Archive | Terrasse / Jardin Flux RSS de cette section

Critique : Rooftop Pullmann – 180 Only.

Critique : Rooftop Pullmann - 180 Only. dans Bars & Cafés pullman-tour-eiffel-180-only-1

Après une ouverture timide, le bar/restaurant éphémère de l’hôtel Pullmann commence à faire parler de lui. Le concept surfe sur la mode de l’éphémère en s’installant au 10ème et dernier étage de l’hôtel jusqu’au 7 juillet 2013. 180, comme 180 jours d’ouverture prévus du 7 janvier au 7 juillet. Le restaurant sera ensuite transformé en salle de séminaires avec création d’un toit-verrière.

En attendant, vous pouvez profiter d’une vue remarquable sur la Tour Eiffel bien qu’un peu encaissée. Aux beaux jours, le balcon filant permettra à quelques chanceux de jouir de cette vue si singulière.

pullman-tour-eiffel-180-only-2 dans Restaurants

L’endroit. Un bar proposant des cocktails à 18 € qui se dégustent sur le devant de la scène et un restaurant légèrement en retrait qui propose une carte assez ennuyeuse. Le lieu manque terriblement de chaleur et ressemble à tous ces hôtels Accor qui souffrent du syndrome du « hall d’aéroport ». Le mobilier est cheap, l’endroit n’est pas vraiment cosy, mais l’hôtel veut jouer dans la cour des grands.

pullman-tour-eiffel-180-only-3 dans Rooftops

La cuisine. Des plats entre 20 et 36 €, des tapas très copieux à 26 € et une carte de snacking des plus classiques (salade césar, cheeseburger, steak tartare, club sandwich entre 18 et 21 €). La cuisine sent bon l’assemblage de produits Sodexo, dommage. Pourtant le service, endimanché et empoté, semble vouloir rendre le lieu « trendy ».

Côté desserts (13 €), on aurait aimé plus de saveur et d’originalité.

pullman-tour-eiffel-180-only-4 dans Terrasse / Jardin

Faut-il y aller ? La vue panoramique a ses raisons que le cœur n’a pas.

180 Only, 22 rue Jean Rey, Paris 15

Critique : Le Safran, Hôtel du Collectionneur (ex Hilton Arc de Triomphe).

Critique : Le Safran, Hôtel du Collectionneur (ex Hilton Arc de Triomphe). dans Luxe le-safran-1

Le quartier Monceau est souvent, à tort, délaissé par les parisiens. Principalement résidentiel, le district regorge pourtant de bonnes adresses méconnues installées dans un no man’s land apparent. Le Safran de l’Hôtel du Collectionneur en fait partie.

Le restaurant est situé au sein de l’ex-hôtel Hilton et de sa superbe architecture Art Déco. A la belle saison, l’établissement offre une terrasse idyllique sous les doux rayons du soleil.

Le cadre. Après avoir franchi le lobby monumental de l’hôtel, on découvre un boudoir suranné avec son éclairage « entre chien et loup », ses moquettes épaisses et ses tables espacées. La clientèle est étonnement chic à une époque où les gens semblent oublier les règles les plus élémentaires de bienséance vestimentaire.

le-sagran-2 tag3 dans RestaurantsLa carte. Entrées à 20 € environ, puis plats à 30-40 € (lotte, coquilles Saint-Jacques, pièces du boucher, t-bones ou encore tartare de bœuf). La carte surfe sur la mode pompeuse des grands restaurants qui affichent leurs plats par nom de produit : la lotte, le veau, la poire, la fraise etc.

Nous jetons notre dévolu sur la lotte et sur la pièce du boucher qui fut ce jour-là une belle entrecôte. Avant de débuter le spectacle, une mise en bouche vient jouer le prélude en proposant quelques bouchées de foie gras servies avec du pain de campagne excellent.

Les plats. La lotte est excellente ; le poisson fondant est servi sur un lit de potiron et une émulsion de sauce blanche. On regrettera cependant les portions un peu chiches. Quant à l’entrecôte, la viande fut excellente, servie avec des sauces béarnaise et poivre faites maison.

le-safran-3 dans Terrasse / Jardin

Les desserts. Pour conclure ce repas digne d’un resto étoilé, le dessert vient réclamer les applaudissements (14 €). La composition au chocolat avec de délicieuses boules au chocolat était enrobée d’une mousse cacaotée au lait, le tout déposé sur une tranche de nougatine et décoré d’une lamelle de chocolat aux noisettes.

Faut-il y aller ? Inutile de venir diner au Safran pour boustifailler sans chichi. Au contraire, la table est parfaite pour un repas d’affaires ou pour ceux qui souhaitent se laisser bercer par la douce musique des plats savamment mijotés.

Le Safran, 51-57 rue de Courcelles, Paris 8

Critique : Le Patio de la Table Ronde. Rue Pargaminières. Toulouse.

Critique : Le Patio de la Table Ronde. Rue Pargaminières. Toulouse. dans Restaurants la-table-ronde-toulouse-1

Une adresse toulousaine de plus proposant un agréable patio entouré de murs en briques rouge, et d’un grand arbre apportant fraicheur à cette cour méridionale. Au menu, des brochettes et des grillades pour satisfaire des petites envies carnassières.

La Table Ronde - Toulouse 2

 Les plats. Des brochettes de bœuf (14 €) succulentes mais des côtelettes d’agneau (14 €) un peu décevantes. Bonne sauce au poivre mais frites un peu mollassonnes.

la-table-ronde-toulouse-3 dans Terrasse / Jardin

Les desserts. Plutôt corrects (dans les 6 €) avec une panna cotta servie avec coulis de fruits rouges et une crème caramel faite maison.

Le patio de la Table Ronde, 59 rue Pargaminières, Toulouse

Critique : La Brasserie. Saint-Raphael. Patio jardin.

Critique : La Brasserie. Saint-Raphael. Patio jardin. dans Restaurants La-Brasserie-St-Raphael-1

Avec sa belle terrasse noyée dans la verdure, la Brasserie propose une halte gastronomique agréable au cœur de Saint-Raphaël. Les plats sont de bonne facture et les produits proviennent du marché voisin.

L’arrivée. Un accueil mi-figue mi-raisin, confirmant le manque d’amabilité de trop nombreux restaurateurs de la Côte d’Azur. Nous avions passé un coup de fil une heure avant pour prendre la réservation, mais le serveur osa nous répondre qu’il n’avait plus de places à notre arrivée. Le restaurant invente donc le principe de la réservation qui n’en est pas une. Au risque de vous faire poireauter sur place plus d’une heure …

La-Brasserie-St-Raphael-2 dans Terrasse / Jardin

Le lieu. Très agréable le soir, avec cette terrasse sur plusieurs niveaux et son éclairage tamisé.

La carte. Prix plutôt raisonnables avec des entrées à 7-8 € et des plats dans les 16-22 € : aïoli à 17,9 €, daurade rôtie au four à 19,8 €, magret de canard à 22,5 €, farcis à 15,8 € ou encore fricassée de sot l’y laisse à 16,6 €. Desserts à 6-7,5 €.

La-Brasserie-St-Raphael-3

Les plats. Le pavé de thon albacore grillé à la provençale (17,2 €) confirma les échos que nous avions pu entendre à propos du restaurant : la cuisine est de bonne facture et les produits sont soigneusement sélectionnés. Idem pour le tartare de bœuf charolais coupé au couteau (15,9 €). Les frites manquaient peut-être un peu d’entrain mais les pauvres avaient la volonté de plaire.

Faut-il y aller ? Evidemment, nonobstant l’accueil un peu bourru. Les plats sont de qualité et les prix se tiennent parfaitement.

La Brasserie, 6 avenue de Valescure, Saint-Raphael

bouteilles de vin à 17-28 €, demi-bouteilles à 13-17 €

Cityguide : Quelques adresses à Barcelone. Bars et restaurants. Bons plans.

Cityguide : Quelques adresses à Barcelone. Bars et restaurants. Bons plans. dans Bars & Cafés Restaurant-La-Pedrera-Barcelone-1

Lors de mon dernier séjour à Barcelone (août 2012), j’ai dégoté pour vous quelques adresses de restaurants, dont certaines méritent vraiment le détour. Voici ces découvertes :

Café Milà « La Pedrera », Passeig de Gràcia 92

Un restaurant installé au 1er étage du musée de la Pedrera, l’une des deux maisons chefs-d’œuvre de l’architecte Gaudi. La décoration de la salle reprend l’esprit tourmenté de Gaudi avec son plafond ondulé tel des vagues déchainées en pleine mer. L’ensemble est chic – très début du siècle – et jouit d’une belle vue sur le Passeig de Gràcia.

Restaurant-La-Pedrera-Barcelone-2 dans Restaurants

Les plats. Une assiette de poissons fumés et crudités (14,5 €) absolument divine et une escalivada proposant des sardines grillées sur un lit de légumes (11,5 €). Les plats sont très fins, la cuisine est de grande qualité.

Restaurant-La-Pedrera-barcelone-3 dans Terrasse / Jardin

Les boissons. Une bière Estrella à 5,5 € servie dans une grande bouteille accompagnée de son seau à glaçons. La fameuse bière barcelonaise suit le même rituel qu’un grand vin, mais à prix sodas.

Service. Charmant, parlant aussi bien anglais qu’espagnol et catalan.

Café d’Estiu- Museu Frederic Marès, Plaça de Sant Iu 5-6

Caf%C3%A9-Estiu-Barcelone dans Voyages

Installé dans la cour de l’ancien Palais Royal des Comptes, aujourd’hui devenu le Musée Frederic Marès, ce café constitue une halte idéale lors d’un séjour à Barcelone. A quelques pas de la Cathédrale, la cour jardin est un bonheur perdu au milieu d’une ville vivant à vitesse effrénée. Sous l’ombre des orangers, vous pourrez prendre un jus d’orange pressé délicieux (2-3 € les boissons).

La Txapela, Passeig de Gràcia 8

Txapela-Barcelone-1

Il serait dommage de quitter Barcelone sans avoir goûté quelques tapas typiquement catalans. Les bars à tapas sont certes légions dans la ville catalane, mais en voici un que j’apprécie particulièrement, à quelques mètres de la Plaza Catalunya.

Txapela-Barcelone-2

Les tapas sont exposés en photos sur le set de table, associés à un numéro. Vous n’avez plus qu’à commander et à déguster ! (chaque bouchée est à 2 € environ).

Les Quinze Nits – Plaça Reial 6

Quinze-Nits-Barcelone

Avant de quitter Barcelone, prenez donc un dernier verre au Quinze Nits. Arrivez vers 23h, après le service du diner, et faites la fermeture à 2h. Vous verrez la plus belle place de Barcelone se vider progressivement, dans une atmosphère surannée et hors du temps.

Vous regretterez à coup sûr de rentrer en France en rêvant des prix affichés sur la carte : 1L de sangria à 10 €, sodas à 2,2 € et plats dans les 8-10 € … Oui, les prix dans les restaurants et café français sont scandaleusement élevés !

Critique : Le Voilier. Apéro à Cannes sur la Croisette.

Critique : Le Voilier. Apéro à Cannes sur la Croisette. dans Bars & Cafés Le-Voilier-Cannes-2

Il est devenu quasiment impossible de trouver un café où prendre l’apéritif sur la Croisette à Cannes. Les bonnes adresses ont disparu les unes après les autres et les cafetiers dressent les tables pour diner dès 18h.

Qui se souvient du Blue Bar Café (au 42 Boulevard de La Croisette) devenu une boutique Salvatore Ferragamo, ou encore du café sur l’herbe du Grand Hôtel avant que la résidence du même nom ne se cloitre à coup de barrières métalliques ?

Il y a bien le Café du Festival, mais le lieu est vieillot et il y fait souvent très chaud. Quant au Carlton, soyons sérieux, quel intérêt de dépenser 10 € pour avoir son pastaga ?

Le-Voilier-Cannes-1 dans Terrasse / Jardin

J’ai failli déclaré forfait jusqu’à ce que je découvre Le Voilier et sa belle terrasse narguant le Carlton voisin. Ici, l’heure de l’apéritif est sacrée, pas question de chasser le client sous prétexte que les tables doivent être dressées à 19h pétantes pour accueillir le futur diner. Les prix sont tout à fait raisonnables (kir à 6,2 €, pastis à 5,5 €, café à 2,6 €) et le service aimable.

La vue est fascinante : la Croisette, la mer bleutée et ses beaux yachts et surtout l’agitation frénétique de Cannes : des pimbêches gloussant sur le trottoir, des loueurs de Lamborghini exhibant fièrement leurs voitures et des curieux testant la dernière trouvaille de Renault : la Twizy.

Le Voilier, 61 Boulevard de La Croisette, Cannes

Critique : La Moule Joyeuse. Fréjus.

Critique : La Moule Joyeuse. Fréjus. dans Restaurants Moule-Joyeuse-Fr%C3%A9jus-1

Le nom pourrait aussi bien faire partie d’une escale culinaire de Petitrenaud que d’une chanson grivoise pour étudiants à la fac. Il s’agit pourtant bien du nom donné à ce restaurant installé sur l’artère principale de Fréjus, face à la mer.

Il ne faut pas se laisser décourager par une attente parfois un peu longue, le jeu en vaut vraiment la chandelle. Une fois installés, on se prend au jeu de l’observation des badauds.

La carte. Bien entendu, les moules jouent les stars de cette carte : marinières, à la crème, poulette etc. toutes entre 12,5 et 12,9 €. Les allergiques à la petite coquille pourront se rabattre sur la carte des poissons : dos de daurade à 15,9 €, pavé de saumon à 16,5 €, filet de sole façon meunière à 16,9 € ou encore gambas grillées à 17 €.

Moule-Joyeuse-Fr%C3%A9jus-2 dans Terrasse / Jardin

La maison a même prévu de satisfaire les olibrius qui souhaiteraient assouvir des plaisirs carnassiers. La preuve avec un tartare de bœuf à 14,9 €, un magret de canard à 18,5 € ou encore un émincée de volaille à 13,9 €.

Les plats. Impeccables avec des moules d’une fraicheur esquisse et un filet de sole flirtant tendrement avec son jus de citron. Les accompagnements pourraient par contre s’accorder à la saison estivale, le riz et la ratatouille nous rappelant que la « rentrée des classes » approche déjà.

Moule-Joyeuse-Fr%C3%A9jus-3

Le service. Carré et professionnel. Voilà une adresse qui tourne du feu de dieu.

Point négatif ? Le confort des chaises en terrasse.

La Moule Joyeuse, 61 Boulevard de la Libération, Fréjus

desserts 6-7 €, vins entre 13 et 25 €

Critique : Sénéquier, Saint-Tropez. Archi nul. Service insolent.

Critique : Sénéquier, Saint-Tropez. Archi nul. Service insolent. dans Bars & Cafés S%C3%A9n%C3%A9quier-1

Calamiteux, pitoyable, consternant … Les adjectifs me manquent pour décrire une telle gargote qui – je le crois bien – vient de remporter le pris du « coup de gueule de l’année 2012″.

Doit-on encore présenter Sénéquier ? Voici le café emblématique de Saint-Tropez, celui qui a accueillit en son temps les stars de la Côte d’Azur. Mais aujourd’hui, Sénéquier n’est plus qu’un mouchoir sur lequel se lamenter d’un Saint-Tropez qui ne reviendra jamais. Le charme de ce port de pêche a vite été troqué contre d’immenses yachts absorbant les derniers vestiges de la ville.

La terrasse. Clients entassés comme des oignons, fauteuils d’un rouge criard et has been, la terrasse n’est pas des plus agréables. Une barre de yachts vous empêche de voir le ciel bleu, jugez par vous même sur la photo illustrant l’article.

La carte. Insolente avec le café à 4 €, le soda à 7 € et l’orange pressée à 8 €. Sans oublier le cocktail à 17 € et les verres de vin à 10-12 €.

S%C3%A9n%C3%A9quier-2 dans Coups de gueule

Le service. Dix minutes pour que la commande soit prise, puis une demi-heure pour que 3 boissons arrivent sur la table. L’institution Sénéquier qui fête aujourd’hui ses 125 ans semble sérieusement rouillée. Mais le pompon arrive lorsque j’eus le malheur de réclamer une carafe d’eau avec mon orange pressée. Dans n’importe quel autre café, l’orange pressée aurait été accompagnée d’office par une carafe et une sucrière, pour accommoder à sa guise la boisson. Mais le garçon de café en avait décidé autrement. Voici l’échange livré tel quel, bien plus percutant qu’une version romancée :

- « Non mais vous croyez quoi, fallait commander la carafe en même temps que l’orange pressée. Là, vous l’aurez pas avant 20 minutes, j’ai d’autres trucs à faire ».

- « Vous plaisantez, j’espère ? »

- « Il va se calmer le monsieur, vous vous croyez où ? On n’est pas dans un petit village ici »

Ah le malheureux ne manque pas de toupet. Peut-on encore parler de service ? Le garçon, un certain Arnaud, mériterait une sévère admonestation. Je ne saurais trop lui conseiller de lire Sénèque, pour se créer un vernis d’intelligence et de sympathie.

Et sinon ? Des toilettes à l’hygiène déplorable, des portes défoncées qui ne ferment même pas à clés. Les patrons sont réfugiés derrière le bar. Ils me font penser au Capitaine Haddock dans le Secret de la Licorne. Emprisonnés dans leurs cabines par de méchants flibustiers, les pauvres ne se rendent même pas compte que leur personnel navigant les mène à la perte de leur propre navire.

Faut-il y aller ? Un véritable piège à crétins. Des prix crétins, un service assuré par des crétins, et un client plumé … comme un vieux crétin.

Sénéquier, sur le Port, Saint-Tropez

Critique : Cabane Bambou, Plage Pampelonne, Ramatuelle. Restaurant.

Critique : Cabane Bambou, Plage Pampelonne, Ramatuelle. Restaurant. dans Branché Cabane-Bambou-Ramatuelle-4

C’est avec une mine dépitée que j’aborde le plus souvent les restaurants de plages. En franchissant le perron de l’établissement, j’en profite pour faire le deuil d’un bon repas en me promettant de confesser ce pêché gastronomique à la plus proche paroisse du quartier. Le restaurant de plage va souvent de pair avec un accueil glacial et pseudo branchouille,  sollicitant l’égo de quelques bachibouzouks s’égosillant devant un cadre qui leur rappelle un épisode de Secret Story. La Cabane Bambou ne tombe pourtant dans l’écueil de ces plages pédantes si chères à la Côte d’Azur, de Cannes à Saint-Tropez. L’accueil fut plutôt cordial.

Cabane-Bambou-Ramatuelle-1 dans Restaurants

La plage. Les plages de Ramatuelle sont magnifiques, remarquablement préservées par la folie du bétonnage. L’eau y est ici transparente et les montagnes au loin rappellent que la végétation peut être luxuriante sur la Côte.

La carte. En accord avec le cadre : entrées à 15-28 €, tartare de bœuf à 21 €, escalope milanaise à 27 €, pavé de filet de bœuf à 28 €, coquelet à 21 €, côte d’agneau à 28 €. Côté poissons : filet de bar purée de pommes de terre crémeuse à 29 €, gambas à 27 €, poêlée d’encornets à 27 €. Risottos à 24-32 €, pâtes à 21-27 € puis desserts à 9-11 €.

Cabane-Bambou-Ramatuelle-3 dans Terrasse / Jardin

Les plats. Il est toujours intéressant de constituer de grandes tablées, elles permettent d’avoir un large éventail de la carte du restaurant. Ainsi, les tartares (nature ou à l’italienne) sont tout à fait louables, mais le bœuf gagnerait à être coupé plus finement. De son côté, le filet de bar est certes d’élevage mais l’ensemble se tient plutôt bien. La purée aurait pu être plus aérienne et les pommes de terre moins huileuses. Quant à la côte de bœuf pour 2 personnes à 90 €, elle ne présente à mon avis guère d’intérêt. Trop osseuse et trop nerveuse, la bête aurait également mérité une escorte plus renforcée que de simples champignons et pommes de terre.

Le service. 50 minutes pour obtenir 7 plats, il ne vaut mieux pas avoir de rendez-vous professionnels dans la foulée.

Cabane-Bambou-Ramatuelle-2

Les boissons. Coca (5 €) servi en pression mais sans bulles. Cocktails à 12 €. Bouteille de vins à 31 €. Minuty Rosé à 45 €.

La plage. Après ce repas de nababs, direction le matelas loué à la journée (17 €). Musique électro-house en fond sonore et créatures sylphides au menu de cette après-midi ensoleillée.

Faut-il y aller ? Pour la plage, oui. Pour le restaurant, ce genre d’adresses ne laisse jamais un souvenir impérissable.

Cabane Bambou, Plage de Pampelonne, Ramatuelle

Critique : Bar restaurant Kinoa. Montpellier. Eglise Saint-Roch.

Critique : Bar restaurant Kinoa. Montpellier. Eglise Saint-Roch. dans Bars & Cafés Restaurant-Kinoa-Montpellier

A l’occasion d’une virée à Montpellier, passage à la terrasse d’un sympathique resto/bar, derrière l’église Saint-Roch. La place est forte agréable, installée sous les pins méridionaux. Un verre de vin (3 €) et la soirée s’annonce réussie.

Kinoa Restaurant, 6 rue des Sœurs Noires, Montpellier

123456

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl