Dernières nouvelles

Rooftop Il Bar – La Rinasecente Milano. Devant le Duomo.

Rooftop Il Bar - La Rinasecente Milano. Devant le Duomo. dans Bars & Cafés rooftop-rinascente-milano-1

drapeau-francais-jpg1-150x91 dans Branché Milan est une ville hybride. Destination idéale pour un week-end shopping depuis Paris, elle est également un passage obligé pour tous les touristes partant découvrir l’Italie en road trip. En quelques années la ville s’est métamorphosée avec une rénovation massive de ses bâtiments les plus emblématiques et la reconversion des anciens quartiers malfamés des Canaux (les fameux navigli)  en temple de la dolce vita.

Le soir, toute la hype milanaise se réunit au rooftop de La Rinascente, le department store équivalent à nos Galeries Lafayette, pour siroter quelques cocktails sur fond de musique lounge. Le défilé de mode est permanent et se joue en version internationale : les gens sont chics emmitouflés dans leurs vêtements de marque.

rooftop-rinascente-milano-3 dans Rooftops

La carte des boissons. Des cocktails à 13-15 € et des verres de vin à 12 € accompagnés d’une série de trois finger food tous aussi réussis les uns que les autres : mozzarella, tramezzini, fritures de légumes etc. Les plus affamés pourront compléter la prestation par une carte de snacking plus fournie.

Le cadre. Les clients jouissent d’une vue époustouflante sur le Dôme tout proche, installés sur des banquettes style « Plages de Pampelonne », le snobisme du service en moins.

Faut-il y aller ? Absolument, votre sac Chloé et vos chaussures Jimmy Choo méritent mieux qu’une vulgaire terrasse bondée sous le Corso Vittorio Emanuelle II.

rooftop-rinascente-milano-2

italie1-150x99 Milano è una città sempre in movimento. Une destinazione ideale per un week-end da Parigi o per chi vuole scoprire l’Italia con la macchina. In pochi anni, la città si è trasformata con il restauro dei principi edifici più emblematici e la riconversione del quartiere dei Navigli in modo più romantico.

La sera, si ritrova la hype milanese al rooftop della Rinascente, per sorseggiare un cocktail con musica lounge. Il bar è una vera sfilata di moda internazionale : la gente è chic, imbacuccata nei costumi di marca.

Le bevande. Cocktails a 13-15 € e calici di vino a 12 € accompagnati da finger food : mozzarella, tramezzini, frittate di verdure ecc. I più affamati potranno dare un’occhiata al snacking.

L’ambiente. I clienti godono di una vista sbalorditiva sul Duomo, seduti sulle banchine stile « Piaggie di Pampelonne », senza lo snobismo dei camerieri.

Ne vale la pena ? Certamente, la vostra borsa Chloé e le vostre scarpe Jimmy Choo meritano di meglio, dimentica la volgare terrazza piena di turisti nel Corso Vittorio Emanuelle II !

Il Bar, La Rinascente, Piazza del Duomo 3, Milano   

 

L’Aperol Spritz débarque à Paris.

L'Aperol Spritz débarque à Paris. dans Autres aperol-spritz-1

Cocktail bien connu des vénitiens, l’Aperol Spritz s’exporte outre frontière et commence à faire son entrée dans les bars de la capitale. Revue de cette étonnante boisson douce-amère qui saura vous réveiller les papilles.

L’Aperol est née en Italie à Padoue en Vénétie. A la fin du XIXème siècle, les soldats autrichiens en garnison en Vénétie, avaient pour habitude de couper les vins locaux jugés trop forts avec de l’eau de Seltz. Pour couper fin à cette hérésie, Giuseppe Barbieri, propriétaire d’une distillerie, décide en 1919 de créer une boisson mélangeant des infusions d’orange amère, d’orange douce ainsi que des herbes de natures différentes. L’Aperol est né, caractérisé par sa couleur orange et sa bouche marquée par des notes amères d’orange, de rhubarbe et de gentiane.

aperol-spritz-2 dans Coups de coeur

Aujourd’hui, l’Aperol est principalement servi en cocktail ; le fameux Aperol Spritz. La boisson, servie dans d’élégants verres à pieds, est composée de vin blanc tranquille ou effervescent (Prosecco généralement), d’Aperol et d’un trait d’eau pétillante type Perrier. Quelques gros glaçons et une demi-rondelle d’orange viennent compléter le nectar.

L’Aperol Spritz se consomme à l’heure de l’aperitivo, servi avec quelques tapas : bruschette, tramezzini ou plus généralement des chips. Mais l’Italie n’est plus la seule terre d’accueil de cette terrible boisson ; l’Allemagne, l’Autriche et la Croatie en proposent également.

Où en trouver en France ? La boisson fait son entrée timide sur notre territoire. Pour faire connaitre cette boisson, des événements sont organisés comme cet été au Pavillon du Lac. Enfin, la fameuse bouteille orange commence à apparaitre dans les rayons de nos supermarchés. A défaut, vous pouvez toujours remplacer l’Aperol par du Campari plus amer. D’ici quelques années, l’Aperol Spritz devrait à coup sûr devenir la boisson la plus trendy du moment !

Avis : Villa Dubrovnik. Palace 5 étoiles sur bord de mer.

Avis : Villa Dubrovnik. Palace 5 étoiles sur bord de mer. dans Coups de coeur 25

Dubrovnik est une halte idéale pour un weekend, à 2h de Paris. La ville offre de nombreuses activités : culture, restaurants et bars branchés. Pour séjourner dans la ville fortifiée, la Villa Dubrovnik est un point de chute idéal après une journée passée dans la cohue des petites rues pavées.

Située à 2 km de la ville, l’hôtel fait face à l’ile Lokrum protégée patrimoine de l’UNESCO. Un bateau Riviera permet de rejoindre facilement le port de Dubrovnik en 10 minutes. L’hôtel affiche une architecture résolument moderne avec sa structure en béton et en verre.

24 dans Hôtels

Les chambres. La Deluxe Room offre de belles prestations : literie confortable, salle de bain design avec produits de bain signés Bulgari, grands rangements et terrasse agréable donnant directement sur la mer et la petite crique face à l’hôtel.

17 dans Luxe

La restauration. Plusieurs choix s’offrent aux clients : le restaurant gastronomique Pjerin et sa superbe vue sur la vieille ville, Al Fresco Bar Giardino pour profiter d’un déjeuner sous les pins parasols et le bar rooftop Prosciutto & Wine Bar pour terminer une dure journée de labeur par un long drink. A déjeuner, la carte est abordable mais présente un choix trop restreint (3 entrées, 3 plats, 2 desserts). Les quantités sont bien maigres et la cuisine plus que moyenne. Le soir, la carte s’étoffe et les prix s’envolent. Comptez 30-40 € le plat pour une cuisine plus qualitative mais restant tout de même assez moyenne. Les desserts à 10-12 € sont sans intérêt et pas assez travaillés.

Les petits-déjeuners présentent eux aussi des tarifs excessifs mais le bar rooftop est un excellent point de chute. On évitera cependant le finger food avec du prosciutto affiché à 20 € les 100 g.

19

La piscine et la plage. Une piscine intérieure avec un solarium disposant de quelques transats confortables. Puis une plage construite sur une chape de béton en contrebas, où il est possible de se baigner dans la mer en empruntant une échelle.

23

Les plus. Un service de qualité (accompagnement à la chambre, transport des bagages, prise en charge de la voiture à l’arrivée, bateau jusqu’à Dubrovnik), une chambre au design épuré et chic et un hôtel parfaitement entretenu dans un décor de rêve.

28

Les moins. Une restauration en deçà de ce qu’on est en droit d’attendre d’un hôtel 5 étoiles. Les prix ne peuvent se justifier au regard de la qualité des plats. Une chambre agréable mais bruyante ; les parquets en bois assurent la propagation du bruit et il n’est pas rare d’entendre les pas lourds des voisins du dessus résonner dans sa chambre. Enfin, le prix des chambres surévalués par rapport à la destination (100 € de trop à mon avis, mais l’assurance d’être tranquille et à l’écart d’un certain tourisme de masse).

Villa Dubrovnik, Ulica Vlaha Bukovca 6, Dubrovnik, Croatie

www.villa-dubrovnik.hr

Deluxe Room à partir de 470 € la nuit

Critique : Bibent. Place du Capitole à Toulouse. Chef Constant.

Critique : Bibent. Place du Capitole à Toulouse. Chef Constant. dans Coups de coeur bibent-toulouse-1

Vieille institution toulousaine, le Bibent avait tragiquement fermé ses portes en 2009 après plus d’un siècle d’histoire. Haut lieu de la vie toulousaine, le Bibent renait aujourd’hui de ses cendres sous la houlette du chef cathodique Christian Constant (les Cocottes, Violon d’Ingres, etc.). Après plusieurs mois de travaux, la brasserie a retrouvé son lustre d’antan avec de magnifiques plafonds dorés et ses lustres imposants. En été, une belle terrasse permet de déjeuner sur l’une des plus belles places françaises, face au Capitole.

bibent-toulouse-2 dans Restaurants

La cuisine. Excellente comme dans tous les restaurants Constant de la rue Saint-Dominique à Paris. J’aime particulièrement y prendre le tea time avec leur efficace formule à 8 € comprenant une boisson chaude et une pâtisserie. Leur tarte Tatin est à se damner, fondante et longue en bouche. A l’heure du diner, le restaurant propose une excellente formule entrée/plat/dessert à 29 € pour une cuisine de haute voltige.

bibent-toulouse-3 dans Toulouse

La formule à 29 €. Pour bien entamer ce délicieux repas, rien de tel qu’un amuse-gueule original : de la sardine écrasée à l’huile servie dans sa boite d’origine et accompagnée de pain baguette croustillant. Puis arrive l’entrée, un bocal d’écrevisse et petits légumes, surplombés par des beignets de colin et sa sauce rouille. Ensemble absolument succulent et original.

Le plat ne vient pas décevoir cette belle entrée en la matière. Un filet de merlan nous est proposé sur un lit de tagliatelles avec sa sauce aux moules.

Le dessert. Pour conclure cette formule sans faute, une tarte aux myrtilles et sa feuille de nougatine.

bibent-toulouse-4

Les boissons. Verre de vin à 5-6 € mais bouteilles un peu chères (25-30 €).

Faut-il y aller ? Oui pour déguster la cuisine très inspirée du chef Constant et sa signature à travers des plats servis dans des bocaux et cocottes Staub.

Le Bibent, 5 Place du Capitole, Toulouse

Critique : La Cantina – Tourtour

La Cantina - Tourtour 3

Profitant d’un séjour à Draguignan, M. m’a fait découvrir les gorges du Verdon et ses petits villages pittoresques. L’occasion de flâner tour à tour à Tourtour, Bauduen et Aiguines. Sans oublier le lac de Sainte-Croix et les magnifiques belvédères où admirer les gorges tortueuses se dessinant à l’infini.

Pour déjeuner, nous avons décidé de faire un break dans le charmant village de Tourtour. Bucolique à souhait, la place du village n’est pourtant pas un repère à gastronomes. Preuve en est avec le restaurant La Cantina.

Pour commencer. Demander une table de deux à 13h semble particulièrement incongru. Nous n’avons eu d’autres choix que de nous installer sur une table de 10 (enfin, plutôt une réunion de 5 tables), sous la « menace » d’être rejoint par d’autres condisciples. La mise en garde n’a pas tardé à se réaliser. Dix minutes plus tard, une autre cliente nous avait rejoints, se délectant de nos conversations.

Critique : La Cantina - Tourtour dans Restaurants la-cantina-tourtour-2

La cuisine. Une assiette du terroir à 17,5 € proposant un assortiment de spécialités régionales avec une salade de mesclun, de la caillette, quelques bouchées de fromage de chèvre accompagnées de confiture de tomates vertes, puis des artichauts au basilic et enfin des crostini de tapenade et anchoïade. Que dire ? L’assiette est plutôt correcte, un brin touristique mais cette assiette ne vaut surtout pas son prix au regard des portions proposées.

Les boissons. Café à 2,5 € et pichet de 50 cl de rosé à 11 €.

Service. Correct, sans plus.

Faut-il y aller ? Si la fatigue vous assaille et que la faim ne peut attendre, à la limite …

La Cantina, Place des Ormeaux, Tourtour

 

 

Critique : La Régalade Conservatoire. La bistronomie de qualité.

Critique : La Régalade Conservatoire. La bistronomie de qualité. dans Coups de coeur regalade

La nouvelle fut surprenante lorsqu’en Février 2013, la presse spécialisée nous informa de l’ouverture d’un hôtel 5 étoiles en plein cœur du quartier Faubourg Montmartre près de la rue Richer. Le quartier en plein boom avait vu s’ouvrir récemment de nombreuses adresses branchées, mais on ne pouvait s’imaginer l’arrivée d’un hôtel haut de gamme. Pourtant le pari fut réussi avec ce tout nouveau boutique hôtel, l’hôtel de Nell, designé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

regalade-conservatoire-1 dans Restaurants

Outre ces chambres ultra designs, l’hôtel dispose d’un restaurant qui a enthousiasmé la presse toute entière : la Régalade Conservatoire. Dans ces conditions, difficile d’obtenir une table à moins de s’armer d’une patiente quasi olympique.

Tout vient à point à qui sait attendre, l’adresse est une véritable planque bien affutée. Le restaurant joue la carte de la bistronomie dirigé d’une main de maître par son chef Bruno Doucet, ancien de Vigato et passé chez Gagnaire quelques années auparavant.

regalade-conservatoire-2

La salle. Encensée par la critique, la salle est à la hauteur du restaurant : carrelage noir et blanc, chaises en bois et éclairage doucement tamisé.

La carte. Un menu entrée/plat/dessert à prix unique (35 €) servi midi et soir et se déclinant sous 5 combinaisons différentes. Avant que le spectacle ne commence, une terrine maison est servie gracieusement à volonté. Cette dernière est accompagnée d’un excellent pain de campagne.

Les plats. L’œuf mollet, crozets et escargots, émulsions d’une persillade est digne d’un restaurant étoilé mais le pressé de cochon en gelée, poireaux vinaigrette est un peu indigeste.

regalade-conservatoire-3

Suit le cabillaud poché dans un bouillon thaï, servi avec des orecchiettes et coques d’une fraicheur et d’un fondant sans faille. Petite faiblesse pourtant pour le quasi d’agneau rôti à l’ail et au thym frais, grenailles et champignons en persillade avec une cuisson de la viande trop rapide.

Côté desserts, excellent soufflé Grand Marnier et simple mais efficace petit pot au citron, chantilly, basilic accompagné de sablés au pavot.

Les vins. Verres de vin à 6-8 €, bouteille de 20 à 1700 €.

regalade-conservatoire-4

Le service. Professionnel bien qu’un peu lent.

Faut-il y aller ? Oui mais sachez que dorénavant, on n’organise plus ses sorties en fonction de son agenda, mais bel et bien l’inverse.

La Régalade Conservatoire, Hôtel de Nell, 9 rue du Conservatoire, Paris 9

Critique : Le Colibri. Place de la Madeleine. Le PMU chic.

Critique : Le Colibri. Place de la Madeleine. Le PMU chic. dans Restaurants le-colibri-madeleine

Quand les fins de mois se font sentir et que les soirées alcoolisées vous ont rendus tout patraque, le Colibri vient à point nommé pour vous ressaisir et remettre les pendules à l’heure. Le Colibri est une adresse hybride : de faux airs de PMU mais avec une belle terrasse ombragée sur la Place de la Madeleine, une carte de routiers mais servant également des huitres et autres crustacés, une clientèle mi-touristique/mi-habitués dans un quartier pourtant très « prout prout ». C’est parce que le Colibri est un joyeux mélange de nimportenaouak qu’il est toujours agréable de s’y attarder.

La déco. Elle pourrait donner des sueurs froides aux architectes d’intérieur : formica à tire-larigot, murs peints en orange, banquettes en cuir fatiguées : l’intérieur est resté figé dans les années 70.

La carte. Il ne faut pas se fier à l’allure de la carte ; une ardoise plastifiée écrite en français et en anglais et représentant les plats sous forme d’images pour qu’ils soient plus parlant aux touristes. L’habit ne fait pas le moine.

Les plats. Des croque-monsieurs, des omelettes, des sandwiches. Il s’agit sûrement d’un des derniers endroits de Paris où le patron ne vous tirera pas une tronche de serial killer si vous osez ne commandez qu’un croque-monsieur. Au contraire, les habitués savent enfin qu’ils peuvent commander ce qui bon leur semble (ce qui est devenu un luxe à Paris). Pour ma part, je prends toujours un croque-monsieur accompagné de frites et de coca. Une sorte d’ersatz transatlantique du diner américain où le fameux hamburger aurait été troqué contre une spécialité de comptoir en zinc.

Le service est rapide, professionnel. Les quantités sont généreuses, la qualité tout à fait correcte.

Faut-il y aller ? Vu les prix pratiqués par les autres cafés de la Place, la question ne se pose même pas.

Le Colibri, 8 Place de la Madeleine, Paris 8

Critique : La Petite Gouaille. Toulouse.

Critique : La Petite Gouaille. Toulouse. dans Restaurants la-petite-gouaille-toulouse-1

Après les sorties exubérantes du week-end, le dimanche soir mérite bien un repas au calme à déguster une cuisine typiquement méridionale. La Petite Gouaille est alors l’adresse seyant à merveille aux désirs gourmands des épicuriens.

La salle. Rustique avec ses banquettes en bois, ses poutres apparentes et ses bouteilles de vin jouant les frises séparant le mur du plafond. Le lieu rappelle les bodegas espagnoles, dans un esprit très « à la bonne franquette ».

la-petite-gouaille-toulouse-2 dans Toulouse

La formule du soir. Pour 13,80 €, vous serez bénis d’une entrée (soupe au légumes) suivie d’un plat : camembert rôti, rôti de veau, cochon à la vanille, cassoulet et rougail saucisse. Et pour quelques euros de plus, vous pourrez vous offrir un magret de canard (+3€), des gambas grillés (+ 4€) ou encore des côtes d’agneau (+ 2€).

La soupe. Comme chez grand-mère, la gueuse a du goût et du caractère.

Les plats. Le cassoulet était impeccable, il avait dû mijoter avec amour pendant de longues heures. Le rôti de veau était excellent, le saumon parfait et les accompagnements bien vus (bonnes ratatouilles et purées).

la-petite-gouaille-toulouse-3

Les desserts. Très bon marché, comptez entre 3,5 et 4,5 € pour un gâteau au chocolat coco, une croustade aux pommes ou encore un fromage blanc au miel. Malheureusement, ils n’ont rien d’extraordinaires. Pour preuve, le moelleux au chocolat n’avait rien de très moelleux, le pauvre ressemblait plutôt à un cake au chocolat servi avec une crème anglaise industrielle.

Les liquides. Des fioles de rouge (50 cl) à 5,5 € ou 10 € en version 75 cl comme ce très bon Corbière par exemple. Des bouteilles de la région entre 13 et 20 € sont également proposées.

La Petite Gouaille, 44 rue Peyrolières, Toulouse

Maison Francart. L’épicerie fine de luxe.

Maison Francart. L'épicerie fine de luxe. dans A emporter maison-francart

La Maison Francart revisite le métier de traiteur, en offrant une boutique mignonette en plein cœur de Saint-Germain. L’endroit idéal pour satisfaire une clientèle très Rive Gauche, où les mamans viennent avec leurs chérubins acheter quelques gourmandises pour préparer le brunch dominical.

La décoration de la boutique semble tout droit sortie d’un numéro de Art & Décoration. Les desserts sont savamment disposés pour rendre l’atmosphère très « papier glacé ».

Les petits plats mijotés sont excellents, les pâtisseries originales, la charcuterie bien choisie. La Maison Francart est une alternative idéale aux restaurants. On y dépense autant d’argent, mais la qualité du repas est assurée.

La Maison Francart, 30 rue Dauphine, Paris 6

Où partir à la Toussaint ? Comparatif prix vol + avion en Europe.

Où partir à la Toussaint ? Comparatif prix vol + avion en Europe. dans Voyages comparatif-prix-toussaint-21

Septembre. Il est loin le temps des vacances ; le soleil a pris son baluchon, le froid a repris ses quartiers et le travail s’annonce acharné. Quoi de plus naturel alors que de vouloir échapper à cette morosité ambiante en planifiant déjà ses prochaines vacances. L’année 2013/2014 est particulièrement clémente en matière de congés : Toussaint, 11 Novembre, 1er Mai, 8 Mai, Ascension : les ponts promettent d’être nombreux.

Les compagnies aériennes et les hôtels l’ont bien compris et réduisent alors vos derniers espoirs de partir en fumée en vous proposant des prix défiant toute concurrence. Les ponts sont-ils dorénavant réservés aux CSP+ ? C’est la conclusion de cette étude de prix que j’ai menée sur les principales destinations européennes.

vienne dans Voyages

La méthodologie

L’étude a été menée pour le week-end de la Toussaint, départ Jeudi soir entre 18h et 21h30 et retour dimanche entre 18h et 21h. Ces créneaux horaires ont été définis afin de profiter au mieux de votre weekend. Comme le pont est court, nous ne considérerons que des vols directs desservant des destinations à moins de 2h30 de Paris.

Les lowcosts. Les vols opérés par Ryanair n’ont pas été inclus dans cette étude, tout simplement parce que leurs prix n’étaient pas compétitifs : comptez 1h15 de trajet en car pour aller jusqu’à l’aéroport de Beauvais et 32 € l’aller-retour en navette.

Du côté d’Easyjet, la conclusion n’est guère plus flatteuse. Le vol Easyjet Paris-Berlin est ainsi 16 € plus cher qu’avec Air Berlin et seul 13 € de différence séparent le vol opéré par Czech Airlines et Easyjet à destination de Prague.

Les hôtels. Les prix retenus sont obtenus en moyennant le prix moyen affiché par les hôtels de catégories 3, 4 et 5 étoiles situés en centre-ville uniquement.

prague

Le résultat de l’enquête

Il vaut mieux être aisé pour pouvoir s’offrir un pont en Europe. Comptez 332 € par personne pour un combo avion + hôtel 3 étoiles, 433 € en catégorie 5 étoiles.

Quelques bons plans se distinguent cependant avec les pays scandinaves (Copenhague et Oslo) ainsi que Londres qui proposent des vols abordables. A l’inverse et sans surprise, l’Italie est une destination relativement chère en matière d’hébergement.

Que les malins ne fanfaronnent pas trop, partir en France ne sera pas davantage plus économe pour une escapade en Novembre. Comptez 180 € pour un vol à destination de Marseille, Nice ou Toulouse sans oublier l’hébergement particulièrement cher dans notre pays. Alors, où irez-vous à la Toussaint ?

1...56789...64

Bar Le Yachting |
La Passion Des Hamsters |
NOS ANNEES COLLEGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Des perles et encore des pe...
| scrapb
| sapl