Archive | Voyages Flux RSS de cette section

Bonnes adresses à Budapest Hongrie. Restaurants, cafés et bars. City Guide.

Salon de thé Gerbeaud 

gerbeaudbudapest1.jpg

Salon de thé mythique de Pest, Gerbeaud est situé dans le quartier Belvaros. Les prix très élevés ont déjà eu raison des hongrois. Le salon de thé n’est fréquenté que par des touristes (français en majorité) et hommes d’affaires à qui on privatise une partie de la boutique.

Le salon est très grand et occupe une bonne partie du rez-de-chaussée de l’immeuble. Seule une partie est ouverte au public et les clients sont réunis au même endroit pour donner l’illusion qu’il y a du monde. L’adresse, ouverte depuis plus de 150 ans, garde un certain charme grâce à son décor old school et ses tons rouge, or et pistache.gerbeaudbudapest2.jpg

La carte. Le chocolat chaud (1250 Ft) est léger et crémeux, le caffé latte (890 Ft) est correct, sans plus. Côté gâteaux, la brioche Pogacsa Tokos (450 Ft) est banale. Quant au Maktorta (950 Ft), gâteau aux noix et confiture, son originalité excusera son manque de prestance.

Finalement, il vaut mieux aller chez Gerbeaud le matin pour prendre un bon petit-déjeuner à 10€ comprenant brioche, cookie, croissant, pain, confiture, beurre servis avec un jus d’orange et une boisson chaude. A cette heure-là, l’ambiance est moins touristique et on oublie peut-être plus facilement la superficialité de cette adresse qui semble avoir laissé derrière elle sa période faste.

Cafe Central Karrehaz

centralkarrehazbudapest1.jpg

Le Café Central est l’un des plus beaux cafés de Pest. Inauguré en 1887, le café Central fut l’un des plus prestigieux de la capitale avant que les années de plomb le défigurent. Rénové et reconstitué dans les moindres détails en 2000, d’après des photos de la belle époque, le café Central est aujourd’hui un modèle dé réussite, conciliant le moderne et le traditionnel.

La clientèle est variée et branchée. Il n’y a pas de séparation à proprement dit entre le restaurant et le café. Vous pouvez donc vous attabler à côté d’une table nappée pour prendre un verre ou un café. L’atmosphère feutrée est plaisante, prise d’une certaine langueur slave lorsque l’orchestre se met à jouer une musique mélancolique à la guitare classique et au violon. Ce soir, la neige tombant à gros flocons acheva de dessiner cette belle carte postale.

centralkarrehazbudapest2.jpg

Service. Comme souvent en Hongrie, service absent. Lent, pas aimable, même empoté. Comptez 1h30 pour un repas entier.

La cuisine. Les plats voisinent les 3500 Ft, tandis que les desserts s’affichent dans les 1000 Ft. Nous avons commandé un Fogasfilé édeshagymakremmel (3600 Ft) et un rap. hacsamell k. majragus burgonya gombo (3500 Ft). La cuisine est excellente, les plats sont fins et recherchés. Le Fogasfilé édeshagymakremmel  proposait de belles tranches de canard cuisinées comme un magret, accompagnées de chou cuit à la vapeur et servies avec des gnocchis. Quant au rap. hacsamell k. majragus burgonya gombo, le brochet était accompagné d’écrevisses cuites à l’aneth.

centralkarrehazbudapest3.jpg

Seul le dessert pêcha, aurait dit Devos. L’apple pie servi avec une glace vanille (1100 Ft) était assez grossier, plombant des appétits déjà repus. Nous avons accompagné notre repas d’une bière 33cl (980 Ft) et d’un caffe latte (1300 Ft).

Faut-il y aller ? Et comment, ce fut le meilleur resto de notre séjour. L’addition est certes élevée, 50 € à nous deux, mais la qualité des plats est irréprochable.

Salon de thé Ruszwurm Cukraszda

ruszwurmbudapest1.jpg

Le Ruszwurm est un salon de thé mythique de Buda, fondé en 1827 et fréquenté par des hordes de touristes. Le café est minuscule, décoré par des meubles d’époque Biedermeier. La salle n’a pas vraiment de charme, elle manquerait presque de patine, un comble !

ruszwurmbudapest2.jpg

La carte. Le chocolat chaud alcoolisé (1100 Ft), spécialité de la maison selon la carte, était vraiment désagréable en bouche. Des relents d’alcool mal distillé empêchaient d’apprécier le nectar. Dommage. Les gâteaux ne s’en sortent guère mieux. La Kirschtorte (450 Ft), forêt noire en version française, est là aussi décevante. Manque de fondant, de moelleux … de vie ! La pâtisserie autrichienne, rue des Ecoles à Paris, fait bien mieux !

Bar Hôtel Gresham

 bargreshambudapest2.jpg

L’hôtel Gresham est un magnifique édifice Art Nouveau accueillant aujourd’hui un palace géré par le groupe hôtelier Four Seasons. Le bâtiment abrite entre autre un bar sur l’aile droite du lobby. L’ensemble est imposant mais manque de chaleur. Les courants d’air s’installent et donnent l’impression d’être dans un hall de gare.

Le bar est fréquenté par une clientèle internationale et des hommes d’affaires. Les prix ne viendront pas nous dépayser : 12 € les verres de vin, 15 € les cocktails.

bargreshambudapest1.jpg

Le Four Seasons semble être reclus dans sa tour d’argent. Peu importe l’environnement, peu importe le lieu, les prix restent toujours les mêmes et ne s’efforcent même pas de s’aligner sur les prix des autres établissements haut de gamme de la ville. A ce prix là, on aurait au moins aimé que le pianiste joue sur un piano accordé. Les notes bigrement fausses font toujours taches d’huile dans un hôtel qui se présume palace.

Sofitel Paris Budapest

sofitelbudapest1.jpg

Parfois, la flémingite agite son drapeau et nous enveloppe dans sa torpeur. Après avoir cavalé aux quatre coins de la ville, il arrive parfois que le courage nous manque. Et nous cédons alors à la facilité : diner à l’hôtel.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien ci-dessous !
Lire la suite…

Bonnes adresses à Vienne Autriche. Restaurants, cafés et bars. City Guide.

Blue Bar de l’Hôtel Sacher, Philharmonikerstraße 4

bluebarsachervienne1.jpg

Le Blue Bar n’est que luxe et volupté. Cet intime cocon invite aux longues conversations feutrées et discrètes. Le salon n’est pas très grand, tout juste une dizaine de tables, mais avec un peu de chance vous pourrez dégoter l’une d’entre elles (priorité aux clients de l’hôtel cependant).

La carte. Des verres de vin divins (4 à 6 €), des coupes de champagne à 16,5 € ou encore des cocktails à 9-10 €. Côté snacking, comptez 12-16 € pour grignoter un club sandwich ou une escalope viennoise.

bluebarsachervienne2.jpg

Nous avons pris deux verres de Riesling blanc Wachau (4,5 €) et de Pinot noir (6 €). Le Riesling est délicieux, très fruité, liquoreux. Le Pinot est quant à lui rouge boisé, belle robe proche d’un Bordeaux. Les vins sont servis avec des amuse-gueules excellents (cacahuètes grillées, épicées et simples). Le club sandwich (14 €) est correct et très copieux mais les frites sont un peu molles et servies avec une sauce cocktail hors sujet. Les prix sont tout à fait raisonnables pour un palace.

Le décor. Style boudoir, très cocotte : tapisseries bleu royal, tableaux XIXème, fauteuils confortables et beau bar en bois ciré.

La clientèle. Essentiellement touristique avec quelques clients de l’hôtel et une pincée de viennois connaissant la bonne affaire.

Demel Konditorei, Kohlmarkt 14

demelvienne1.jpg

Demel est un célèbre confiseur/salon de thé qui s’est longuement disputé la recette originelle de la Sachertorte avec l’hôtel Sacher. Ce fut finalement ce dernier qui gagna le procès, injustice ?

Le magasin est très grand. Le rez-de-chaussée est occupé par la partie confiserie dédiée à la vente à emporter et aux souvenirs sucrés. Il y a également une petite salle où déguster les gâteaux, mais il vaut mieux pousser jusqu’au 1er étage pour découvrir une belle salle décorée de lustres Rococo. Ne soyez pas effrayés par la queue, on attend rarement plus d’un quart d’heure.

Le décor. Tables circulaires comme chez Ladurée à Paris, avec pieds en bois et plateaux en marbre.

demelvienne2.jpg
La carte. De beaux gâteaux dégoulinant de chocolat viennent vous faire de l’oeil. La Cleopatra torte (3,9 €) offre sa ganache décorée d’une génoise au chocolat et une confiture de fraise. Divin.

Les gâteaux s’accompagnent d’un délicieux chocolat chaud viennois (5,1 €) et d’un Caffé latte (4,5 €) servi dans un verre allongé. Petite déception, le chocolat est servi dans un mug. On n’est pas chez Starbucks, zut !

Faut-il y aller ? A choisir entre Demel et le Sacher Café, le choix est vite fait : courez chez Demel !

Café Lobby de l’Hôtel Sacher, Philharmonikerstraße 4

lobbysachervienne2.jpg

Très belle salle recouverte de boiseries XIXème avec canapés rouge vif très confortables. Un vrai boudoir coquet à la Garcia, composé d’une clientèle chic et sûre d’elle.

lobbysachervienne1.jpg
Les prix ne sont pas excessifs pour ce genre d’endroits : café expresso à 2,9 € et Café Mélange à 4,4 €.

Café Gloriette, Palais de Schönbrunn

gloriettevienne1.jpg

Le Café Gloriette est situé à l’intérieur de Gloriette, bâtiment faisant partie du colossal complexe de Schönbrunn.

Pour lire la suite, cliquez sur le lien ci-dessous ! 

Lire la suite…

Critique : Casa & Bottega, Via dei Coronari, Rome. Enoteca Roma.

Casabottega22

iconedrapeaufrancais.jpg Installée dans un quartier d’antiquaires, la Casa & Bottega a récemment ouvert ses portes dans la très chic Via dei Coronari, à Rome. Malgré sa proximité avec la Piazza Navona, ce quartier est d’une quiétude remarquable. La salle de cette œnothèque possède une décoration épurée, très chic et cosy. Pour les beaux jours, quelques tables sont disposées dehors le long du mur de la « casa ».

La carte. De belles propositions de vins au verre (8 €). Chaque verre est accompagné de chips excellentes (légères et croustillantes) et d’une part de tarte du jour fraiche se mariant parfaitement à la robe du vin rouge.

L’adresse réussit le pari de marier l’esprit rétro des œnothèques avec celui de la mode « veggie », proposant tartes et autres plaisirs déculpabilisant et plus équilibrés. Le prix du verre peut paraître excessif, mais avec les accompagnements la formule est une affaire pour diner léger ! La clientèle est essentiellement girly. Ce qui n’empêchera pas aux hommes d’y faire un tour !

casabottega1.jpg
drapeauitalien.jpg Situata in un quartiere antiquario, la Casa&Bottega ha appena aperto nella molto chic Via dei Coronari, a Roma. Malgrado la prossimità della Piazza Navona, questo quartiere è molto tranquillo. La stanza di questa enoteca ha un’arredamento epurato, molto cosy. I bei giorni, sono disposte alcune tavole fuori, lungo il muro del palazzo.

Il menù. Una bella ed ottima scelta di vino al bicchiere (8 €). Ogni bicchiere è accompagnato di patatine eccellenti (legeri e croccanti) e di una fetta di torta fresca del giorno, il misto dei sapori si abbina perfettamente con un bicchiere di vino rosso.

L’indirizzo mescola lo stile retro delle enoteche con quello della moda « veggie » proponendo torte ed altri piaceri decolpevolizzando, più equilibriti. Il prezzo del bicchiere può sembrare elevato, ma con gli antipasti, il menù è un’affare d’oro per mangiare leggero !

I clienti. Ci sono principalmente donne ma gli uomini sono anche i benvenuti !

Casa & Bottega, Via dei Coronari, 183, Roma

8 € le verre de vin (il bicchiere di vino)

Dubaï : Adresses de restaurants et bars.

Que vous soyez en vacances ou simplement en voyage d’affaires à Dubaï, un séjour dans cette ville du désert est  l’occasion rêvée de découvrir des cuisines du monde entier de qualité souvent remarquable. Les restaurants et bars branchés rivalisent d’ingéniosité pour se distinguer de leurs concurrents. Toujours plus de démesure, toujours plus de luxe : cascades d’eau, vue sur les pistes de ski, dîner croisière … la liste n’est pas exhaustive et les idées, intarissables.

Mais la folie dubaïote se paie et les cartes des restaurants/bars sont assez élevées. Dans ces derniers, les cocktails peuvent rapidement dépasser les 20 € et les grands restaurants proposent souvent des plats entre 30 et 40 €. Mais en choisissant bien vos adresses, vous pourrez aisément dépenser moins : comptez 15-20 € dans un restaurant classique, et moins de 10 € pour une restauration rapide de qualité.

Voici une sélection d’adresses testées récemment lors de mon précédent voyage à Dubaï. La localisation des restaurants n’est pas indiquée avec précision. A Dubaï, il n’y a pas de rues à proprement parlé et les transports se font le plus souvent en taxis qui vous emmèneront d’un point A à un point B, ou plutôt d’une attraction à une autre.

Fauchon, Dubaï Mall (au rez-de-chaussée)

dubaimall.jpg

Chauvinisme français ou pure snobisme ? Dans tous les cas, le petit tour chez Fauchon à Dubaï relève du clin d’œil parisien. Fauchon est installé dans le département luxueux du Dubaï Mall, caractérisé par ses nombreux magasins de luxe et ces kilomètres de moquettes « triple épaisseur » moelleuses comme de la ouate.

Le traiteur français partage avec son concurrent italien Emporio Armani Caffé, un immense espace sous la gigantesque coupole sur laquelle est suspendue une guirlande de papillons en papiers. Côté carte, les prix sont les mêmes qu’en France et on retrouve la qualité des produits Fauchon avec un éclair au chocolat succulent et une orange pressée très fraiche.

Barhi Bar de l’hôtel Mina A’Salam Resort – Jumeirah Resort

bahribarminaasalamjumeirahdubai.jpg

Un de mes bars préférés avec une vue imprenable sur le Burj Al Arab, cet immense hôtel en forme de voile élancée sur la mer. Le bar est agréable et profite d’une légère brise venue de la mer. Vue époustouflante sur la piscine et sur le bord de mer. Les cocktails sont réussis et les prix encore abordables. Pour accéder à l’hôtel en venant du Jumeirah Resort, dites que vous venez boire un verre en précisant le nom du bar.

Karam Beirut, Mall of the Emirates (premier étage)

karambeirutmalloftheemiratesdubai1.jpg

 Auriez-vous imaginé manger libanais dans un chalet faisant face à l’arrivée d’une piste de ski ?

karambeirutmalloftheemiratesdubai2.jpg

A Dubaï, on finit par ne plus s’étonner de rien, et la situation ne paraît même plus incongrue lorsqu’on se retrouve dans un restaurant fréquenté aussi bien par des touristes que des femmes portant l’abbaya, à déguster une cuisine copieuse avec vue enneigée. Malheureusement, les prix sont assez élevés.

karambeirutmalloftheemirates3.jpg

Bar Neos de l’hôtel The Address, Dubaï Mall

barneoshoteltheaddressdubai1.jpg

New-York vous ennuie à mourir ? Aller donc boire un verre au 63ème étage de l’hôtel The Address. La nuit tombée, le bar offre une vue spectaculaire sur la ville et le complexe de Dubaï Mall. D’en haut, on peut voir s’animer les fontaines du Burj Khalifa se déchainant au rythme de musiques endiablées.

barneoshoteltheaddressdubai2.jpg

A l’intérieur, ambiance lounge avec lumières tamisées et musique branchée pour une clientèle internationale venue goûter aux cocktails hype du barman. Les prix sont élevés (environ 20 € le cocktail), mais le bar est assurément The Address to be.

Restaurant Yum de l’hôtel Radisson SAS (quartier de Deira)

yumradissonblu1.jpg

 Voici une adresse moins connue mais pourtant excellente, située dans le quartier des souks et des dockers. Ce bar à nouilles sert une cuisine thaïlandaise composée principalement de bols de nouilles à base de légumes.

yumradissonblu2.jpg

 Les plats sont préparés devant les clients et permettent de manger sain et équilibré. La déco épurée est certes un peu banale, mais les prix sont plus que corrects.

Vu’s Bar à l’hôtel Emirates Towers

vusbaremiratestowersdubai1.jpg

 Malgré les recommandations de notre guide de voyage, ce bar situé au 51ème étage de l’hôtel Emirates Towers, nous a laissé de marbre. On se croirait un peu comme au Ciel de Lyon, avec un bar finalement mal fichu flanqué de poutres cachant le beau panorama. Ne parlons même pas des prix, excessivement chers.

vusbaremiratestowersdubai2.jpg

Le lieu est fréquenté par une clientèle d’hommes d’affaires et le dress code est strict : « smart casual - gentlemen are requested to wear a shirt with collar, trousers and closed shoes or national dress. Shorts and trainers are not permitted ». Autrement dit, si vous osez vous présenter en short/tong, vous serez directement évacué par la fenêtre.

Restaurant The Edge de l’Hôtel Atlantis

atlantisdubaiedge1.jpg

Difficile d’aller à Dubaï sans faire un tour dans l’hôtel qui s’est autoproclamé palace le plus luxueux du monde avec 7 étoiles à son palmarès. En tout cas, l’hôtel aurait sûrement mérité le prix du mauvais goût avec un décor particulièrement kitsch et un hall à la hauteur de la démesure dubaïote. L’hôtel est situé à l’extrémité de la Palme, ensemble d’îles artificielles accessible en empruntant un immense tunnel passant sous la mer.

atlantisdubaiedge2.jpg

 En théorie, les simples touristes ne peuvent pas quitter l’aile principale de l’hôtel et encore moins rejoindre la plage ni la piscine. Mais il suffit de ruser et de marcher d’un pas assuré en passant par les restaurants du rez-de-chaussée pour atteindre enfin la partie privée de l’hôtel.

Nous avons testé un des restaurants de l’Atlantis, The Edge, situé au centre du complexe hôtelier. Au menu, une carte de snacking avec une cuisine très occidentale adaptée à la clientèle américaine de l’hôtel souhaitant cultiver son ethnocentrisme sans modération.

atlantisdubaiedge3.jpg

Par conséquent, le restaurant offre une cuisine grossière et particulièrement insipide. La salade Caesar est indigeste avec un monceau de verdure immangeable et quelques morceaux de poulets qui se regardent comme deux ronds de flan. L’hamburger ne fait pas non plus dans la dentelle, sans parler de la glace démoniaque, format XXL. Elle est certes très belle à voir, très photogénique, mais alors parfaitement écœurante au bout de quelques cuillérées. Il ne manque plus que Mickey prêt à débarquer d’une seconde à l’autre, et le décor est planté.

Park Hyatt Dubai

parkhyattdubaiterrasse1.jpg

Le Park Hyatt est probablement le seul hôtel de Dubaï qui a du cachet. Ici, pas de luxe ostentatoire, pas d’immeuble mesurant des centaines de mètres ou encore de verre Murano à foison et du mobilier surchargé tout en dorure.

Au contraire, le groupe américain a conçu un hôtel dans un style néo-colonial. La végétation luxuriante faites de bougainvilliers et de palmiers fait de ce lieu un endroit paisible, à l’abri de la Dubaï tape à l’œil. La clientèle est essentiellement internationale, mais le soir les hommes en gandourah viennent fumer un narguilé et se réunissent autour d’un thé à la menthe.

parkhyattdubaiterrasse2.jpg

Un endroit idéal pour découvrir leur excellent restaurant thaïlandais (prix élevés), ou leur restaurant snacking sur le bord de la marina pour admirer les bateaux de milliardaires. Et après le repas, on peut se promener sur le bord de l’eau et s’enivrer des effluves de fleurs et d’air marin. Un endroit fabuleux !

parkhyattdubaiterrasse3.jpg

Eric Kayser, Dubaï Mall (au sous-sol du centre commercial)

erickayserdubaimall.jpg

 Il y a certaines adresses françaises qu’il serait bon de ne pas exporter à l’étranger. Laissons parfois la médiocrité aux portes de notre pays, pour ainsi éviter de présenter un sandwich et une quiche dignes d’une station service.

London Fish&Chips, Dubai Mall (Food Court  SF130-31)

londonfishchipsdubaimall2.jpg

Le dernier étage du Dubaï Mall abrite un véritable conglomérat de boutiques dédiées à la restauration rapide : le Food Court. A priori rien de très exaltant, mais cet espace aux dimensions démesurées regorge de quelques bonnes surprises comme ce bon vieux fish&chips qui trône à côté des mastodontes McDonalds et Burger King. La boutique sert de délicieux fish&chips qui pourraient presque rivaliser avec leurs concurrents anglo-saxons.

londonfishchipsdubaimall1.jpg

Il suffit de passer commande et on vous remet un palet numérique qui s’éclairera lorsque votre menu sera prêt pour vous indiquer de retirer votre fish. Technologique, pas cher et surtout très bon (menu à 6 € avec fish&chips + boisson)

Où manger à Amsterdam ? Bonnes adresses, pas chers.

 tsmalle3.jpg

Courez-y

t’Smalle, egelantiersgracht 12

tsmalle1.jpg
Le t’Smalle est l’un des symboles de la « gezelligheid », art de vivre à la hollandaise. Ce café recommandé par tous les guides de voyage est l’endroit idéal pour faire une halte entre deux visites éreintantes. Si le temps le permet, profitez de la belle terrasse ensoleillée donnant sur le bord du canal. A l’intérieur, laissez-vous fasciner par le charme des boiseries datant du XVIIIème, dans une ambiance très british. On s’attendrait à voir débouler d’un instant à l’autre Sherlock Holmes, fuyant le fog londonien.

tsmalle2.jpgL’adresse accueille touristes et habitués qui viennent lire leur journal en buvant leur café au lait accompagné d’un sandwich. Le premier étage est idéal pour profiter du spectacle de la salle.

tsmalle4.jpgLeurs sandwiches sont excellents et très bons marchés ! Le Goat’s cheese and curred ham et le Fried egg with ham cheese sont excellents et frais avec leur pain white or wholemeal breadrolls (4,20 €). Le tout accompagné d’une bière (2,3 € la petite) ou d’un white coffee (2,10 €).

tsmalle5.jpgEt pour finir, n’oubliez pas de goûter à leurs délicieux Poffertjes (mini-pancakes à 3,95 €) et Apple Pie (3,20 €). Le personnel souriant est très aimable. Une adresse en or !

Bagels & Beans, Keizersgracht 504

bagelsbeans.jpgA l’intérieur, concept à la New-yorkaise avec une petite boutique ou l’on peut déguster bagels, cheese-cakes et muffins. Même si le cheese-cake n’est pas très convaincant avec son arrière-goût de pétrole, les muffins chauds à déguster à la fourchette sont excellents (en particulier le Apple&Cinnamon). Côté boissons, commandez un chocolat chaud. Une tasse de lait chaud vous est servie accompagnée d’un petit verre rempli de billes en chocolat à verser à votre convenance. Aux premiers rayons de soleil, la terrasse sur les bords du canal est très agréable.

Prix : chocolat chaud à 2,60 €, chocolat viennois à 3,10 €, jus de fruits à 2,60 €, cheese-cake à 2,60 €, muffins à 1,70 €

http://www.bagelsbeans.nl/index.html

Cafe P96, Prinsengracht 96

p96.jpg
Café très agréable disposant d’une péniche/terrasse. Les sandwiches sont excellents et à des prix raisonnables. Goûtez au Geitenkaas (Dutch goat cheese with green pesto, sundried tomatoes and pine nuts) à 6,50 € accompagné d’une petite bière (Fluitje Brand, 2,20 €). C’est divin !

http://www.p96.nl/Eten.htm

Allez-y

Vlaamse Frites, Damrak 42

Pour leurs cornets de frites à emporter. Les frites pourraient être plus cuites, mais le service est rapide, et le repas copieux et pas cher. 3,15 € taille medium + 0,50 € avec la sauce. Il existe plusieurs boutiques de cette enseigne. L’une d’entre elles se situe sur la célèbre Damrak, grande artère commerçante rejoignant la Centraal Station.

Wok to walk, Reguliersbreestraat 45

Chaîne de wok née en 2004 à Amsterdam. Aujourd’hui il existe des dizaines de magasins franchisés dans plusieurs pays (Angleterre, USA, Espagne, Mexique …).

Le principe est simple. On choisit son ingrédient principal (riz, nouilles ou légumes) puis on « customise » son wok en ajoutant d’autres ingrédients (porc, bœuf, poulet, champignons, ananas …). On termine enfin par la sauce (sweet & sour, teriyaki, oyster sauce …).
Le wok « egg noodles + beef filet + mushrooms + teriyaki sauce » à 7,90 € est excellent. Bien meilleur que les wok que l’on peut manger habituellement en France. Les ingrédients sont frais et de qualité. Les horaires sont souples : vendredi jusqu’à 3h du matin et samedi jusqu’à 4h.

Comptez 7-8 € environ, 1,70 € pour les boissons.

(Il existe d’autres adresses dans la ville)

http://www.woktowalk.com/en/eat/menu_detail.php

Maoz vegetarian, à l’angle de Vijelstraat et Reguliersbreestraat

Bonne boutique de falafels qui propose son Maoz Falafel à 4,40 €, et son Maoz Humus Sauce à 4,90 €. Le cuistot fait devant vos yeux la préparation de base, puis c’est à vous de jouer en choisissant vos garnitures (cornichons, salade, tomates, sauces …).

C’est bon, pas cher et les garnitures sont à volonté. Formule avec falafel,frites et boisson à 7,40 €.

Frens Haringhandel, kiosque près du marché aux fleurs

hareng.jpg
Pour une haleine fraîche, rien de tel qu’un bon sandwich au hareng et pickles.

A éviter
Restaurant Mimo, Lange Leidsedwarsstraat 37

Un restaurant au service exécrable et d’une médiocrité sans nom. Les cartes sont en anglais laissant deviner le mauvais augure. De l’extérieur, des ardoises viennent racoler le client en indiquant toutes les pizzas à 5 €. En réalité, il n’y a que la première, la Margherita, qui s’affiche à un tel prix.

Pour couronner le tout, le vin est une piquette infâme venant d’une bouteille en plastique. Comment peut-on servir des choses pareilles ?

Globalement, les restaurants de Korte Leidsedwarsstr et Lange Leidsedwarsstr sont à éviter. Ce sont des pièges à touristes.

Guide Amsterdam, en quelques jours. A faire, a voir, conseils, bons plans.

amsterdam1.jpg

Amsterdam, ville connue pour ses nombreux canaux, possède de nombreux visages. Touristique et familiale le jour, elle devient mystérieuse et canaille le soir avec son célèbre quartier rouge. Pourtant Amsterdam ne se résume pas au cliché d’une ville permissive et aux mœurs légères, elle offre surtout un art de vivre qu’on ne retrouve nulle part ailleurs : la fameuse « gezelligheid », cool attitude en « français ». La ville est un havre de paix avec sa circulation automobile restreinte et ses rues envahies par les vélos. Une ville également culturelle avec son célèbre musée Van Gogh et le Rijkmuseum. Et maintenant, petite visite des quartiers à voir.

emoticone sans intérêt

emoticone à voir

emoticone à ne pas manquer

Centrum :

Place du Dam : emoticone place centrale d’Amsterdam avec son obélisque en mémoire des victimes de la Seconde Guerre Mondiale. Sur la place, musée de Madame Tussault.
Nieuwendijk : emoticone rue sans intérêt aux édifices moins beaux que dans le reste de la ville. Un bel aperçu de la mondialisation avec les inévitables H&M, Gap, Zara et compagnie.
Promenade le long de Oudezijds Veerburgwal : emoticone parfait pour admirer de belles façades d’immeubles

amsterdam3.jpg       

Oudezijds Veerburgwal

manger des frites sur le Damrak : emoticone Voir prochain article
Musée du sexe : emoticone Vulgaire et sans intérêt. Le royaume du mauvais goût, à réserver aux adeptes des pratiques SM. On tombe tout de suite dans le graveleux, le rire gras d’ados prépubères et boutonneux. On aurait voulu connaître l’évolution de la représentation du sexe dans notre société. Et finalement on se retrouve dans un fourre-tout fait d’images porno trash, où se mêle vulgarité et grivoiserie, dans un musée qui aurait sacrément besoin d’un coup de jeune (entrée 4 €, interdit aux moins de 16 ans).

La gare : emoticone Bel édifice construit par Pierre J.H Cuypers en 1889 à qui l’on doit également le Rijkmuseum. Ne manquez pas l’impressionnant parking à vélo devant la gare, sur plusieurs étages.

amsterdam9.jpg

Centraal Station

En face, on peut prendre une péniche emoticone (compagnie « Lovers », 12,50 € pour 1h environ). 2 itinéraires possibles. Trajet « vert » qui fait le tour de la ville, d’Est en Ouest. Trajet « jaune » qui passe par les musées, fonctionnant jusqu’à 16h30.

Oudezijds Achterburgwal : emoticone canal où « officient » les prostitués dans leurs fameuses « cabines » aux néons rouges. Aucun problème de sécurité. Le quartier est assez « déroutant » avec ces « filles » qui attendent leurs clients derrière une vitre, habillées en tenue légère.

Le matin les prostituées discutent ensemble ou avec les gens du coin. La situation est assez surprenante !
Condomerie : emoticone Magasin de préservatifs, fréquenté par les touristes. Vous pourrez même rencontrer des mamies à l’intérieur qui en achètent pour « redécorer » leur intérieur (les vendeuses précisent alors « no safe sex », au cas où certains n’auraient pas compris que les préservatifs en forme de Pokemon ne protégent pas grand chose).

Passer par le quartier chinois emoticone pour arriver plus à l’Est sur :

amsterdam4.jpg  

A droite, « canal » des prostitiués

Nieuwmarkt : emoticone grande place avec son Waag, ancienne porte de la ville ressemblant à un mini-château. Le lieu abrite aujourd’hui un café. Sur cette grande place, un marché se tient régulièrement. L’occasion de goûter aux produits régionaux. Un conseil ? Achetez-vous une miche de pain coupée en tranches (4,5 €) avec du fromage Gouda (2,20 € les 100g). Puis dégustez-le sur le bord d’un canal, ou sur la place !

Canaux Ouest :

amsterdam6.jpg  

A droite, Nieuwmarkt

C’est probablement le quartier le plus beau et romantique de la ville, où l’on peut goûter pleinement à la fameuse « gezelligheid », cet art de vivre amstellodamois. Il est agréable de se perdre dans ce dédale de canaux pour de longues promenades le long de vieilles maisons bourgeoises. La culture protestante des néerlandais ne les incite pas à cacher leurs fenêtres par d’épais rideaux. Pour le plus grand plaisir des touristes qui peuvent alors apercevoir les superbes intérieurs de ces maisons avec des lustres magnifiques, peintures de maître et mobilier ancien.

Haarlemmerstraat : emoticone à l’extrême nord des canaux Ouest. Rue très sympa et dynamique où se côtoient coffee shops design, boulangeries branchées et traiteurs hype. Un quartier très bobo.

Vers le musée Anne-Frank : emoticone De nombreux cafés et restos à proximité. Sur des péniches, sur caillebotis, sur des ponts … Un véritable havre de paix que l’on retrouve sur les 4 canaux parallèles. Le plus beau et vivant reste sans aucun doute Prinsengr (le plus à l’Ouest).

Oude leliestraat, torensteeg : emoticone charmante place avec plusieurs cafés

Continuer ensuite la promenade jusqu’aux Canaux Sud.

Canaux Sud :

amsterdam2.jpg  

Vue canaux Sud

Quartier également très agréable où sortir le soir. Outre ses beaux magasins d’antiquaires, le quartier possède de nombreux restaurants, bars et boites de nuit.

Leidsestr : emoticone rue très vivante avec de nombreux magasins. La rue a beaucoup plus de charme que la sans intérêt Nieuwendijk. Les bâtiments sont plus impressionnants, et le tramway passe au beau milieu de la rue. Les commerces sont ouverts même le dimanche (nombreuses boutiques de vêtements et d’alimentation à empoter).

Leidseplein : emoticone place très animée avec de nombreux bars et une ambiance de folie le soir venu. La place est envahie par les tables de cafés.

Korte Leidsedwarsstr et Lange Leidsedwarsstr : emoticone repère à touristes concentrant un bon nombre de restaurants médiocres et sans intérêt (italien, français, indien, mexicain …).

NieuweSpiegelstr, quartier des antiquaires : emoticone Belles boutiques d’antiquaires. Les rues transversales remplies de boutiques de créateurs en design sont également agréables à découvrir.
Marché aux fleurs au bord du  Singel : emoticone grosse déception. Le marché n’est pas très grand. Ne vous attendez pas à voir des fleurs à foison et à une explosion de couleurs. La plupart des commerçants ne vendent que des graines et bulbes de tulipes à des prix intéressants.

amsterdam8.jpg

Stadhouderskade & Marché aux fleurs

Rembrandtplein : emoticone Grande place très animée, surtout le soir. La place en elle-même n’a pas grand intérêt mais on y trouve de nombreux bars et boites de nuit. Attention, certaines boites programment des soirées electro minimalistes, house et musique underground réservées aux amateurs du genre. Dans les bars, l’ambiance est survoltée. Les clients peuvent regarder le match, tandis que d’autres se trémoussent sur de la musique latino.

Evitez les restos pour touristes sur la place et préférez prendre un sandwich ou un Wok à emporter sur Amstelstr ou Reguliersbreestraat.

Vondelpark et Vieux Sud :

amsterdam7.jpg  

A gauche, Pieter Cornelisz Hooftstr

En marchant vers le Sud, Amsterdam offre un autre visage de sa personnalité. Ici les quartiers résidentiels côtoient les magasins de luxe qui fleurissent à perte de vue.

Pour louer pédalo : emoticone devant le RijkMuseum

Promenade long de Stadhouderskade : emoticone sur le Singelgracht quelques belles maisons au bord de l’eau.
Pieter Cornelisz Hooftstr : J probablement la rue la plus chic d’Amsterdam où l’on retrouve toutes les grandes marques de luxe (Cartier, Chanel, Gucci …). Clientèle très bling-bling occupant les rares terrasses de café, coupes de champagne à la main. De belles maisons aux façades colorées bordent cette grande rue. En continuant à marcher, on débouche directement sur Vondelpark.

Vondelpark : emoticone grand parc qui pourrait être plus fleuri, sans grand intérêt.

Quartier résidentiel Vieux Sud : emoticone sortir du parc vers Koningslaan, puis prendre Koninginneweg, et enfin Van Eeghenstr. Finir en rejoignant Concertgebouw, célèbre salle de spectacles où se jouent de nombreux concerts de musique classique. Remontez ensuite Museumplein emoticone

amsterdam10.jpg
Musée Rijkmuseum : entrée 12,50 €. Le musée est actuellement en pleine rénovation, caché sous d’immenses bâches et échafaudages. Seule une partie des œuvres est exposée dans une aile spécialement aménagée. On peut y voir entre autres le célèbre tableau « Ronde de nuit » de Rembrandt. Je n’y suis pas allé, mais il paraît qu’il vaut mieux attendre la réouverture complète du musée avant de se fourvoyer dans cette aile « temporaire » où de nombreuses œuvres connues manquent à l’appel.

Musée Van Gogh : emoticone entrée 14 €, pas de réduction pour les + de 18 ans, nocturne le vendredi jusqu’à 22h.

Conception un peu étrange que ce cube où sont exposées les principales œuvres de Van Gogh. Les explications sont claires et pertinentes, reprenant les différentes périodes qui ont marqué la vie du peintre. De ses peintures sombres jusqu’à l’arrivée à Paris avec l’apparition de la couleur sous l’influence de ses amis impressionnistes. Les grandes œuvres à ne pas manquer : les incontournables tournesols, les mangeurs de patates, les autoportraits … malheureusement, la chambre à coucher est actuellement en restauration.

1234

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl