserts hors de prix et qualité plus que moyenne. Sans parler du service omniprésent, pour ne pas dire oppressant, avec pas moins de cinq personnes pour cinq tables occupées (mieux qu’un palace !).

The-Cool-1 dans Salons de thé

La carte et la dégustation. Sodas à 4,5 €, thés à 6,5 € et gâteaux à 8 €. Le coca est servi en canette, selon la tradition des afternoon tea anglais. Le thé est plutôt correct mais le cheese cake est un véritable étouffe-chrétien. La maison Thé Cool se trouve dans un dilemne kafkaïen. Il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité. Oui, mais il n’est pas décent de proposer un gâteau à 8 € s’il n’est pas un minimum roboratif. Avez-vous trouvé la solution à ce cercle vicieux ?

The Cool, 10 rue Jean-Bologne, Paris 16

12345...8

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl