Archive | Sorties Flux RSS de cette section

Vitrines de Noël Galeries Lafayette, Printemps édition 2009, photos.

Excellente surprise cette année en découvrant les vitrines de Noël des
grands magasins du Boulevard Haussmann. Après des années d’étalages purement commerciaux, où Noël rimait avec business, le Printemps et les Galeries Lafayette semblent bien décidés à renouer avec l’esprit féerique de Noël.

vitrines1.jpg

Retour des chants traditionnels en version remasterisée, exit les tubes de Madonna en fond sonore. Retour des belles peluches, adieu les playmobil ou poupées Barbie.
Aux Galeries Lafayette, les nounous font un retour fracassant dans les vitrines. Les peluches moelleuses jouent, tombent, tentent de grimper dans des coupes de champagne, font la cuisine, se cachent dans les ustensiles de cuisine. Les spaghettis qui reposent dans la passoire sont en argent, les donuts géants du garde-manger sont en or.
Le travail minutieux des marionnettistes est remarquable.
vitrines2.jpg

vitrines3.jpg

vitrines4.jpg

Du côté du Printemps, les vitrines sont un peu moins réussies. Cette année,
le magasin nous emporte dans l’hiver russe. Les décors sont soignés
mais les marionnettes ressemblent à des épouvantails. De grandes matriochkas dissimulent des marionnettes habillées en Dior et Chanel.
Pas forcément très appréciées par les enfants …
vitrines5.jpg

Enfin, le sapin des Galeries est toujours aussi impressionnant. Cette
année les grandes boules suspendues à l’intérieur de la coupole ont été
remplacées par de gigantesques cadeaux.

Les grands magasins auraient-ils enfin délaissé leur côté bling-bling pour renouer avec la magie des fêtes de fin d’année ? On dirait que oui ! 
vitrines6.jpg

Ballet Joyaux à l’Opéra Garnier, chorégraphie Balanchine, costumes Lacroix

operajoyaux3.jpg

Plus que quelques jours pour assister au ballet Joyaux de l’Opéra de Paris chorégraphié par le célèbre George Balanchine. Ce ballet triptyque résume le parcours du chorégraphe à travers trois tableaux.

Le premier: Émeraudes, sur les notes de Pelléas et Mélisande de Fauré. Probablement, le passage le plus soporifique du ballet.  La chorégraphie tout comme la musique manque de rythme et on nage en plein dans le cucu tartouille. Les costumes pourtant signés Lacroix ne rattrapent pas ce tableau un peu fade. Le vert émeraude des costumes portés par les danseurs et danseuses n’est pas un choix très judicieux.

operajoyaux2.jpg
Le deuxième tableau Rubis, est plus enjoué. Sur une musique de Stravinsky, l’atmosphère est canaille avec des danseuses habillées en rouge sang façon cabaret.La chorégraphie décolle enfin et on s’éloigne progressivement de l’ennui du premier acte.

operajoyaux1.jpg
Mais le 3ème tableau Diamants signe le retour de la guimauve avec  une chorégraphie un peu molle, sur une musique pourtant entraînante de Tchaikovski.Les décors minimalistes de Lacroix sont décevants.On s’attendait à des couleurs chatoyantes, à l’univers de ce maître de la haute couture. Au lieu de ça, on se retrouve avec de simples éclairages de fond et une structure métallique accrochée au plafond pour le dernier tableau.

operajoyaux4.jpg
Heureusement, La grâce et le niveau des danseurs de l’Opéra de Paris redonnent un peu d’épaisseur à ce spectacle.

Joyaux, Opera Garnier, à 19h30, jusqu’au 18 novembre 2009

 

Grotte des Demoiselles : l’une des plus belles grottes de France.

Située dans la vallée de l’Herault, la Grotte des Demoiselles fait partie d’une des plus belles grottes de France. Découverte en 1889 par le célèbre spéléologue E-A. Martel, elle est ouverte au public depuis 1931.On y accède aujourd’hui par un funiculaire (la descente peut se faire en empruntant l’escalier de plus de 300 marches).

Au cours de la visite on découvre notamment l’aven où étaient passés les spéléologues lors de la découverte de la grotte. Puis, on aboutit au clou du spectacle : la cathédrale. Une salle magnifique de plus de 60 mètres de haut, avec des stalagmites et stalactites impressionnantes. Il n’y a pas assez de mots pour décrire la beauté du lieu. La salle donne l’impression de se retrouver dans un film de science-fiction,comme dans les entrailles de la terre. La pierre est magnifiquement mise en valeur par un éclairage savamment étudié.

La visite dure 1h15 avec un guide expérimenté qui vous explique l’histoire de la grotte et vous promène sur plus d’1km et 500 marches. A l’intérieur, il fait 14 degrés, prévoyez donc une petite laine. Pas besoin pour autant de chaussures de randonnée, vous ne partez pas pour une expédition dans le cercle polaire. Le parcours est aménagé et, en été, la grotte est sèche. Vous pouvez donc garder votre paire de tongs aux pieds.

Petit coup de gueule pour finir : la grotte devrait être interdite aux enfants en bas âge. La visite est gâchée par d’incessants gémissements de gamins mal élevés devant des parents hagards qui regardent leur enfant pleurnicher avec un intérêt tout relatif.

Grotte des Demoiselles, à proximité de Ganges, Herault
entrée 8,90 €, venir le matin pour éviter plusieurs heures de queue

Deauville, Trouville et Honfleur, petit guide et photos. Festival de cinéma américain 2009.

A l’occasion du 35ème festival du cinéma américain de Deauville qui se déroulera du 4 au 13 Septembre 2009, je vous propose toute une série d’articles sur cette charmante station balnéaire, ses cafés et ses restaurants. Sans oublier sa concurrente Trouville, et la très pittoresque Honfleur.

Commençons par une petite visite de la ville et de ses environs, en photos :

deauville1.jpg

En vous promenant sur les planches, célèbre promenade du bord de mer deauvillais, vous remarquerez la silhouette de deux palaces appartenant au groupe Barrière. A gauche, le Royal accueillant les acteurs lors du festival de cinéma. L’intérieur est luxueux et la salle de déjeuner est magnifique. Un bon endroit pour prendre un verre dans la journée. A droite son concurrent qui loge les membres du jury du festival : le Normandy. Probablement le plus connu et le plus glamour, l’intérieur n’en reste pas moins vieillot. Les chambres « premiers prix » sont des placards à balais, parait-il. Si vous souhaitez vous offrir une chambre dans l’un de ces palaces, préférez le Royal.

deauville4.jpg

Continuons notre chemin en s’enfonçant dans la ville. Derrière le casino Barrière vous trouverez toutes les boutiques de luxe : Vuitton, Hermès, Ferragamo etc. La promenade « luxueuse » continue le long de la rue Eugène Colas qui remonte jusqu’à l’hôtel de ville (en photo, ci-dessus) puis se termine sur le coeur de Deauville : la place Morny.

Continuons notre promenade vers Trouville. Après avoir traversé la Touques, on découvre une ville à l’ambiance complètement différente. Clientèle hétéroclite, ambiance moins jet-set, maisons sur le bord de mer plus proches de l’eau, plages moins étendues … Trouville a ses adeptes, d’autres la snobent conscencieusement au profit de Deauville.

deauville2.jpg

Trouville c’est aussi ses nombreux restaurants plus ou moins touristiques, dont le célèbre « Les vapeurs » fréquenté par de nombreux acteurs mondialement connus. Les prix sont assez élevés et les tables sont collées les unes aux autres de manière un peu ridicule, comme le montre la photo de droite.

deauville6.jpg
Trouville est aussi connue pour son marché de poissons. Malheureusement la superbe halle en bois est en restauration après avoir subi deux incendies successifs. Vous pouvez y trouver des soupes de poissons excellentes et des crevettes très fraiches. Un conseil, achetez-vous quelques crevettes et autres crustacés, complétez par une bouteille de vin blanc judicieusement choisie, et vous vous concocterez un repas esquis (voir photo).

deauville3.jpg
Après cette halte gastronomique, continuons notre visite le long de la mer. Sur la gauche, les Roches Noires, ancien palace fréquenté par Proust aujourd’hui transformé en partie en appartements à louer. Les autres maisons sont magnifiques et typiques de la région (photo de droite).
deauville5.jpg

Finissons notre voyage par Honfleur, à une vingtaine de kilomètres en voiture de Deauville. La route côtière entre les deux villes est magnifique. La vue sur le port de Honfleur est bucolique avec ses dizaines de bateaux à voile amarés le long des restaurants.

Deauville, accessible en train à partir de la Gare Saint-Lazare, 2h de trajet

ou par autoroute (A13) en 2h également

 

Série Les Golfs d’Eure-et-Loir : Golf du Perche.

golfperche1.jpg

Voici un golf très vallonné, au milieu de la campagne percheronne et de ses reliefs en bocage.
A 1h30 à l’Ouest de Paris et à quelques kilomètres seulement de Nogent le Rotrou, ce golf de 18 trous propose un parcours accidenté aux nombreuses difficultés techniques. Pour tout vous dire, il n’y a pas un trou où il est possible de jouer véritablement à plat, cela pourra donc dérouter les débutants. L’environnement du golf est agréable entre les plans d’eaux et les grands espaces boisés de pommiers et de chênes.

golfperche3.jpg
N’hésitez pas à prendre une voiturette si vous faites un 18 trous, ce parcours sportif requiert une grande forme physique. Seul reproche que l’on pourrait faire à ce golf, les voiturettes à essence sont épouvantables. L’air de la nature est gâché par les gaz d’échappement d’une golfette bruyante et polluante. A quand des voiturettes électriques ?

golfperche2.jpg
Prix : (il n’est pas nécessaire d’avoir un handicap)
18 trous : 36 € en semaine, 48 € le w-e,
9 trous : 26 € en semaine, 33 € le w-e,
voiturette : 22 € pour 9 trous, 30 € pour 18 trous

Golf du Perche, La vallée des Aulnes, 28400 Souancé au Perche

Série Les Golfs d’Eure-et-Loir : Golf du Château de Maintenon.

golfmaintenon.jpg
Le golf de Maintenon est sans conteste le plus beau golf du département. Parsemé de plans d’eau, d’arbres centenaires et de bunkers un brin filous, ce golf vous permettra d’améliorer sensiblement votre jeu. Avec le privilège de jouer devant le magnifique château de Maintenon datant du Moyen-Age (terminé à la Renaissance) et surtout le long de l’aqueduc en ruine sur lequel se sont aujourd’hui installés de grands pins parasols. Projet pharaonique conduit par Vauban, il devait alimenter les fontaines du château de Versailles en allant puiser l’eau depuis l’Eure, mais les guerres de Louis XIV interrompirent le projet qui n’aboutit jamais.

A moins d’une heure de Paris, entre Rambouillet et Chartres, le golf de Maintenon propose un beau parcours de 18 trous s’étendant sur plus de 5 km, avec un par 70 et un restaurant, dont la nourriture est malheureusement très moyenne. Penser à réserver une voiturette le week-end, elles sont souvent prises d’assaut. Il vaut mieux venir en semaine, vous éviterez ainsi les départs minutés du week-end, ce qui n’est pas forcément très agréable compte-tenu des prix très élevés.

Prix : (pas besoin d’handicap pour jouer)
18 trous : 38 € en semaine, 64 € le w-e,
9 trous : 25 € en semaine, 38 € le w-e,
practice 4€
location de clubs 20€ (pour une série complète)
voiturette : 22 € en semaine, 30 € le w-e

Attention le practice et le resto ne sont pas ouverts le mardi


Golf du Château de Maintenon, Route de Gallardon, 28130 Maintenon

Critique : Musée de la Vie Romantique, un havre de paix, musée gratuit.

romantique2.jpg
La dernière tendance parisienne pour attirer les gens dans les musées ? Installer une cafétaria avec une belle terrasse au soleil voyons ! Prenez le musée Rodin et son paisible jardin ou encore le musée Jacquemart-André et son très chic salon de thé sans oublier le restaurant les Ombres du Musée du Quai Branly … la cafét de musée est devenue tendance.
Dans le même esprit, le musée de la vie romantique a suivi le pas et offre aujourd’hui un agréable jardinet avec quelques tables entre ombre et soleil.

L’entrée du musée est discrète, il faut traverser un couloir étroit avant d’arriver au « check point » tenu par un homme très gentil qui vous guide et vous montre l’accès du musée et de la buvette. Il est midi pile, nous la jouons stratégique en allant d’abord déjeuner. Les meilleures places au soleil sont déjà prises mais il reste encore une ou deux places mi-ombre mi-soleil. Il faut se servir soi-même à l’intérieur d’une belle véranda en fer forgé peinte en vert foncé. Plusieurs formules sont proposées : tarte (ou cake salé)  + mesclun à 11€, tarte (ou cake salé) + salade cuisinée à 12€, 16 € si vous rajoutez une tarte sucrée en guise de dessert.
Si vous n’avez pas très faim, vous pouvez toujours vous rabattre sur la formule « heure du thé » comprenant un thé et une pâtisserie (10 €), quelque soit l’heure de la journée.

romantique1.jpg

Verdict. La salade aux lentilles et la tarte aux poireaux sont correctes, mais on regrettera le service en plastique : des verres en passant par les couverts et les assiettes.
Quant au reste, la citronnade (3 €) est trop acide, la tarte rhubarbe l’est tout autant et la salade mesclun et fruits secs lie l’amertume avec l’acidité. Décidément, un repas que l’on pourrait qualifier de très « détartrant ».

Pour terminer, nous avons voulu prendre notre café sur l’une des tables où étaient déjà installés des gens en plein soleil, sur le côté gauche du musée. Mais lorsque les places se sont libérées, une autre personne est arrivée pour plier les chaises et ranger les tables avec une rapidité déconcertante tout en nous répondant froidement « ces tables sont réservées pour les membres du musée ». Autrement dit, ces messieurs se gardent les meilleures tables au soleil, et le « peuple » est relégué à l’ombre dans le potager. C’est toujours agréable …
Sur ce, nous avons finalement visité le musée. Soyons franc, il n’y a pas grand chose à voir et le musée est un prétexte pour venir déjeuner dans le jardin. La maison a du charme et ressemble un peu à l’une de ces villas cannoises avec ses volets vert pomme. Si vous êtes dans le quartier, n’hésitez pas à venir boire un verre et jeter un coup d’oeil au musée gratuit.

Musée de la vie romantique, 16 rue Chaptal, Paris 9ème
(venir à 12h pour être sûr d’avoir une place)

Musée Rodin, rue de Varenne.

rodin1.jpg

Paris regorge de trésors insoupçonnés. Le jardin du musée Rodin dans le 7ème fait partie de ces lieux pleins de charme jalousement protégés par des murs épais et des grilles opaques qui l’entourent.
L’accès se fait 79 rue de Varenne dans un bâtiment néo-gothique fraîchement rénové avec de belles structures en verre, alliant modernisme et tradition.
Le musée est installé dans un très bel hôtel particulier du XVIIIème siècle : lustres, glaces tachetées par la vieillesse, escaliers en pierre, parquet rafistolé par des bouts de planches et fenêtres grandes ouvertes sur le magnifique jardin et ses grands arbres. Les oeuvres de Rodin et de Claudel sont exposées au rez-de-chaussée et au premier étage. On y retrouve le célèbre baiser et les bourgeois de Calais version miniature. Le penseur est quant à lui dans le jardin, et les bourgeois grandeur nature se contemplent au fond du jardin, près de la rue de Varenne.

rodin2.jpg
Une fois la visite terminée, on prolonge sa promenade dans le jardin de l’hôtel particulier. Immense et fleuri avec goût, le jardin est entouré par des allées d’arbres et finit sur un plan d’eau circulaire. Le lieu est magique et parfaitement calme, on se croirait à la campagne. Sous les arbres touffus ont été installées une cafétéria et quelques tables. Leur muffin pépites de chocolat (3 € environ) est excellent. Attention cependant aux pâtisseries, la religieuse au caramel et les tartes aux fruits sont à 7 € (elles ont cependant l’air délicieuses). Bref ce jardin est un petit coin de paradis et le musée mérite d’être vu pour admirer les oeuvres remarquables de Rodin et de Claudel.

Musée Rodin, 79 rue Varenne, Paris 7ème

métro : Varenne (ligne 13)Entrée 6€ (musée + jardin), entrée jardin seule 1€
gratuit pour les étudiants U.E de moins de 25 ans, moins de 18 ans

Fleuriste Yoshika Yamamoto, rue Vavin.

                 photo068640x480.jpg

Dans la très chic rue Vavin se trouve un charmant fleuriste tenu d’une main de maître par la japonaise Yoshika Yamamoto. La boutique est exiguë mais les odeurs enivrantes viennent frapper les badauds dans la rue et les attirent irrésistiblement vers l’intérieur. Ses compositions florales associent le charme et le chic français avec la rigueur asiatique et l’esthétisme de l’Orient. Une beauté presque picturale qui ne manque pas de goût.
Les fleurs sont de qualité. Vous n’avez qu’à voir et sentir ce fabuleux muguet acheté le 1er Mai et cet emballage méticuleusement préparé avec patience par la fleuriste. Sans parler de ces pivoines, éblouissantes et majestueuses.
Qualité oblige, les prix sont assez élevés. Mais quand on n’aime, on ne lésine pas sur les moyens. Une adresse à garder précieusement dans son agenda.

Fleuriste Yoshika Yamamoto, 13 rue Vavin, Paris 6ème

Exposition Bijoux Art-Déco et avant-garde.Musée Arts Décoratifs.

artsdecoratifs.jpg

Petit article pour vous informer de l’exposition qui se tient au Musée d’Arts Décoratifs jusqu’au 12 Juillet 2009. L’occasion de découvrir de magnifiques bijoux style Art-déco et avant-garde exposés dans la nef du musée. L’expo est illustrée de photos d’époque et d’ébauches de bijoux sur papier. A noter la présence de magnifiques boîtes à cigarettes, reflétant le goût de l’époque pour les couleurs et la géométrie. A la fin de la visite, profitez-en pour visiter les autres étages du musée sans manquer ses fabuleux meubles Art-Déco.

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1er

Exposition Bijoux Art-Déco et avant-garde. Jean Desprès et les bijoutiers modernes.Jusqu’au 12 Juillet 2009

12345...7

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl